L’entrée à la grande école

Publicité
Publicité

Dès le premier jour de classe, l’écolier du CP fait la différence avec ses années d’école maternelle. Tables et chaises sont alignées, toutes tournées vers le tableau. Il faut rester assis pour écouter les leçons et l’institutrice demande souvent le silence. On n’appelle plus l’enfant uniquement par son prénom, il porte aussi un nom de famille. Même si l’enfant est fier de devenir un « grand », il est très sensible à ces changements, véritable petits « chocs » émotionnels qui, quotidiennement, le font mûrir.

L’adaptation à ce nouveau monde est conditionnée par le niveau de confiance que l’enfant a en lui-même. Il va falloir relever bien des défis, heureusement à cet âge, la plupart des enfants se sentent prêts à découvrir le monde. Les « pourquoi » et les « comment » sont ses questions favorites. On mesure l’importance de cette classe aux statistiques. 93 % des écoliers qui redoublent le CP n’atteindront pas la classe de seconde. Au CP l’enfant débute l’apprentissage fondamental qu’est la lecture et l’écriture. Savoir lire et écrire est indispensable pour lui permettre plus tard une parfaite maîtrise des matières étudiées dans le primaire. De plus, dès le CP, beaucoup de consignes du maître passent par l’écrit.

Publicité
À 6-7 ans, l’enfant agit encore plus par sensibilité que par logique. Il aura donc besoin d’une solide affection pour vaincre toutes ses craintes et se plier à toutes ces nouvelles contraintes. À l’école et à la maison, il va construire sa personnalité. Le pouvoir des adultes et des choses perd de sa magie. Tout commence à s’expliquer et à se comprendre. Ces découvertes vont l’aider à comprendre l’univers dans lequel il vit et à agir sur lui : il acquiert à son tour un pouvoir. Il va savoir, il va pouvoir faire.

Depuis septembre 1991 a été mise en place une nouvelle politique pour l’école. Les années de scolarité sont théoriquement regroupées en cycles auxquels ont été attribués des objectifs. Le premier cycle, celui dit des apprentissages premiers, se termine à 5 ans. Le deuxième cycle est celui des apprentissages fondamentaux pour les enfants âgés de 5 à 8 ans. Le troisième cycle, baptisé celui des approfondissements, conduira les enfants jusqu’au CM2. Ces cycles de trois ans pourront être faits en deux ou quatre ans selon les élèves.

Pourquoi cette réforme ? Elle doit permettre une adaptation aux rythmes d’apprentissage plus personnalisés à chaque élève. Il n’y aura plus de redoublement qu’en fin de cycle. L’enfant qui a des difficultés dans une discipline ne se voit pas obligé de tout recommencer. Il peut poursuivre une scolarité normale dans les disciplines qu’il maîtrise.

Votre enfant est grand. Son nouveau cartable est la preuve de sa maturité. Dites-vous que, bientôt, il vous écrira et qu’il lira ce que vous lui avez écrit.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité