Il est autoritaire

Publicité
Publicité

Vers 3 ans, l’enfant devient souvent autoritaire. Il utilise avec volupté « je » et « vouloir » pour affirmer qu’il a bien organisé sa représentation du monde autour de sa personne. « Je veux = j’existe = je domine le monde. » Il entre dans une phase d’opposition où ses colères sont nombreuses. Il ne supporte pas, notamment, qu’on l’oblige à quitter ses occupations pour lui demander de partir ou d’aller se coucher : « C’est l’heure » n’a pour lui aucun intérêt et encore moins de signification. Sans doute est-ce le moment de dialoguer avec lui, de lui donner le statut d’individu à part entière avec ses devoirs et ses besoins ? Les interdits seront alors mieux acceptés et compris s’ils sont clairs et stables. C’est à vous, parents, de veiller à la constance de leurs prescriptions, seul moyen de donner à votre enfant des points de repère grâce auxquels il se sent en sécurité affective, celle qu’il éprouve sans avoir à y penser.

Autorité, autoritarisme, des degrés qui dépendent de l’éducation que vous avez déjà donnée à votre enfant, mais aussi de son caractère. Certains enfants, quel que soit leur âge, seront plus souples que d’autres. Ce sont les mystères de la génétique auxquels s’ajoutent les modèles parentaux.

Publicité
Les enfants ont des modes de pensée différents de ceux des adultes. Ils vont affirmer leur personnalité au jour le jour et sur des détails qui paraissent mineurs à leurs parents mais qui sont pour eux essentiels. S’opposer, c’est montrer qu’on existe, que l’on a des désirs différents de ceux de ses parents.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité