L’aider à marcher avec des échasses

Publicité
Publicité

Guider ses premiers pas, en marchant derrière lui et en le tenant à bout de bras, est très inconfortable pour l’enfant qui trouve difficilement son équilibre. Il est sans doute préférable de l’aider à marcher en se plaçant face à lui et à sa hauteur. Cette position n’étant pas toujours aisée pour l’adulte, les psychomotriciens conseillent d’aider l’enfant en lui donnant pour appui deux bâtons que l’adulte déplace pas à pas, à la manière d’échasses. Au début, l’enfant marchera en appui des deux côtés, puis un seul côté lui suffira jusqu’au moment des premiers pas... seul à la découverte du monde.

Voici les principales déformations courantes dans la position des pieds.

Publicité
- Le pied avec métatarsus varus : l’avant-pied est enroulé vers l’intérieur de la jambe. Le traitement se fait par de la kinésithérapie en effectuant des mouvements inverses à la déformation. Dans les cas les plus sérieux, l’enfant dormira avec de petites attelles ou portera un plâtre. À l’âge de la marche, si cette déformation est toujours présente, il portera des chaussures spéciales.

- Le pied talus : le pied qui forme un angle aigu avec l’axe de la jambe. Très impressionnant, il se corrige très facilement et spontanément dans 99 % des cas. Le traitement par un kinésithérapeute relayé par les parents consiste à assouplir l’articulation.

- Le pied talus valgus : le pied est fléchi sur la jambe et tourné vers l’extérieur. Le traitement rééducatif s’impose ainsi que le port d’attelles.

- Le tibia varum : les pied est féchi en dedans. Souvent d’origine familiale, c’est parfois le résultat d’un rachitisme infantile. Ce défaut se corrige très bien par la pratique du porteur puis, plus tard, de la bicyclette. Il arrive aussi que la hanche soit en cause. Les enfants souffrant de cette malformation se reconnaissent à leur manière de s’asseoir les fesses entre les jambes.

- Le pied varus équin : c’est une véritable malformation et non le résultat d’un mauvaise position utérine. Le pied est bloqué en hyperextension, dans une position qui impose l’appui sur sa pointe et jamais sur le talon. Cette malformation doit être soignée par des traitements orthopédiques dès la naissance. Selon les cas, l’enfant portera des attelles ou un plâtre, voire même devra subir une intervention chirurgicale et, bien sûr, suivra une rééducation kinésithérapique.

L’avis du spécialiste

Les nombreuses rencontres avec les nourrissons m’ont amené à une constatation. Je me suis aperçu avec surprise que la plupart d’entre eux marchaient à l’âge précis de leur premier anniversaire. Je suis persuadé que certains sont capables de marcher déjà à 10 mois et qu’ils attendent. Mais quoi ? Je pense qu’ils perçoivent alors l’autorisation psychologique et inconsciente des parents. Dès lors, ils peuvent se lâcher et enchaîner leurs premiers pas.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité