La sieste

Publicité
Publicité

Le début de l’après-midi est propice à la somnolence. Sur le plan chronobiologique, cette période se révèle être le moment le moins favorable à une bonne activité cérébrale. Ce creux intellectuel des 13-14 heures favorise l’endormissement à tout âge. Nos rythmes fondamentaux se découpent donc, à l’évidence, entre deux périodes de sommeil, la plus importante se situant la nuit, et une seconde, de type « réparateur », en milieu de journée.

La sieste est indispensable à l’équilibre du tout petit enfant. Mais jusqu’à quel âge ? On serait tenté de répondre : tant que le besoin s’en fait sentir. En effet, si certains enfants n’en ont plus réellement envie vers 3-4 ans, d’autres la réclament encore à 7 ans. Pourtant, c’est environ vers 2 ans 1/2 que les enfants ne s’endorment plus spontanément à ce moment de la journée. À vous de ne pas rater le moment, peut-être bref, où votre enfant va bâiller, cligner des yeux, piquer légèrement du nez. Même s’il refuse obstinément de se laisser aller au sommeil, il semble important, de toute façon, qu’une plage de calme s’installe alors et que l’enfant, même s’il ne dort pas, joue tranquillement dans son lit ou dans un endroit confortable où, à tout moment, il pourra s’étendre. Il est souvent conseillé de faire déjeuner l’enfant assez tôt, car cette période de baisse de vigilance s’installe communément chez les enfants entre 12 et 14 heures. En lui servant son repas vers 11h30 environ, dès le retour de l’école, vous lui laissez le temps de manger tranquillement et même de jouer un petit quart d’heure avant de se coucher. Bien sûr, il s’endormira d’autant plus facilement si sa chambre est légèrement dans la pénombre et s’il n’y a pas de bruit.

Publicité
Combien de temps doit durer cette sieste ? Il est intéressant de constater qu’adultes, comme enfants, dorment spontanément 2 heures au début de l’après-midi. Tous les spécialistes s’accordent pour conseiller ce temps minimum aux enfants de moins de 4 ans. Par la suite, la sieste peut être écourtée d’une demi-heure et pour les enfants plus grands, qui en ont encore besoin, se matérialiser par 20 minutes de sommeil, soit juste le temps nécessaire à une certaine récupération : l’idéal étant, bien sûr, pour les petits comme pour les grands, de dormir jusqu’au réveil spontané.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité