Cirrhose biliaire : les symptômes

Publicité

Forme atypique de cirrhose, la cirrhose biliaire primitive touche majoritairement la population féminine entre 40 et 50 ans. Si la plupart des cirrhoses sont dues à une hépatite virale ou à une consommation excessive d'alcool, cette pathologie spécifique serait plutôt d'origine auto-immune. Comment se caractérise-t-elle ? En voici les principaux symptômes. 

Publicité

Cirrhose biliaire : les premiers signes

Egalement appelée cholangite destructrice non suppurative, la cirrhose biliaire primitive se manifeste différemment en fonction des individus. Cependant, certaines manifestations communes surviennent généralement à des degrés d'intensité différents. Les démangeaisons cutanées persistantes sont l'une des premières manifestations cliniques de la maladie. Elles peuvent être accompagnées d'une jaunisse, c'est-à-dire d'une coloration jaunâtre de l'épiderme. Ce phénomène résulte de l'obstruction progressive des canaux biliaires. Peu à peu, le foie et la rate augmentent de volume (on parle d’hépatosplénomégalie) et le malade ressent une extrême fatigue.

Publicité
Cirrhose biliaire : l'évolution

Lorsqu'aucun traitement n'est mis en œuvre ou s'il s'avère inefficace, la cirrhose biliaire primitive évolue vers ce que l'on appelle une cirrhose décompensée. Cela signifie que le foie du malade n'est plus en mesure de mettre en œuvre les mécanismes de compensation visant à éviter une insuffisance hépatique. En bref, l'organe n'assure plus sa fonction. Résultat : les symptômes de la cirrhose s'aggravent. Le liquide s'accumule dans la cavité abdominale du patient. On parle d'ascite. Les hémorragies digestives se multiplient. Des ecchymoses apparaissent. A ce stade d'évolution de la maladie, la greffe hépatique représente la seule alternative thérapeutique envisageable.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité