Publicité
Publicité

L’accès au service public hospitalier est garanti à tous, sans distinction d’origine, de sexe, d’opinion politique ou religieuse ni de handicap. Outre ces droits, qui sont tous simplement ceux de la personne humaine et du citoyen, la charte précise certains cas particuliers. Les établissements doivent faciliter l’accueil et l’accès des personnes souffrant d’un handicap physique ou moral. Les hôpitaux ou cliniques doivent aussi rechercher à aplanir les difficultés présentées par les personnes parlant peu ou mal le français. La charte insiste aussi sur l’accès aux soins des personnes les plus démunies. Si, hors cas d’urgence, l’hospitalisation n’est pas justifiée, ces malades doivent être examinés et des soins prescrits. De plus ils doivent recevoir une aide dans leurs démarches administratives et sociales.

... et prise en compte de la douleur

Publicité
Les aspects psychologiques des patients doivent être pris en considération, de même que la douleur. Ces dimensions, parfois mal prisent en compte par le passé, sont désormais une préoccupation des personnels hospitaliers et une obligation légale. « Tout établissement doit se doter des moyens propres à prendre en charge la douleur des patients » rappelle la charte. Tous les malades en fin de vie doivent être accompagnés non seulement par leur proches mais aussi par le personnel de l’établissement.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité