De tout, mais en petites quantités

Publicité
Publicité

Le régime d’un enfant de 2 ans se diversifie largement, il est capable de manger pratiquement de tout. Le problème le plus souvent rencontré par les pédiatres tient surtout à la surconsommation de protéines animales, sous forme de viande. 50 g de viande ou de poisson ou 1 oeuf par jour sont suffisants et encore, ces protéines ne sont pas obligatoires quotidiennement si elles sont remplacées par des protéines d’origine végétale. Semoule, riz et pâtes peuvent être consommés à un des principaux repas. Celui du soir devrait, dans l’idéal, se composer d’une soupe épaisse de légumes avec une noix de beurre ou un peu de gruyère et d’un dessert. La soupe de légumes est intéressante pour ses apports en fibres et en vitamine C.

Si votre enfant va la crèche ou chez une nourrice, la composition du dîner tiendra compte de ce qu’il a mangé à déjeuner, ceci afin d’éviter monotonie et déséquilibre. Dans la plupart des crèches, le menu de la semaine est affiché dans la pièce d’accueil. S’il est chez une nourrice, pensez à lui demander ce qu’il a mangé le midi.

Publicité
Menus variés

Vous pouvez mélanger maintenant à ses aliments tous les corps gras, mais en petite quantité ; 15 g de beurre ou 2 cuillerées à café de crème fraîche ou 1 cuillerée à soupe d’huile (plutôt d’olive).

La viande ou le poisson de bébé peuvent être prélevés sur le plat familial, à condition simplement d’être cuits dans peu de matière grasse. Pour le poulet, il est préférable d’enlever la peau qui est toujours plus grasse que la chair.

Le poisson est un aliment particulièrement facile et rapide à digérer en raison de la nature des fibres qui le composent. Il a aussi l’avantage d’être plus riche en acides gras essentiels, en calcium, en phosphore, en vitamines A et D que la viande. De plus il contient de l’iode. Évitez seulement les poissons gras tels que le maquereau, la sardine fraîche, le thon, le hareng : ils sont plus difficiles à digérer. Par contre vous pouvez lui proposer du thon, du maquereau ou des sardines en conserve. Pour ces dernières, choisissez les préparations au jus de citron et n’en servez pas plus d’une par repas.

La seule difficulté réelle est que certains enfants ont du mal à apprécier le poisson. Dans ce cas, préférez ceux au goût subtil, filet de lieu, julienne ou cabillaud, à ceux plus forts comme la morue ou la limande. Pensez encore à varier et agrémenter la préparation de ces plats. Le filet cuit à l’eau peut se transformer agréablement en un gratin. Le poisson cuit et émietté se mélange à merveille avec des pommes de terre et des sauces.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité