NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion

source: ANSM - Mis à jour le : 31/03/2017

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Pentostatine .............. 10 mg

Pour un flacon.

Après reconstitution avec 5 ml d'eau pour préparations injectables, la solution obtenue contient 2 mg/ml de pentostatine.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion.

Les flacons contiennent une poudre blanche à blanchâtre.

pH de la solution reconstituée: 7,0-8,2.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

La pentostatine est indiquée en monothérapie dans le traitement de la leucémie à tricholeucocytes de l'adulte.

4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Réservé à l'adulte.

Mode d'administration

Il est recommandé d'hydrater le patient avec 500 à 1 000 ml de glucose à 5% seul, de glucose à 5% dans une solution saline à 0,18% ou 0,9%, de glucose à 3,3% dans une solution saline à 0,3%, de glucose à 2,5% dans une solution saline à 0,45% ou d'une solution équivalente avant l'administration de pentostatine. Administrer 500 ml supplémentaires de solution de glucose à 5% seul, de glucose à 5% dans une solution saline à 0,18% ou à 0,9%, de glucose à 2,5% dans une solution saline à 0,45% ou d'une solution équivalente après l'injection de pentostatine.

La posologie de NIPENT préconisée dans le traitement de la leucémie à tricholeucocytes est de 4 mg/m2 en une seule administration toutes les deux semaines. NIPENT peut être injecté par voie intraveineuse brève ou en perfusion de 20 à 30 minutes après dilution dans un volume plus important (voir rubrique 6.6).

Il est déconseillé de dépasser cette dose.

Aucun cas d'extravasation toxique n'a été rapporté dans les études cliniques.

La durée optimale du traitement n'est pas déterminée. Celui-ci doit être poursuivi jusqu'à l'obtention d'une réponse complète si le patient ne présente pas de toxicité majeure et bénéficie d'une amélioration continue.

Après obtention d'une réponse complète, l'administration de deux doses supplémentaires est recommandée bien que ceci ne soit pas encore parfaitement établi.

La réponse doit être évaluée chez tous les patients après 6 mois de traitement par NIPENT: en l'absence de réponse complète ou partielle, il convient d'arrêter le traitement.

En présence d'une réponse partielle, le traitement par NIPENT doit être poursuivi afin d'obtenir une réponse complète. Si la réponse est complète, deux doses complémentaires seront donc administrées et le traitement sera ensuite arrêté.

A la fin de la première année de traitement, si la réponse optimale n'est que partielle, il est recommandé d'arrêter l'administration de NIPENT.

Il convient d'interrompre le traitement en cas de survenue d'effets indésirables sévères. Le traitement doit être interrompu définitivement en cas d'éruption cutanée grave et interrompu définitivement ou provisoirement en cas d'apparition de signes de neurotoxicité ou de survenue d'une infection. La pentostatine peut être réintroduite si l'infection est contrôlée.

Patient cytopénique

Aucune réduction de la posologie n'est recommandée au début du traitement par NIPENT chez les patients présentant une anémie, une neutropénie ou une thrombocytopénie, ni en cours de traitement chez les patients présentant une anémie ou une thrombocytopénie. Au cours du traitement, l'administration de NIPENT doit être provisoirement interrompue si la numération des neutrophiles diminue au-dessous de 200 cellules/mm3 pour une valeur initiale supérieure à 500 cellules/mm3. Le traitement peut être repris après le retour de la numération à sa valeur initiale.

Insuffisants rénaux

En raison d'une expérience limitée, la pentostatine est contre-indiquée chez les patients insuffisants rénaux (clairance de la créatinine (ClCr) < 60 ml/min) (voir rubrique 5.2).

La clairance de la créatinine doit être déterminée avant toute administration de NIPENT.

Insuffisants hépatiques

En raison d'une expérience limitée, la prudence est recommandée.

Personnes âgées

La posologie de pentostatine recommandée pour le traitement des leucémies à tricholeucocytes en gériatrie est de 4 mg/m2, en une seule administration, toutes les deux semaines.

Lors des essais cliniques, des patients de plus de 65 ans ont été traités et il n'a pas été observé d'effets indésirables spécifiques.

Enfants

La leucémie à tricholeucocytes est une pathologie affectant les adultes, principalement dans la sixième décade de leur vie. L'efficacité et l'innocuité de NIPENT chez l'enfant n'ont pas été étudiées.

Publicité
4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

·Antécédents dhypersensibilité à ce principe actif ou à lun de ses excipients.

·Insuffisance rénale (clairance de la créatinine < 60 ml/min).

·Infection en cours dévolution.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Mises en garde spéciales

NIPENT doit être administré sous la surveillance d'un médecin qualifié et expérimenté en matière de chimiothérapie anticancéreuse. L'utilisation de doses supérieures à celles indiquées (voir rubrique 4.2) n'est pas recommandée. Des effets indésirables sévères: rénaux, hépatiques, pulmonaires et neurologiques ont été observés dans les études de Phase I chez des patients ayant reçu une dose supérieure (20-50 mg/m2/cure) à la posologie recommandée.

Lors d'une étude clinique chez des patients atteints d'une leucémie à tricholeucocytes réfractaire, des manifestations pulmonaires sévères voire fatales sont survenues chez des patients traités simultanément par NIPENT à la posologie recommandée et par le phosphate de fludarabine. Quatre des six patients inclus dans l'étude ont présenté une toxicité pulmonaire sévère ou fatale. Il est déconseillé d'associer NIPENT au phosphate de fludarabine.

Des études biochimiques ont démontré que la pentostatine accroît les effets de la vidarabine, antiviral de la famille des nucléosides puriques. L'administration simultanée de NIPENT et de vidarabine peut se traduire par une augmentation des effets indésirables propres à chacun des deux produits. Le bénéfice thérapeutique de cette association médicamenteuse n'a pas été établi.

Les patients atteints d'une leucémie à tricholeucocytes peuvent présenter une dépression médullaire, surtout lors des premières injections de NIPENT. Certains patients atteints d'une infection avant le traitement par NIPENT ont présenté une aggravation entraînant le décès tandis que d'autres ont bénéficié d'une réponse complète. Les patients présentant une infection ne doivent être traités que si les bénéfices potentiels justifient les risques éventuels. Il convient de traiter l'infection avant l'instauration ou la reprise du traitement.

Les premières administrations de NIPENT entraînent une aggravation de la neutropénie chez des patients atteints d'une leucémie à tricholeucocytes en progression. De ce fait, une surveillance fréquente de la numération-formule sanguine est nécessaire en début de traitement. Un bilan clinique comportant un myélogramme doit être effectué si une neutropénie sévère persiste au-delà de cette période.

La pentostatine peut avoir des effets délétères sur le génotype. De ce fait, il est donc recommandé aux hommes d'observer une contraception pendant toute la durée du traitement et pendant un délai de 6 mois après l'arrêt de celui-ci. Des moyens de contraception fiables doivent être mis en uvre chez les femmes en âge de procréer. Si une grossesse survenait pendant le traitement, l'éventualité d'une consultation dans un centre spécialisé devrait être envisagée.

Transplantation médullaire avec cyclophosphamide à forte dose

Chez des patients recevant de la pentostatine en association avec de la carmustine, de l'étoposide et du cyclophosphamide à fortes doses dans le cadre d'un schéma myélosuppresseur, des cas d'dème aigu du poumon et d'hypotension à issue fatale ont été rapportés dans la littérature. L'association de la pentostatine et du cyclophosphamide à fortes doses n'est pas recommandée.

Des perturbations des tests fonctionnels hépatiques sont survenues en cours de traitement par NIPENT et ont été généralement réversibles.

Une néphrotoxicité a été constatée au cours des premières études cliniques après administration de fortes doses. Cependant, chez les patients traités à la posologie préconisée, l'augmentation de la créatininémie a été habituellement mineure et réversible. Certains patients dont la fonction rénale était normale au début du traitement ont présenté une toxicité rénale légère à modérée, en fin d'évaluation (voir rubrique 4.2).

Des éruptions cutanées, parfois sévères, ont été fréquemment constatées et sont susceptibles de s'aggraver avec la poursuite du traitement. L'interruption du traitement peut être alors nécessaire (voir rubrique 4.2).

Une surveillance particulière doit être portée, lors du traitement de patients présentant un état général précaire.

Précautions d'emploi

Un examen clinique régulier des patients et une surveillance des paramètres hématologiques et biochimiques sanguins sont nécessaires lors d'un traitement par NIPENT.

L'administration doit être interrompue en cas de manifestation indésirable sévère (voir rubrique 4.2) et un traitement approprié doit être mis en uvre.

Le traitement par NIPENT doit être interrompu définitivement ou provisoirement en cas de manifestation de neurotoxicité.

Avant le début du traitement par NIPENT, la fonction rénale doit être évaluée par la créatinine sérique et/ou la clairance de la créatinine (voir rubriques 5.2 et 4.2). Une numération-formule sanguine, une créatinine sérique et des tests hépatiques doivent être effectués avant chaque administration de NIPENT et à des intervalles réguliers au cours du traitement. Une neutropénie sévère a été observée en début de traitement par NIPENT, et une surveillance fréquente de la numération-formule sanguine est donc recommandée durant cette période. Un bilan clinique comportant un myélogramme est nécessaire si les paramètres hématologiques ne s'améliorent pas avec la poursuite du traitement.

Des recherches de tricholeucocytes doivent être périodiquement effectuées dans le sang périphérique afin d'évaluer la réponse au traitement.

De plus, des aspirations et biopsies médullaires peuvent être nécessaires tous les deux ou trois mois dans le même but.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

+ Allopurinol

L'allopurinol et NIPENT exposent tous deux à un risque d'éruption cutanée. Dans les études cliniques, chez 25 patients réfractaires ayant reçu allopurinol et pentostatine, l'association de ces deux produits n'a pas montré une fréquence d'éruptions cutanées plus élevée que celle constatée avec NIPENT seul.

Un patient ayant reçu simultanément NIPENT et de l'allopurinol a présenté une angéite nécrosante fatale. Cet effet indésirable n'a pas été formellement imputé à l'association des deux produits.

+ Vidarabine

Des études biochimiques ont démontré que la pentostatine accroît les effets de la vidarabine, anti-viral de la famille des nucléosides puriques. L'administration simultanée de NIPENT et de vidarabine peut se traduire par une augmentation des effets indésirables propres à chacun des deux produits. Le bénéfice thérapeutique de cette association médicamenteuse n'a pas été établi.

+ Fludarabine

Il est déconseillé d'associer NIPENT au phosphate de fludarabine car cette association a été corrélée à un risque accru de manifestations pulmonaires toxiques fatales (voir rubrique 4.4).

+ Transplantation médullaire avec cyclophosphamide à forte dose

Chez des patients recevant de la pentostatine en association avec de la carmustine, de l'étoposide et du cyclophosphamide à fortes doses dans le cadre d'un schéma myélosuppresseur, des cas d'dème aigu du poumon et d'hypotension à issue fatale ont été rapportés dans la littérature. L'association de la pentostatine et du cyclophosphamide à fortes doses n'est pas recommandée.

4.6. Grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Les femmes en âge de procréer recevant de la pentostatine doivent être informées quune grossesse ne doit pas survenir.

Aucune étude de fertilité n'a été menée chez l'animal. Une atrophie et une dégénérescence partiellement réversibles des tubes séminifères a été observée chez le rat et le chien montrant une atteinte de la fertilité chez le mâle. Les possibles effets indésirables sur la fécondité n'ont pas été évalués chez l'homme.

Il nexiste aucune donnée concernant lutilisation de la pentostatine chez les patientes enceintes. Les études chez lanimal ont montré une toxicité sur la reproduction. Lors détudes chez les rongeurs, il a été montré que la pentostatine est tératogène. La pentostatine nest pas recommandée pendant la grossesse, ni chez la femme en âge de procréer nutilisant pas une contraception efficace.

Si une grossesse se déclare au cours du traitement par la pentostatine, il faut informer la patiente des risques encourus pour le ftus.

Le passage de la pentostatine dans le lait maternel n'a pas été étudié. Toutefois, en raison du risque potentiel de manifestations indésirables sévères pour le nourrisson, l'allaitement est déconseillé.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

La pentostatine a un effet mineur à modéré sur la capacité à conduire des véhicules et à utiliser des machines. On conseillera au patient d'être prudent, lors de la conduite d'un véhicule ou de l'utilisation de machine, après administration de NIPENT.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

La pentostatine est lymphotoxique. Elle présente une action myélosuppressive mais a également un effet immunosuppresseur sur la lignée des lymphocytes CD4+ Des taux de CD4+ inférieurs à 200 par µl sont fréquemment observés au cours du traitement avec la pentostatine et cette diminution peut persister pendant plus de 6 mois après arrêt du traitement. A l'exception de cas fréquents d'infections zostériennes, les conséquences cliniques de cette suppression des CD4+ au cours des leucémies à tricholeucocytes ne sont pas établies à ce jour. Les conséquences à long terme ne sont pas prévisibles mais il n'existe aucun signe montrant une augmentation éventuelle de fréquence des tumeurs secondaires ou des infections opportunistes.

Les effets indésirables suivants ont été observés lors des études cliniques chez la plupart des patients atteints d'une leucémie à tricholeucocytes ne répondant pas au traitement par l'interféron alpha ou recevant un premier traitement par NIPENT. Sous traitement par pentostatine, de nombreux patients atteints de leucémie à tricholeucocytes présentent des effets indésirables. Les réactions les plus fréquemment rapportées sont des nausées et/ou vomissements ou une leucopénie, chaque événement survenant chez environ 60% des patients. Fièvre, éruption et fatigue ont été observées chez environ 40% des patients. La plupart des effets indésirables étaient mineurs ou modérés et leur fréquence diminuait avec la fréquence du traitement. Le traitement a été interrompu chez 12% des patients en raison d'un effet indésirable. Etant donné l'évolution naturelle de la maladie et les propriétés pharmacologiques du médicament, il peut être difficile, dans certains cas, de déterminer si ces événements indésirables sont dus au médicament ou à la maladie. Aucune extravasation n'a été reportée lors des études cliniques.

Les effets indésirables suivants ont été observés lors des études cliniques chez des patients atteints d'une leucémie à tricholeucocytes ou au cours de l'utilisation post-AMM de la pentostatine, soit seule, soit en association dans des indications non approuvées.

La fréquence des effets indésirables dans la liste ci-après est définie comme suit: très fréquent (>10%), fréquent (1-10%), peu fréquent (0,1-1%) ou rare (0,01-0,1%).

Système organique

Fréquence

Effet indésirable

Infections et infestations

Très fréquent (>10%)

Infection respiratoire haute, rhinite, pharyngite, infection virale.

Fréquent1 (1-10%)

Zona, infection (non précisée), sinusite, cellulite, infection bactérienne, pneumonie, conjonctivite, furonculose, herpès, bronchite, sepsis, infection du tractus urinaire, abcès cutané, candidose orale, infection mycosique de la peau, abcès péri-anal, pneumonie à E. coli, pneumonie fongique, choc septique, infection staphylococcique, urosepsis, ostéomyélite.

Peu fréquent2 (0,1-1%)

Gastroentérite aiguë, aspergillose pulmonaire, colite à Clostridium difficile, colite, cystite, infection à cytomégalovirus.

Rare (0,01-0,1%)

Candidose oesophagienne.

Néoplasmes bénins, malins et non spécifiés (y compris kystes et polypes)

Fréquent1 (1-10%)

Néoplasmes, carcinome cutané.

Peu fréquent2 (0,1-1%)

Syndrome de lyse tumorale.

Affections du sang et du système lymphatique

Très fréquent (>10%)

Leucopénie, thrombopénie, anémie, troubles sanguins, éosinophilie, anémie hypochrome, pancytopénie.

Fréquent1 (1-10%)

Agranulocytose, leucémie aiguë, neutropénie fébrile, ecchymoses, lymphadénopathie, splénomégalie.

Peu fréquent2 (0,1-1%)

Aplasie pure des globules rouges, anémie hémolytique auto-immune, anémie hémolytique, syndrome d'anémie urémique hémolytique aplasique, purpura thrombopénique idiopathique, purpura thrombopénique thrombotique.

Rare2 (0,01-0,1%)

Thrombopénie auto-immune.

Troubles du système immunitaire

Très fréquent (>10%)

Réaction allergique.

Fréquent1 (1-10%)

Réaction du greffon contre l'hôte (GVHD)3.

Peu fréquent2 (0,1-1%)

Rejet de greffe.

Rare2 (0,01-0,1%)

Réaction anaphylactique.

Troubles métaboliques et nutritionnels

Fréquent1 (1-10%)

Déshydratation, goutte, déséquilibre électrolytique, hypercalcémie, hyponatrémie, hyperglycémie, prise de poids, perte de poids, élévation des LDH.

Peu fréquent2 (0,1-1%)

Hyperkaliémie, hypokaliémie, diminution de la saturation en oxygène.

Rare2 (0,01-0,1%)

Surcharge en fluides, hypocalcémie.

Troubles psychiatriques

Fréquent (1-10%)

Anxiété, dépression, nervosité, rêves anormaux, diminution/perte de la libido, labilité émotionnelle, hallucination, hostilité, névrose, troubles de la pensée, dépersonnalisation.

Troubles du système nerveux

Très fréquent (>10%)

Céphalées, neurotoxicité.

Fréquent1 (1-10%)

Confusion, sensation vertigineuse, insomnie, paresthésie, somnolence, amnésie, ataxie, convulsions, dysarthrie, dysgueusie, encéphalite, hyperkinésie, méningisme, névralgie, névrite, neuropathie, paralysie, syncope, secousses musculaires, tremblements, vertige, hypoesthésie.

Rare2 (0,01-0,1%)

Démence d'Alzheimer (suspectée), Grand mal et convulsions, migraine, maladie de Parkinson (aggravée), Petit mal épileptique.

Troubles oculaires

Fréquent1 (1-10%)

Yeux secs, troubles lacrymaux, photophobie, rétinopathie, vision anormale, pupille fixe, hypersécrétion lacrymale, douleur oculaire.

Rare2 (0,01-0,1%)

Blépharite.

Très rare

Uvéite unilatérale avec perte de vision.

Troubles auriculaires et labyrinthiques

Fréquent1 (1-10%)

Surdité, otalgie, labyrinthite, acouphènes.

Troubles cardiaques

Fréquent1 (1-10%)

Angine de poitrine, arythmie, bloc auriculo-ventriculaire, bradycardie, extrasystoles ventriculaires, arrêt cardiaque, insuffisance cardiaque, effusion péricardique, arrêt sinusal, tachycardie, fibrillation auriculaire, insuffisance cardiaque congestive, bouffées de chaleur, électrocardiogramme anormal.

Peu fréquent (0,1-1%)

Cardiomyopathie, infarctus du myocarde.

Rare (0,01-0,1%)

Péricardite, diminution de la fraction d'éjection.

Troubles vasculaires

Fréquent1 (1-10%)

Hémorragie, hypotension, hypertension, thrombophlébite profonde, phlébite, vascularite.

Peu fréquent2 (0,1-1%)

Syndrome de fuite capillaire.

Rare (0,01-0,1%)

Choc.

Troubles respiratoires, thoraciques et du médiastin

Très fréquent (>10%)

Toux, troubles pulmonaires.

Fréquent1 (1-10%)

Asthme, dyspnée, dème laryngé, dème pulmonaire, embolie pulmonaire, épistaxis.

Peu fréquent2 (0,1-1%)

Syndrome de détresse respiratoire de l'adulte, insuffisance respiratoire aiguë, bronchospasme, effusion pleurale, pneumothorax, hémorragie des voies respiratoires, sifflements.

Rare2 (0,01-0,1%)

Alvéolite, alvéolite fibreuse, pneumopathie organisée cryptogénique, dommages alvéolaires diffus, maladie pulmonaire obstructive chronique, hémorragie des alvéoles pulmonaires.

Troubles digestifs

Très fréquent (>10%)

Nausées et/ou vomissements, diarrhées, douleur abdominale, anorexie, troubles rectaux, rectorragie.

Fréquent1 (1-10%)

Troubles dentaires, dyspepsie, gingivite, stomatite, constipation, dysphagie, flatulence, glossite, iléus, bouche sèche.

Peu fréquent2 (0,1-1%)

Entérite aiguë.

Troubles hépato-biliaires

Très fréquent (>10%)

Augmentation aux tests fonctionnels hépatiques, jaunisse, hyperbilirubinémie, augmentation des ALAT, augmentation des ASAT.

Troubles cutanés et des tissus sous-cutanés

Très fréquent (>10%)

Eruptions cutanées, prurit, sueurs, troubles cutanés, éruption maculo-papuleuse.

Fréquent1 (1-10%)

Peau sèche, urticaire, acné, alopécie, eczéma, pétéchies, réaction de photosensibilisation, dermatite exfoliante, dépigmentation cutanée, dermatite bulleuse, séborrhée

Peu fréquent2 (0,1-1%)

dème angioneurotique.

Rare (0,01-0,1%)

Pemphigus, syndrome de Stevens-Johnson.

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Très fréquent (>10%)1

Myalgie, douleurs osseuses, arthropathie.

Fréquent (1-10%)2

Arthralgie, Arthrite.

Peu fréquent (0,1-1%)

Douleurs des extrémités.

Troubles rénaux et urinaires

Très fréquent (>10%)

Troubles génito-urinaires, élévation de l'azotémie.

Fréquent1 (1-10%)

Elévation de la créatininémie, dysfonction rénale, néphropathie, insuffisance rénale, néphrolithiase, insuffisance rénale aiguë, dysurie, rétention urinaire.

Peu fréquent2 (0,1-1%)

Cystite hémorragique.

Troubles du système reproducteur et des seins

Fréquent1 (1-10%)

Aménorrhée, masse mammaire, dysfonction érectile.

Troubles généraux et touchant le site d'administration

Très fréquent (>10%)

Fièvre, fatigue, frissons, asthénie, douleur.

Fréquent (1-10%)

Douleur thoracique, décès, dème de la face, dème périphérique, symptômes grippaux, gueule de bois, douleur dorsale, malaise.

Peu fréquent2 (0,1-1%)

Inflammation des muqueuses, insuffisance multi-organe.

Rare2 (0,01-0,1%)

Syndrome de réponse inflammatoire systémique, baisse de sensibilité des extrémités.

1 Y compris les effets survenus chez moins de 3% des patients traités par NIPENT durant la phase initiale de l'étude SWOG.

2 Basé sur 1549 patients inclus dans les études post-AMM depuis le 10 octobre 2005.

3 Observé dans les études GVHD.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet:www.ansm.sante.fr

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Aucun antidote spécifique du NIPENT n'est connu. L'administration de NIPENT à des doses supérieures à celles recommandées (20-50 mg/m2 par cure) a été associée à des décès dus à des toxicités rénale, hépatique, pulmonaire et neurologique centrale sévères. Le traitement d'un surdosage comporte des soins palliatifs pendant toute la durée des signes toxiques.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Code ATC:L01XX08

Groupe pharmacothérapeutique:NIPENT est un inhibiteur de l'adénosine-désaminase (ADA).

Mécanisme d'action

NIPENT est un puissant inhibiteur de l'état de transition de l'enzyme adénosine-désaminase.

L'activité de l'ADA est maximale dans les cellules du système lymphoïde, et plus élevée dans les lymphocytes T tumoraux que dans les lymphocytes B malins. L'inhibition de l'ADA, de même que l'effet inhibiteur direct sur la synthèse de l'ARN et l'augmentation de l'altération de l'ADN, peuvent contribuer à l'ensemble des effets toxiques observés avec la pentostatine. Le mode d'action antitumoral précis de la pentostatine sur la leucémie à tricholeucocytes n'est pas totalement élucidé.

La pentostatine s'est montrée efficace sur diverses affections lymphoïdes malignes mais est plus active sur les cancers d'évolution lente s'accompagnant d'une plus faible concentration de l'ADA, tels que la leucémie à tricholeucocytes.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Chez l'homme, la pharmacocinétique de la pentostatine est linéaire et les concentrations plasmatiques augmentent proportionnellement à la dose. Après administration d'une dose unique de 4 mg/m2 de pentostatine par perfusion de 5 minutes, la demi-vie de distribution est de 11 minutes et la demi-vie terminale moyenne est de 5,7 heures (de 2,6 à 10 heures), la clairance plasmatique moyenne de 68 ml/min/m2, et près de 90% de la dose sont éliminés dans les urines sous forme de pentostatine inchangée et/ou de métabolites selon des mesures effectuées par détermination de l'activité d'inhibition de l'adénosine désaminase. La liaison de la pentostatine aux protéines plasmatiques est faible (environ 4%).

Chez les patients dont la clairance de la créatinine était comprise entre 60 ml/min et 130 ml/min, ce paramètre (ClCr) a été positivement corrélé à la clairance de la pentostatine. En présence d'une insuffisance rénale (ClCr < 50 ml/min, n=2), la demi-vie de la pentostatine a été de 18 heures, c'est-à-dire beaucoup plus longue que celle observée chez les patients à fonction rénale normale (ClCr > 60 ml/min, n=14) (environ 6 heures).

Toutefois, les résultats d'une étude publiée conduite chez 13 patients insuffisants rénaux ont suggéré un ajustement de la posologie de NIPENT en fonction de la valeur de la clairance de la créatinine. La posologie est ajustée à 75% pour une ClCr de 40-59 ml/min (3 mg/m2) et à 50% pour une ClCr de 35-39 ml/min (2 mg/m2) L'insuffisance de données ne permet pas de recommander une dose initiale ou complémentaire chez les patients ayant une clairance de la créatinine < 35 ml/min.

Une étude de distribution tissulaire chez le rat par autoradiographie du corps entier a montré que la radioactivité était maximale dans les tissus rénaux et que la pénétration dans le système nerveux central était très faible.

La pentostatine franchit la barrière hémato-méningée en donnant des taux mesurables dans le liquide céphalo-rachidien (LCR).

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Les effets indésirables non observés au cours des études cliniques, mais observés chez lanimal à des doses dexposition similaires à celles utilisées en clinique, ayant une pertinence possible en clinique sont les suivants :

Toxicité aiguë

Les DL10, DL50 et DL90 intraveineuses ont été respectivement de 129, 300 et 697 mg/kg (387, 900 et 2091 mg/m2) chez la souris mâle et femelle recevant NIPENT.

Chez les rongeurs et le chien, on note certains signes de toxicité aiguë : hypoactivité, déshydratation et amaigrissement. Le tissu lymphoïde a été le plus affecté. Chez la souris, on a également constaté une atrophie du thymus et des lésions hépatiques. On ne relève aucun effet sur les gonades, aussi bien chez les rongeurs que chez le chien.

Toxicité à doses réitérées

Les DL10, DL50 et DL90 intraveineuses de 5 doses quotidiennes, en regroupant les résultats dans les deux sexes, ont été respectivement de 4,9 ; 6,4 et 8,3 mg/kg (14,8 ; 19,1 et 24,8 mg/m2) chez la souris recevant du NIPENT non formulé.

Indépendamment de la voie dadministration et de la durée du traitement, les tissus lymphoïdes ont été les principaux organes-cibles pour toutes les espèces étudiées au cours des études toxicologiques. Ceci est en accord avec lactivité antinéoplasique de la pentostatine dans le traitement de la leucémie à tricholeucocytes.

Les effets observés sur les tissus lymphoïdes peuvent être en relation avec lactivité inhibitrice de la pentostatine sur ladénosine-désaminase, principale action pharmacologique.

Le foie est un organe cible à hautes doses ainsi que le montrent lélévation des tests biologiques hépatiques et les atteintes hépatiques observées chez les rongeurs et le chien. Les altérations des testicules observées chez le rat et le chien peuvent indiquer une action potentielle sur la fertilité mâle. Ces modifications nont pas été totalement réversibles durant les périodes dobservations qui ont suivi larrêt du traitement. Les effets sur les organes cibles survenus uniquement chez le rat ont été les suivants : métaplasie du canal alvéolaire et/ou hyperplasie des cellules caliciformes bronchiolaires, thyroïdites lymphoplasmocytaires et élévation de lincidence des glomérulonéphrites spontanées.

Des études publiées indiquent, quà doses répétées, la pentostatine a des propriétés immunodépressives chez le rat et la souris.

Mutagenèse

La pentostatine na pas été mutagène sur les souches de Salmonella typhimurium pour des concentrations allant jusquà 10 000 µg/ml, ni sur des cellules pulmonaires V79 de hamster chinois pour des concentrations allant jusquà 3 000 µg/ml, en présence ou en absence dactivation métabolique. La pentostatine na pas été clastogène sur les cellules pulmonaires V79 in vitro à des concentrations allant jusquà 3 000 µg/ml. Cependant, une augmentation de la fréquence de formation de micronucleus chez les souris traitées avec pentostatine, administrée en dose unique par voie I.V. a été observée aux doses de 60, 360 et 720 mg/m2.

Lincidence de cette action sur le test du micronucleus chez la souris reste inconnue en ce qui concerne lespèce humaine.

Carcinogenèse

Le pouvoir carcinogène potentiel de la pentostatine na pas été évalué. Le risque de survenue de tumeurs lié à ladministration de NIPENT ne peut être écarté.

Lors détudes chez les rats et les souris, il a été montré que la pentostatine est tératogène. Après administration systémique chez les rats, des malformations ftales ont été observées.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Mannitol, hydroxyde de sodium ou acide chlorhydrique (pour ajustement du pH).

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Les solutions acides doivent être évitées (le pH de la solution reconstituée est compris entre 7,0 et 8,2).

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

3 ans

La solution reconstituée pour injection ou reconstituée et ensuite diluée pour perfusion doit être utilisée dans les 8 heures et doit être conservée à une température ne dépassant pas 25°C. Une administration immédiate après reconstitution est recommandée.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

A conserver au réfrigérateur (entre 2°C et 8°C).

Pour les conditions de conservation du médicament reconstitué, voir rubrique 6.3.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur  Retour en haut de la page

NIPENT est fourni en unidose dans des flacons de 10 mg conditionnés en emballage individuel (boîte de 1 flacon). Les flacons sont en verre de type I avec des bouchons siliconés.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

Les prescripteurs doivent se référer aux directives nationales ou reconnues relatives à la manipulation des agents cytotoxiques.

Les procédures pour manipuler correctement les substances anticancéreuses doivent être suivies:

1. La reconstitution de NIPENT ne doit être faite que par du personnel formé dans un espace réservé à la manipulation des produits cytotoxiques.

2. Des gants de protection adaptés doivent être utilisés

3. Les femmes enceintes ne doivent pas manipuler de préparation cytotoxique

4. Une attention et des précautions particulières doivent être prises dans la manipulation des seringues, aiguilles, etc. utilisées pour reconstituer les produits cytotoxiques.

5. Les surfaces contaminées doivent être lavées abondamment à l'eau.

6. Toute solution restante doit être jetée.

Transférer 5 ml d'eau stérile pour préparations injectables dans le flacon contenant NIPENT et mélanger soigneusement jusqu'à dissolution complète. La solution doit être incolore à jaune pâle et a une concentration de 2 mg/ml de pentostatine. Les produits administrés par voie parentérale doivent être inspectés visuellement à la recherche d'éventuelles particules en suspension ou d'une décoloration avant l'administration.

NIPENT peut être injecté par voie intraveineuse en bolus ou en perfusion après dilution dans un volume plus important (25 à 50 ml) d'une solution de glucose à 5% ou de chlorure de sodium à 0,9% (sérum physiologique). La dilution de la totalité du contenu du flacon reconstitué avec 25 ml ou 50 ml de solution donne des concentrations respectives de 0,33 mg/ml ou 0,18 mg/ml de pentostatine.

La solution de NIPENT diluée dans une solution injectable de glucose à 5% ou de chlorure de sodium à 0,9% (sérum physiologique), à une concentration comprise entre 0,18 mg/ml et 0,33 mg/ml, n'interagit pas avec les poches de perfusion en PVC ou les tubulures de perfusion.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

HOSPIRA FRANCE

23-25 avenue du docteur lannelongue

75014 paris

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·558 041-0: lyophilisat en flacon (verre).

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste I

Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription réservée aux spécialistes en oncologie ou en hématologie ou aux médecins compétents en cancérologie. Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 31/03/2017

Dénomination du médicament

NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion

Pentostatine

Encadré

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d'utiliser ce médicament.

·Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez toute autre question, si vous avez un doute, demandez plus d'informations à votre médecin ou à votre pharmacien.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez jamais à quelqu'un d'autre, même en cas de symptômes identiques, cela pourrait lui être nocif.

·Si l'un des effets indésirables devient grave ou si vous remarquez un effet indésirable non mentionné dans cette notice, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Sommaire notice

Dans cette notice :

1. QU'EST-CE QUE NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT D'UTILISER NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion ?

3. COMMENT UTILISER NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion ?

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

5. COMMENT CONSERVER NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion ?

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

1. QU'EST-CE QUE NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique

NIPENT est un inhibiteur de l'adénosine désaminase (ADA).

Indications thérapeutiques

NIPENT est un médicament anticancéreux utilisé dans le traitement de la leucémie à tricholeucocytes de l'adulte, une forme de cancer affectant les lymphocytes (globules blancs qui luttent contre les bactéries et les virus).

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT D'UTILISER NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion ?  Retour en haut de la page

Liste des informations nécessaires avant la prise du médicament

Sans objet.

Contre-indications

Ce médicament NE DOIT PAS ETRE UTILISE dans les cas suivants :

·allergie connue à ce médicament (pentostatine) ou au mannitol,

·insuffisance rénale (clairance de la créatinine <60 ml/min),

·infection en cours dévolution (augmentation de la température ou fièvre, frissons ou état fébrile).

NIPENT nest pas recommandé chez lenfant.

Précautions d'emploi ; mises en garde spéciales

Faites attention avec NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion :

·si vous avez des problèmes hépatiques.

Si vous vous trouvez dans lune des situations ci-dessus, parlez-en à votre médecin.

Mises en garde spéciales

Précautions demploi

Avant dutiliser NIPENT pour la première fois, vos reins seront contrôlés pour sassurer de leur fonctionnement normal. Un test sanguin sera aussi réalisé et répété régulièrement au cours de votre traitement par NIPENT.

Prévenez votre médecin si après avoir reçu NIPENT vous souffrez par exemple : de confusion, vertiges, troubles du sommeil, fourmillements, manque de mémoire, marche titubante, spasmes, tremblements, évanouissements, maux de tête, crises ou autres maladies du système nerveux.

Interactions avec d'autres médicaments

Prise ou utilisation d'autres médicaments

Ce médicament ne doit pas être administré en association avec:

·la fludarabine (autre médicament anticancéreux)

Prévenez votre médecin si vous prenez les médicaments suivants:

·Ia vidarabine (médicament antiviral)

·le cyclosphosphamide, l'étoposide et Ia carmustine (autres médicaments anticancéreux)

·l'allopurinol (médicament utilisé pour traiter la goutte, des taux élevés d'acide urique dans le corps causés par certains médicaments anticancéreux, et les calculs rénaux).

Si vous prenez ou avez pris récemment un autre médicament, y compris un médicament obtenu sans ordonnance, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Interactions avec les aliments et les boissons

Sans objet.

Interactions avec les produits de phytothérapie ou thérapies alternatives

Sans objet.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Grossesse et allaitement

Ce médicament nest pas recommandé pendant Ia grossesse. Si vous êtes enceinte, si vous pensez le devenir ou si vous allaitez, parlez-en à votre médecin.

Chez les femmes en âge de procréer, une contraception efficace est recommandée. Si vous tombez enceinte, parlez-en à votre médecin.

Les hommes ne doivent pas avoir denfant pendant toute Ia durée du traitement et jusquà 6 mois après larrêt du traitement.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

Sportifs

Sans objet.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Il se peut que vous ne vous sentiez pas bien ou que vous souffriez de vertiges ou de problèmes de vue après avoir reçu ce médicament. Vous ne devez pas conduire de véhicules ou utiliser des machines si vous souffrez de ces effets indésirables.

Liste des excipients à effet notoire

Sans objet.

3. COMMENT UTILISER NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion ?  Retour en haut de la page

Instructions pour un bon usage

Ce médicament vous sera toujours administré sous surveillance médicale.

Posologie, Mode et/ou voie(s) d'administration, Fréquence d'administration et Durée du traitement

Posologie

Votre médecin vous donnera exactement la dose dont vous avez besoin en fonction de votre taille, de votre poids et de votre état de santé. La dose habituelle chez l'adulte, y compris chez les personnes âgées, est de 4 mg/m2 toutes les 2 semaines.

Mode et voie d'administration

Ce médicament vous sera donné en une injection courte ou par perfusion intraveineuse (goutte-à-goutte) de 20-30 minutes.

Avant et après l'administration de NIPENT, vous recevrez également une perfusion intraveineuse d'une solution (glucose ou glucose dans une solution saline) pour assurer une hydratation suffisante. Cela permettra au médicament d'agir où il faut et diminuera les effets indésirables.

Fréquence d'administration

Vous recevrez NIPENT jusqu'à ce que vos cellules cancéreuses soient détruites. 6 mois et 12 mois après le début du traitement par NIPENT, votre médecin vérifiera que vous répondez bien au traitement.

La posologie, Ia fréquence d'administration et Ia durée du traitement varient selon les cas traités. Suivez scrupuleusement Ia prescription du médecin traitant.

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Sans objet.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Sans objet.

Risque de syndrome de sevrage

Sans objet.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments, NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion est susceptible d'avoir des effets indésirables, bien que tout le monde ny soit pas sujet.

NIPENT agit en détruisant les cellules cancéreuses mais il peut arriver que des cellules sanguines saines le soient également, ce qui peut augmenter les risques dinfection. Il peut aussi diminuer le nombre de plaquettes (nécessaires à la coagulation sanguine). Votre médecin contrôlera votre état général et vous tiendra informé des résultats. Vous pouvez prendre certaines précautions pour réduire le risque dinfection et de saignement.

Si possible, évitez les personnes ayant une infection.

·Prévenez votre médecin immédiatement si vous pensez que vous avez une infection ou en cas de fièvre, sueur ou frissons, toux ou enrouement, difficulté à avaler, plaies dans la bouche ou sur les lèvres, nez qui coule, sinusite, mal de dos ou mal au côté, douleurs, incapacité ou difficulté à uriner, maux de tête sévères avec confusion (encéphalite).

·Prévenez votre médecin immédiatement si vous remarquez tout saignement inhabituel, saignements de nez ou contusions, selles noires, sang dans les urines ou les selles, petits points rouges sur la peau, mal de gorge, jaunisse (jaunissement du blanc des yeux et de la peau, selles claires ou urine foncée), réactions allergiques (par exemple éruption cutanée sévère, difficulté à respirer, nez qui coule, gonflement du visage, plaies douloureuses dans la bouche), tremblements, spasmes, douleur sévère dans la poitrine qui peut aussi sétendre à votre bras et à votre cou (crise cardiaque).

Consultez votre médecin le plus vite possible si lun des effets indésirables suivants survient :

Très fréquent (apparaît chez plus dune personne sur 10) :

·maux destomac ou nausées ou vomissements,

·perte dappétit,

·diarrhée ou sang dans les selles,

·maux de tête,

·toux, nez qui coule, rhume, mal de gorge ou difficultés à respirer,

·éruption cutanée, démangeaisons ou problèmes cutanés,

·douleur musculaire, problèmes osseux ou articulaires,

·fatigue, faiblesse ou douleurs,

·fièvre, transpiration ou frissons,

·jaunisse.

Fréquent (apparaît chez moins dune personne sur 10) :

·douleur abdominale, indigestion, ballonnements ou flatulence, constipation, modification du poids,

·inflammation des gencives (gingivite), de la bouche ou des lèvres, gonflement de la gorge,

·troubles dentaires, modification du goût, bouche sèche,

·déshydratation,

·changement dhumeur, agressivité, anxiété, nervosité, dépression, rêves ou pensées étranges, hallucinations, névrose,

·confusion, perte de mémoire,

·vertiges, tremblements du corps ou des membres, spasmes, crises de type épileptique, évanouissements,

·troubles du sommeil ou sensation de somnolence,

·marche titubante, troubles de lélocution, paralysie, inflammation des méninges, atteinte nerveuse,

·éruption cutanée, desquamation, gonflement, rougeur, infection ou démangeaisons de la peau,

·peau sèche, acné, peau grasse, dépigmentation de la peau, sensibilité de la peau à la lumière,

·chute des cheveux,

·yeux secs ou modification de la production de larmes, douleur oculaire, infections des yeux, sensibilité des yeux à la lumière, modifications de la vision et altération du fond de lil (rétine),

·bourdonnements doreille, douleurs auriculaires, surdité, troubles de léquilibre, vertige,

·souffle court, asthme, caillot sanguin ou liquide dans les poumons, saignements de nez,

·battements du cur irréguliers, lents ou rapides, modification de lélectrocardiogramme, hypotension ou hypertension, état de choc,

·douleur dans la poitrine, angine de poitrine, liquide autour du cur, insuffisance cardiaque, arrêt cardiaque,

·caillots sanguins dans les veines ou inflammation des veines, saignements,

·infections telles que sinusite, pneumonie ou bronchite, abcès, infections des os, de la peau, des reins ou des voies urinaires, infections fongiques (par exemple : muguet), zona,

·cancer de la peau ou autres cancers, leucémie,

·problèmes après une greffe,

·augmentation de la taille de la rate, contusions, augmentation de la taille des ganglions lymphatiques,

·goutte, modification des électrolytes sanguins (par exemple : sodium, potassium et calcium),

·arthrite, problèmes articulaires,

·troubles rénaux, difficulté ou douleur pour uriner, insuffisance rénale, calculs rénaux, impossibilité à vider la vessie,

·absence des règles, grosseur au sein, impuissance.

Peu fréquent (apparaît chez moins dune personne sur 100) :

·gastro-entérite, infection intestinale à Clostridium difficile,

·infections telles quinfection de la vessie (cystite), CMV (cytomégalovirus), infection fongique des poumons,

·syndrome de lyse tumorale (implique les produits de dégradation des cellules cancéreuses mortes),

·problèmes spécifiques des globules rouges (érythroblastopénie et certains types danémie), marques rouges ou violettes sur la peau dues au faible nombre de plaquettes,

·rejet de greffe,

·crise cardiaque, problèmes musculaires cardiaques, faibles taux doxygène dans le sang,

·défaillance dun organe,

·troubles pulmonaires sévères.

Rare (apparaît chez moins dune personne sur 1000) :

·maladie dAlzheimer (perte de la mémoire, troubles de la pensée et de lélocution),

·crises dépilepsie,

·migraine,

·maladie de Parkinson (perte de la coordination, tremblements du corps et des membres),

·gonflement des paupières,

·inflammation de lenveloppe du cur, réduction de la fonction cardiaque,

·infection fongique de lsophage.

Très rare (apparaît chez moins dune personne sur 10 000) :

·douleur oculaire sévère avec perte de la vision.

Ce médicament peut aussi provoquer lun des effets indésirables suivants surveillés par votre médecin.

Très fréquent (apparaît chez plus dune personne sur 10) :

·troubles sanguins affectant les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes (facteurs de coagulation sanguine),

·modification des résultats danalyses sanguines pour les fonctions rénale ou hépatique.

Fréquent (apparaît chez moins dune personne sur 10) :

·calculs rénaux,

·gonflement des ganglions,

·problèmes de circulation sanguine et cardiaques,

·augmentation de la taille de la rate.

Les effets de NIPENT peuvent ne survenir que plusieurs mois ou plusieurs années après ladministration du médicament. Dans certains cas, des effets indésirables graves se sont révélés fatals. Le développement de certains types de cancers (par exemple cancer de la peau et leucémie aiguë) peut fréquemment faire partie de ces effets retardés. Parlez-en à votre médecin.

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien ou à votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet:www.ansm.sante.fr

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion ?  Retour en haut de la page

Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Date de péremption

Ne pas utiliser NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion après la date de péremption mentionnée sur la boîte et le flacon. La date d'expiration fait référence au dernier jour du mois.

Conditions de conservation

A conserver au réfrigérateur (entre 2°C et 8°C).

Les solutions pour injection ou pour perfusion doivent être utilisées immédiatement, ou au plus tard dans les 8 heures et conservées à une température ne dépassant pas 25°C.

Si nécessaire, mises en garde contre certains signes visibles de détérioration

Les médicaments ne doivent pas être jetés au tout à l'égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien ce qu'il faut faire des médicaments inutilisés. Ces mesures permettront de protéger l'environnement.

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES  Retour en haut de la page

Liste complète des substances actives et des excipients

Que contient NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion ?

La substance active est:

Pentostatine .............. 10 mg

Pour un flacon.

Les autres composants sont:

Mannitol, hydroxyde de sodium ou acide chlorhydrique (qs pH: 7-8,2).

Forme pharmaceutique et contenu

Qu'est-ce que NIPENT 10 mg, poudre pour solution pour injection, poudre pour solution pour perfusion et contenu de l'emballage extérieur ?

Ce médicament se présente sous la forme d'une poudre blanche mise en solution pour injection ou pour perfusion par ajout d'eau pour préparations injectables.

Flacon unidose de 10 mg conditionné en emballage individuel.

Nom et adresse du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché et du titulaire de l'autorisation de fabrication responsable de la libération des lots, si différent

Titulaire

HOSPIRA FRANCE

23-25 avenue du docteur lannelongue

75014 paris

Exploitant

PFIZER PFE FRANCE

23-25 AVENUE DU DOCTEUR LANNELONGUE

75014 PARIS

Fabricant

HOSPIRA UK LIMITED

QUEENSWAY

ROYAL LEAMINGTON SPA

WARWICKSHIRE

CV31 3RW

ROYAUME-UNI

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen

Conformément à la règlementation en vigueur.

Date dapprobation de la notice

La dernière date à laquelle cette notice a été approuvée est le {date}.

AMM sous circonstances exceptionnelles

Sans objet.

Informations Internet

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lAfssaps (France).

Informations réservées aux professionnels de santé

Les informations suivantes sont destinées exclusivement aux professionnels de santé:

NIPENT peut être injecté par voie intraveineuse en bolus ou en perfusion intraveineuse. Ne pas administrer par une autre voie.

Instructions pour la préparation et la dilution:

Tout produit non utilisé ou déchet doit être détruit conformément aux dispositions législatives en vigueur.

Les prescripteurs doivent se référer aux directives nationales ou reconnues relatives à Ia manipulation des agents cytotoxiques.

Les procédures pour manipuler correctement les substances anticancéreuses doivent être suivies:

1. La reconstitution de NIPENT ne doit être faite que par du personnel formé dans un espace réservé à Ia manipulation des produits cytotoxiques.

2. Des gants de protection adaptés doivent être utilisés.

3. Les femmes enceintes ne doivent pas manipuler de préparation cytotoxique.

4. Une attention et des précautions particulières doivent être prises dans Ia manipulation des seringues, aiguilles, etc. utilisées pour reconstituer les produits cytotoxiques.

5. Les surfaces contaminées doivent être lavées abondamment à l'eau.

6. Toute solution restante doit être jetée.

Transférer 5 ml d'eau stérile pour préparations injectables dans le flacon contenant NIPENT et mélanger soigneusement jusqu'à dissolution complète. La solution doit être incolore à jaune pâle et a une concentration de 2 mg/mI. Les produits administrés par voie parentérale doivent être inspectés visuellement à Ia recherche d'éventuelles particules en suspension ou d'une décoloration avant l'administration.

NIPENT peut être injecté par voie intraveineuse en bolus ou en perfusion après dilution dans un volume plus important (25 à 50 ml) d'une solution de glucose à 5% ou de chlorure de sodium à 0,9% (sérum physiologique). La dilution de Ia totalité du contenu du flacon reconstitué avec 25 ml ou 50 ml de solution donne des concentrations respectives de 0,33 mg/mI ou 0,18 mg/mI de pentostatine.

La solution de NIPENT diluée dans une solution injectable de glucose à 5% ou de chlorure de sodium à 0,9% (sérum physiologique), à une concentration comprise entre 0,18 mg/mI et 0,33 mg/ml, n'interagit pas avec les poches de perfusion en PVC ou les tubulures de perfusion.

Les solutions acides doivent être évitées (le pH de la solution reconstituée est compris entre 7,0 et 8,2).

Une hydratation du patient avec 500 à 1000 ml de glucose à 5% seul, de glucose à 5% dans une solution saline à 0,18% ou 0,9%, de glucose à 3,3% dans une solution saline à 0,3%, de glucose à 2,5% dans une solution saline à 0,45% ou d'une solution équivalente avant l'administration de ce médicament est recommandée.

Administrer 500 ml supplémentaires de solution glucosée à 5% seul, de glucose à 5% dans une solution saline à 0,18% ou à 0,9%, de glucose à 2,5% dans une solution saline à 0,45% ou d'une solution équivalente, après l'injection.

Précautions et durée de conservation:

La solution reconstituée pour injection ou reconstituée et ensuite diluée pour perfusion doit être utilisée dans les 8 heures. Elle doit être conservée à une température ne dépassant pas 25°C. Une administration immédiate après reconstitution est recommandée.

Autres

Sans objet.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité