SERETIDE DISKUS 100 microgrammes/50 microgrammes/dose, poudre pour inhalation en récipient unidose

source: ANSM - Mis à jour le : 21/08/2017

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

SERETIDE DISKUS 100 microgrammes/50 microgrammes/dose, poudre pour inhalation en récipient unidose

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Chaque inhalation délivre une dose (au niveau de l'embout buccal) de 92 microgrammes de propionate de fluticasone et de 47 microgrammes de salmétérol (sous forme de de xinafoate de salmétérol) ; ce qui correspond à une dose contenue dans chaque récipient unidose de 100 microgrammes de propionate de fluticasone et de 50 microgrammes de salmétérol (sous forme de xinafoate de salmétérol).

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Poudre pour inhalation en récipient unidose.

Dispositif (distributeur) en plastique contenant un film thermosoudé de 28 ou 60 récipients unidoses régulièrement espacés.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Asthme

Seretide est indiqué en traitement continu de lasthme, dans les situations où ladministration par voie inhalée dun médicament associant un corticoïde et un bronchodilatateur β2 agoniste de longue durée daction est justifiée :

-chez des patients insuffisamment contrôlés par une corticothérapie inhalée et la prise dun bronchodilatateur β2 agoniste de courte durée daction par voie inhalée à la demande

ou

-chez des patients contrôlés par ladministration dune corticothérapie inhalée associée à un traitement continu par β2 agoniste de longue durée daction par voie inhalée.

Remarque : le dosage Seretide Diskus 100 microgrammes/50 microgrammes/dose nest pas adapté au traitement de lasthme sévère de ladulte et de lenfant.

Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

Seretide est indiqué en traitement symptomatique de la BPCO chez les patients dont le VEMS (mesuré avant administration dun bronchodilatateur) est inférieur à 60 % de la valeur théorique,etprésentant des antécédents dexacerbations répétées et des symptômes significatifs malgré un traitement bronchodilatateur continu.

Publicité
4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Posologie

Voie dadministration : Voie inhalée.

Il conviendra dinformer le patient que pour observer un effet optimal du traitement, Seretide doit être administré quotidiennement même lorsque les symptômes sont améliorés.

Le médecin devra vérifier régulièrement que le dosage prescrit de Seretide est bien adapté à létat clinique du patient. Il ne sera modifié que sur avis médical. Il convient de toujours rechercher la posologie minimale efficace. Lorsque les symptômes sont contrôlés par la plus faible posologie recommandée en deux prises par jour, ladministration dun corticoïde inhalé seul sera alors envisagée. Il pourra être également envisagé de réduire la posologie de Seretide à une prise par jour, si le médecin estime nécessaire de maintenir un traitement par β2 mimétique de longue durée daction pour le contrôle des symptômes. Lhoraire de la prise de Seretide sera alors fonction de la fréquence dapparition des symptômes. Si la prédominance des symptômes est nocturne, Seretide sera administré le soir ; si elle est diurne, Seretide sera administré le matin.

Le dosage de Seretide qui sera prescrit au patient devra correspondre à la dose de propionate de fluticasone adaptée à la sévérité de son asthme. Si les dosages disponibles de cette association fixe ne répondent pas aux nécessités pour ajuster les posologies en fonction de létat du patient, β2 agonistes et/ou corticoïdes devront être prescrits individuellement.

Posologie préconisée :

Asthme

Adultes et adolescents de 12 ans et plus :

une inhalation de 100 microgrammes de propionate de fluticasone et 50 microgrammes de salmétérol 2 fois par jour

ou

une inhalation de 250 microgrammes de propionate de fluticasone et 50 microgrammes de salmétérol 2 fois par jour

ou

une inhalation de 500 microgrammes de propionate de fluticasone et 50 microgrammes de salmétérol 2 fois par jour

Seretide peut être envisagé en traitement dinitiation pendant une courte période dessai chez des adultes et adolescents ayant un asthme persistant modéré (défini par lexistence dune symptomatologie diurne, lutilisation quotidienne dun bronchodilatateur de courte durée daction en traitement symptomatique de secours et une obstruction bronchique modérée à sévère) et chez qui il apparaît essentiel dobtenir un contrôle rapide de lasthme. Dans ces cas, la dose initiale recommandée est d'une inhalation de 50 microgrammes de salmétérol et 100 microgrammes de propionate de fluticasone, deux fois par jour. Lorsque le contrôle de lasthme est obtenu, le traitement doit être réévalué afin denvisager la réduction du traitement à un corticoïde inhalé seul. Il est important que les patients soient suivis régulièrement lors de la période de réduction du traitement.

Il na pas été établi de bénéfice évident de Seretide utilisé en traitement dinitiation par rapport à un traitement inhalé par propionate de fluticasone seul, lorsque 1 à 2 des critères de sévérité évoqués ci-dessus ne sont pas présents. Dans la majorité des cas, le traitement de première intention demeure ladministration de corticoïdes inhalés seuls. Seretide nest pas destiné au traitement de première intention de lasthme léger. Le dosage 100 microgrammes/50 microgrammes de Seretide ne convient pas aux adultes et aux enfants atteints dasthme sévère ; la dose appropriée de corticoïdes inhalés devra être ajustée individuellement avant dinstaurer un traitement par une association fixe chez des patients atteints dasthme sévère.

Population pédiatrique

Enfants de 4 ans et plus :

Une inhalation de 100 microgrammes de propionate de fluticasone et 50 microgrammes de salmétérol 2 fois par jour.

Chez lenfant, la dose maximale de propionate de fluticasone par voie inhalée qui est préconisée est de 100 microgrammes, 2 fois par jour.

Aucune donnée nest disponible concernant lutilisation de Seretide Diskus chez les enfants de moins de 4 ans.

Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

Adultes :

une inhalation de 500 microgrammes de propionate de fluticasone et 50 microgrammes de salmétérol 2 fois par jour.

Populations à risque :

Il ny a pas lieu dajuster les doses chez les sujets âgés ou atteints dinsuffisance rénale. Aucune donnée nest disponible concernant lutilisation de Seretide chez les patients atteints dinsuffisance hépatique.

Utilisation du Diskus

Après ouverture du dispositif, pousser le levier pour préparer une dose. L'embout buccal sera ensuite placé entre les lèvres, la dose peut alors être inhalée, après quoi le dispositif sera refermé.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

Hypersensibilité aux substances actives ou à lun des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Seretide Diskus n'est pas adapté au traitement des crises d'asthme et des épisodes de dyspnée paroxystique. Dans ces situations, le patient devra avoir recours à un bronchodilatateur à action rapide et de courte durée pour traiter les symptômes aigus. Le patient sera informé qu'il doit ainsi avoir en permanence à sa disposition un médicament bronchodilatateur à action rapide et de courte durée destiné à être utilisé en cas de crise d'asthme.

Le traitement par Seretide ne doit pas être initié pendant une phase dexacerbation, ni en cas daggravation significative ou de détérioration aiguë de lasthme.

Des évènements indésirables graves liés à lasthme et des exacerbations peuvent survenir lors du traitement par Seretide. Il convient dinformer les patients que si les symptômes de lasthme persistent ou saggravent au cours du traitement par Seretide, ils doivent continuer leur traitement mais prendre avis auprès de leur médecin.

Une augmentation de la consommation de médicaments bronchodilatateurs à action rapide et de courte durée (dit « médicaments de secours ») ou une diminution de la réponse à ceux-ci est le signe d'une déstabilisation de la maladie. Dans ce cas, le patient devra consulter son médecin.

Une détérioration plus ou moins rapide du contrôle des symptômes doit faire craindre une évolution vers un asthme aigu grave pouvant mettre en jeu le pronostic vital et, par conséquent, nécessite une consultation médicale urgente. Il conviendra alors d'envisager une augmentation de la corticothérapie.

Dès que les symptômes de lasthme sont contrôlés, une diminution progressive de la dose de Seretide doit être envisagée. Il est important que les patients soient suivis régulièrement lors de la période de réduction du traitement. La dose minimale efficace de Seretide doit être utilisée (voir rubrique 4.2).

Le traitement par corticoïdes systémiques est habituellement indiqué chez les patients souffrant dexacerbations de leur BPCO ; par conséquent, ces patients devront être incités à consulter un médecin si leurs symptômes saggravent pendant leur traitement par Seretide.

Chez les patients asthmatiques, le traitement par Seretide ne devra pas être interrompu brusquement en raison d'un risque d'exacerbation. Par ailleurs, il conviendra de toujours rechercher la posologie minimale efficace sous contrôle médical. Chez les patients atteints de BPCO, l'arrêt du traitement peut aussi s'accompagner d'une décompensation symptomatique et doit donc s'opérer sous contrôle médical.

Comme les autres corticoïdes destinés à être administrés par voie inhalée, Seretide doit être utilisé avec précaution chez les patients atteints de tuberculose pulmonaire active ou quiescente, dinfections fongiques et virales ou d'autres infections des voies respiratoires. Un traitement approprié doit être instauré rapidement si nécessaire.

Rarement, Seretide peut entraîner des troubles du rythme cardiaque tels que tachycardie supraventriculaire, extrasystoles et fibrillation auriculaire, ainsi quune baisse modérée et transitoire de la kaliémie à des doses thérapeutiques élevées. Seretide doit être utilisé avec prudence en cas de pathologies cardiovasculaires sévères ou de troubles du rythme cardiaque et chez les patients présentant un diabète, une hyperthyroïdie, une hypokaliémie non corrigée ou à risque dhypokaliémie.

Des augmentations de la glycémie ont été très rarement rapportées (voir rubrique 4.8). Ceci doit être pris en compte lors de la prescription à des patients diabétiques.

Comme avec dautres traitements inhalés, un bronchospasme paradoxal peut survenir, caractérisé par une augmentation des sifflements et un essoufflement survenant immédiatement après ladministration. Le bronchospasme paradoxal doit être traité immédiatement avec un bronchodilatateur daction rapide et de courte durée. Il convient alors de cesser toute administration de Seretide Diskus, d'évaluer l'état du patient et au besoin, dinstaurer un traitement alternatif.

Les effets indésirables pharmacologiques des traitements β2 agoniste, tels que tremblements, palpitations et maux de tête ont été rapportés, mais ces manifestations sont généralement transitoires passagères et s'atténuent au cours d'un traitement régulier.

Seretide Diskus contient jusqu'à 12,5 mg de lactose par dose. Cette quantité n'entraîne normalement pas de réaction chez les patients intolérants au lactose.

La corticothérapie inhalée peut entraîner des effets systémiques, en particulier lors de traitements à fortes doses au long cours. La survenue de ces effets reste cependant moins probable qu'au cours d'une corticothérapie orale. Il peut être observé un syndrome de Cushing, un tableau cushingoïde, une inhibition de la fonction surrénalienne, une diminution de la densité minérale osseuse, une cataracte et un glaucome et, plus rarement, divers effets psychologiques ou comportementaux incluant hyperactivité psychomotrice, troubles du sommeil, anxiété, dépression ou agressivité (en particulier chez lenfant) (voir la sous-rubrique Population pédiatrique ci-dessous pour plus dinformations sur les effets systémiques des corticoïdes inhalés chez les enfants et les adolescents). En conséquence, le patient sera suivi régulièrement et la posologie minimale efficace devra toujours être recherchée.

Ladministration prolongée de doses élevées de corticoïdes par voie inhalée peut provoquer une inhibition de la fonction surrénalienne et une insuffisance surrénalienne aiguë. Des cas dinhibition de la fonction surrénalienne et dinsuffisance surrénale aiguë ont également été très rarement décrits avec des doses de propionate de fluticasone comprises entre 500 et 1000 microgrammes. Les crises dinsuffisance surrénalienne peuvent être déclenchées par un traumatisme, une intervention chirurgicale, une infection ou toute diminution rapide de la posologie. Le tableau clinique est généralement atypique pouvant comprendre anorexie, douleur abdominale, perte de poids, fatigue, maux de tête, nausées, vomissements, hypotension, troubles de la conscience, hypoglycémie et convulsions. En cas de stress ou lorsqu'une intervention chirurgicale est prévue, une corticothérapie de supplémentation par voie générale peut être nécessaire.

L'administration de propionate de fluticasone par voie inhalée favorise la diminution du recours aux corticoïdes oraux pour traiter l'asthme, mais elle ne prévient pas le risque d'apparition d'une insuffisance surrénalienne lors du sevrage des patients traités au long cours par une corticothérapie orale. Par conséquent, ces patients doivent être traités avec précaution et leur fonction cortico-surrénalienne régulièrement surveillée. Ce risque existe également chez les patients ayant reçu de fortes doses de corticoïdes en urgence. Le risque de persistance d'une inhibition des fonctions surrénaliennes doit rester présent à l'esprit dans les situations d'urgence et/ou susceptibles de déclencher un état de stress. Une corticothérapie substitutive adaptée devra être envisagée. Un avis spécialisé peut être requis.

Le ritonavir peut augmenter considérablement les concentrations plasmatiques de propionate de fluticasone. Par conséquent, à moins que le bénéfice attendu pour le patient ne lemporte sur le risque deffets indésirables systémiques de la corticothérapie, il convient déviter de les administrer de façon concomitante. Le risque deffets systémiques de la corticothérapie est également augmenté en cas dadministration concomitante de propionate de fluticasone avec dautres inhibiteurs puissants du cytochrome P450 3A4 (voir rubrique 4.5).

Pneumonie chez les patients atteints de BPCO

Une augmentation de lincidence des cas de pneumonie, ayant ou non nécessité une hospitalisation, a été observée chez les patients présentant une BPCO et recevant une corticothérapie inhalée. Bien que cela ne soit pas formellement démontré dans toutes les études cliniques disponibles, ce risque semble augmenter avec la dose de corticoïde administré.

Les données disponibles ne permettent pas de considérer que le niveau du risque de survenue de pneumonie varie en fonction du corticostéroïde inhalé utilisé.

Il convient de rester vigilant chez les patients présentant une BPCO, les symptômes de pneumonie pouvant s'apparenter aux manifestations cliniques d'une exacerbation de BPCO.

Le tabagisme, un âge avancé, un faible indice de masse corporelle (IMC) ainsi que la sévérité de la BPCO sont des facteurs de risques de survenue de pneumonie.

Des données issues dun essai clinique à grande échelle (« Salmeterol Multi-Center Asthma Research Trial, SMART ») ont suggéré une augmentation du risque de survenue dévènements indésirables respiratoires graves ou de décès dorigine respiratoire chez les patients afro-américains traités par salmétérol par rapport au placebo (voir rubrique 5.1). Il na pu être déterminé si ces observations étaient dorigine pharmacogénétique ou résultaient dautres facteurs intercurrents. Si les symptômes de lasthme persistent ou saggravent au cours du traitement par Seretide, les patients dorigine noire africaine ou afro-caribéenne doivent continuer leur traitement par Seretide tout en prenant rapidement avis auprès de leur médecin.

Ladministration concomitante de kétoconazole par voie systémique augmente de manière significative lexposition systémique au salmétérol pouvant entraîner une augmentation du risque de survenue deffets systémiques (par exemple : prolongation de lintervalle QTc et palpitations). Par conséquent, il convient déviter ladministration concomitante de kétoconazole ou dautres inhibiteurs puissants du cytochrome P450 3A4 sauf si les bénéfices attendus lemportent sur le risque potentiel de survenue deffets systémiques du salmétérol (voir rubrique 4.5).

Lattention des sportifs sera attirée sur le fait que cette spécialité contient deux principes actifs pouvant induire une réaction positive des tests pratiqués lors des contrôles antidopage.

Population pédiatrique

Les enfants et les adolescents de moins de 16 ans recevant de fortes doses de propionate de fluticasone (généralement ≥1000 microgrammes par jour) sont particulièrement à risque. Des effets systémiques peuvent survenir, en particulier lors de traitements à fortes doses au long cours. Il peut être observé un syndrome de Cushing, un tableau cushingoïde, une inhibition de la fonction surrénalienne, une insuffisance surrénalienne aiguë et un retard de croissance chez l'enfant et l'adolescent et, plus rarement, divers effets psychologiques ou comportementaux incluant hyperactivité psychomotrice, troubles du sommeil, anxiété, dépression ou agressivité. Il convient alors dadresser l'enfant ou l'adolescent à un pédiatre spécialisé en pneumologie.

La croissance des enfants recevant une corticothérapie inhalée à long terme devra être régulièrement surveillée. La corticothérapie inhalée devra être réduite à la plus faible dose assurant un contrôle efficace de lasthme.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

Les β-bloquants adrénergiques peuvent diminuer ou antagoniser l'effet du salmétérol. Les β-bloquants, sélectifs ou non, doivent être évités chez les patients atteints dasthme sauf nécessité absolue. Une hypokaliémie potentiellement grave peut survenir suite à un traitement par agoniste β2. Une attention particulière est recommandée en cas dasthme aigu sévère en raison du risque daggravation de cette hypokaliémie par ladministration dun traitement concomitant à base de dérivés de la xanthine, de stéroïdes et de diurétiques.

Ladministration concomitante dautres β-adrénergiques peut potentialiser les effets β2-mimétiques.

Propionate de fluticasone

Dans les conditions normales demploi, les concentrations plasmatiques de propionate de fluticasone atteintes après administration par voie inhalée sont faibles du fait dun effet de premier passage présystémique important (hépatique et intestinal) et dune forte clairance plasmatique par une importante métabolisation médiée par le cytochrome P450 3A4. Par conséquent, le risque dinteractions cliniquement significatives avec le propionate de fluticasone semble faible.

Néanmoins, une étude dinteraction chez des volontaires sains recevant du propionate de fluticasone par voie nasale a montré que le ritonavir (un inhibiteur très puissant du cytochrome P450 3A4) à la dose de 100 mg deux fois par jour augmentait de plusieurs centaines de fois les concentrations plasmatiques de propionate de fluticasone, entraînant une diminution marquée des concentrations en cortisol plasmatique. Il ny a pas de donnée documentant linteraction avec le propionate de fluticasone administré par voie inhalée, mais une augmentation importante des concentrations plasmatiques est attendue ; des cas de syndrome de Cushing et dinhibition de la fonction surrénalienne ont été rapportés. Il convient donc déviter ladministration concomitante de propionate de fluticasone et de ritonavir, à moins que le bénéfice ne lemporte sur le risque accru deffets systémiques de la corticothérapie.

Une étude de faible effectif menée chez des volontaires sains a montré que le kétoconazole, inhibiteur un peu moins puissant du cytochrome P450 3A4 augmentait de 150 % lexposition systémique dune dose de propionate de fluticasone par voie inhalée. La réduction du cortisol plasmatique était plus importante que celle observée après ladministration de propionate de fluticasone seul. Une augmentation de lexposition systémique et du risque deffets indésirables systémiques est attendue en cas dadministration concomitante dautres inhibiteurs puissants du cytochrome P450 3A4 (ex : itraconazole) et dinhibiteurs modérés du CYP3A (ex : érythromycine). La prudence est recommandée et les traitements au long cours associant ce type de médicaments devront être évités dans la mesure du possible.

Salmétérol

·Inhibiteurs puissants du cytochrome P450 3A4

Ladministration concomitante de kétoconazole (400 mg par voie orale une fois par jour) et de salmétérol (50 µg par voie inhalée deux fois par jour) chez 15 volontaires sains pendant 7 jours a entraîné une augmentation significative des concentrations plasmatiques de salmétérol (Concentration maximale (Cmax) augmentée dun facteur 1,4 et aire sous la courbe (ASC) augmentée dun facteur 15). Cette observation suggère donc une augmentation du risque de survenue des effets systémiques du salmétérol, tels que prolongation de lintervalle QT et palpitations, par rapport à ladministration de salmétérol ou de kétoconazole seuls (voir rubrique 4.4).

Il na pas été observé deffet cliniquement significatif sur la pression artérielle, la fréquence cardiaque, la glycémie et la kaliémie. Ladministration concomitante de kétoconazole na pas entraîné de prolongation de la demi-vie délimination du salmétérol ni son accumulation après administrations répétées.

Il convient déviter lassociation de kétoconazole avec un traitement par salmétérol sauf si les bénéfices attendus lemportent sur le risque potentiel de survenue deffets systémiques du salmétérol. Un risque dinteraction du même ordre est attendu avec dautres inhibiteurs puissants du cytochrome P450 3A4 (par exemple avec litraconazole, la télithromycine, le ritonavir).

·Inhibiteurs modérés du cytochrome P450 3A4

Ladministration concomitante dérythromycine (500 mg par voie orale trois fois par jour) et de salmétérol (50 microgrammes par voie inhalée deux fois par jour) chez 15 volontaires sains pendant 6 jours a entraîné une légère augmentation, mais non statistiquement significative, des concentrations plasmatiques du salmétérol (Cmax augmentée dun facteur 1,4 et ASC augmentée dun facteur 1,2). Aucun effet indésirable grave na été associé à ladministration concomitante avec lérythromycine.

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Fertilité

Il nexiste pas de donnée chez lHomme. Cependant, les études menées chez lanimal nont montré aucun effet du salmétérol ou du propionate de fluticasone sur la fécondité.

Grossesse

Une quantité modérée de données obtenues chez la femme enceinte (entre 300 et 1000 cas de grossesses documentées) ne rapportent pas de toxicité malformative ou fto-néonale du salmétérol et du propionate de fluticasone. Les études menées chez lanimal sur les fonctions de reproduction ont mis en évidence une toxicité des β2 mimétiques et des glucocorticoïdes (voir rubrique 5.3).

Lutilisation de Seretide au cours de la grossesse ne devra être envisagée que si le bénéfice attendu pour la mère lemporte sur tout risque éventuel pour le ftus.

Chez la femme enceinte, il conviendra de toujours rechercher la dose minimale efficace de propionate de fluticasone assurant un contrôle satisfaisant des symptômes de lasthme.

Allaitement

Le passage dans le lait maternel du salmétérol et du propionate de fluticasone et de leurs métabolites nest pas connu.

Des études ont mis en évidence que le salmétérol et le propionate de fluticasone, et leurs métabolites sont excrétés dans le lait des rates allaitantes.

Un risque pour les nouveau-nés/nourrissons nourris au sein ne peut être exclu. La décision dinterruption de l'allaitement ou du traitement par Seretide sera établie en fonction du bénéfice attendu de l'allaitement maternel pour l'enfant face à celui du traitement pour la femme qui allaite.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Seretide Diskus na aucun effet ou quun effet négligeable sur laptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

Seretide contient du salmétérol et du propionate de fluticasone, dont les effets indésirables sont connus. Aucun effet indésirable nouveau nest apparu lors de ladministration conjointe des deux principes actifs dans la même formulation.

Les effets secondaires associés au salmétérol et au propionate de fluticasone sont cités ci-dessous, listés par classe de système dorgane et par fréquence. Les fréquences sont définies en : très fréquent (³1/10), fréquent (³1/100 à<1/10), peu fréquent (³1/1 000 à<1/100), rare (³1/10 000 à<1/1 000) et fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles). Les fréquences ont été définies sur la base des essais cliniques. Lincidence correspondante dans le bras placebo na pas été prise en considération.

Classes de système dorgane

Effets indésirables

Fréquence

Infections et Infestations

Candidose buccale et pharyngée

Pneumonie (chez les patients atteints de BPCO)

Bronchite

Candidose sophagienne

Fréquent

Fréquent1,3,5

Fréquent1,3

Rare

Troubles du système immunitaire

Réactions dhypersensibilité à type de :

- Réactions cutanées dhypersensibilité

- Angidème (principalement dème facial et oropharyngé)

- Symptômes respiratoires (dyspnée)

- Symptômes respiratoires (bronchospasme)

- Réactions anaphylactiques incluant le choc anaphylactique

Peu fréquent

Rare

Peu fréquent

Rare

Rare

Troubles endocriniens

Syndrome de Cushing, tableau cushingoïde, inhibition de la fonction surrénalienne, ralentissement de la croissance chez lenfant et ladolescent, diminution de la densité minérale osseuse.

Rare4

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Hypokaliémie

Hyperglycémie

Fréquent3

Peu fréquent4

Troubles psychiatriques

Anxiété

Troubles du sommeil

Modifications du comportement incluant hyperactivité psychomotrice et irritabilité (principalement chez les enfants)

Dépression, agressivité (principalement chez les enfants)

Peu fréquent

Peu fréquent

Rare

Fréquence indéterminée

Troubles du système nerveux

Maux de tête

Tremblements

Très fréquent1

Peu fréquent

Troubles oculaires

Cataracte

Glaucome

Peu fréquent

Rare4

Troubles cardiaques

Palpitations

Tachycardie

Arythmies cardiaques (y compris tachycardie supraventriculaire et extrasystoles)

Fibrillation auriculaire

Angine de poitrine

Peu fréquent

Peu fréquent

Rare

Peu fréquent

Peu fréquent

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Rhino-pharyngite

Gêne pharyngée

Raucité de la voix/dysphonie

Sinusite

Bronchospasme paradoxal

Très fréquent2,3

Fréquent

Fréquent

Fréquent1,3

Rare4

Troubles cutanés et sous cutanés

Contusions

Fréquent1,3

Troubles musculo-squelettiques et systémiques

Crampes musculaires

Fractures traumatiques

Arthralgies

Myalgies

Fréquent

Fréquent1,3

Fréquent

Fréquent

1. Rapportés fréquemment dans les groupes placebo.

2. Rapportés très fréquemment dans les groupes placebo.

3. Rapportés sur une période de 3 ans dans une étude dans la BPCO.

4. Voir rubrique 4.4.

5. Voir rubrique 5.1.

Description de certains effets indésirables

Des effets secondaires liés aux propriétés pharmacologiques β2 mimétiques du salmétérol, tels que tremblements, palpitations et maux de tête, ont été rapportés. Ils sont le plus souvent transitoires et diminuent avec la poursuite du traitement.

Comme avec dautres traitements inhalés, un bronchospasme paradoxal peut survenir, caractérisé par une augmentation des sifflements et un essoufflement survenant immédiatement après ladministration. Le bronchospasme paradoxal doit être traité immédiatement avec un bronchodilatateur daction rapide et de courte durée. Il convient alors de cesser toute administration de Seretide Diskus, d'évaluer l'état du patient et au besoin, dinstaurer un traitement alternatif.

Des effets indésirables associés au propionate de fluticasone comme une raucité de la voix et une candidose (muguet) buccale et pharyngée, et rarement oesophagienne, peuvent survenir chez certains patients. Les candidoses buccales et pharyngées peuvent être réduites par le rinçage de la bouche à leau et/ou le brossage des dents après utilisation de Seretide. Les candidoses buccales et pharyngées symptomatiques peuvent être traitées par des antifongiques locaux tout en continuant le traitement par Seretide.

Population pédiatrique

Les effets systémiques tels que Syndrome de Cushing, tableau cushingoïde, inhibition de la fonction surrénalienne et ralentissement de la croissance chez lenfant et chez ladolescent, sont possibles (voir rubrique 4.4). Anxiété, troubles du sommeil et modifications du comportement, incluant hyperactivité et irritabilité, peuvent également survenir chez les enfants.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet :www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Aucun surdosage na été décrit dans les essais cliniques menés avec Seretide.

Néanmoins, les signes de surdosage sont connus pour chacun des principes actifs.

Les symptômes dun surdosage en salmétérol sont des vertiges, une augmentation de la pression artérielle systolique, des tremblements, des céphalées et une tachycardie. Si le traitement par Seretide doit être interrompu en raison dune exposition excessive aux β2 mimétiques, il sera remplacé par un corticoïde seul. Si une hypokaliémie apparaît, elle devra être corrigée par un apport adapté de potassium et la kaliémie devra être surveillée.

Surdosage aigu : l'administration de propionate de fluticasone à des doses supérieures à celles recommandées par voie inhalée peut entraîner une inhibition temporaire de la fonction surrénalienne. Il ny a pas lieu dadopter une mesure durgence car la fonction surrénalienne se rétablit en quelques jours comme en témoignent les mesures du cortisol plasmatique.

Surdosage chronique en propionate de fluticasone inhalé : La fonction surrénalienne doit être surveillée et un traitement à base de corticoïde systémique peut alors être nécessaire.Une fois stabilisé, le traitement doit être poursuivi avec un corticoïde inhalé à la dose recommandée. Se reporter à la rubrique 4.4, Risque dinhibition surrénalienne.

En cas de surdosage aigu ou chronique en propionate de fluticasone, le traitement par Seretide doit être poursuivi en ajustant la posologie aux doses suffisantes pour un contrôle optimal des symptômes de lasthme.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Adrénergiques en association avec des corticoïdes ou dautres médicaments, à lexclusion des anticholinergiques, code ATC : R03AK06.

Mécanisme daction et effets pharmacodynamiques

Seretide contient du salmétérol et du propionate de fluticasone qui ont des modes d'action différents.

Les mécanismes d'action respectifs de ces 2 principes actifs sont présentés ci-après.

Salmétérol:

Le salmétérol est un agoniste sélectif de longue durée d'action (12 heures) des récepteurs β2 adrénergiques. Il possède une longue chaîne latérale qui le lie à l'exo-site du récepteur.

Le salmétérol produit une bronchodilatation qui persiste pendant environ 12 heures. Cette durée est supérieure à celle observée généralement avec les β2 mimétiques de courte durée d'action administrés aux posologies usuelles.

Propionate de fluticasone:

Le propionate de fluticasone administré par voie inhalée aux doses préconisées exerce une activité glucocorticoïde entraînant un effet anti-inflammatoire local au niveau de la muqueuse bronchique. En conséquence, les symptômes et les exacerbations d'asthme sont diminués alors que les effets systémiques sont limités comparativement à l'administration de corticoïdes par voie générale.

Efficacité clinique et tolérance

Etudes cliniques conduites avec Seretide dans lasthme :

Une étude de 12 mois (Gaining Optimal Asthma controL, GOAL) réalisée chez 3416 patients adultes et adolescents atteints dasthme persistant, a comparé la tolérance et lefficacité de Seretide à une corticothérapie inhalée seule (propionate de fluticasone) afin dévaluer la possibilité datteindre les objectifs de la prise en charge de lasthme. La posologie du traitement était augmentée toutes les 12 semaines jusquà ce que le contrôle total** ait été obtenu ou que la posologie la plus forte de létude ait été atteinte. GOAL a montré quil y avait plus de patients qui atteignaient le contrôle de lasthme lorsquils étaient traités par Seretide que lors dun traitement par corticoïdes inhalés seuls, ce contrôle étant obtenu avec une moindre dose de corticoïdes.

Un bon contrôle* de lasthme a été obtenu plus rapidement chez les patients traités par Seretide que chez les patients traités par un corticoïde inhalé seul. Le temps nécessaire pour que 50 % des sujets inclus dans létude atteignent leur première semaine de bon contrôle* a été de 16 jours pour les sujets traités par Seretide et de 37 jours pour ceux traités par corticostéroïdes inhalés (CSI). Dans le sous-groupe des patients asthmatiques non traités préalablement par des corticoïdes inhalés, ce temps était respectivement de 16 jours (Seretide) et de 23 jours (CSI).

Les résultats globaux de létude étaient les suivants :

Pourcentage de patients atteignant le Bon Contrôle (BC)* et le Contrôle Total** (CT) de lasthme sur 12 mois

Traitement avant inclusion dans létude

FP4/Salmétérol

FP4

BC

CT

BC

CT

Aucun CSI1 (ß2 CDA2 seul)

78%

50%

70%

40%

CSI à faible dose (≤500 µg de BDP3 ou équivalent par jour)

75%

44%

60%

28%

CSI à dose moyenne (>500 à 1000 µg de BDP3 ou équivalent par jour)

62%

29%

47%

16%

Résultats globaux (quel que soit le traitement antérieur)

71%

41%

59%

28%

1 CSI : corticostéroïdes par voie inhalée

2 ß2 CDA : Bêta-2 agoniste de courte durée daction

3 BDP : Dipropionate de béclométasone

4 FP : Propionate de fluticasone

* Bon contrôle de lasthme : 2 jours par semaine maximum avec un score des symptômes supérieur à 1 (un score des symptômes de 1 est défini comme « présence de symptômes pendant une courte période pendant la journée»), utilisation dun bronchodilatateur bêta-2 agoniste de courte durée daction : 2 jours maximum par semaine et 4 fois maximum par semaine, valeur du débit expiratoire de pointe mesuré le matin ≥ 80 % de la valeur théorique, pas de réveil nocturne, ni exacerbation, ni effet indésirable entraînant une modification de traitement.

** Contrôle total de lasthme : pas de symptômes, pas dutilisation dun bronchodilatateur bêta-2 agoniste de courte durée daction, valeur du débit expiratoire de pointe mesuré le matin supérieure ou égale à 80 % de la valeur théorique, pas de réveil nocturne, ni exacerbation, ni effet indésirable entraînant une modification de traitement.

Les résultats de cette étude suggèrent que Seretide 100/50 microgrammes/dose, deux fois par jour, peut être envisagé en initiation dun traitement de fond chez des patients ayant un asthme persistant modéré chez qui il apparaît essentiel dobtenir un contrôle rapide de lasthme (voir rubrique 4.2).

Une étude en double aveugle, randomisée en groupes parallèles, conduite chez 318 patients dau moins 18 ans, atteints dasthme persistant, a évalué la sécurité et la tolérance de ladministration de deux inhalations deux fois par jour (double dose) de Seretide pendant deux semaines. Cette étude a montré que le doublement de la dose de Seretide (quel que soit le dosage), sur une durée allant jusquà 14 jours, entraîne par rapport à ladministration dune inhalation deux fois par jour, une légère augmentation des effets indésirables liés à lactivité β2 mimétique (tremblements : 1 patient [1 %] vs 0, palpitations : 6 [3 %] vs 1 [<1 %], crampes musculaires : 6 [3 %] vs 1 [<1 %]) et une incidence similaire des effets indésirables liés au corticoïde inhalé (candidose orale : 6 [6 %] vs 16 [8 %], raucité de la voix : 2 [2 %] vs 4 [2 %]). La faible augmentation des effets indésirables liés à lactivité bêta-mimétique doit être prise en considération, sil est envisagé de doubler la dose prescrite de Seretide chez des patients adultes qui nécessiteraient une augmentation de la corticothérapie inhalée pendant une courte période (jusquà 14 jours).

Etudes cliniques menées avec Seretide dans la BPCO :

TORCH est une étude qui avait pour objectif la comparaison du taux de mortalité globale sur 3 ans de traitement par Seretide Diskus 500/50 microgrammes/dose 2 fois par jour, par salmétérol Diskus 50 microgrammes/dose 2 fois par jour, par propionate de fluticasone (FP) Diskus 500 microgrammes/dose 2 fois par jour ou par placebo chez des patients atteints de BPCO. Les patients atteints de BPCO présentant à linclusion, un VEMS (pré-bronchodilatateur) < 60 % de la valeur théorique ont été randomisés pour recevoir les traitements médicamenteux en double aveugle.

Pendant létude, les patients pouvaient utiliser leur traitement habituel de la BPCO à lexception des autres corticoïdes inhalés, des bronchodilatateurs de longue durée daction et des corticoïdes par voie systémique au long cours. La survie à 3 ans a été déterminée pour lensemble des patients y compris ceux ayant arrêté le traitement en cours détude. Le critère de jugement principal était la réduction de la mortalité globale à 3 ans avec Seretide par rapport au placebo.

Placebo

N = 1524

Salmétérol

50 µg

N = 1521

Propionate de fluticasone (FP) 500 µg

N = 1534

Seretide

500/50 µg

N = 1533

Mortalité globale à 3 ans

Nombre de décès

(%)

231

(15,2 %)

205

(13,5 %)

246

(16,0 %)

193

(12,6 %)

Risque relatif vs Placebo

(IC) valeur du « p »

N/A

0,879 (0,73 ; 1,06) 0,180

1,060

(0,89 ; 1.27)

0,525

0,825

(0,68 ; 1,00)

0,052

Risque relatif Seretide 500/50 vs chacun des principes actifs (salmétérol ou FP)

(IC) valeur du « p »

N/A

0,932

(0,77 ; 1,13)

0,481

0,774

(0,64 ; 0,93)

0,007

N/A

* p = statistiquement non significatif - valeur déterminée après ajustement prenant en compte les 2 analyses intermédiaires sur le critère principal defficacité - Analyse log-rank stratifiée en fonction du degré de tabagisme.

Il a été observé une tendance à une amélioration de la survie à 3 ans avec Seretide par rapport au placebo mais le seuil de significativité statistique (p≤0,05) na pas été atteint.

Le pourcentage de patients décédés dune cause liée à leur BPCO durant les 3 ans était de 6,0 % pour le placebo ; 6,1 % pour le salmétérol ; 6,9 % pour le propionate de fluticasone (FP) et 4,7 % pour Seretide.

Le taux annuel moyen dexacerbations modérées à sévères était significativement diminué dans le groupe des sujets traités par Seretide comparé aux groupes des sujets traités par salmétérol, par propionate de fluticasone (FP) et ceux recevant un placebo (taux moyen dans le groupe Seretide : 0,85 par rapport à 0,97 dans le groupe salmétérol ; 0,93 dans le groupe FP et 1,13 dans le groupe placebo). La réduction des taux observés dexacerbations modérées à sévères était de 25 % (IC 95 % [19 à 31 %], p<0,001) par rapport au placebo, de 12% par rapport au salmétérol (IC 95 % [5 à 19 %], p=0,002) et de 9 % par rapport au propionate de fluticasone (FP) (IC 95 % [1 à 16%], p=0,024). Le taux dexacerbations avec le salmétérol et le propionate de fluticasone était significativement diminué par rapport au placebo, respectivement de 15 % (IC 95 % [7 à 22%], p<0,001) et de 18 % (IC 95 % [11% à 24 %], p<0,001).

La qualité de vie, mesurée à laide du Questionnaire Respiratoire de lHôpital St George (SGRQ), a été améliorée dans chacun des groupes des traitements actifs comparativement au placebo. Dans le groupe de patients traités par Seretide, lamélioration moyenne sur 3 ans était de -3,1 unités (IC 95 % [-4,1 à -2,1], p<0,001) par rapport au placebo, de -2,2 unités (p<0,001) par rapport au salmétérol et de -1,2 unités par rapport à FP (p=0,017). Une diminution de 4 unités est considérée comme cliniquement pertinente.

La probabilité estimée dans létude sur 3 ans, de la survenue dune pneumonie rapportée en tant quévènement indésirable était de 12,3 % pour le placebo ; 13,3% pour le salmétérol ; 18,3 % pour le propionate de fluticasone et 19,6 % pour Seretide (Risque relatif pour Seretide vs placebo : 1,64 (IC 95 % [1,33 à 2,01], p<0,001)). Il na pas été mis en évidence daugmentation de la mortalité en relation avec la survenue de pneumonies. Le nombre de cas où la cause principale du décès a été attribuée à la survenue dune pneumonie était de 7 pour le placebo, 9 pour le salmétérol, 13 pour le propionate de fluticasone et 8 pour Seretide. Aucune différence significative na été mise en évidence concernant le pourcentage dapparition de fracture osseuse (placebo : 5,1 % ; salmétérol : 5,1 % ; FP : 5,4 % et Seretide : 6,3 % - Risque relatif pour Seretide vs placebo : 1,22 (IC 95 % [0,87 à 1,72], p=0,248)).

Les études cliniques contrôlées contre placebo, d'une durée de 6 ou 12 mois, ont montré qu'une prise régulière de Seretide 500 microgrammes/50 microgrammes/dose améliore la fonction respiratoire et réduit la dyspnée et la consommation des médicaments destinés au traitement des symptômes aigus.

Les études SCO40043 et SCO100250 conduites selon un protocole identique, étaient des études randomisées, en groupes parallèles comparant en double aveugle, les effets de Seretide 250 microgrammes/50 microgrammes/dose deux fois par jour (dose nayant pas été approuvée pour le traitement de la BPCO dans lUnion Européenne) à ceux de 50 microgrammes deux fois par jour de salmétérol sur le taux annuel dexacerbations modérées/sévères chez des patients atteints de BPCO présentant un VEMS inférieur à 50 % de la valeur prédite et des antécédents dexacerbations. Les exacerbations modérées/sévères étaient définies comme une aggravation des symptômes nécessitant une corticothérapie orale et/ou une antibiothérapie ou une hospitalisation.

Les sujets en état clinique stable après une période de 4 semaines (période de « run-in ») de traitement standard, en ouvert, par lassociation FP/salmétérol 250/50, étaient randomisés selon un ratio 1 :1 pour recevoir en aveugle pendant 52 semaines, FP/salmétérol 250/50 (n total en ITT = 776) ou salmétérol (n total en ITT = 778). Les traitements antérieurs de la BPCO, à lexception des bronchodilatateurs de courte durée daction étaient interrompus avant la période de run-in préalable à la randomisation. Lutilisation concomitante des bronchodilatateurs de longue durée daction par voie inhalée (β2 mimétiques et anticholinergiques), des associations dipratropium/salbutamol, des β2 mimétiques oraux et des préparations à base de théophylline nétait pas autorisée pendant la période de traitement. Les corticoïdes oraux et les antibiotiques étaient autorisés pour le traitement des exacerbations de BPCO, selon des modalités dutilisations spécifiques. Pendant les études, les patients utilisaient le salbutamol en traitement bronchodilatateur pris « à la demande ».

Les résultats de ces deux études ont montré un taux annuel dexacerbations modérées/sévères de BPCO significativement plus bas dans le groupe traité par Seretide 250/50 par rapport au groupe recevant le traitement par salmétérol (étude SCO40043 : respectivement 1,06 et 1,53 exacerbation par sujet et par an ; rapport : 0,70 ; IC à 95 % : 0,58 à 0,83 ; p<0,001 et étude SCO100250 : respectivement 1,10 et 1,59 exacerbation par sujet et par an ; rapport : 0,70 ; IC à 95 %: 0,58 à 0,83 ; p<0,001). Les résultats sur les critères defficacité secondaires (délai avant la survenue de la première exacerbation modérée/sévère, taux annuel dexacerbations nécessitant une corticothérapie orale et VEMS matinal avant la prise) étaient significativement en faveur de Seretide 250 microgrammes/50 microgrammes/dose deux fois par jour par rapport au salmétérol. Les événements indésirables étaient similaires, à lexception dune incidence plus élevée des cas de pneumonie et des effets secondaires locaux bien connus (candidose et dysphonie) dans le groupe Seretide 250 microgrammes/50 microgrammes/dose deux fois par jour par rapport au salmétérol. Des événements associés à une pneumonie ont été signalés par 55 (7%) sujets dans le groupe Seretide 250 microgrammes/50 microgrammes/dose deux fois par jour et par 25 sujets (3%) dans le groupe salmétérol. Lincidence accrue de cas de pneumonie signalés avec Seretide 250 microgrammes/50 microgrammes/dose deux fois par jour semble être du même ordre de grandeur que celle observée suite au traitement par Seretide 500 microgrammes/50 microgrammes/dose deux fois par jour dans létude TORCH.

Essai multicentrique dans lasthme avec le salmétérol (« Salmeterol Multi-Center Asthma Research Trial, SMART »)

Létude SMART était une étude multicentrique, randomisée, en double aveugle, en groupes parallèles, versus placebo, réalisée aux Etats-Unis sur 28 semaines. 13176 patients ont reçu du salmétérol (50 microgrammes deux fois par jour) et 13179 patients ont reçu du placebo administré en plus de leur traitement anti-asthmatique habituel. Pour être inclus dans létude, les patients devaient être âgés dau moins 12 ans, être asthmatiques et avoir un traitement anti-asthmatique en cours (à lexclusion dun traitement par β2 agoniste de longue durée daction). La corticothérapie inhalée nétait pas obligatoire pendant létude, la prise éventuelle de corticoïdes était néanmoins enregistrée à lentrée dans létude. Le critère de jugement principal de létude SMART était un critère combiné associant le nombre de décès liés à une cause respiratoire et le nombre de détresses respiratoires mettant en jeu le pronostic vital.

Résultats de létude SMART sur le critère de jugement principal :

Groupes de patient

Critère principal :

Nombre dévènements /

nombre de patients

Risque relatif

(Intervalle de Confiance à 95 %)

salmétérol

placebo

Population globale incluse

50/13176

36/13179

1,40 (0,91 ; 2,14)

Patients utilisant des corticoïdes inhalés

23/6127

19/6138

1,21 (0,66 ; 2,23)

Patients nutilisant pas de corticoïdes inhalés

27/7049

17/7041

1,60 (0,87 ; 2,93)

Sous groupe des patients afro-américains

20/2366

5/2319

4,10 (1,54 ; 10,90) **

** statistiquement significatif à 95 %

Autres résultats de létude SMART en fonction de la prise ou non de corticoïdes par voie inhalée à linclusion :

Critères secondaires :

Nombre dévènements/ nombre de patients

Risque relatif

(Intervalle de Confiance à 95 %)

salmétérol

placebo

Nombre de décès liés à une cause respiratoire

Patients utilisant des corticoïdes inhalés

10/6127

5/6138

2,01 (0,69 ; 5,86)

Patients nutilisant pas de corticoïdes inhalés

14/7049

6/7041

2,28 (0,88 ; 5,94)

Critère combiné associant les épisodes dasthme ayant entraîné le décès ou mettant en jeu le pronostic vital

Patients utilisant des corticoïdes inhalés

16/6127

13/6138

1,24 (0,60 ; 2,58)

Patients nutilisant pas de corticoïdes inhalés

21/7049

9/7041

2,39 (1,10 ; 5,22)**

Nombre de décès liés à lasthme

Patients utilisant des corticoïdes inhalés

4/6127

3/6138

1,35 (0,30 ; 6,04)

Patients nutilisant pas de corticoïdes inhalés

9/7049

0/7041

* = risque relatif nayant pu être calculé en raison de labsence dévénement dans le groupe placebo.

** Les résultats sont statistiquement significatifs à 95 %. Les critères secondaires dans le tableau ci-dessus ont atteint la significativité statistique dans lensemble de la population étudiée.

Les critères secondaires de « décès ou menaces vitales toutes causes confondues », « décès toutes causes confondues » ou « hospitalisation toutes causes confondues » nont pas atteint la significativité statistique sur lensemble de la population étudiée.

Population pédiatrique :

Dans l'étude SAM101667, conduite chez 158 enfants âgés de 6 à 16 ans présentant un asthme symptomatique, lassociation propionate fluticasone/salmétérol était aussi efficace quune double dose de propionate de fluticasone sur le contrôle des symptômes et sur la fonction pulmonaire. Cette étude n'était pas conçue pour létude de l'effet sur les exacerbations.

Dans une étude de 12 semaines conduite chez des enfants âgés de 4 à 11 ans [n = 257] traités par lassociation propionate de fluticasone/salmétérol 100/50 microgrammes 2 fois par jour ou par salmétérol 50 microgrammes et propionate de fluticasone 100 microgrammes 2 fois par jour, une augmentation moyenne de 14% du débit expiratoire de pointe (DEP ou Peak Expiratory flow) ainsi quune amélioration des scores de sévérité des symptômes et une diminution de la consommation de traitement dit « de secours » (salbutamol) a été observés dans les 2 groupes comparés. Aucune différence na été observée entre les deux groupes de traitement. De même, il na pas été montré de différence entre les 2 groupes de traitement en termes de tolérance.

Une étude de 12 semaines, randomisée, en 2 groupes parallèles dont lobjectif principal était dévaluer la tolérance a été menée chez des enfants âgés de 4 à 11 ans [n = 203] présentant un asthme persistant et qui restaient symptomatiques malgré un traitement par corticostéroïde inhalé. Les enfants ont reçu soit lassociation propionate de fluticasone/salmétérol (100/50 microgrammes) soit du propionate de fluticasone (100 microgrammes) seul à raison de deux prises par jour. Deux enfants du groupe propionate de fluticasone/salmétérol et 5 enfants du groupe propionate de fluticasone seul ont interrompu létude en raison de l'aggravation de leur asthme. Après 12 semaines, aucun des enfants des deux groupes de traitement navait de taux anormaux dexcrétion du cortisol urinaire sur 24 heures. Il n'y avait pas de différence de profil de tolérance entre les deux groupes de traitement.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

La pharmacocinétique de chaque constituant peut être considérée séparément.

Salmétérol

Le salmétérol agissant localement au niveau pulmonaire, les taux plasmatiques ne sont pas corrélés à leffet thérapeutique. De plus, peu de données sont disponibles sur la pharmacocinétique du salmétérol après administration par voie inhalée car les concentrations plasmatiques observées aux doses thérapeutiques sont très faibles (au maximum 200 picogrammes/mL), et difficilement mesurables.

Propionate de fluticasone

La biodisponibilité absolue après administration dune dose unique de propionate de fluticasone inhalé chez les volontaires sains varie approximativement de 5 à 11 % de la dose nominale selon le dispositif dinhalation utilisé. Une moindre exposition systémique au propionate de fluticasone a été observée chez les patients asthmatiques ou atteints de BPCO.

Labsorption est essentiellement pulmonaire. Elle est rapide dans un premier temps puis se poursuit plus lentement. Le reste de la dose peut être dégluti mais ne contribue quen faible partie à lexposition systémique du fait dune faible solubilité aqueuse et dun important métabolisme de premier passage. La biodisponibilité orale est ainsi inférieure à 1%. Lexposition systémique augmente de façon linéaire avec laugmentation de la dose inhalée.

Lélimination du propionate de fluticasone est caractérisée par une forte clairance plasmatique (1150 mL/min), un important volume de distribution à létat déquilibre (environ 300 litres) et une demi-vie terminale denviron 8 heures.

La liaison aux protéines plasmatiques est de 91%.

Le propionate de fluticasone est éliminé très rapidement de la circulation systémique. Le produit est essentiellement métabolisé en un dérivé acide carboxylique inactif, par lisoenzyme CYP3A4 du cytochrome P450. Dautres métabolites non identifiés sont également retrouvés dans les fécès.

La clairance rénale du propionate de fluticasone est négligeable. Moins de 5% de la dose est excrétée dans les urines, principalement sous forme de métabolites. La majorité de la dose est éliminée dans les fécès sous forme de métabolites et sous forme inchangée.

Population pédiatrique

Dans une analyse pharmacocinétique de population regroupant les données de 9 études cliniques contrôlées conduites avec différents dispositifs dinhalation (Diskus, flacon pressurisé) et incluant 350 patients atteints d'asthme âgés de 4 à 77 ans (dont 174 patients âgés de 4 à 11 ans), l'exposition systémique au propionate de fluticasone après traitement par Seretide Diskus 100/50 était plus élevée par rapport au propionate de fluticasone Diskus 100.

Tableau : Rapport de la moyenne géométrique [IC 90%] de lASC et de la Cmax pour le propionate de fluticasone/salmétérol par rapport au propionate de fluticasone Diskus. Comparaison dans la population enfant par rapport à la population adulte/adolescent.

Traitement (testé par rapport à la référence)

Population

ASC

Cmax

Propionate de fluticasone/salmétérol Diskus 100/50

Propionate de fluticasone Diskus 100

Enfants (411ans)

1,20 [1,06 1,37]

1,25 [1,11 1,41]

Propionate de fluticasone/salmeterol Diskus 100/50

Propionate de fluticasone Diskus 100

Adolescent/Adulte (≥12ans)

1,52 [1,08 2,13]

1,52 [1,08 2,16]

L'effet de 21 jours de traitement par Seretide suspension pour inhalation en flacon pressurisé 50/25 microgrammes/dose (2 inhalations deux fois par jour avec ou sans chambre dinhalation) ou par Seretide Diskus 100/50 microgrammes/dose (1 inhalation deux fois par jour) a été évalué chez 31 enfants âgés de 4 à 11 ans ayant un asthme léger. L'exposition systémique au salmétérol était similaire pour Seretide suspension pour inhalation en flacon pressurisé (126 picogrammes/h/mL [95% IC: 70 ; 225]), Seretide suspension pour inhalation en flacon pressurisé avec chambre dinhalation (103 picogrammes/h/mL [95% IC: 54 ; 200]) et Seretide Diskus (110 picogrammes/h/mL [95% IC: 55 ; 219]). L'exposition systémique au propionate de fluticasone était similaire pour Seretide suspension pour inhalation en flacon pressurisé avec chambre dinhalation (107 picogrammes /h/mL [95% IC: 45,7 ; 252,2]) et pour Seretide Diskus (138 picogrammes/h/mL [95% IC: 69,3 ; 273,2]) mais plus faible pour Seretide suspension pour inhalation en flacon pressurisé (24 picogrammes/h/mL [IC 95%: 9,6 ; 60,2]).

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Les résultats des études de sécurité menées chez lanimal avec chacun des principes actifs ont révélé des effets en relation avec une exacerbation de lactivité pharmacodynamique de chacun des produits

Au cours des études de reproduction menées chez lanimal, des malformations ont été observées après administration de glucocorticoïdes (fentes palatines, malformations osseuses). Cependant, ces résultats expérimentaux observés chez lanimal, ne semblent pas prédictifs dun effet malformatif chez lhomme aux doses recommandées. Les études menées chez lanimal avec le salmétérol ont montré une toxicité embryofoetale seulement après exposition à de fortes doses.

Après administration concomitante des deux principes actifs, il a été observé chez des rats recevant des doses de glucocorticoïdes connues pour induire des anomalies, une augmentation de la fréquence dapparition de transposition de lartère ombilicale et dossifications incomplètes au niveau de loccipital.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Excipient : Lactose monohydraté (contenant des protéines de lait).

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Sans objet.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

2 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

À conserver à une température ne dépassant pas 30°C.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

Le DISKUS est un dispositif (distributeur) en plastique violet contenant un film thermosoudé (PVC/Aluminium).

Chaque film thermosoudé contient 28 ou 60 récipients unidoses, régulièrement espacés.

Chaque récipient unidose contient une dose unique de principes actifs.

Boîte de 1 dispositif contenant 28 récipients unidoses.

Boîtes de 1, 2, 3 ou 10 dispositifs contenant 60 récipients unidoses.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Le Diskus libère une poudre qui est inhalée dans le poumon.

Sur le Diskus, un compteur de doses indique le nombre de prises restantes.

Pour des informations détaillées, consulter la notice patient.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

LABORATOIRE GLAXOSMITHKLINE

23 RUE FRANCOIS JACOB

92500 RUEIL MALMAISON

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·34009 354 592 9 9 : 28 récipients unidoses sous film thermosoudé (PVC/Aluminium) en distributeur (DISKUS) ; boîte de 1.

·34009 354 593 5 0 : 60 récipients unidoses sous film thermosoudé (PVC/Aluminium) en distributeur (DISKUS) ; boîte de 1.

·34009 354 594 1 1 : 60 récipients unidoses sous film thermosoudé (PVC/Aluminium) en distributeur (DISKUS) ; boîte de 2.

·34009 354 595 8 9 : 60 récipients unidoses sous film thermosoudé (PVC/Aluminium) en distributeur (DISKUS) ; boîte de 3.

·34009 562 818 6 2 : 60 récipients unidoses sous film thermosoudé (PVC/Aluminium) en distributeur (DISKUS) ; boîte de 10.

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

à compléter ultérieurement par le titulaire

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

à compléter ultérieurement par le titulaire

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste I

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 21/08/2017

Dénomination du médicament

Seretide Diskus 100 microgrammes/50 microgrammes/dose, poudre pour inhalation en récipient unidose

propionate de fluticasone/salmétérol

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant dutiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour vous.

·Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez dautres questions, interrogez votre médecin ou votre pharmacien.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez pas à dautres personnes. Il pourrait leur être nocif, même si les signes de leur maladie sont identiques aux vôtres.

·Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Voir rubrique 4.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que Seretide Diskus et dans quels cas est-il utilisé?

2. Quelles sont les informations à connaître avant d'utiliser Seretide Diskus?

3. Comment utiliser Seretide Diskus?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels?

5. Comment conserver Seretide Diskus?

6. Contenu de lemballage et autres informations.

1. QUEST-CE QUE SERETIDE DISKUS ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Adrénergiques en association avec des corticoïdes ou dautres médicaments, à lexclusion des anticholinergiques, code ATC : R03AK06.

Seretide est un médicament contenant deux principes actifs, le salmétérol et le propionate de fluticasone :

·Le salmétérol est un bêta-2 mimétique bronchodilatateur de longue durée daction. Les bronchodilatateurs aident à garder les bronches ouvertes. Cela permet de faciliter lentrée et la sortie de lair dans les poumons. Leffet dure au moins 12 heures.

·Le propionate de fluticasone est un corticoïde qui diminue linflammation et lirritation dans les poumons.

Votre médecin vous a prescrit ce médicament pour aider à prévenir certains troubles respiratoires tels que :

·Asthme,

·Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO). Seretide Diskus 500 microgrammes/50 microgrammes/dose réduit le risque dépisodes dexacerbations des symptômes de votre bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

Vous devez utiliser Seretide tous les jours comme indiqué par votre médecin. Cela permettra de contrôler correctement votre asthme ou votre BPCO.

Seretide permet déviter la survenue dessoufflement et de sifflement. Cependant, Seretide ne doit pas être utilisé pour soulager une crise soudaine dessoufflement ou de sifflement. Dans ces cas, vous devez utiliser votre médicament bronchodilatateur dit « de secours » daction rapide et de courte durée, comme le salbutamol. Vous devez toujours avoir sur vous votre inhalateur dit « de secours » daction rapide et de courte durée.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DUTILISER SERETIDE DISKUS ?  Retour en haut de la page

Nutilisez jamais Seretide Diskus :

Si vous êtes allergique au salmétérol, au propionate de fluticasone ou à lautre composant de ce médicament, le lactose monohydraté.

Avertissements et précautions

Adressez-vous à votre médecin avant dutiliser Seretide si vous avez :

·une maladie du cur, y compris un rythme cardiaque irrégulier ou trop rapide,

·une hyperactivité de la thyroïde,

·une pression artérielle élevée,

·du diabète (Seretide Diskus peut augmenter le taux de sucre dans votre sang),

·un faible taux de potassium dans votre sang,

·une tuberculose actuellement en cours dévolution ou survenue dans le passé, ou toute autre infection pulmonaire.

Enfants et adolescents

Sans objet

Autres médicaments et Seretide

Informez votre médecin ou pharmacien si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament. Cela concerne les médicaments pour lasthme et tout autre médicament y compris ceux obtenus sans ordonnance. Ceci est dû au fait que Seretide peut ne pas être adapté à la prise simultanée dautres médicaments.

Avant de commencer à utiliser Seretide, informez votre médecin si vous prenez les médicaments suivants :

·β-bloquants (tels que atenolol, propranolol et sotalol). Les β-bloquants sont surtout utilisés dans le traitement de lhypertension artérielle ou pour dautres maladies cardiaques.

·Médicaments utilisés pour traiter les infections (tels que le ritonavir, le kétoconazole, litraconazole et lérythromycine). Certains de ces médicaments peuvent augmenter le taux de propionate de fluticasone ou de salmétérol dans votre organisme. Cela peut augmenter le risque davoir des effets indésirables avec Seretide, notamment des battements cardiaques irréguliers, ou rendre plus graves des effets indésirables.

·Corticoïdes (par voie orale ou injectable). Si vous avez pris ces médicaments récemment, il existe un risque que ce médicament exerce également un effet sur les glandes surrénales de votre organisme.

·Diurétiques, utilisés pour traiter lhypertension artérielle.

·Dautres bronchodilatateurs (comme le salbutamol).

·Médicaments contenant de la xanthine. Ils sont souvent utilisés pour traiter l'asthme.

Seretide avec les aliments et les boissons

Sans objet.

Grossesse, allaitement et fertilité

Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien avant dutiliser ce médicament.

Sportifs

Attention, ce médicament contient des principes actifs pouvant induire une réaction positive des tests pratiqués lors de contrôles antidopage.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Seretide na pas de raison daffecter la capacité à conduire un véhicule ou à utiliser une machine.

Seretide Diskus contient du lactose :

Seretide Diskus contient jusquà 12,5 milligrammes de lactose par dose. Cette quantité de lactose ne pose généralement aucun problème chez les personnes intolérantes au lactose.

3. COMMENT UTILISER SERETIDE DISKUS ?  Retour en haut de la page

Veillez à toujours utiliser ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

·Utilisez Seretide tous les jours, jusquà avis contraire de votre médecin. Ne prenez pas plus que la dose recommandée. En cas de doute, vérifiez auprès de votre médecin ou de votre pharmacien.

·Narrêtez pas votre traitement ou ne réduisez pas vous-même vos doses de traitement sans en avoir préalablement parlé à votre médecin.

Seretide doit être inhalé par la bouche pour aller dans les poumons

Danslasthme

Adultes et adolescents âgés de 12 ans et plus

Une inhalation deux fois par jour (matin et soir)

Enfants âgés de 4 à 12 ans

·Une inhalation deux fois par jour (matin et soir)

·Lutilisation de Seretide nest pas recommandée chez les enfants de moins de 4 ans.

Vos symptômes doivent être bien contrôlés en utilisant Seretide deux fois par jour. Si cest le cas, votre médecin peut alors décider de réduire votre dose à une prise par jour. Votre dose pourrait donc être réduite à :

·une prise le soir si vous avez des symptômes pendant la nuit,

ou

·une prise le matin si vous avez des symptômes pendant la journée.

Il est très important de suivre les indications données par votre médecin sur le nombre de bouffées à inhaler ou lintervalle de temps entre chaque prise de votre médicament.

Si vous utilisez Seretide pour le traitement de votre asthme, votre médecin souhaitera vérifier régulièrement votre état clinique.

Si votre asthme ou votre essoufflement saggrave, consultez votre médecin immédiatement. Si vous entendez des sifflements bronchiques plus importants, si vous vous sentez plus souvent oppressé au niveau de la poitrine ou si vous avez plus souvent besoin dutiliser votre traitement bronchodilatateur de secours, continuez à utiliser Seretide sans augmenter le nombre de bouffées de Seretide. Votre état respiratoire pourrait saggraver et vous pourriez alors être davantage malade. Dans ce cas, consultez votre médecin, car il se peut que vous ayez besoin dun traitement supplémentaire.

Instructions dutilisation

Votre médecin, votre infirmier(ère) ou votre pharmacien devront vous montrer comment utiliser votre dispositif dinhalation. Ils vérifieront comment vous lutilisez à chaque visite. Ne pas utiliser Seretide Diskus correctement ou comme vous la prescrit votre médecin pourrait limiter son efficacité pour traiter votre asthme ou votre BPCO.

Le dispositif Diskus comporte des blisters contenant du Seretide sous forme de poudre.

Un compteur de doses, positionné sur le dessus du Diskus, indique le nombre de doses restantes. Il décompte jusquà 0. Les chiffres 5 à 0 apparaîtront en rouge pour vous avertir quil vous reste peu de doses. Lorsque le compteur indique 0, votre dispositif pour inhalation est vide.

Utilisation de votre dispositif

1. Pour ouvrir le Diskus, tenez-le dans une main et placez le pouce de lautre main à lendroit prévu à cet effet. Poussez aussi loin que possiblejusquà entendre un clic. Cette action permet douvrir un petit orifice au niveau de lembout buccal.

2. Tenez le Diskus, embout face à vous. Vous pouvez aussi bien le tenir dans la main droite que la main gauche. Poussez le levier vers lextérieur, pour lamener en butée jusquà entendre un clic. La dose de votre médicament est alors positionnée dans lembout buccal.

Chaque fois que vous poussez le levier en butée, un blister est ouvert dans le Diskus et une nouvelle dose est prête à être inhalée. Nactionnez pas inutilement le levier car les doses ainsi libérées seraient perdues.

3. Eloignez le Diskus de la bouche. Soufflez à fond autant que possible. Ne jamais souffler dans le Diskus.

4. Placez lembout buccal du Diskus entre les lèvres ; inspirez régulièrement et profondément par la bouche à travers le Diskus, et non par le nez.

Retirez le Diskus de la bouche.

Retenez votre respiration pendant environ 10 secondes ou aussi longtemps que vous le pouvez.

Expirez lentement.

5. Ensuite, rincez votre bouche avec de leau et crachez-la et/ou brossez vous les dents. Cela peut éviter lapparition dune candidose ou dune raucité dans la voix.

6. Pour fermer le Diskus, placez le pouce dans lemplacement prévu à cet effet, et ramenez la partie mobile vers vous aussi loin que possible jusquà entendre un clic.

Le levier retourne automatiquement à sa position initiale.

Votre Diskus est de nouveau prêt à être utilisé.

Comme pour tout inhalateur, les soignants doivent s'assurer que les enfants qui se voient prescrire Seretide Diskus utilisent une technique d'inhalation correcte, telle que décrit ci-dessus.

Nettoyage du Diskus

Essuyez lembout buccal du Diskus avec un chiffon ou un mouchoir propre et sec pour le nettoyer.

Si vous avez utilisé plus de Seretide que vous nauriez dû :

Consultez immédiatement votre médecin ou votre pharmacien.

Il est important dutiliser le dispositif comme votre médecin vous la montré. Si vous avez pris accidentellement une dose plus élevée que la dose recommandée, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien. Vous pouvez remarquer une accélération du rythme cardiaque et des tremblements. Vous pouvez également ressentir des vertiges, des maux de tête, une faiblesse musculaire, et des douleurs articulaires.

Si vous avez pris des doses importantes pendant une longue période, vous devez en parlez à votre médecin ou à votre pharmacien. Des doses élevées administrées au long cours peuvent entraîner une diminution des hormones stéroïdiennes sécrétées par les glandes surrénales.

Si vous oubliez dutiliser Seretide :

Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre. Prenez juste la dose suivante à lheure habituelle.

Si vous arrêtez dutiliser Seretide :

Il est très important que vous preniez Seretide tous les jours comme indiqué par votre médecin. Continuez votre traitement jusquà avis contraire de votre médecin. Narrêtez pas ou ne réduisez pas les doses de Seretide subitement. Cela pourrait rendre votre respiration plus difficile.

De plus, si vous arrêtez brusquement de prendre Seretide ou si vous réduisez votre dose de Seretide cela peut (très rarement) conduire à des problèmes de glande surrénale (insuffisance surrénale) qui provoquent parfois des effets indésirables.

Ces effets indésirables peuvent inclure :

·Douleurs destomac,

·Fatigue et perte dappétit, nausée,

·Vomissement et diarrhée,

·Perte de poids,

·Maux de tête ou somnolence,

·Diminution du taux de sucre dans votre sang,

·Baisse de tension artérielle et survenue de convulsions (crises dépilepsie).

Linsuffisance surrénalienne peut saggraver et vous pouvez présenter un des effets indésirables mentionnés ci-dessus lorsque votre corps est soumis à des facteurs de stress tels que de lapparition de fièvre ou un traumatisme (comme un accident de voiture), une infection ou une intervention chirurgicale.

Si vous présentez un de ces effets indésirables, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Pour éviter lapparition de ces symptômes, votre médecin peut vous prescrire un traitement supplémentaire par corticoïdes sous forme de comprimé (tel que la prednisolone).

Si vous avez dautres questions sur lutilisation de ce médicament, demandez plus dinformations à votre médecin, votre infirmier/ère ou à votre pharmacien.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Afin de prévenir lapparition deffets indésirables, votre médecin vous prescrira la dose la plus faible possible de Seretide contrôlant votre asthme ou votre Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO).

Réactions allergiques : vous pouvez constater que votre essoufflement saggrave subitement, immédiatement après avoir utilisé Seretide. Vous pouvez percevoir des sifflements bronchiques et tousser ou être essoufflé. Vous pouvez également ressentir des démangeaisons, remarquer une éruption cutanée (urticaire) ou un gonflement (généralement au niveau du visage, des lèvres, de la langue ou de la gorge), sentir que votre cur se met soudainement à battre très rapidement ou vous sentir mal et avoir la tête qui tourne (malaise pouvant aller jusquà un évanouissement ou une perte de connaissance). Si vous ressentez lun de ces symptômes ou sils apparaissent subitement après avoir utilisé Seretide, arrêtez de prendre Seretide et parlez-en à votre médecin immédiatement. Les réactions allergiques à Seretide sont peu fréquentes (elles affectent moins de 1 personne sur 100).

Pneumonie (infection pulmonaire) chez les patients atteints de BPCO (effet indésirable fréquent)

Si vous présentez lun des effets indésirables suivants pendant la prise de Seretide, informez-en votre médecin, car ils pourraient être les symptômes dune infection pulmonaire :

fièvre ou frissons

augmentation ou changement de coloration des expectorations (crachats)

augmentation de la toux ou aggravation de l'essoufflement.

Les autres effets indésirables sont décrits ci-dessous :

Effets très fréquents (affectent plus d1 personne sur 10) :

·Maux de tête diminuant généralement à la poursuite du traitement.

·Une augmentation du nombre de rhumes a été rapportée chez les patients atteints de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) traitée par Seretide.

Effets fréquents (affectent moins d1 personne sur 10) :

·Candidose de la bouche et de la gorge (parfois douloureuse). Egalement langue irritée, voix rauque et irritation de la gorge. Rincer votre bouche avec de leau et la cracher et/ou brossez vous les dents immédiatement après chaque prise de votre médicament peut permettre déviter ces effets. Votre médecin peut vous prescrire un traitement antifongique pour soigner la candidose.

·Douleurs et inflammations des articulations, douleurs musculaires.

·Crampes musculaires

Les effets indésirables suivants ont également été rapportés avec Seretide chez des patients atteints de Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) :

·Ecchymoses (bleus sur la peau) et fractures.

·Inflammation des sinus (sensation de tension ou de pesanteur au niveau du nez, des joues et derrière les yeux, parfois accompagnée dune douleur pulsatile).

·Diminution de la quantité de potassium dans votre sang (qui peut se manifester par des palpitations, une faiblesse musculaire, des crampes).

Effets peu fréquents (affectent moins d1 personne sur 100) :

·Augmentation du taux de sucre (glucose) dans votre sang (hyperglycémie). Si vous avez du diabète, des contrôles plus fréquents de votre taux de sucre dans le sang et un ajustement possible de votre traitement antidiabétique peuvent être nécessaires.

·Cataracte (opacification du cristallin de l'il provoquant généralement une gêne visuelle).

·Accélération rapide du rythme cardiaque (tachycardie).

·Tremblements et rythme cardiaque rapide ou irrégulier (palpitations). Cela est généralement sans gravité et diminue à la poursuite du traitement.

·Douleur thoracique.

·Sentiment d'inquiétude (cet effet survient principalement chez les enfants).

·Troubles du sommeil.

·Eruption cutanée allergique.

Effets rares (affectent moins d1 personne sur 1 000) :

·Survenue brutale dune difficulté à respirer ou de sifflements bronchiques juste après la prise de Seretide. Dans ce cas, arrêtez dutiliser Seretide. Utilisez votre médicament bronchodilatateur dit « de secours » pour vous aider à respirer et prévenez votre médecin immédiatement.

·Seretide peut affecter la production normale dhormones stéroïdiennes par lorganisme, particulièrement si vous lavez pris à des doses élevées et sur de longues périodes. Les effets incluent :

-un ralentissement de la croissance de lenfant et de ladolescent,

-un amincissement de la trame osseuse,

-un glaucome (affection de l'il liée à une augmentation de la pression intraoculaire),

-une prise de poids,

-un arrondissement (aspect en forme de lune) du visage (Syndrome de Cushing).

Votre médecin sassurera régulièrement que vous ne présentez pas ces effets indésirables et que vous utilisez Seretide à la plus faible dose permettant de contrôler votre asthme.

·Modifications du comportement, telles quactivité et irritabilité inhabituelles (ces effets surviennent principalement chez les enfants).

·Irrégularité du rythme cardiaque (arythmies). Prévenez votre médecin, mais n'interrompez pas votre traitement par Seretide, sauf si votre médecin vous demande de larrêter.

·Une infection fongique de lsophage (arrière gorge) qui peut causer des difficultés pour avaler.

Effets de fréquence indéterminée, mais pouvant également survenir :

·Dépression ou agressivité. Ces effets sont davantage susceptibles de survenir chez les enfants.

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, votre pharmacien ou à votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet:www.ansm.sante.fr

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER SERETIDE DISKUS ?  Retour en haut de la page

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Nutilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur létiquette et lemballage après EXP. La date de péremption fait référence au dernier jour de ce mois.

A conserver à une température ne dépassant pas 30°C.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-légout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien déliminer les médicaments que vous nutilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger lenvironnement.

6. CONTENU DE LEMBALLAGE ET AUTRES INFORMATIONS  Retour en haut de la page

Ce que contient Seretide Diskus  Retour en haut de la page

·Chaque dose pré-distribuée contient 50 microgrammes de salmétérol (sous forme de salmeterol xinafoate) et 100 microgrammes de propionate de fluticasone.

·L'autre composant est le lactose monohydraté (qui contient des protéines de lait).

Quest-ce que Seretide Diskus et contenu de lemballage extérieur  Retour en haut de la page

·Seretide Diskus contient un ruban aluminium avec blisters. Les blisters protègent la poudre pour inhalation des effets de lair ambiant. Chaque dose est préconditionnée.

·Chaque dose est pré-distribuée

·Les dispositifs sont conditionnés dans des boîtes contenant :

·1 Diskus de 28 doses ou 1, 2, 3 ou 10 distributeurs (DISKUS) de 60 doses.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Titulaire de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

LABORATOIRE GLAXOSMITHKLINE

23 RUE FRANCOIS JACOB

92500 RUEIL MALMAISON

Exploitant de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

LABORATOIRE GLAXOSMITHKLINE

23 RUE FRANCOIS JACOB

92500 RUEIL MALMAISON

Fabricant  Retour en haut de la page

GLAXO OPERATIONS UK LTD (TRADING AS GLAXO WELLCOME OPERATIONS),

PRIORY STREET,

WARE,

HERTFORDSHIRE SG12 ODJ,

United Kingdom.

GLAXO WELLCOME PRODUCTION

ZONE INDUSTRIELLE NO.2,

23 RUE LAVOISIER,

LA MADELEINE,

27000 EVREUX

ASPEN BAD OLDESLOE GMBH

INDUSTRIESTRASSE 32-36,

23843 BAD OLDESLOE,

GERMANY

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen  Retour en haut de la page

Ce médicament est autorisé dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen sous les noms suivants :

Autriche Seretide Diskus

Belgique Seretide Diskus

Croatie Seretide Diskus

Chypre Seretide Diskus

République Tchèque Seretide Diskus

Danemark Seretide

Estonie Seretide Diskus

Finlande Seretide Diskus

France Seretide Diskus

Allemagne atmadisc Diskus

Grèce Seretide Diskus

Hongrie Seretide Diskus

Islande Seretide Diskus

Irlande Seretide Diskus

Italie Seretide Diskus

Luxembourg Seretide Diskus

Malte Seretide Diskus

Pays-Bas Seretide Diskus

Portugal Seretaide Diskus

Roumanie Seretide Diskus

Slovaquie Seretide Diskus

Espagne Seretide Accuhaler

Suède Seretide Diskus

Royaume-Uni Seretide Accuhaler

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est :  Retour en haut de la page

à compléter ultérieurement par le titulaire

Autres  Retour en haut de la page

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lANSM (France).

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité