Archives

Le balancement

Réagissez ! - 1 commentaire
Publicité

Cela n’a rien de comparable aux tics. C’est un processus d’endormissement : en se berçant, l’enfant s’autostimule pour entrer dans le sommeil. Générale-ment, il balance sa tête ou son tronc de manière très rythmée. Il peut aussi être agité de la même façon dans son sommeil profond. Ces mouvements sont normaux et passeront avec l’âge.

Plus impressionnants sont les enfants qui tapent leur tête contre la paroi de leur lit ou contre le mur au moment de l’endormissement ou tout au long de leur sommeil. Dans la plupart des cas cette manie cesse vers l’âge de 4 ans mais peut se prolonger jusqu’à 5-6 ans. Elle est souvent précédée par des mouvement de roulement rythmés du corps ou de la tête. Différentes études ont mis en rapport ce comportement avec un problème ophtalmique ; il est donc recommandé de faire examiner régulièrement les enfants ayant cette habitude.

Différents traitements sont possibles selon les « écoles », tous ont des efficacités relatives. Le premier souci du médecin est d’abord de dédramatiser la situation auprès des parents et de leur conseiller d’éviter toute manifestation autoritaire ou sarcastique. Certains médecins sont partisans de la psychothérapie et de la relaxation ; d’autres pensent que la rémission ne peut se faire qu’avec des médicaments tels que des neuroleptiques. Malheureusement, à leur efficacité certaine, ils associent des manifestations secondaires comme somnolence et apathie. Enfin, une troisième voie est possible, celle de l’homéopathie.

L’avis du spécialiste

Les petites manies et les rituels ne doivent pas être confondus. Beaucoup de ces derniers sont encore présents à l’âge adulte : nous avons des expressions favorites de langage, nous aimons dormir d’un côté du lit, nous avons certaines habitudes alimentaires. Ces rites se construisent dès l’enfance et il est donc normal de les trouver chez l’enfant où ils sont véritablement magiques, l’aidant à atténuer toutes les anxiétés dues au changement et à l’inconnu. Très différentes sont les petites manies répétitives, par exemple les tics, qui gênent l’enfant dans sa sociabilité, provoquant la réprimande des parents et la moquerie de ses camarades. Leur traitement consiste avant tout en une mise à plat des raisons psychologiques qui ont vu naître de tels comportements. La relaxation est souvent efficace sur des manifestations qui sont l’expression somatisée d’une angoisse qui n’a pu être exprimée. Il est bon de ne pas attendre que ces petites manies deviennent encore plus fréquentes ou plus compliquées pour consulter un médecin. Plus elles sont ancrées, plus elles sont difficiles à traiter et plus elles hypothèquent l’image de soi chez cet enfant en plein développement.

Je souscris à la newsletter medisite À la Une

Voir un exemple
Publicité

Ailleurs sur le web

Pour commenter cet article, veuillez vous inscrire ou vous connecter avec votre compte Medisite

1 commentaire

merci pour les informations

Portrait de ghaloula

merci pour les informations

Votez pour ce commentaire: