Le préapprentissage de la lecture et de l’écriture

Publicité
Publicité

C’est à partir du deuxième trimestre qu’il se fait. Tout commence par l’acquisition de son prénom et de mots simples tels que papa et maman. L’essentiel, en fait, est qu’ils soient chargés d’affectivité. Il est indispensable que l’enfant s’habitue et aime jouer avec les lettres, les mots, les phrases. Il n’apprend pas réellement à lire et à écrire. Il « photographie » globalement le plus de mots possibles et apprend à les utiliser. Le jeu de « pigeon vole » est un grand classique dans le préapprentissage de la lecture. L’institutrice énumère des mots, le jeu consiste à reconnaître ceux ayant des syllabes communes. Il faut alors crier « pigeon vole ». Puis les enfants cherchent eux-mêmes des mots ayant la syllabe choisie. L’approche de la lecture se fait donc essentiellement par le son et le langage parlé. La maîtresse écrit sur le tableau une ou deux phrases simples composées des mots connus. Les enfants vont alors jouer avec les mots pour composer d’autres phrases.

Publicité
L’écrit est aussi très présent dans la désignation des objets. Partout, dans la classe, se multiplient les étiquettes afin que l’enfant mémorise l’objet et son nom écrit. Tout est prétexte à entrer dans l’écrit. La bibliothèque, bien sûr, mais aussi la création d’histoires, les comptes rendus d’observation, par exemple la météo. Enfin, certaines classes établissent des liens épistolaires avec d’autres enfants proches ou lointains.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité