Publicité
Publicité

Si le tabac est une source évidente de plaisir, ses effets délétères commencent à être mieux connus de tous. Rappeler quelques chiffres n’est pourtant pas inutile.

tabagisme

En France, le tabagisme est responsable de 60 600 morts par an, soit un décès sur neuf.

Les effets du tabac restent beaucoup plus sensibles dans la population masculine que chez la femme : on estime à 56 000 le nombre de décès liés au tabagisme chez l’homme contre 3 000 chez la femme. En revanche, une étude européenne vient de montrer que la mortalité par cancer du poumon chez la femme de 35 à 64 ans a plus que doublé depuis 1955 et continue son inquiétante ascension, alors qu’elle a entamé chez l’homme, dans les quinze pays de la communauté européenne et depuis une dizaine d’années, une sensible régression.

Le tabagisme est en effet d’autant plus dangereux qu’il est débuté tôt, dès l’adolescence, ce qui représente malheureusement la tendance actuelle. Les femmes qui ont commencé la cigarette dans les années 60 et 70 commencent donc à en payer les contrecoups. On prévoit 165 000 décès liés au tabac en 2025 : le nombre de décès féminins sera alors dix fois plus élevé qu’aujourd’hui, deux fois plus chez l’homme.

Le tabac entraîne une réduction de l’espérance de vie. Il induit diverses incapacités et affections qui vont de l’essoufflement au cancer bronchopulmonaire en passant par la bronchite chronique et l’insuffisance respiratoire chronique, l’artérite des membres inférieurs, les accidents vasculaires cérébraux et l’infarctus du myocarde.

Il détériore la qualité de vie du fumeur et de son entourage.

Chez la femme enceinte, le tabac peut induire des troubles du développement du foetus. Le nouveau né, le nourrisson et l’enfant sont particulièrement sensibles au tabagisme de leurs parents. Les infections des voies aériennes supérieures et inférieures sont chez eux beaucoup plus fréquentes et sérieuses.

Sur le plan pratique, il faut savoir que le risque de cancer bronchique est multiplié par deux lorsque l’on double la quantité journalière de tabac. En revanche, doubler la durée de consommation revient à multiplier le risque par 20. En caricaturant, mieux vaut dont fumer 2 paquets par jour pendant un an, plutôt que de fumer un paquet par jour pendant deux ans. Ces pourquoi on utilise aujourd’hui couramment, pour évaluer l’intoxication tabagique, une unité qui tient compte à la fois de la durée du tabagisme et de son intensité : le nombre de paquet/année. La consommation en paquets/année se calcule en multipliant le nombre de paquets fumés par jour par la durée en année de cette consommation.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité