Petit deviendra grand

Publicité
Publicité

La croissance dépend essentiellement de facteurs génétiques auxquels s’ajoute, dans une moindre mesure, la qualité de l’alimentation, de l’environnement et des relations affectives qui entourent l’enfant. Sous l’effet d’une hormone dite de croissance sécrétée par l’hypophyse, les os du squelette grossissent. La croissance s’effectue selon un ordre bien établi : la tête, les mains et les pieds grandissent les plus vite, en proportion et en rythme ; les bras et les jambes poussent plus lentement, le buste, par contre, s’allonge encore plus progressivement. De la naissance à l’âge adulte, la tête double de volume, le tronc triple de longueur, les bras deviennent quatre fois plus grands et les jambes cinq fois plus. La vitesse de croissance est régulière jusqu’à 7 ans, elle est d’environ 6 à 8 cm par an. Les garçons ont tendance à grandir plus vite que les filles.

Quelles références ?

Publicité
À partir de 3 ans, et jusqu’à la fin de la puberté, la surveillance de la croissance se fait environ tous les 6 mois, en référence à une courbe moyenne de croissance. Ce procédé statistique permet de vérifier si la taille de l’enfant est inférieure ou égale à deux déviations standards, soit 8 cm en plus ou en moins par rapport à la moyenne des enfants de son âge. Lorsqu’on détecte une différence trop importante entre la taille de l’enfant et cette courbe de référence, ou si l’on constate une cassure subite dans la courbe de croissance, les médecins prescrivent un examen consistant à mesurer l’âge osseux du petit patient, qui est calculé à partir d’une radiographie de la main et du poignet gauche, pour les enfants de 3-4 ans. Après cet âge, il est évalué à partir d’une radiographie du coude et du bassin et, si besoin, cet examen est complété par un dosage de l’hormone de croissance.

Mais qu’est-ce que la norme ? Il n’y pas de taille précise pour un âge déterminé, mais des valeurs ponctuelles dispersées autour d’une valeur centrale, dite moyenne. Toutes ces valeurs sont définies statistiquement sur la population des enfants fréquentant les écoles françaises. Tout enfant qui se trouve dans cette aire est dit « normal ». Et tout enfant dont la taille se trouve supérieure ou inférieure à deux déviations standards est dit trop grand ou trop petit. L’approche n’est que statistique. Ce qui intéresse les pédiatres ce n’est pas une seule donnée à un âge défini, mais plusieurs qui, sur un laps de temps, leur fournissent une idée de la vitesse et la dynamique de croissance de l’enfant. D’où l’intérêt de tracer régulièrement les courbes sur le carnet de santé.

L’inquiétude de la taille est souvent sexuée : les garçons sont trop petits et les filles trop grandes.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité