Simarouba

Simarouba

Nom latin: 

Simarouba amara

Nom(s) vulgaire(s): 

Simaruba, stibura, bois amer, bois blanc, négresse.

Famille: 

Simaroubacées

Simarouba : Propriétés

L’écorce de simarouba contient de la simarubine, une molécule qui a des propriétés antibiotiques. Elle est utilisée dans le traitement des maladies intestinales d’origine bactérienne ou parasitaire. Le simarouba a également un effet tonique (il favorise le transit intestinal), diurétique (il améliore le fonctionnement de l’appareil urinaire) et astringent (il assèche les tissus et facilite la cicatrisation). Il est indiqué en cas de diarrhée chronique ou de dysenterie, et chez les enfants atteints de colibacillose (infection bactérienne) ou de dénutrition.

Publicité

Simarouba : Histoire

Le simarouba a été introduit pour la première fois en France en 1713. Les explorateurs avaient remarqué en Guyane que les indigènes l’utilisaient pour traiter la malaria (paludisme) et les dysenteries. A Cuba, il était administré sous forme d’infusion pour soulager les troubles digestifs et combattre les maladies parasitaires. Les propriétés médicinales du samarouba sont depuis longtemps reconnues au Brésil, où on l’emploie également pour prendre en charge l’anémie.

Simarouba : Comment la reconnaître?

Le simarouba est un grand arbre tropical qui peut atteindre plus de 25 m de hauteur. Le diamètre de soin tronc varie entre 50 et 80 cm. Parfois confondu avec le frêne, on le trouve en Guyane, au Brésil, au Mexique, à Cuba, en Jamaïque et dans plusieurs autres pays d’Amérique centrale.

Simarouba : Parties utilisées

L’écorce.

Simarouba : Posologie

En usage interne, la plante s'utilise en décoction ou en comprimés. Demander conseil à un médecin ou pharmacien spécialisé.

Simarouba : Précautions d\'emploi

Attention : Les plantes ne sont pas des remèdes anodins. Ne jamais dépasser les doses indiquées.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité