Introduction

Publicité
Publicité

Pour répondre au mieux aux besoins d’un enfant, il savoir que :

- l’alimentation du nourrisson a plusieurs fonctions : elle participe à son développement, à l’éveil de ses sens et de son goût, mais c’est aussi l’occasion d’un échange de tendresse et de plaisir.

Publicité
- pendant la première année de vie, le système nerveux central est immature, et le cerveau grossit de 2 grammes par jour. Pour ce faire, le sucre de lait appelé lactose et les acides gras essentiels (acide linoléique et acide linolénique) sont déterminants.

- l’organisme du nourrisson n’est pas capable de digérer l’amidon (sucre complexe contenu dans les farines) avant l’âge de 5 mois voire plus, ni les graisses du lait de vache sauf si ces dernières ont été modifiées comme dans les laits premier âge. Il faut absolument attendre l’âge de 5 mois pour diversifier l’alimentation de Bébé, afin de limiter les risques de troubles digestifs et d’allergie.

- le système immunitaire du tube digestif (bouche, œsophage, estomac, duodénum, intestin grêle, gros intestin, rectum et anus) lui non plus n’est pas complètement développé, ce qui favorise le passage de certaines protéines à travers la muqueuse digestive (tissu qui tapisse le tube digestif). Les conséquences les plus fréquentes sont des allergies aux protéines du lait de vache, ou au gluten qui est une protéine contenue dans le seigle, l’avoine, le blé et l’orge.

- les reins du tout petit peuvent être surchargés lorsqu’il s’agit d’éliminer de grandes quantités de sel ou de déchets issus de la transformation des protéines.

On peut retenir de ce qui précède que si le nouveau-né a besoin de matériaux et d’énergie pour assurer sa croissance, ses capacités d’absorber, de transformer et d’éliminerles apports excessifs sont limitées.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité