Publicité
Publicité

Il s’agit d’une infection contractée dans un établissement de soins, qui n’était ni en incubation ni présente à l’admission du malade. C’est l’hypothèse difficilement tolérable suivant laquelle un patient est hospitalisé pour un mal et contracte un autre mal dans l’établissement de soins.

La circulaire du 13 octobre 1998 "relative à l’organisation de la surveillance et de la prévention des infections nosocomiales" définit l’infection nosocomiale comme :
- toute maladie provoquée par des micro-organismes
- contractée dans un établissement de soins par tout patient après son admission, soit pour une hospitalisation, soit pour y recevoir des soins ambulatoires
- que les symptomes apparaîssent lors du séjour à l’hôpital ou après
- que l’infection soit reconnaissable aux plans clinique et/ou microbiologique

Publicité
On tient compte d’un délai de 48 à 72 heures entre l’admission et le début de l’infection. Ainsi, si l’infection se révèle moins de 48 heures après l’admission, on en déduit que l’infection était en incubation au moment de l’admission, et qu’elle n’a donc pas été contractée dans l’établissement de soins. Pour que l’infection nosocomiale soit retenue, il faut qu’elle se manifeste au moins 48 heures (parfois jusqu’à 72 heures selon l’infection) après l’admission.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité