Maladie de la macula : qu'est-ce que la DMLA ?

Maladie de la macula : qu'est-ce que la DMLA ?©iStock
Publicité

Le sigle DMLA signifie dégénérescence maculaire liée à l’âge. Il s’agit d’une pathologie de la macula, qui est une zone de la rétine. Mais quels sont, en cas de DMLA, les symptômes qui doivent alerter ? Existe-t-il, en cas de DMLA, un traitement permettant de soigner cette pathologie ? Focus sur la DMLA.

Publicité

DMLA symptômes

La dégénérescence maculaire est une destruction progressive de la macula. La macula est une zone de la rétine qui mesure quelques millimètres de diamètre et qui permet d’avoir une vision focalisée (on parle de vision centrale). Les facteurs favorisants de cette pathologie sont la myopie mais surtout l’âge puisque cette maladie concerne essentiellement les personnes âgées de plus de 50 ans (le diagnostic étant généralement posé une dizaine d’années plus tard). En cas de DMLA, la baisse progressive de la vision centrale rend impossibles certaines activités telles que la lecture. Néanmoins, la vision périphérique reste intacte. Les principaux symptômes sont une baisse de la vue avec la sensation de manquer de lumière, une moins bonne perception des contrastes, des difficultés à apercevoir les détails, la vision déformée des lignes droites et, à terme, l’apparition d’une tache noire centrale (scotome) qui gêne considérablement la vue.

DMLA traitement

Il existe deux formes de DMLA. D’une part, la forme atrophique (ou sèche) qui représente 80 % des cas et qui traduit la disparition lente, progressive et irréversible des cellules de la rétine. D’autre part, la forme humide (ou exsudative), d’évolution très rapide, dans laquelle on observe une prolifération de nouveaux vaisseaux anormaux sous la rétine (ils soulèvent la rétine et provoquent des hémorragies). Seul le traitement de la DMLA exsudative est possible à l’aide de traitements qui vont bloquer le VGEF, un facteur de croissance qui est à l’origine de la formation des nouveaux vaisseaux. Ces inhibiteurs sont injectés directement dans l’œil à raison de 7 injections par an. On peut aussi avoir recours à la photocoagulation au laser pour détruire les vaisseaux, à la radiothérapie ou encore à la thérapie photodynamique.

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité