Acquisition et progression

Publicité
Publicité

Après 1 an, l’acquisition du langage entre dans la période locutrice, celle où l’enfant va apprendre des mots, puis des « mots phrases » suivis de mots juxtaposés. L’adulte encourage alors l’enfant à l’imiter en lui proposant de répéter deux, puis trois phonèmes. L’enfant est d’autant plus coopérant que ceux qu’on lui propose d’apprendre font partie de son univers.

Les premiers termes sont souvent choisis pour leur facilité de prononciation. C’est encore le moment où l’enfant « invente » des vocables qui lui servent à désigner des objets familiers ; seuls ses proches sont alors capables de les traduire. Certains mots servent encore à désigner plusieurs choses ; les psychologues les appellent les mots valises. Le préverbiage est essentiellement lié à la vie quotidienne, notamment à tout ce qui touche les repas, le sommeil, bref, à tout ce qui est très proche de l’enfant. La richesse et la nature de ce tout premier vocabulaire concernent essentiellement le milieu familial. La naissance et l’enrichissement de la parole sont affaire d’interaction entre l’adulte et l’enfant.

Publicité
Voici, par exemple, comment il acquiert le verbe « boire ». Bébé a faim, il crie. Sa mère lui apporte son biberon, tout en lui parlant d’une voix douce pour le consoler et l’aider à patienter. Il est heureux, le plaisir l’envahit. Peu à peu, il va relier le son du mot « lait » ou « biberon » à l’objet même et, bientôt, il fera la relation entre ces mots et l’action de « boire ». L’acquisition intelligente des symbolisations se fait par étapes, elle aide à la mise en place du langage en permettant à l’enfant de relier l’objet vu aux sons qui le désignent. Cette symbolisation sera d’autant plus rapide que l’enfant ressent une utilité, un plaisir à la maîtriser. Durant la deuxième année, l’enfant accroît sa compréhension du langage, son vocabulaire étant encore approximatif.

Dépister les troubles de l’audition

C’est donc en entendant les autres parler que l’enfant construit spontanément son langage. Pour apprendre à parler, il est important de bien entendre. Diagnostiquer un trouble de l’audition et appareiller un enfant précocement, c’est lui donner toutes ses chances de communiquer parfaitement avec les autres. L’enfant qui entend mal « apprend » le langage en prenant repère sur les mouvements de la bouche, sur les mimiques du visage et sur les gestes, c’est un apprentissage dur et long.

Le bilinguisme ne pose aucun problème chez l’enfant qui a un bon développement. Par contre, s’il manifeste un retard de langage, un trouble de la spatialité, de l’organisation temporelle ou relationnel avec les autres, il peut être aggravant.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité