MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable

source: ANSM - Mis à jour le : 11/08/2017

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Méloxicam...... 10 mg

Pour 1 ml.

Une ampoule de 1,5 ml contient 15 mg de méloxicam sous forme dénolate (formé in situ lors de la fabrication).

Excipient à effet notoire :

Contient moins d1 mmol de sodium (23 mg) pour une ampoule de 1,5 ml.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Solution injectable.

Solution de couleur jaune à verdâtre.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

·Traitement symptomatique de courte durée des poussées aiguës de polyarthrite rhumatoïde et de spondylarthrite ankylosante, lorsque la voie orale et la voie rectale ne peuvent être utilisées.

Publicité
4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Posologie

1 ampoule de 15 mg, une fois par jour.

NE PAS DEPASSER LA POSOLOGIE DE 15 mg/JOUR.

Le traitement sera normalement limité à une seule injection pour linitiation du traitement, avec une durée maximale de 2 à 3 jours dans des cas exceptionnels (par exemple, lorsque la voie orale et la voie rectale ne peuvent être utilisées).

La survenue deffets indésirables peut être minimisée par lutilisation de la dose la plus faible possible pendant la durée de traitement la plus courte nécessaire au soulagement des symptômes (voir rubrique 4.4).

La nécessité du traitement symptomatique et son efficacité thérapeutique pour le patient doivent être réévaluées périodiquement.

Populations particulières

Sujets âgés et patients présentant un risque accru deffets indésirables (voir rubrique 5.2)

Chez le sujet âgé, la dose recommandée est de 7,5 mg/jour. Chez les patients présentant un risque accru deffets indésirables, le traitement devra débuter à la posologie de 7,5 mg par jour (1/2 ampoule à 15mg) (voir rubrique 4.4).

Insuffisance rénale (voir rubrique 5.2)

Chez linsuffisant rénal hémodialysé, la posologie ne doit pas dépasser 7,5 mg/jour (1/2 ampoule à 15mg). Aucune réduction de posologie nest nécessaire chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (soit des patients avec une clairance de la créatinine de plus de 25 ml/min) (pour les patients présentant une insuffisance rénale sévère non dialysée, voir rubrique 4.3).

Insuffisance hépatique (voir rubrique 5.2)

Aucune réduction de posologie nest nécessaire chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère à modérée (pour les patients présentant une insuffisance hépatique sévère, voir rubrique 4.3).

Population pédiatrique

MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable ne doit pas être administré chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans (voir rubrique 4.3)

Mode dadministration

Voie intra-musculaire.

Les injections doivent être faites d'une façon rigoureusement aseptique dans la partie externe du quadrant supéro-externe de la fesse, profondément et lentement. Lorsquelles sont répétées, il est recommandé de changer de côté à chaque injection. Il est important daspirer avant dinjecter, afin de sassurer que la pointe de laiguille nest pas dans un vaisseau.

En cas de fortes douleurs au moment de linjection, arrêter celle-ci immédiatement.

En cas de prothèse de hanche, linjection doit être faite du côté opposé.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

Ce médicament est contre-indiqué dans les cas suivants :

·hypersensibilité à la substance active ou à l'un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1.

·3ème trimestre de la grossesse (voir rubrique 4.6 « Fertilité, grossesse et allaitement ») ;

·enfants et adolescents de moins de 18 ans ;

·hypersensibilité aux molécules d'activité proche telles que dautres AINS, aspirine. MOBIC ne doit pas être administré aux patients ayant développé des phénomènes d'asthme, de polypes nasaux, d'dème de Quincke ou d'urticaire après administration daspirine ou dautres AINS ;

·antécédents dhémorragie ou de perforation digestive au cours dun précédent traitement par AINS ;

·ulcère peptique évolutif ou récent, antécédents dulcère peptique ou dhémorragie récurrente (2 épisodes distincts ou plus dhémorragie ou dulcération objectivés) ;

·insuffisance hépato-cellulaire sévère ;

·insuffisance rénale sévère non dialysée ;

·hémorragies gastro-intestinales, antécédents dhémorragies cérébrales ou de toute autre nature ;

·troubles de lhémostase ou traitement anticoagulant en cours (contre-indications liées à la voie intra-musculaire);

·insuffisance cardiaque sévère.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

La survenue deffets indésirables peut être minimisée par lutilisation de la dose la plus faible possible pendant la durée de traitement la plus courte nécessaire au soulagement des symptômes (voir rubrique 4.2 et paragraphes « effets gastro-intestinaux » et « effets cardiovasculaires et cérébrovasculaires » ci­-dessous).

En cas deffet thérapeutique insuffisant, il ne faut pas dépasser la dose maximale recommandée, ni associer le traitement à un autre AINS, en raison du risque d'augmentation de la toxicité sans avantage thérapeutique prouvé.

Lutilisation concomitante du méloxicam avec dautres AINS, y compris les inhibiteurs sélectifs de la cyclooxygénase 2 (cox-2), doit être évitée.

Lutilisation du méloxicam nest pas appropriée pour le traitement des douleurs aigües.

En labsence damélioration après plusieurs jours, le bénéfice du traitement doit être réévalué.

En cas dantécédents d'sophagite, de gastrite et/ou d'ulcères peptiques, il est recommandé de sassurer de la guérison complète de ces affections avant dinstaurer le traitement par le méloxicam. Chez les patients traités par le méloxicam et présentant des antécédents de ce type, surveiller systématiquement toute éventuelle apparition de récidives.

Effets gastro-intestinaux

Des hémorragies, ulcérations ou perforations gastro-intestinales parfois fatales, ont été rapportées avec tous les AINS, à n'importe quel moment du traitement, sans qu'il y ait eu nécessairement de signes dalerte ou d'antécédents deffets indésirables gastro-intestinaux graves.

Le risque dhémorragie, dulcération ou de perforation gastro-intestinale augmente avec la dose utilisée chez les patients présentant des antécédents dulcère, en particulier en cas de complication à type dhémorragie ou de perforation (voir rubrique 4.3) ainsi que chez le sujet âgé. Chez ces patients, le traitement doit être débuté à la posologie la plus faible possible. Un traitement protecteur de la muqueuse (par exemple misoprostol ou inhibiteur de la pompe à protons) doit être envisagé pour ces patients, comme pour les patients nécessitant un traitement par de faible dose daspirine ou traités par dautres médicaments susceptibles daugmenter le risque gastro-intestinal (voir ci-dessous et rubrique 4.5).

Les patients présentant des antécédents gastro-intestinaux, surtout sil sagit de patients âgés, doivent signaler tout symptôme abdominal inhabituel (en particulier les saignements gastro-intestinaux), notamment en début de traitement.

Chez les patients recevant des traitements susceptibles daugmenter le risque dulcération ou dhémorragie, comme lhéparine en traitement curatif ou chez les sujets âgés, les autres médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, ou laspirine donnée à des doses ≥ 500 mg par prise ou ≥ 3g par jour, lassociation avec le méloxicam nest pas recommandée (voir rubrique 4.5).

En cas dapparition dhémorragie ou dulcération survenant chez un patient recevant du méloxicam, le traitement doit être arrêté.

Les AINS doivent être administrés avec prudence et sous étroite surveillance chez les malades présentant des antécédents de maladies gastro-intestinales (recto-colite hémorragique, maladie de Crohn), en raison dun risque daggravation de la pathologie (voir rubrique 4.8).

Effets cardiovasculaires et cérébrovasculaires

Une surveillance adéquate et des recommandations sont requises chez les patients présentant des antécédents dhypertension et/ou dinsuffisance cardiaque légère à modérée, des cas de rétention hydrosodée et ddème ayant été rapportés en association au traitement par AINS.

Une surveillance clinique de la pression artérielle chez les patients à risque est recommandée au cours du traitement par le méloxicam, et plus particulièrement au moment de linitiation du traitement.

Des études cliniques et des données épidémiologiques suggèrent que lutilisation de certains AINS, y compris le méloxicam, (surtout lorsquils sont utilisés à doses élevées et sur une longue durée) peut être associée à une légère augmentation du risque dévénements thrombotiques artériels (par exemple, infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral). Les données sont actuellement insuffisantes pour écarter cette augmentation du risque pour le méloxicam.

Les patients présentant une hypertension non contrôlée, une insuffisance cardiaque congestive, une cardiopathie ischémique, une maladie artérielle périphérique, et/ou ayant un antécédent daccident vasculaire cérébral (y compris laccident ischémique transitoire) ne devront être traités par le méloxicam quaprès un examen attentif.

Une attention similaire doit être portée avant toute initiation dun traitement à long terme chez les patients présentant des facteurs de risques pour les pathologies cardiovasculaires (comme une hypertension, une hyperlipidémie, un diabète ou une consommation tabagique).

Réactions cutanées

Des réactions cutanées mettant en jeu le pronostic vital, le syndrome de Stevens-Johnson et le syndrome de Lyell, ont été rapportées lors de lutilisation du méloxicam. Les patients doivent être informés des signes et symptômes de la maladie, et les réactions cutanées doivent être surveillées étroitement. Le risque dapparition de syndrome de Stevens-Johnson ou de syndrome de Lyell est le plus élevé pendant les premières semaines de traitement. Si les symptômes ou signes de syndrome de Stevens-Johnson ou de syndrome de Lyell (par exemple éruption cutanée évolutive, souvent associé à des cloques ou des lésions des muqueuses) sont présents, le traitement par méloxicam doit être arrêté. Le diagnostic précoce et larrêt immédiat de tout médicament suspect permettent dobtenir de meilleurs résultats dans la prise en charge du syndrome de Stevens-Johnson et du syndrome de Lyell. Larrêt précoce du traitement est associé à un meilleur pronostic. Si le patient a développé un syndrome de Stevens-Johnson ou un syndrome de Lyell lors de lutilisation du méloxicam, le méloxicam ne doit jamais être réintroduit chez ce patient.

Paramètres des fonctions hépatiques et rénales

Comme avec la plupart des AINS, des élévations occasionnelles des taux des transaminases sériques, des augmentations de la bilirubinémie ou d'autres indicateurs des fonctions hépatiques, des augmentations de la créatininémie et de l'acide urique et des troubles dautres paramètres biologiques ont été observés. Dans la majorité des cas, il s'agissait d'anomalies transitoires et discrètes. Si l'anomalie s'avère significative ou persistante, il faut interrompre l'administration du méloxicam et prescrire les examens appropriés.

Insuffisance rénale fonctionnelle

Les AINS peuvent induire une insuffisance rénale fonctionnelle par réduction de la filtration glomérulaire, en raison de leur action inhibitrice sur leffet vasodilatateur des prostaglandines rénales. Cet effet indésirable est dose-dépendant. Une surveillance étroite de la diurèse et de la fonction rénale est recommandée lors de linitiation du traitement ou en cas daugmentation de la dose chez les patients présentant les facteurs de risque suivants :

·patient âgé,

·traitements concomitants par des inhibiteurs de lenzyme de conversion de langiotensine, antagonistes de langiotensine II, sartans, diurétiques (voir rubrique 4.5),

·hypovolémie (quelle quen soit la cause),

·insuffisance cardiaque congestive,

·insuffisance rénale,

·syndrome néphrotique,

·néphropathie lupique,

·insuffisance hépatique sévère (albumine sérique < 25 g/l ou score de Child-Pugh ≥ 10).

Dans de rares cas, les AINS peuvent entraîner une néphrite interstitielle, une glomérulonéphrite, une nécrose médullaire rénale ou un syndrome néphrotique.

La dose de méloxicam ne doit pas dépasser 7,5 mg chez les patients ayant une insuffisance rénale à un stade terminal et qui sont hémodialysés. Aucune réduction de la dose nest nécessaire chez les patients ayant une insuffisance rénale légère ou modérée (cest-à-dire chez les patients ayant une clairance de la créatinine supérieure à 25 ml/min).

Rétention sodique, potassique et hydrique

Une rétention sodique, potassique et hydrique et une interférence sur les effets natriurétiques des diurétiques peut survenir avec lutilisation dAINS. De plus, une diminution de leffet antihypertenseur des médicaments antihypertenseurs peut survenir (voir rubrique 4.5). En conséquence, des oedèmes, une insuffisance cardiaque ou une hypertension peuvent survenir ou être aggravés chez les patients prédisposés. Une surveillance clinique est donc nécessaire pour les patients à risque (voir rubriques 4.2 et 4.3).

Hyperkaliémie

Une hyperkaliémie peut être favorisée en cas de diabète ou lors de traitement concomitant par des médicaments connus pour leur effet hyperkaliémant (voir rubrique 4.5). Une surveillance régulière des taux de potassium est recommandée dans ces cas.

Association au pemetrexed

Chez les patients atteints dinsuffisance rénale légère à modérée recevant un traitement par le pemetrexed, le traitement par méloxicam doit être interrompu pendant au moins cinq jours avant, le jour même, et au moins les deux jours suivant ladministration de pemetrexed (voir rubrique 4.5).

Autres mises en garde et précautions

Les effets indésirables sont souvent plus mal tolérés chez les sujets âgés, fragiles ou affaiblis qui nécessitent donc une surveillance accrue. Comme avec les autres AINS, la prudence est de rigueur chez les sujets âgés, dont les fonctions rénale, hépatique et cardiaque sont fréquemment altérées.

Les sujets âgés présentent un risque accru deffets indésirables aux AINS, en particulier dhémorragie gastro-intestinale et de perforations pouvant être fatales (voir rubrique 4.2).

Comme tout AINS, le méloxicam peut masquer les symptômes dune infection sous-jacente.

Comme pour tout AINS administré par voie intra-musculaire, des abcès et des nécroses pourraient survenir au niveau du site dinjection.

Le méloxicam peut altérer la fertilité. Son utilisation nest pas recommandée chez les femmes qui souhaitent concevoir. Chez les femmes qui présentent des difficultés pour concevoir, ou chez lesquelles des investigations sur la fonction de reproduction sont en cours, un arrêt du traitement par le méloxicam doit être envisagé (voir rubrique 4.6).

Ce médicament contient moins d1 mmol de sodium (23 mg) par ampoule de 1,5 ml, c'est-à-dire quil peut être considéré comme exempt de sodium.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

Risques liés à l'hyperkaliémie

Certains médicaments ou classes thérapeutiques sont susceptibles de favoriser la survenue d'une hyperkaliémie : les sels de potassium, les diurétiques hyperkaliémiants, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion, les antagonistes de l'angiotensine II, les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les héparines (de bas poids moléculaire ou non fractionnées), la ciclosporine, le tacrolimus et le triméthoprime.

La survenue d'une hyperkaliémie peut dépendre de l'existence de facteurs associés.

Ce risque est accru lorsque les médicaments mentionnés ci-dessus sont administrés en association avec le méloxicam.

Interactions pharmacodynamiques

Autres Anti-Inflammatoires Non Stéroïdiens (AINS) et aspirine

Ladministration concomitante de méloxicam avec dautres AINS ou laspirine donnée à des doses > 500 mg par prise ou > 3g par jour nest pas recommandée (voir rubrique 4.4).

Corticoïdes (par exemple les glucocorticoïdes)

Lutilisation concomitante avec les corticoïdes nécessite de la prudence en raison de laugmentation du risque dulcération et dhémorragie gastro-intestinale.

Anticoagulants ou héparine

Risque considérablement accru dhémorragie, par inhibition de la fonction plaquettaire et agression de la muqueuse gastro-duodénale.

Les AINS sont susceptibles de majorer les effets des anticoagulants, comme la warfarine (voir rubrique 4.4). Ladministration concomitante dAINS et danticoagulants ou dhéparine administrée chez le sujet âgé ou à doses curatives nest pas recommandée. En raison de son administration intramusculaire, la solution de méloxicam est contre-indiquée chez les patients traités par anticoagulants (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Dans les autres cas (par exemple à doses préventives), la prudence est nécessaire lors de ladministration dhéparine en raison dun risque hémorragique accru.

Thrombolytiques et anti-agrégants plaquettaires

Risque accru dhémorragie, par inhibition de la fonction plaquettaire et agression de la muqueuse gastro-duodénale.

Inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS)

Augmentation du risque dhémorragie gastro-intestinale.

Diurétiques, inhibiteurs de lenzyme de conversion de langiotensine et antagonistes des récepteurs de langiotensine II

Les AINS peuvent réduire leffet des diurétiques et dautres agents antihypertenseurs. Chez certains patients présentant une fonction rénale altérée (par exemple des patients déshydratés ou certains patients âgés), lassociation dun inhibiteur de lenzyme de conversion de langiotensine ou dun antagoniste des récepteurs de langiotensine II à des traitements inhibant la cyclo-oxygénase peut entraîner une nouvelle détérioration de la fonction rénale, y compris une insuffisance rénale aiguë, généralement réversible. En conséquence, toute association de ce type doit être administrée avec prudence, en particulier chez le sujet âgé. Les patients doivent être suffisamment hydratés et une surveillance de la fonction rénale doit être envisagée lors de linitiation du traitement concomitant puis à intervalles réguliers (voir rubrique 4.4).

Autres agents anti-hypertenseurs (y compris les bêta-bloquants)

Comme dans le cas des inhibiteurs de lenzyme de conversion et des antagonistes des récepteurs de langiotensine II, une diminution de leffet anti-hypertenseur des bêta-bloquants peut survenir (due à linhibition des prostaglandines à effet vasodilatateur).

Inhibiteurs de la calcineurine (par exemple ciclosporine, tacrolimus)

Les AINS peuvent accroître la nephrotoxicité des inhibiteurs de la calcineurine, par le biais deffets dépendant des prostaglandines rénales. En cas dassociation, la fonction rénale doit être surveillée, en particulier chez le sujet âgé.

Deferasirox

Ladministration concomitante de méloxicam et de deferasirox peut augmenter le risque d'effets indésirables gastro-intestinaux. La prudence est recommandée lors de l'association de ces médicaments.

Interactions pharmacocinétiques (effet du méloxicam sur la pharmacocinétique dautres médicaments)

Lithium

Les AINS augmentent la lithiémie par diminution de lexcrétion rénale de lithium qui peut atteindre des valeurs toxiques. Ladministration concomitante de lithium et dAINS nest pas recommandée (voir rubrique 4.4). Si cette association ne peut être évitée, une surveillance étroite de la lithiémie est nécessaire lors de linitiation, au cours et à larrêt du traitement par le méloxicam.

Méthotrexate

Les AINS peuvent réduire lexcrétion tubulaire du méthotrexate entraînant une augmentation des concentrations plasmatiques en méthotrexate. En conséquence, ladministration dAINS nest pas recommandée chez les patients traités par de fortes doses de méthotrexate (plus de 15 mg/semaine) (voir rubrique 4.4).

Ce risque dinteraction entre les AINS et le méthotrexate doit également être pris en compte chez les patients traités par des doses plus faibles de méthotrexate, en particulier en cas daltération de la fonction rénale.

En cas dassociation, une surveillance de la numération sanguine et de la fonction rénale sont nécessaires. Des précautions particulières simposent en cas dadministration simultanée du méthotrexate et de lAINS sur trois jours consécutifs, en raison du risque de toxicité liée à laugmentation des taux plasmatiques de méthotrexate.

Bien que la pharmacocinétique du méthotrexate (15 mg/semaine) ne soit pas significativement modifiée par ladministration concomitante de méloxicam, il faut tenir compte du risque daugmentation de la toxicité hématologique du méthotrexate en cas dadministration dAINS (voir plus haut) (voir rubrique 4.8).

Pemetrexed

Lors de l'utilisation concomitante de méloxicam avec le pemetrexed chez les patients présentant une insuffisance rénale légère à modérée (clairance de la créatinine allant de 45 à 79 ml/min), le traitement par méloxicam doit être interrompu pendant au moins cinq jours avant, le jour même, et au moins les deux jours suivant ladministration du pemetrexed. Si ladministration concomitante du méloxicam et du pemetrexed est nécessaire, les patients doivent faire lobjet dune surveillance étroite, en particulier en raison du risque de myélosuppression et deffets indésirables gastro-intestinaux. Chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine inférieure à 45 ml/min), l'administration concomitante de méloxicam et de pemetrexed n'est pas recommandée.

Chez les patients ayant une fonction rénale normale (clairance de la créatinine ≥80 ml/min), des doses de 15 mg de méloxicam peuvent diminuer lélimination du pemetrexed et, par conséquent, augmenter la survenue dévénements indésirables dus au pemetrexed. Par conséquent, des précautions doivent être prises lors de ladministration concomitante de doses de 15 mg de méloxicam avec le pemetrexed chez les patients ayant une fonction rénale normale (clairance de la créatinine ≥80 ml/min).

Interactions pharmacocinétiques (effet dautres médicaments sur la pharmacocinétique du méloxicam

Cholestyramine

La cholestyramine accélère lélimination du méloxicam en stoppant la circulation entérohépatique. Cet effet entraîne une augmentation de la clairance du méloxicam de 50 % et une diminution de la demi-vie à 13±3 heures. Cette interaction présente une significativité clinique.

Aucune interaction pharmacocinétique directe, présentant une significativité clinique, na été détectée avec les antiacides, la cimétidine et la digoxine.

Population pédiatrique

Les études dinteraction nont été réalisées que chez ladulte.

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

Linhibition de la synthèse des prostaglandines peut avoir un effet délétère sur la grossesse et/ou le développement embryonnaire ou ftal. Les données issues des études épidémiologiques, suite à lutilisation dun inhibiteur de la synthèse des prostaglandines au premier stade de la grossesse, suggèrent une augmentation du risque de fausse-couche, de malformation cardiaque et de laparoschisis. Le risque absolu de malformation cardiaque est augmenté de moins de 1 % à environ 1,5 %. Ce risque est supposé augmenter en fonction de la dose et de la durée du traitement.

Chez lanimal, ladministration dun inhibiteur de la synthèse des prostaglandines entraîne une augmentation des pertes pré- et post-implantatoires et de la mortalité embryo-ftale. De plus, une augmentation de lincidence de diverses malformations, y compris cardiovasculaires, a été observée chez des animaux ayant reçu un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines au cours de la période dorganogénèse.

A moins dune nécessité clairement établie, lutilisation du méloxicam est à éviter au cours du premier et du deuxième trimestre de la grossesse. En cas dutilisation du méloxicam chez une femme souhaitant concevoir, ou au cours du premier ou du deuxième trimestre de la grossesse, la dose et la durée du traitement doivent être maintenues aussi faibles que possible.

Au cours du troisième trimestre, tous les inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines peuvent exposer :

·le ftus

oà une toxicité cardiopulmonaire (avec fermeture prématurée du canal artériel et hypertension pulmonaire),

oà une altération de la fonction rénale pouvant progresser vers une insuffisance rénale avec oligohydramnios,

·la mère et lenfant, à la fin de la grossesse

oà une augmentation du temps de saignement, un effet anti-agrégant, pouvant survenir même à très faible dose,

oà une inhibition des contractions utérines entraînant un travail retardé ou prolongé.

En conséquence, le méloxicam est contre-indiqué au cours du troisième trimestre de la grossesse.

Allaitement

Bien quaucune donnée spécifique ne soit disponible pour le méloxicam, les AINS sont connus pour passer dans le lait maternel. Ladministration du méloxicam nest donc pas recommandée en cas dallaitement.

Fertilité

Le méloxicam, comme tout médicament inhibiteur de la synthèse des cyclooxygénases et des prostaglandines, peut altérer la fertilité. Son utilisation nest pas recommandée chez les femmes qui souhaitent concevoir. Chez les femmes qui présentent des difficultés pour concevoir, ou chez lesquelles des investigations sur la fonction de reproduction sont en cours, un arrêt du traitement par le méloxicam doit être envisagé.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Aucune étude spécifique sur laptitude à conduire et à utiliser des machinesna été effectuée.

Cependant, compte tenu de son profil pharmacodynamique et des effets indésirables rapportés, il est peu probable que le méloxicam affecte laptitude à conduire ou à utiliser des machines. Toutefois, en cas de survenue de troubles de la vision notamment une vision floue, détourdissements, de somnolence, de vertiges ou autres troubles du système nerveux central, il est recommandé de sabstenir de conduire ou dutiliser des machines.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

a) Description générale

Des études cliniques et des données épidémiologiques suggèrent que lutilisation de certains AINS (surtout lorsquils sont utilisés à doses élevées et sur une longue durée) peut être associée à une légère augmentation du risque dévènement thrombotique artériel (par exemple, infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébral) (Voir rubrique 4.4).

dème, hypertension et insuffisance cardiaque ont été rapportés en association au traitement par AINS.

Les effets indésirables les plus fréquemment observés sont de nature gastro-intestinale. Des ulcères peptiques, perforations ou hémorragies gastro-intestinales, parfois fatales, peuvent survenir, en particulier chez le sujet âgé (voir rubrique 4.4). Des nausées, vomissements, diarrhées, flatulences, constipation, dyspepsie, douleurs abdominales, melæna, hématémèse, stomatite ulcérative, exacerbation dune recto-colite ou dune maladie de Crohn (voir rubrique 4.4) ont été rapportées à la suite de ladministration dAINS. Moins fréquemment, des gastrites ont été observées.

Des effets indésirables cutanés sévères : syndrome de Stevens-Johnson et syndrome de Lyell, ont été rapportés (voir rubrique 4.4).

Les fréquences des évènements rapportés ci-dessous sont basées sur les taux de survenue des effets indésirables observés au cours de 27 essais cliniques, avec une durée de traitement dau moins 14 jours. Les données sont issues dessais cliniques réalisés sur 15197 patients traités par des doses orales quotidiennes de 7,5 ou 15 mg de méloxicam sous forme de comprimés ou de gélules sur des périodes allant jusquà 1 an.

Les effets indésirables mis en évidence lors de notifications spontanées après la mise sur le marché du produit sont également mentionnés.

Les effets indésirables ont été classés en fonction de leur incidence en utilisant la classification suivante :

Très fréquent (³ 1/10) ; fréquent (³ 1/100, <1/10) ; peu fréquent (³ 1/1000, <1/100) ; rare (³ 1/10 000, < 1/1000) ; très rare (<1/10 000) ; fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles).

b) Tableau des effets indésirables

Affections hématologiques et du système lymphatique

Peu fréquent : anémie

Rare : anomalies de la numération de la formule sanguine (incluant numération différentielle des globules blancs), leucopénie, thrombopénie.

De très rares cas dagranulocytose ont été rapportés (voir section c).

Affections du système immunitaire

Peu fréquent : réactions allergiques autres que réactions anaphylactiques/anaphylactoïdes.

Indéterminée : choc anaphylactique, réactions anaphylactiques/anaphylactoïdes.

Affections psychiatriques

Rare : humeur altérée, cauchemars.

Indéterminée : état confusionnel, désorientation.

Affections du système nerveux

Fréquent : céphalées.

Peu fréquent : étourdissements, somnolence.

Affections oculaires

Rare : troubles de la vue, notamment vision floue, conjonctivite.

Affections de loreille et du labyrinthe

Peu fréquent : vertiges.

Rare : acouphène.

Affections cardiaques

Rare : palpitations.

Une insuffisance cardiaque a été rapportée en association avec un traitement par les AINS.

Affections vasculaires

Peu fréquent : pression artérielle augmentée (voir rubrique 4.4), flush.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Rare : asthme chez les sujets allergiques à laspirine ou à dautres AINS.

Affections gastro-intestinales

Très fréquent : Troubles gastro-intestinaux tels que dyspepsies, nausées, vomissements, douleurs abdominales, constipation, flatulences, diarrhées.

Peu fréquent : hémorragies gastro-intestinales occultes ou macroscopiques, stomatite, gastrite, éructation.

Rare : colite, ulcères gastro-duodénaux, oesophagites.

Très rare : perforation gastro-intestinale.

Indéterminée : pancréatite

Des hémorragies, ulcérations ou perforations gastro-intestinales peuvent parfois être sévères et potentiellement fatales, en particulier chez le sujet âgé (voir rubrique 4.4).

Affections hépatobiliaires

Peu fréquent: anomalies de la fonction hépatique (par exemple augmentation des transaminases ou de la bilirubine).

Très rare : hépatite.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent : angioedème, prurit, éruption cutanée.

Rare : syndrome de Stevens-Johnson, syndrome de Lyell, urticaire.

Très rare : dermatose bulleuse, érythème polymorphe.

Indéterminée : réaction de photosensibilité.

Affections du rein et des voies urinaires

Peu fréquent : rétention sodique et hydrique, hyperkaliémie (voir rubriques 4.4 et 4.5), anomalies des tests de la fonction rénale (augmentation de la créatinine sérique et/ou de l'urée sérique).

Très rare : insuffisance rénale aiguë en particulier chez les patients à risque (voir rubrique 4.4).

Affections générales et anomalies au site dadministration

Fréquent : masse au site dinjection, douleur au site dinjection.

Peu fréquent : dème, y compris dème des membres inférieurs.

c) Informations concernant des cas individuels graves ou des réactions particulièrement fréquentes

De très rares cas dagranulocytose ont été rapportés chez des patients traités par méloxicam et dautres médicaments potentiellement myélotoxiques (voir rubrique 4.5).

d) Effets indésirables non observés à ce jour avec le médicament, mais généralement connus pour être liés à ladministration dautres produits de la même classe

Lésions rénales organiques entraînant une insuffisance rénale aiguë : de très rares cas de néphrite interstitielle, nécrose tubulaire aiguë, syndrome néphrotique et nécrose des papilles rénales ont été rapportés (voir rubrique 4.4).

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet :www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Symptômes

En cas de surdosage aigu aux AINS, les symptômes sont limités à une léthargie, une somnolence, des nausées, des vomissements, des douleurs épigastriques, généralement réversibles avec un traitement adapté. Des hémorragies gastro-intestinales peuvent survenir. Un surdosage sévère peut conduire à une hypertension, une insuffisance rénale aiguë, une atteinte hépatique, une détresse respiratoire, un coma, des convulsions, un collapsus cardio-vasculaire et un arrêt cardiaque. Des réactions anaphylactoïdes ont été rapportées au cours de traitements par AINS et peuvent survenir en cas de surdosage.

Traitement

En cas de surdosage aux AINS, un traitement symptomatique adapté doit être instauré. Lors dun essai clinique, une accélération de lélimination du méloxicam a été mise en évidence suite à ladministration par voie orale de cholestyramine (4 g, 3 fois par jour).

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Anti-inflammatoire non stéroïdien, Oxicam, code ATC : M01AC06.

Le méloxicam est un anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) de la famille des oxicams, doté de propriétés anti-inflammatoires, analgésiques et antipyrétiques.

L'activité anti-inflammatoire du méloxicam a été démontrée dans des modèles classiques d'inflammation. Comme avec les autres AINS, son mécanisme d'action précis reste inconnu.

Cependant, il existe au moins un mode d'action commun à tous les AINS, y compris le méloxicam : l'inhibition de la biosynthèse des prostaglandines, médiateurs connus de l'inflammation.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Absorption

Le méloxicam est totalement absorbé après injection I.M. En comparaison à la voie orale, la biodisponibilité relative est proche de 100 %. Aucune adaptation de dose nest nécessaire en cas de passage de la forme injectable à une formulation destinée à la voie orale. Après injection I.M. dune dose de 15 mg, la concentration plasmatique maximale de lordre de 1,6 à 1,8 µg/ml est atteinte en 1 à 6 heures.

Distribution

Le méloxicam est très fortement lié aux protéines plasmatiques, essentiellement à lalbumine (99%). Il pénètre dans le liquide synovial où il atteint des concentrations correspondant environ à la moitié de la concentration plasmatique. Le volume de distribution est faible, denviron 11 litres après ladministration I.M. ou I.V., et montre des variations interindividuelles de lordre de 7 à 20 %. Le volume de distribution après ladministration de doses orales multiples de méloxicam (7,5 à 15 mg) est denviron 16 litres avec des coefficients de variation allant de 11 à 32 %.

Biotransformation

Le méloxicam est métabolisé de façon intense au niveau hépatique. Quatre métabolites différents, tous pharmacologiquement inactifs, ont été identifiés dans lurine. Le métabolite principal, le 5-carboxyméloxicam (correspondant à 60% de la dose) est formé par oxydation dun métabolite intermédiaire, le 5-hydroxyméthylméloxicam, qui est également excrété dans une moindre mesure (correspondant à 9% de la dose). Des études in vitro suggèrent que le CYP2C9 joue un rôle important dans cette voie métabolique, avec une contribution mineure de lisoenzyme CYP3A4. Lactivité peroxydase est probablement à lorigine des deux autres métabolites, qui correspondent respectivement à 16 et 4% de la dose administrée.

Élimination

Le méloxicam est éliminé principalement sous forme de métabolites, pour moitié par voie urinaire et pour moitié par voie fécale. Moins de 5% de la dose quotidienne sont excrétés sous forme inchangée dans les faeces, seules des traces de méloxicam inchangé sont retrouvées dans les urines.

La demi-vie moyenne délimination varie entre 13 et 25 heures après ladministration orale, I.M. et I.V. La clairance plasmatique totale est de 7 à 12 ml/min après ladministration de doses uniques, par voie orale, intraveineuse ou rectale.

Linéarité/non-linéarité

Les paramètres pharmacocinétiques du méloxicam sont linéaires entre les doses thérapeutiques de 7,5 à 15 mg après administration par voie orale ou intramusculaire.

Populations particulières

Patients présentant une insuffisance hépatique/rénale

Une insuffisance hépatique, ou rénale à un stade léger à modéré, na pas dinfluence significative sur les paramètres pharmacocinétiques du méloxicam. Les sujets présentant une insuffisance rénale modérée ont eu une élimination totale du médicament significativement plus élevée. La liaison aux protéines est réduite chez les patients présentant une insuffisance rénale terminale. Dans les cas dinsuffisance rénale terminale, laugmentation du volume de distribution peut entraîner une augmentation des concentrations de la fraction libre de méloxicam. La dose quotidienne de 7,5 mg ne doit pas être dépassée dans ce cas (voir rubrique 4.2).

Patients âgés

Les hommes âgés ont présenté des paramètres pharmacocinétiques moyens similaires à ceux des hommes jeunes. Les femmes âgées ont montré des valeurs dASC plus élevées et une demi-vie délimination plus longue comparé aux sujets jeunes des deux sexes. La clairance plasmatique moyenne à létat déquilibre chez les sujets âgés est légèrement plus faible que celle observée chez les sujets plus jeunes.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Le profil toxicologique du méloxicam observé lors des études précliniques est identique à celui des AINS : ulcérations et érosions gastro-intestinales, nécrose des papilles rénales à doses élevées lors de ladministration chronique dans deux espèces animales.

Les études de reproduction par voie orale ont mis en évidence une baisse du nombre des ovulations, une inhibition du taux dimplantation et des effets embryotoxiques (augmentation du taux de résorption) pour des doses maternotoxiques de 1 mg/kg et plus chez le rat. Des études de toxicité sur la reproduction chez le rat et le lapin nont pas mis en évidence deffets tératogènes jusquà des doses orales de 4mg/kg chez le rat et de 80 mg/kg chez le lapin.

Ces doses étaient 5 à 10 fois supérieures à celles utilisées en clinique (7,5 15 mg), sur la base dune dose exprimée en mg/kg (pour une personne de 75 kg).

Des effets foeto-toxiques à la fin de la gestation, communs à tous les inhibiteurs de la synthèse des prostaglandines, ont été observés. Aucun effet mutagène n'a été observé lors des tests in vitro et in vivo. Le méloxicam ne s'est montré carcinogène ni chez le rat, ni chez la souris, à des doses nettement supérieures à celles utilisées en clinique.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Méglumine, glycofurol, poloxamère 188, chlorure de sodium, glycine, hydroxyde de sodium, eau pour préparations injectables.

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

En labsence détudes de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec dautres médicaments.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

3 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

Conserver les ampoules dans lemballage extérieur, à l'abri de la lumière.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

1,5 ml en ampoule de 2 ml (verre incolore de type I), boîte de 1, 2, 3, 5, 25, 30 ou 50 ampoules.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Seule une solution limpide et exempte de particules doit être utilisée.

La solution est à usage unique. Toute ampoule entamée doit être éliminée.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

BOEHRINGER INGELHEIM FRANCE

14 rue jean antoine de baif

75013 PARIS

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·34009 353 972 2 5 : 1,5 ml en ampoule (verre), boîte de 1.

·34009 353 973 9 3 : 1,5 ml en ampoule (verre), boîte de 2.

·34009 353 974 5 4 : 1,5 ml en ampoule (verre), boîte de 3.

·34009 353 975 1 5 : 1,5 ml en ampoule (verre), boîte de 5.

·34009 567 021 9 0 : 1,5 ml en ampoule (verre), boîte de 25

·34009 562 811 1 4 : 1,5 ml en ampoule (verre), boîte de 30

·34009 562 812 8 2 : 1,5 ml en ampoule (verre), boîte de 50.

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste I.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 11/08/2017

Dénomination du médicament

MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable

Méloxicam

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes pour vous.

·Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez dautres questions, interrogez votre médecin ou votre pharmacien.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez pas à dautres personnes. Il pourrait leur être nocif, même si les signes de leur maladie sont identiques aux vôtres.

·Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Voir rubrique 4.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant dutiliser MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable?

3. Comment utiliser MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable?

6. Contenu de lemballage et autres informations.

1. QUEST-CE QUE MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Anti-inflammatoire non stéroïdien, Oxicam, code ATC : M01AC06.

MOBIC contient une substance active dénommée méloxicam. Le méloxicam appartient à un groupe de médicaments appelés anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), qui sont utilisés pour réduire l'inflammation et la douleur dans les articulations et les muscles.

MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable est utilisé dans le traitement :

ode la polyarthrite rhumatoïde

ode la spondylarthrite ankylosante (également appelée maladie de Bechterew)

quand la prise de comprimés ou de suppositoires nest pas possible.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DUTILISER MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable ?  Retour en haut de la page

Nutilisez jamais MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable dans les cas suivants :

·si vous êtes allergique au méloxicam ou à lun des autres composants contenus dans ce médicament, mentionnés dans la rubrique 6,

·pendant le 3ème trimestre de la grossesse

·enfant et adolescents de moins de 18 ans

·si vous êtes allergique à laspirine ou à d'autres médicaments anti-inflammatoires (AINS)

·si vous avez présenté l'un des signes suivants après avoir pris de l'aspirine ou d'autres AINS:

orespiration sifflante, oppression respiratoire, difficulté à respirer (asthme)

oobstruction nasale due à des petits renflements de la muqueuse nasale (polypes nasaux)

oéruptions cutanées / urticaire

ogonflement soudain des tissus sous la peau ou les muqueuses, tel quun gonflement autour des yeux, du visage, des lèvres, de la bouche ou de la gorge, rendant éventuellement la respiration difficile (dème de Quincke)

·si vous avez déjà présenté, après un traitement avec des AINS :

oun saignement de l'estomac ou des intestins

odes perforations de l'estomac ou des intestins

·ulcères ou saignement de l'estomac ou des intestins

·antécédents dulcères ou de saignements récidivants peptiques ou de l'estomac (ulcération ou saignement sétant produit au moins deux fois)

·insuffisance hépatique sévère

·insuffisance rénale sévère non dialysée

·saignements récents dans le cerveau (hémorragie cérébrovasculaire)

·troubles hémorragiques de quelque type que ce soit

·traitement anticoagulant en cours (car des hématomes intra-musculaires peuvent survenir)

·insuffisance cardiaque sévère.

Si vous n'êtes pas certain à propos d'un des points ci-dessus, parlez-en à votre médecin.

Avertissements et précautions

Adressez-vous à votre médecin ou pharmacien avant dutiliser MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable.

Mises en garde

Les médicaments tels que MOBIC pourraient être associés à une légère augmentation du risque de crise cardiaque (« infarctus du myocarde ») ou daccident vasculaire cérébral. Le risque est dautant plus important que les doses utilisées sont élevées et la durée de traitement prolongée.

Ne pas dépasser les doses recommandées ni la durée de traitement (voir rubrique 3 « Comment utiliser MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable ? »).

Si vous avez des problèmes cardiaques, si vous avez eu un accident vasculaire cérébral ou si vous pensez avoir des facteurs de risque pour ce type de pathologie, vous devez discuter de votre traitement avec votre médecin ou avec votre pharmacien. Par exemple:

·si vous avez une pression artérielle élevée (hypertension)

·si vous avez des taux élevés de sucre dans le sang (diabète)

·si vous avez un taux élevé de cholestérol dans le sang (hypercholestérolémie)

·si vous fumez.

Arrêtez immédiatement votre traitement par MOBIC dès que vous remarquez un saignement (donnant une coloration des selles en noir) ou une ulcération de votre appareil digestif (provoquant des douleurs abdominales).

Des éruptions cutanées mettant potentiellement en jeu le pronostic vital (syndrome de Stevens-Johnson, syndrome de Lyell) ont été rapportées lors de l'utilisation de MOBIC, apparaissant sur le tronc d'abord comme des taches rougeâtres en forme de cible ou des plaques circulaires ayant souvent des cloques au centre. Les autres signes à surveiller sont les ulcères dans la bouche, la gorge, le nez, les organes génitaux, et les conjonctivites (yeux rouges et gonflés). Ces éruptions cutanées potentiellement mortelles sont souvent accompagnées de symptômes pseudo-grippaux. L'éruption peut évoluer vers la formation généralisée de cloques ou un décollement de la peau.

Le risque de survenue de réactions cutanées graves est le plus élevé au cours des premières semaines de traitement. Si vous avez développé un syndrome de Stevens-Johnson ou un syndrome de Lyell lors de l'utilisation de MOBIC, vous ne devez jamais reprendre MOBIC.

Si vous développez une éruption cutanée ou ces symptômes cutanés, arrêtez de prendre MOBIC, contactez d'urgence un médecin et dites-lui que vous prenez ce médicament.

MOBIC ne convient pas au traitement des douleurs aigües.

MOBIC peut masquer les symptômes d'une infection (par exemple la fièvre). Si vous pensez que vous avez une infection, vous devez consulter votre médecin.

Précautions d'emploi

Comme il pourrait être nécessaire dadapter votre traitement, il est important de demander conseil à votre médecin avant de prendre MOBIC en cas de :

·antécédent d'inflammation de l'sophage (sophagite), d'inflammation de l'estomac (gastrite) ou antécédent de toute autre affection du tractus digestif, par exemple maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique

·pression artérielle élevée (hypertension)

·si vous êtes âgé

·maladie cardiaque, hépatique ou rénale

·taux élevés de sucre dans le sang (diabète)

·volume sanguin diminué (hypovolémie), ce qui peut se produire si vous avez perdu beaucoup de sang, si vous avez été brûlé, ou si vous avez subi une opération ou en cas d'apport insuffisant de liquides

·taux élevés de potassium dans le sang précédemment diagnostiqués par votre médecin.

Votre médecin devra sassurer de suivre toute modification de votre état pendant le traitement.

Enfants et adolescents

Sans objet.

Autres médicaments et MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable

Etant donné que laction de MOBIC peut affecter, ou peut être affectée par d'autres médicaments, informez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament.

En particulier, prévenez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez ou si vous avez pris l'un des médicaments suivants:

·autres AINS

·médicaments utilisés pour prévenir la formation de caillots sanguins (anticoagulants)

·médicaments qui désagrègent les caillots sanguins (thrombolytiques)

·médicaments pour traiter les maladies cardiaques et rénales

·corticostéroïdes (médicaments utilisés pour réduire linflammation et les réactions allergiques)

·ciclosporine utilisée après les transplantations d'organes, dans des affections cutanées sévères, des pathologies comme la polyarthrite rhumatoïde ou le syndrome néphrotique

·médicaments diurétiques

Votre médecin peut être amené à contrôler votre fonction rénale si vous prenez des diurétiques,

·médicaments utilisés pour traiter lhypertension artérielle (par exemple les béta-bloquants)

·lithium utilisé pour traiter les troubles de l'humeur

·inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) utilisés dans le traitement de la dépression

·méthotrexate utilisé pour traiter certaines tumeurs ou des affections cutanées sévères incontrôlées et la polyarthrite rhumatoïde active

·cholestyramine utilisée pour faire baisser le cholestérol

·si vous êtes une femme qui utilise comme contraceptif un dispositif intra-utérin (DIU), plus connu sous le nom de stérilet

En cas de doute, demandez à votre médecin ou à votre pharmacien.

MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable avec des aliments et boissons

Sans objet.

Grossesse, allaitement et fertilité

Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien avant de prendre ce médicament.

Grossesse

En cas de nécessité, votre médecin peut être amené à vous prescrire, de façon limitée, ce médicament au cours des 6 premiers mois de votre grossesse.

Au cours des 3 derniers mois de votre grossesse, vous ne devez en aucun cas prendre MOBIC, car ceci peut entrainer des conséquences graves pour votre enfant, en particulier des effets cardiopulmonaires et rénaux, même avec une seule prise.

Allaitement

La prise de ce produit nest pas recommandée en cas dallaitement.

Fertilité

MOBIC peut entrainer des difficultés pour être enceinte.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Des troubles visuels notamment une vision floue, des étourdissements, une somnolence, des vertiges ou d'autres perturbations du système nerveux central peuvent survenir avec ce produit. Dans ce cas ne conduisez pas ou n'utilisez pas de machine.

3. COMMENT UTILISER MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable ?  Retour en haut de la page

MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable sutilise exclusivement par voie intra-musculaire. Linjection doit uniquement être réalisée par un professionnel de santé. Ce médicament vous sera injecté lentement dans un muscle, généralement dans la fesse. Si vous devez recevoir plus dune injection, votre médecin vous fera les injections en alternant côté droit et côté gauche.

Si vous avez une prothèse de hanche, votre médecin devra vous injecter le produit dans le côté opposé. Si vous ressentez de fortes douleurs au moment de linjection, votre médecin doit arrêter son injection.

Dose : ladministration est limitée à une injection pour linitiation du traitement. Celle-ci peut être prolongée dans certains cas exceptionnels (quand la prise de comprimés nest pas possible) à une injection par jour pendant 2 à 3 jours maximum.

NE PAS DEPASSER LA DOSE MAXIMALE DE 15 mg PAR JOUR.

Si l'une des informations énumérées sous le titre « Avertissement et précautions» s'applique à vous, votre médecin peut limiter la dose à 7,5 mg (1/2 ampoule) une fois par jour.

Utilisation chez les enfants et les adolescents

MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable ne doit pas être administré chez les enfants et adolescents de moins de 18 ans.

Si vous trouvez que l'effet de MOBIC est trop fort ou trop faible, ou si après plusieurs jours vous ne ressentez aucune amélioration de votre état, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Si vous avez utilisé plus de MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable que vous nauriez dû

Si vous avez utilisé trop dampoules ou si vous suspectez un surdosage, prenez contact avec votre médecin ou allez immédiatement à l'hôpital le plus proche.

Les symptômes survenant après un surdosage aigu d'AINS sont habituellement limités à:

·une perte d'énergie (léthargie)

·une somnolence

·une sensation de malaise (nausée) et des vomissements

·des douleurs dans la région de l'estomac (douleur épigastrique)

Ces symptômes s'améliorent généralement deux-mêmes à larrêt du traitement par MOBIC. Vous pouvez être atteint de saignements de l'estomac ou des intestins (saignements gastro-intestinaux).

Une intoxication sévère peut entraîner des effets indésirables graves (voir rubrique 4) :

·une augmentation de la pression artérielle (hypertension)

·une insuffisance rénale aigüe

·des troubles de la fonction hépatique (foie)

·une réduction ou un arrêt de la respiration (dépression respiratoire)

·une perte de conscience (coma)

·des convulsions

·une chute de la pression sanguine (collapsus cardiovasculaire)

·un arrêt cardiaque

·des réactions allergiques soudaines (hypersensibilité), incluant :

oévanouissement

odifficultés à respirer

oréactions cutanées

Si vous oubliez dutiliser MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable

Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre. Prenez simplement la dose suivante au moment habituel.

Si vous arrêtez dutiliser MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable

Sans objet.

Si vous avez d'autres questions sur l'utilisation de ce médicament, demandez plus dinformations à votre médecin ou à votre pharmacien.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Arrêtez de prendre MOBIC et consultez immédiatement un médecin ou lhôpital le plus proche si vous remarquez:

·Toute réaction allergique (hypersensibilité), qui peut prendre la forme de :

oRéactions cutanées, notamment démangeaisons (prurit), cloques ou décollement de la peau, qui peuvent être des éruptions cutanées pouvant potentiellement mettre en jeu le pronostic vital (syndrome de Stevens Johnson, syndrome de Lyell), lésions des tissus mous (lésions des muqueuses) ou érythème polymorphe (voir rubrique 2).

Lérythème polymorphe est une réaction allergique grave de la peau, provoquant des taches, des marques rouges ou violettes, ou des bulles à la surface de la peau. Cette réaction peut également atteindre la bouche, les yeux et les autres muqueuses.

oGonflement des tissus sous la peau ou les muqueuses, par exemple gonflement autour des yeux, gonflement du visage et des lèvres, de la bouche ou de la gorge, rendant éventuellement la respiration difficile, ainsi que gonflement des chevilles ou des jambes (dème des membres inférieurs).

oEssoufflement ou crise dasthme

oInflammation du foie (hépatite). Ceci peut entrainer les symptômes suivants :

§jaunissement de la peau ou des globes oculaires (jaunisse)

§douleurs abdominales

§perte dappétit

·Tout effet indésirable du tube digestif, plus particulièrement :

osaignements (entraînant une coloration des selles en noir)

oulcération du tube digestif (entraînant des douleurs abdominales)

Les saignements de lappareil digestif (saignements gastro-intestinaux), la formation d'ulcères ou l'apparition d'une perforation au niveau digestif peuvent parfois être sévères et dévolution potentiellement fatale, en particulier chez les personnes âgées.

Informez immédiatement votre médecin, si vous avez été atteint précédemment de tels symptômes de lappareil digestif suite à lutilisation prolongée de médicaments anti-inflammatoires (AINS), en particulier si vous êtes âgé. Votre médecin pourra être amené à suivre toute modification de votre état pendant le traitement.

Si vous présentez des troubles de la vue, ne conduisez-pas ou n'utilisez pas de machine.

Effets indésirables généraux des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

L'utilisation de certains médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peut s'accompagner, en particulier avec des doses élevées et en cas de traitement de longue durée, d'un risque légèrement augmenté d'occlusion des vaisseaux artériels (événements thrombotiques artériels), pouvant provoquer une crise cardiaque (infarctus du myocarde) ou accident vasculaire cérébral (apoplexie).

Des rétentions de liquides (dèmes), une augmentation de la pression artérielle (hypertension) et une insuffisance cardiaque ont été observées en association avec le traitement par AINS.

Les effets indésirables les plus couramment observés affectent lappareil digestif (événements gastro-intestinaux) :

·ulcères de l'estomac et de la partie supérieure de l'intestin grêle (ulcères peptiques/gastro-duodénaux)

·perforation de la paroi intestinale ou saignement digestif (dévolution parfois fatale, en particulier chez les personnes âgées)

Les effets indésirables suivants ont été rapportés après l'administration d'AINS:

·sensation de malaise (nausées) et vomissements

·selles molles (diarrhées)

·flatulence

·constipation

·indigestion (dyspepsie)

·douleurs abdominales

·selles de coloration noire provoquée par un saignement au niveau digestif (méléna)

·vomissement de sang (hématémèse)

·inflammation de la muqueuse buccale avec ulcérations (stomatite ulcéreuse)

·aggravation des inflammations de lappareil digestif (par exemple exacerbation de colite ou de la maladie de Crohn)

Moins fréquemment, une inflammation de l'estomac (gastrite) a été observée.

Effets indésirables du méloxicam la substance active de MOBIC

Très fréquents : touche plus d1 patient sur 10

·événements indésirables gastro-intestinaux tels quindigestion (dyspepsie), sensation de malaise (nausées) et vomissements, douleurs abdominales, constipation, flatulences, selles molles (diarrhées).

Fréquents : touche de 1 à 10 patients sur 100

·céphalées

·masse au site dinjection, douleur au site dinjection

Peu fréquents : touche de 1 à 10 patients sur 1000

·étourdissements

·vertiges

·somnolence

·anémie (réduction de la concentration en hémoglobine, pigment rouge du sang)

·augmentation de la pression artérielle (hypertension)

·bouffées de chaleur (rougeur temporaire du visage et du cou)

·rétention hydro-sodée

·augmentation du taux de potassium (hyperkaliémie). Ceci peut entrainer les symptômes suivants :

otroubles du rythme cardiaque (arythmies)

opalpitations (perception de ses propres battements cardiaques de façon exacerbée)

ofaiblesse des muscles

·éructation

·inflammation de l'estomac (gastrite)

·saignements gastro-intestinaux

·inflammation de la bouche (stomatite)

·réactions allergiques immédiates (hypersensibilité)

·démangeaison (prurit)

·rash cutané

·gonflement provoqué par la rétention deau (dèmes), incluant gonflement des chevilles/des jambes (dèmes des membres inférieurs)

·gonflement soudain des tissus sous la peau ou les muqueuses, tels que gonflements autour des yeux, du visage, des lèvres, de la bouche ou de la gorge, rendant éventuellement la respiration difficile (dème de Quincke)

·anomalies transitoires des tests biologiques hépatiques (par exemple élévation des enzymes hépatiques telles que les transaminases ou une élévation du pigment biliaire, la bilirubine). Votre médecin peut détecter ces anomalies par une analyse sanguine.

·anomalies des tests biologiques de la fonction rénale (par exemple augmentation de la créatinine ou de l'urée)

Rares : touche de 1 à 10 patients sur 10 000

·troubles de l'humeur

·cauchemars

·numération sanguine anormale, notamment :

onumération sanguine différentielle anormale

odiminution du nombre de globules blancs (leucocytopénie)

odiminution du nombre de plaquettes sanguines (thrombocytopénie)

Ces effets indésirables peuvent entraîner une augmentation du risque dinfections, ainsi que des symptômes tels que lapparition decchymoses ou de saignements de nez.

·bourdonnements d'oreilles (acouphène)

·palpitations

·ulcères de l'estomac ou de la partie supérieure de l'intestin grêle (ulcères peptiques/gastroduodénaux)

·inflammation de l'sophage (sophagite)

·survenue de crises d'asthme (observées chez les personnes qui sont allergiques à l'aspirine ou à d'autres AINS)

·graves réactions cutanées accompagnées de cloques ou de décollement de la peau (syndrome de Stevens-Johnson et syndrome de Lyell)

·urticaire

·anomalies de la vue, notamment :

ovision floue

oinflammation du blanc des yeux ou des paupières (conjonctivite)

·inflammation du gros intestin (colite)

Très rares : touche moins d1 patient sur 10 000

·formation de cloques sur la peau (réactions bulleuses) et érythème polymorphe.

Lérythème polymorphe est une réaction allergique grave de la peau, provoquant des taches, des marques rouges ou violettes, ou des bulles à la surface de la peau. Cette réaction peut également atteindre la bouche, les yeux et les autres muqueuses.

·inflammation du foie (hépatite). Ceci peut entrainer les symptômes suivants :

ojaunissement de la peau ou des globes oculaires (jaunisse)

odouleurs abdominales

operte dappétit

·insuffisance rénale aiguë en particulier chez les patients ayant des facteurs de risque par exemple une maladie cardiaque, un diabète ou une maladie rénale.

·perforation de la paroi intestinale

Indéterminée (la fréquence ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

·confusion

·désorientation

·choc anaphylactique

·essoufflement et réactions cutanées (réactions anaphylactiques/anaphylactoïdes)

·éruptions cutanées provoquées par l'exposition à la lumière solaire (réactions de photosensibilité)

·une insuffisance cardiaque a été rapportée en association avec un traitement par AINS

·perte complète dun certain type de globules blancs (agranulocytose), en particulier chez des patients qui prennent MOBIC en même temps que d'autres médicaments potentiellement inhibiteurs, dépresseurs ou destructeurs des cellules de la moelle osseuse (médicaments myélotoxiques). Ceci peut entraîner :

oune fièvre soudaine

odes maux de gorge

odes infections

·pancréatite (inflammation du pancréas)

Effets indésirables causés par des médicaments anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS), mais non encore observés après la prise de MOBIC

Modifications organiques du rein entraînant une insuffisance rénale aiguë:

·cas très rares d'inflammation du rein (néphrite interstitielle)

·mort de certaines cellules du rein (nécrose tubulaire ou papillaire aiguë)

·protéines dans les urines (syndrome néphrotique avec protéinurie)

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet:www.ansm.sante.fr

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable ?  Retour en haut de la page

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Nutilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur lampoule et sur l'étui en carton. La date dexpiration fait référence au dernier jour de ce mois.

Conserver les ampoules dans l'emballage extérieur, à labri de la lumière.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-légout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien déliminer les médicaments que vous nutilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger l'environnement.

6. CONTENU DE LEMBALLAGE ET AUTRES INFORMATIONS  Retour en haut de la page

Ce que contient MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable  Retour en haut de la page

·La substance active est :

Méloxicam 15 mg

Pour une ampoule de 1,5 ml.

·Les autres composants sont:

Méglumine, glycofurol, poloxamère 188, chlorure de sodium, glycine, hydroxyde de sodium, eau pour préparations injectables.

Quest-ce que MOBIC 15 mg/1,5 ml, solution injectable et contenu de lemballage extérieur  Retour en haut de la page

Ce médicament se présente sous forme dune solution injectable de couleur jaune à verdâtre, en boîte de 1, 2, 3, 5, 25, 30 ou 50 ampoules de 2 ml (contenant 1,5 ml de solution).

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Autres dosages de MOBIC et autres présentations du méloxicam :

Dans certains pays le méloxicam est également disponible sous forme de :

·comprimés de méloxicam à 7,5 mg,

·comprimés de méloxicam à 15 mg.

Titulaire de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

BOEHRINGER INGELHEIM FRANCE

14 RUE JEAN ANTOINE DE BAÏF

75013 PARIS

Exploitant de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

BOEHRINGER INGELHEIM FRANCE

14 RUE JEAN ANTOINE DE BAÏF

75013 PARIS

Fabricant  Retour en haut de la page

BOEHRINGER INGELHEIM ESPANA S.A.

PRAT DE LA RIBA, 50

08174 SANT CUGAT DEL VALLES

BARCELONA

ESPAGNE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen  Retour en haut de la page

Ce médicament est autorisé dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen sous les noms suivants : Conformément à la réglementation en vigueur.

[À compléter ultérieurement par le titulaire]

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est :  Retour en haut de la page

[À compléter ultérieurement par le titulaire]

Autres  Retour en haut de la page

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lANSM (France).

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité