Déjeuner à l’école

Publicité
Publicité

Pour un tout-petit, manger à la cantine est une expérience qu’il est préférable de tenter quelques semaines après la rentrée scolaire. Partager ses repas entre enfants du même âge, manger des plats différents de ceux dont il a l’habitude à la table familiale, est une véritable aventure. Généralement, à cet âge, peu d’enfants se plaignent des menus. Par contre, il n’est pas rare qu’ils ne mangent pas équilibré. Qui plus est, trop de bruit et de bousculade, pas assez d’affection leur rendent cet instant de détente particulièrement stressant et nuisent souvent à leur appétit.

Heureusement, dans de nombreux établissements scolaires, beaucoup d’efforts ont été réalisés pour transformer les cantines trop bruyantes : matériaux antibruit, tables à six ou huit convives, décors attrayants, plantes vertes contribuent à faire du déjeuner un moment privilégié de détente. Aussi, pour mieux adapter ce service aux besoins de l’enfant, de plus en plus de cantines se transforment en self-service pour la plus grande joie de tous, enseignants et personnels de service compris.

Publicité
Convives responsables

Cette formule a de nombreux atouts : elle responsabilise les enfants, leur permet de déjeuner plus calmement et fait de ce moment un temps fort sur le plan éducatif. Généralement, les plus petits sont conviés les premiers, les moyens arrivent 1/4 d’heure après, puis viennent les grands. Très vite, les enfants apprennent à se renseigner sur le menu du jour, savent attendre leur tour, se servent eux-mêmes en boisson. Heureux de ne pas être assistés, ils coupent leur viande, choisissent ce dont ils ont envie, par exemple un fruit à la place d’un petit-suisse. Ils apprennent aussi à goûter de tout : puisque le meilleur copain prend des épinards, pourquoi ne pas essayer. Le self-service leur permet aussi de manger à leur rythme. Au fur et à mesure qu’ils ont fini leur repas, les enfants sont emmenés en récréation. Ainsi, les plus rapides ne s’ennuient pas à table et les plus lents peuvent alors prendre tout leur temps dans une ambiance plus calme. C’est une méthode ingénieuse pour les préparer à manger avec les adultes en leur apprenant à être plus autonomes à table.

Les habitudes des dames de service ont dû aussi être modifiées. Admettre qu’un enfant de 2-3 ans puisse disposer d’une grande autonomie ne leur a pas toujours été facile à comprendre. Mais elles ont pu constater que ce nouvel « art de vivre » à la cantine était aussi enrichissant pour elles.

Utilisez la cantine à des fins thérapeutiques si votre enfant a des problèmes à table. Elle le guérira des refus alimentaires et des choix trop sélectifs.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité