Malaises

Publicité
Publicité

De quoi s’agit-il :

Ce sont des évènements anormaux, vers l’âge de 2 mois (2 à 5 mois), dont les manifestations peuvent être : une perte de connaissance de durée variable avec ou sans accès de cyanose, des accès de pâleur ou d’hypotonie du tronc et de sudation fréquente, voire d’arrêts respiratoires avec troubles de la conscience, ou encore simplement des vomissements, des accès de suffocation pendant ou dans les 30 minutes qui suivent un repas.
Ces accidents ne se produisent pas seulement lors du sommeil.

Publicité
Ce qu’il faut faire :

La prévention primaire : il s’agit d’un ensemble d’éléments à prendre en compte afin d’éviter l’association des 3 M (milieu, maladie, maturation).
En cas de malaise, il faut systématiquement faire hospitaliser l’enfant à la recherche d’une cause.

La prévention secondaire sera faite et suivie une fois la cause des malaises établie.

Ce qu’il ne faut pas faire :

Ne pas confondre les malaises avec des spasmes du sanglot, ni avec des convulsions.

Il ne faut pas en minorer l’importance et donc ne pas ommètre d’aller consulter.

Quand faut-il s’inquiéter :

Lorsque l’enfant est retrouvé dans le coma, pâle ou cyanosé, en arrêt cardio-respiratoire : il s’agit d’une mort subite.

Il faut alors immédiatement alerter les secours et débuter les premiers gestes d’urgence.

Voir également

- Convulsions
- Gestes d’urgence

Prévention primaire :

- pas de tabac
- sommeil calme, sans stress
- chambre à 19° C maximum
- position de coucher dorsale
- matelas ferme
- pas de peluche, ni d’oreiller, ni de couette
- respecter le rythme de sommeil de l’enfant
- habiller l’enfant selon la température de la pièce et non pas selon celle de l’extérieur
- surveillez le sommeil de l’enfant surtout s’il pleure ou a beaucoup pleuré
- pas d’animaux
- pas de médicament sans prescription médicale, pas de somnifères
- attention à la prise médicamenteuse maternelle en cas d’allaitement au sein
- faire boire suffisamment si chaleur ou fièvre
- l’allaitement maternel est préconisé dans tous les cas
- consulter sans délai en cas de comportement inhabituel ou de malaise

Les 3 facteurs M

Ce sont
- le Milieu (tabac, condition de sommeil...)
- la Maladie (rhinopharyngite, reflux gastro-oesophagien...)
- la Maturation (immaturité du contrôle respiratoire et cardiaque du nourrisson de 2 mois)

Leur association est retrouvée dans les malaises du nourrisson.

Les spasmes du sanglot

Il s’agit de la cause la plus fréquente de syncope (perte de connaissance) de 6 mois à 3 ans (au maximum de 1 mois à 6 ans).

Le facteur déclenchant est toujours le même : réprimande, émotion vive, colère, traumatisme physique.

Il existe 2 types de manifestations la forme bleue ou la forme pâle

Les 2 formes peuvent entraîner des convulsions.

La mort subite

Il s’agit du décès brutal et inattendu d’un enfant considéré jusque là comme bien portant. Plus fréquemment retrouvé chez le garçon de moins de 5 mois.

Il importe d’essayer de découvrir la cause du décès par :

- l’interrogatoire de la famille ou de la garde d’enfant sur les circonstances précédant l’accident, il faut également s’enquérir des antécédents, d’une éventuelle prématurité, la notion de fièvre ou de maladie en cours de traitement.
- La position de couchage et celle dans laquelle a été retrouvée l’enfant.
- L’examen clinique complet de l’enfant à la recherche d’un signe évoquant une cause.

La prise en charge de la famille est essentielle :
- il faut discuter avec les parents, ne pas laisser de côté la fratrie ni les ascendants, afin qu’ils participent au deuil des parents et qu’ils ne se sentent pas écartés.
- Leur indiquer la façon dont il serait souhaitable que se déroulent les évènements
- Le transport de l’enfant à l’hôpital pédiatrique le plus proche possédant un centre de référence et des médecins capables de prendre en charge ce type de pathologie.
- L’enfant sera examiné à l’hôpital ou des examens seront pratiqués. Ce transport présente 2 intérêts majeurs :
- Apporter aux parents une réponse quant au diagnostic, voire proposer une prévention (infection)
- Permettre de progresser dans la recherche des causes et la prévention de ce syndrome.
- La présence du médecin traitant dans la prise en charge des parents est importante. Une information débutée permettra une tentative de déculpabilisation, travail poursuivi au centre de référence.
- Des associations peuvent également venir en aide aux familles. Ce sont des parents déjà atteints par la perte d’un enfant.

Liste des associations :

- Naître et vivre

Prévention secondaire

A la suite de l’hospitalisation d’un nourrisson victime d’un malaise, on peut découvrir des pathologie et proposer des traitements.

Parfois on peut également proposer un monitorage à domicile (appareil de surveillance du nourrisson), il existe 3 cas où on propose cet appareil :
- dans les malaises graves avérés, sans cause retrouvée, récidivants, chez le prématuré
- dans certaines pathologies : des malformations ORL, certaines pathologies du cerveau ou du coeur
- dans les fratries d’un enfant décédé de mort subite et pour le jumeau

Dans tous les cas, on étudie la pertinence de cet appareillage individuellement

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité