De la peur à la phobie

Publicité
Publicité

Attention aux peurs qui s’installent. L’angoisse est tellement violente que l’objet de la peur éliminé, les cris et les larmes se poursuivent, l’enfant allant même jusqu’à refuser de manger, de se coucher, de quitter les bras de l’adulte. La peur devient phobie lorsqu’elle resurgit systématiquement en présence d’un objet ou d’un animal, toujours le même. Les phobies s’accompagnent généralement d’autres troubles (timidité, agressivité, état latent de crainte). Ce comportement demande l’aide d’un psychothérapeute.

L’avis du spécialiste

Publicité
I l faut que l’enfant ait peur, cela participe à son développement normal et naturel. C’est en maîtrisant ses peurs qu’il va pouvoir grandir et progresser. Il ne faut pas confondre angoisse et anxiété. L’angoisse est tout autre chose, c’est une situation où la peur sidère l’enfant, l’empêchant de se développer ou d’agir. Il ne joue plus, il ne jouit plus du monde qui l’entoure, il n’a plus de bonnes relations avec ses pairs. C’est le résultat d’une fixation des peurs et des anxiétés naturelles. L’angoisse envahit toute la vie psychique, au détriment des connaissances et des relations avec les autres. Elle se manifeste par des comportements de repli et d’évitement. Elle se traite par des soins psychologiques où la parole tient une grande place, et cela dès 5 ans.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité