Mauvais rêves

Publicité
Publicité

Les recherches faites sur l’apparition du rêve indiquent que c’est au cours de la deuxième année que cette activité cérébrale s’installe. Cette période de l’enfance est marquée par une grande activité physique ­ l’enfant marche, court, grimpe et prend un plaisir fou à bouger son corps ­ et une nouvelle acquisition en pleine élaboration, le langage. Toutes ces « occupations » sont à la fois source de plaisir et, son revers, d’angoisse, cette dernière s’exprimant essentiellement au cours du sommeil. Les cauchemars agitent ses nuits et les craintes irraisonnées perturbent ses jours. C’est l’âge de la peur ! Pour la dominer, l’enfant a besoin de son objet favori, doudou, couche ou autre objet transitionnel , associé à la succion du pouce ou d’un autre doigt et parfois à un balancement de la tête ou du tronc. Cette peur explique aussi le besoin de repousser le moment de l’endormissement en établissant des règles « immuables » dont justement la régularité le rassure. Cependant certains enfants particulièrement actifs et volontaires peuvent ainsi aller jusqu’au refus de se coucher : même fatigués, ils se mettent en colère dès qu’il en est question, ne veulent pas rester dans leur lit ou, enfin allongés, luttent pour ne pas fermer les yeux. Leur donner un produit hypnotique n’est absolument pas conseillé : ils voient dans ce geste une véritable provocation et mettent en place un système de défense pour lutter contre son effet. Seule une fermeté affectueuse peut venir à bout de leur résistance.

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité