Le fer, pour lutter contre l’anémie

Publicité
Publicité

Il joue un rôle essentiel dans le transport par le sang de l’oxygène aux tissus. Le bébé vient au monde avec des réserves en fer dans lesquelles il va puiser pendant quatre mois. Au-delà de cet âge, ses besoins sont estimés à 1 mg par kilo et par jour jusqu’à 3 ans. Sachant que le coefficient d’absorption du fer est de 10 % environ, il faudrait donner environ 10 à 15 mg par jour pour que l’enfant ait une dose suffisante. Mais il arrive que les réserves, comme les apports soient insuffisants. Dans ce cas, votre enfant risque à terme d’en manquer. On estime qu’à l’âge de 10 mois, 18 % des enfants seraient déjà carencés en fer, et à 2 ans, presque la moitié.

Comment le savoir ? Contrairement aux idées reçues, le teint pâle ne signe pas forcément une carence. C’est en regardant la coloration des muqueuses (lèvres, langue, extrémité des doigts, contour des yeux) que vous pouvez définir un manque en fer. Si elles sont pâles, votre enfant est certainement anémié. Au cours de la deuxième année, l’anémie (si elle n’est pas traitée) peut se traduire par des troubles du développement psychomoteur. Pour confirmer vos doutes, le mieux est de consulter votre médecin. Il prescrira une analyse de sang pour vérifier le taux d’hémoglobine et la quantité de ferritine sérique, deux indicateurs du statut en fer de votre enfant. S’ils sont à la baisse, on lui donnera une préparation à base de fer, sous forme de poudre chocolatée et pour un délai de deux à trois mois, voire plus.

Publicité
Vous trouvez votre enfant un peu pâle et vous vous demandez si quelques vitamines ne lui feraient pas le plus grand bien. Certes, elles sont indispensables à l’organisme. Comme peu d’aliments en contiennent, on les prescrit sous forme médicamenteuse.

La vitamine D, qui prévient le rachitisme , est donnée systématiquement aux nourrissons, qu’ils soient au sein ou au biberon. Un apport tous les six mois est nécessaire, jusqu’à 3 ou 4 ans au moins. Son administration doit être contrôlée médicalement car le surdosage est nocif. Mais qu’en est-il des autres vitamines, la vitamine C, par exemple, bien connue pour augmenter la résistance aux infections ? Dans les premiers mois de la vie, le lait de mère ou les laits artificiels en contiennent suffisamment. Par la suite, si votre enfant est sujet aux rhino-pharyngites, otites ou bronchites, le médecin peut prescrire un apport en vitamine C pendant l’hiver. Tout dépend de l’état général du petit patient. Il est important de savoir que le stockage des vitamines dans l’organisme est très faible et que l’essentiel s’élimine dans les urines. Aussi est-il inutile de vouloir à tout prix en faire avaler à vos enfants. C’est plutôt la variété de l’alimentation qui constitue l’assurance d’un apport vitaminique correct. Privilégiez les protéines végétales, les sucres complexes au détriment des sucres rapides, ajoutez-y des bonnes graisses et vous constaterez combien votre enfant est en forme. De surcroît, un teint pâle ne signe pas forcément un manque de vitamines. C’est peut-être tout simplement de sommeil qu’il a besoin !

Qu’on se le dise, ce sont les fruits et les légumes frais qui contiennent la plus grosse quantité de vitamines. Voici les affirmations les plus courantes concernant les vitamines et certains aliments.

- Les carottes râpées sont une excellente source de vitamines. Elles contiennent du carotène, de la vitamine C. En les préparant trop longtemps à l’avance, elles perdent leurs qualités vitaminiques.

- Les lentilles sont des légumineuses qui possèdent de nombreuses vitamines, notamment celles du groupe B.

- Les épinards sont riches en fer et vitamine C. Ils ne contiennent pas plus de fer que les autres légumes verts et comme eux apportent de la vitamine C. Mais le stockage prolongé au frais les appauvrit beaucoup.

- Le pain blanc contient des vitamines, mais beaucoup moins que le pain complet.

- La banane possède plus de vitamine C que de nombreux autres fruits.

- Le foie est une bonne source de vitamines.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité