Le bonhomme tétard

Publicité
Publicité

Grâce au perfectionnement du geste qui devient plus docile aux intentions du petit dessinateur, par les coordinations qu’il établit avec les données visuelles, les progrès du dessin sont très spectaculaires au cours de la troisième année. L’enfant produit de gros efforts pour représenter les objets et la figuration reste sont problème.

Le dessin de l’homme est symbolisé par un cercle, pièce principale, constituant à la fois la tête et le tronc, deux traits sont pour les jambes, et, parfois , deux autres pour les bras. Ceci constituant le bonhomme têtard.

Publicité
Il est toujours dessiné de face. Puis avec le développement de l’enfan,t apparaissent des détails comme les yeux, la bouche, les mains et les doigts. La tête se dégage du tronc par un cercle séparé et devient de plus en plus réaliste.

L’évolution de ce schéma don,ne une bonne idée à l’enfant de la représentation de son corps et de sa perception. Car il ne peut le reproduire que s’il a la notion de son corps et de sa position dans l’espace.

Ce bonhomme représente ensuite les parents, père ou mère, grâce aux vêtements dont l’enfant l’affuble, puis ce son les frères et soeurs qui sont figurés, et enfin l’enfant lui-même.

D’autres dessins telles que les maisons sont également représentées ; tout d’abord sous la forme d’une masse informe, puis avec un toit à double pente avec une cheminée. Un chemin courbe mène à cette maison. Le dessin de la maison est fortement révélateur de la manière dont l’enfant appréhende l’espace.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité