Premiers pas : Trousse d’urgence pour petits bobos

Publicité

Les premiers pas sont souvent accompagnés des premières chutes et des premiers petits accidents de la vie quotidienne. C’est vraiment le moment où il vous faut une trousse pour les petites urgences.

Publicité

Petits et gros bobos

Parmi les blessures les plus fréquentes à cet âge, celles faites aux pieds sont les plus nombreuses. Les apprentis marcheurs aiment se déplacer pieds nus et se blessent avec des petits éclats de verre ou des échardes de vieux planchers.

Publicité
Les éclats de verre plus ou moins pointus et longs peuvent s’enfoncer profondément dans la plante du pied ou le talon et devenir ainsi pratiquement invisibles à l’oeil nu. Le médecin ne pourra les localiser que par une radiographie et procédera à une intervention pour les extraire. Les échardes, si elles sont grosses et se sont fichées parallèlement à la peau, peuvent être extraites par les parents avec une pince à épiler et... un peu de patience. La plus grande difficulté est de ne pas la casser en la retirant.

Si l’écharde ne peut être saisie par une pince, il est souvent nécessaire de soulever la peau puis l’écharde à l’aide d’une aiguille à coudre préalablement désinfectée à l’alcool et de presser légèrement de part et d’autre de la blessure pour qu’elle sorte. Dans tous les cas, il est indispensable d’appliquer ensuite un antiseptique liquide ou en pommade. Si, dans les jours qui suivent, une zone rouge et chaude se dessine sur la blessure, il est conseillé de consulter un médecin.

Peur de la chute

Autres accidents courants de la marche, les chutes et leurs lots de bosses, d’égratignures, de coupures et de doigts pincés . Sur les coups et les pincements, les applications de pommade ou de compresse à l’arnica font merveille. Sur les blessures ouvertes, commencez par désinfecter la peau avec un produit antiseptique non alcoolisé ou de savon liquide, puis appliquez, selon le type de blessure, un pansement adhésif ou une compresse stérile tenue par un sparadrap.

Tous ces soins ne sont pas toujours faciles à prodiguer dans le stress et la douleur. N’hésitez pas à utiliser un analgésique, attendez que l’enfant se soit remis de sa peur . Si la crainte des soins est vraiment très forte, jouez à soigner l’ours ou la poupée avant l’enfant, vous constaterez que les soins deviennent alors plus faciles.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité