Economie

Les dernières actualités

Levée de rideau sur le nouveau billet de 50 euros

C'est la coupure la plus utilisée en zone euro : le billet de 50 euros fait peau neuve. La Banque centrale européenne a dévoilé son nouveau look ce mardi. Un défi aux faux-monnayeurs Il s'inscrit dans la série Europe, repérable à sa fenêtre qui laisse apparaître par transparence un portrait de la mythique princesse grecque. Sa robe est ocre et porte le fameux numéro émeraude en caractères brillants qui changent de couleur selon l'inclinaison. Autant de défis aux faux-monnayeurs. Production locale Le nouveau billet de 50 euros entrera progressivement en circulation à partir du 4 avril 2017. Son espérance de vie est estimée à 4 ans et son coût de production entre 6 et 10 centimes d'euros l'unité. Il sera fabriqué par les banques centrales nationales des 19 pays de la zone euro. Le nouveau #billet de 50 euros en dates clés : pic.twitter.com/2F2mJJpKnY- Banque de France (@banquedefrance) 5 juillet 2016 La reine des coupures Au cours des 15 dernières, la popularité du billet de 50 euros a quadruplé : plus de 8,5 milliards de coupures sont actuellement en circulation - c'est 45% du total ! Un succès alimenté par l'Allemagne et l'Autriche où l'on se méfie des paiements électroniques qui laissent des traces. Rien de tel que l'argent physique : 80% des achats réalisés par les Allemands et les Autrichiens sont réglés en liquide. Un Allemand transporte en moyenne une centaine d'euros dans son portefeuille. Après conversion, on constate qu'un Américain n'a jamais plus de 40 euros en liquide, et un Suédois, 20 euros environ. L'argent papier est là pour rester Avec la nouvelle coupure de 50 euros, la Banque centrale européenne veut souligner son attachement à la monnaie fiduciaire et ainsi rassurer Berlin et Vienne, échaudés par l'annonce en mai de la disparition programmée du billet de 500 euros. La grosse coupure était en effet soupçonnée de faciliter les activités illicites. Mais l'Allemagne et l'Autriche redoutaient que cette décision ne soit un prélude à la disparition de l'argent physique. Fin du billet de 500 euros : le torchon brûle entre Francfort et Berlin https://t.co/EWWWIr5Lef pic.twitter.com/vV54as5xLT- euronews en français (@euronewsfr) 6 mai 2016 Le billet de 50 euros n'est pas le premier à bénéficier d'une cure de jouvence.Depuis 2013, les coupures de cinq, dix et vingt euros sont déjà passés par là. Puis viendra le tour des coupures de 100 et 200 euros.

Sacs plastiques, contraception, revenu des fonctionnaires : ce qui change au 1er juillet

Ce vendredi, de nombreuses mesures voient le jour. Les sacs plastique distribués aux caisses des commerces sont interdits à et doivent être remplacés par des sacs en papier, en tissu ou en plastique épais afin de lutter contre le gaspillage et la pollution. La contraception devient gratuite et anonyme pour les 15/18 ans. Enfin le point d'indice qui sert de base de calcul pour les fonctionnaires et revu à la hausse. Le compte pénibilité rentre également en vigueur.

Famoco, l'un des leaders du paiement sans contact

ILS FONT L'ÉCO. Invité de l'émission de LCI, ce jeudi, Lionel Baraban est le PDG et co-fondateur de Famoco. L'entreprise créée en 2010, s'est imposée en quelques années comme l'un des leaders sur le marché de la technologie du paiement sans contact.

Rémunération des médecins : "Que l'État nettoie son jardin ensuite nous examinerons nous les abus"

Alors que l'assurance maladie souhaite rémunérer les médecins en fonction de la pertinence des arrêts maladie, Claude Leicher, président de MG France, dénonce le fonctionnement de l'État. Selon lui, l'État demande à ce que des économies soient faites alors que "lui-même ne fait rien pour permettre certaines économies". Il explique d'un arrêt de travail dépend de la personne et non de la maladie en elle-même.