Il faut faire attention à tout

Publicité
Publicité

Un appartement, une maison avec un jardin, des escaliers et des recoins pour se cacher : c’est un paradis qui réserve pourtant des surprises . Sachez que le pavillon est plus dangereux que l’appartement et que la cuisine provoque, à elle seule, 25 % des accidents domestiques. À partir de 1 an, efforcez-vous de lui apprendre ces risques : le chaud, le froid, le poids, la chute, la notion du vide, etc.

La cuisine

Publicité
Les plus gros risques dans cette pièce sont essentiellement les brûlures : une casserole laissée sur une cuisinière, l’eau de vidange de la machine à laver qui s’évacue dans l’évier ou encore le contact avec la porte du four en fonctionnement. Il convient donc de prévoir des barrières de cuisinière, une installation fixe pour les tuyaux de vidange et le placement du four en hauteur. À savoir : il existe des fours équipés de porte froide. Vérifiez bien que toutes les installations électriques possèdent une prise de terre, et rangez les produits ménagers en hauteur. Pensez aussi aux systèmes de sécurité pour tiroirs et placards, qui les rendent inviolables. Toute introduction d’un nouvel appareil apporte un nouveau danger.

Le séjour et les chambres

Salle à manger et salle de séjour présentent aussi de nombreux risques, dont les plus fréquents sont les chutes en tout genre, dues notamment aux tapis. Pour le confort de tous, choisissez de préférence une moquette. Les chutes sur les coins de tables sont douloureuses, voire graves : il existe des coins de protection très faciles à poser. À l’heure de l’apéritif, éloignez noix et cacahuètes, que l’enfant risque d’avaler de travers.

L’escalier est cause aussi de nombreuses chutes : si vous en faites installer un, optez pour un modèle à contremarches, équipé d’une rampe munie de barreaux (la distance entre les barreaux fait l’objet d’une réglementation). L’enfant pourra s’y agripper. D’une manière générale, équipez l’escalier d’une barrière pour éviter toute velléité d’escalades. Il en existe de nombreux modèles dans tous les styles.

La chambre d’enfant n’est pas non plus forcément un lieu sûr. Les risques sont l’électrocution, les chocs, les pincements. La pose de prises à éclipses se généralise de plus en plus en France. De toute façon, vérifiez que toutes les prises électriques possèdent des fiches protégées. En ce qui concerne la porte de la chambre, choisissez-la non vitrée et de préférence munie d’un modèle de poignées rondes. Si vous installez des rideaux, prévoyez des cordons avec retour vissé dans le mur.

La salle de bains

C’est un autre lieu à hauts risques, dont les plus fréquents sont les brûlures par eau chaude (certaines installations collectives délivrent de l’eau à 65 °C). La solution : installez un robinet thermostatique sur la baignoire. Il se prérègle à la température souhaitée et deux gestes simultanés sont nécessaires pour l’augmenter : il faut à la fois appuyer et tourner le bouton, une manoeuvre difficile à effectuer par un petit enfant. Inconvénient : le coût du dispositif est encore très élevé. Prudence encore si vous utilisez des appareils électriques. C’est encore la pièce où l’on range la pharmacie familiale. Il est préférable de la placer en hauteur et de la choisir avec une fermeture à clef.

Le garage

Les portes basculantes actionnées par cellule photoélectrique sont la cause de nombreux accidents. Dès qu’ils marchent, les enfants jouent à s’y accrocher et se trouvent alors prisonniers entre la porte et le plafond et risquent l’écrasement.

Accessoires de sécurité

Les fenêtres présentent aussi leurs risques. La solution ? Les loquets de sécurité. Attention, aucun système n’est inviolable. Si vous faites construire votre maison, profitez-en pour installer des vitrages incassables. De toute façon, pensez au matériel de sécurité : crochets bloquant les portes ; mousse pour garnir les coins de table ; cache-prises ; grilles de protection pour plaques de cuisson et portes de four ; barrière pour l’escalier ; bourrelet antipincement pour les portes, ou de protection pour les robinets, etc.

Jeux interdits

Attention aux jouets en mousse, particulièrement ceux conçus pour le bain, ils sont à bannir. Les enfants risquent d’avaler de petits morceaux et de s’étouffer. Il n’existe aujourd’hui aucun test de résistance pour ces objets. Interdisez les jouets gonflants, notamment ceux qui se cachent dans des gélules qui fondent dans l’eau chaude. L’enfant de moins de 3 ans est toujours capable de les avaler. Contrôlez les piles de ses jouets. Elles ne sont pas toujours bien isolées dans un compartiment indépendant, non accessible aux petits bricoleurs. Les risques sont du type « brûlures », soit de contact, avec des piles en surchauffe, soit, si elles coulent, par le produit chimique qu’elles contiennent.

Attention encore aux sacs de plastique récupérés au moment des courses. Les enfants trouvent souvent très amusant de les mettre sur leur tête pour se faire des chapeaux. C’est un véritable piège : l’enfant n’y respire pas bien, panique, cherche longuement de l’air et est incapable alors de le retirer de son visage sur lequel il se colle.

La pédagogie du risque est à introduire très tôt comme moyen de connaissance. Le froid, le chaud, la chute, la hauteur de l’escalier, la notion du vide et bien sûr tous les dangers dus à l’introduction de nouveaux appareils ou objets dans l’environnement de l’enfant sont les supports de cet apprentissage du risque. L’enfant va d’ailleurs passer par le temps du faire-semblant qui va l’aider à comprendre le danger.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité