Les troubles du sommeil : insomnies et somnambulisme

Publicité
Publicité

Mis à part les insomnies dues à une maladie aiguë, grave ou tout simplement banale comme une forte rhinite, l’enfant peut souffrir de diverses formes d’insomnie. Elles s’installent soit au moment de l’endormissement, soit au cours de la nuit et plus rarement le matin et peuvent perturber le sommeil des enfants de 2 à 6 ans. Malheureusement, non traitées, elles s’associent et évoluent souvent vers une insomnie globale.

Certains de ces enfants sont hyperactifs, de nuit comme de jour. Ils souffrent de troubles psychomoteurs et de troubles du langage. D’autres vivent en permanence dans l’anxiété et l’angoisse. Un interrogatoire précis des parents permettra, dans la plupart des cas, de déterminer les facteurs qui provoquent ces insomnies. Ils peuvent être dus à une mauvaise relation affective parents-enfant, à des traumatismes physiques ou psychiques tels qu’une hospitalisation ou une séparation mal vécues, à des fau-tes éducatives avec notamment le non-respect des rythmes biologiques et des rites d’endormissement, à des difficultés socioculturelles et familiales, etc. Le traitement de ces insomnies sera tout à la fois physique et psychique et constituera un véritable réapprentissage du sommeil.

Publicité
Le somnambulisme est impressionnant mais en rien pathologique. Cette manifestation n’est pas liée au rêve, lequel bloque le tonus musculaire. Il n’y a rien d’inquiétant, si cela se produit rarement, qu’un enfant se promène en dormant. De plus, ces manifestations disparaissent généralement à la puberté. Comment réagir face à un enfant somnambule ? Le raccompagner dans son lit et ne pas lui en parler, cela risquerait de provoquer une anxiété qui perturberait bien davantage son sommeil. Le somnambulisme est souvent associé à d’autres troubles, tels que terreurs nocturnes et parler pendant le sommeil.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité