Le trotteur

Publicité
Publicité

Marcher à quatre pattes, c’est bien. Se déplacer debout sans effort, c’est encore mieux ! Pour votre bébé, voici l’occasion de se déplacer en toute liberté dans la maison, un plaisir que, sans ce précieux véhicule, il aurait dû remettre à plus tard. Ses détracteurs prétendent que l’enfant est trop soutenu dans sa nacelle et que, dès qu’il la quitte, il ne peut tenir en équilibre et tombe aussitôt. Ses défenseurs, au contraire, argumentent que l’enfant prend l’habitude de se sentir en sécurité debout, qu’il tonifie les muscles de ses jambes en poussant pour se déplacer. Un débat qui n’est toujours pas tranché. Comme tout matériel de puériculture, il existe bien sûr une norme NF : les trotteurs sont soumis à des normes sur le plan de la stabilité et sur les systèmes de verrouillage des modèles pliants. Seules recommandations : ne laissez pas votre bébé dans son trotteur sans surveillance et pas plus d’une heure par jour.

Publicité
Avez-vous retrouvé, au hasard d’un rangement dans un grenier ou au fond d’une cave, votre chaise haute d’enfant ? Avouez que cette découverte a entraîné chez vous une certaine émotion. Et votre parc peuplé de vos jouets préférés, n’êtes-vous pas en train de le reproduire pour votre enfant ? De même, comment ne pas se souvenir du « poussé » de votre père lorsqu’il vous apprenait à faire du vélo au printemps ? Et peut-être vous souvenez-vous de ce « sacré » trotteur qui vous empêchait de marcher seul, préférant ce moyen de transport précoce, anticipation du vélomoteur que vous avez tant désiré adolescent. Tous ces meubles d’enfant créent l’environnement proche de votre bébé, il faut les conserver, ils sont aussi précieux que son carnet de santé.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité