JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable

Ce médicament n'est plus commercialisé.

source: ANSM - Mis à jour le : 02/07/2015

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Cilazapril monohydraté .......... 1,044 mg

Quantité correspondant à cilazapril anhydre ............. 1,0 mg

Pour un comprimé pelliculé sécable.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Comprimé pelliculé sécable.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Justor est indiqué dans le traitement de l'hypertension artérielle.

Justor est indiqué dans le traitement de l'insuffisance cardiaque chronique.

4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Justor doit être administré une fois par jour. Etant donné que la prise de nourriture n'a pas d'effet cliniquement significatif sur son absorption, Justor peut être administré avant ou après un repas. La dose doit toujours être prise à peu près au même moment de la journée.

Hypertension: La dose initiale est de 1 mg/jour. La pression artérielle sera évaluée, et la dose ajustée individuellement selon la réponse tensionnelle. La posologie habituelle de Justor est de 2,5 à 5 mg une fois par jour.

Les patients dont le système rénine-angiotensine-aldostérone est fortement activé (particulièrement, en cas d'hyponatrémie, d'hypovolémie, de décompensation cardiaque ou d'hypertension sévère) peuvent subir une chute excessive de la pression artérielle suite à la prise initiale. Une dose de départ plus faible de 0,5 mg une fois par jour est recommandée chez de tels patients et l'initiation du traitement se fera sous surveillance médicale.

Patients hypertendus traités par diurétiques: Si possible, le diurétique sera arrêté 2 3 jours avant de débuter le traitement par Justor afin de réduire le risque d'hypotension symptomatique. Il peut être repris plus tard si nécessaire. La dose de départ recommandée chez ces patients est de 0,5 mg une fois par jour.

Insuffisance cardiaque chronique: Le traitement par Justor sera débuté à une dose initiale recommandée de 0,5 mg une fois par jour sous surveillance médicale étroite. Cette dose sera maintenue pendant à peu près 1 semaine. Si la dose a été bien tolérée, elle peut être augmentée à intervalles hebdomadaires de 1 ou 2,5 mg, selon l'état clinique du patient. La dose journalière maximale pour ces patients est de 5 mg.

La recommandation posologique du cilazapril dans l'insuffisance cardiaque chronique est basée sur les effets sur l'amélioration des symptômes, et non sur des données montrant que le cilazapril réduit la morbidité et la mortalité chez ce groupe de patients (voir rubrique 5.1).

Patients présentant une insuffisance rénale: Une réduction des doses est nécessaire pour les patients présentant une insuffisance rénale, en fonction de leur clairance de la créatinine (voir rubrique 4.4). Les posologies suivantes sont recommandées:

Tableau 1: Posologie recommandée pour les patients présentant une insuffisance rénale

Clairance de la créatinine

Dose initiale de Justor

Dose maximale de Justor

>40 ml/min

1 mg une fois par jour

5 mg une fois par jour

10-40 ml/min

0,5 mg une fois par jour

2,5 mg une fois par jour

<10 ml/min

Non recommandé

Si une hypertension rénale est aussi présente, le risque d'hypotension sévère et d'insuffisance rénale est augmenté. Chez ces patients, le traitement sera démarré sous surveillance médicale étroite avec de faibles doses et un titrage prudent. Le traitement par diurétiques pouvant être un facteur contribuant à ce risque, l'administration de ces derniers sera arrêtée et la fonction rénale sera surveillée pendant les premières semaines du traitement par Justor.

Les résultats des essais cliniques ont montré que la clairance du cilazapril était corrélée à la clairance de la créatinine chez les patients présentant une insuffisance cardiaque chronique. La recommandation posologique particulière sera donc suivie chez les patients présentant une insuffisance cardiaque chronique avec une fonction rénale altérée.

Cirrhose hépatique : Chez les patients présentant une cirrhose hépatique (mais sans ascite) qui nécessitent un traitement contre l'hypertension artérielle, le cilazapril doit être administré avec beaucoup de prudence et sans dépasser 0,5 mg/jour et la pression artérielle sera étroitement surveillée, car une hypotension significative peut se produire.

Personnes âgées présentant une hypertension : Le traitement par Justor doit être initié à une dose comprise entre 0,5 et 1 mg une fois par jour. Par la suite, la dose d'entretien doit être adaptée à la tolérance individuelle, la réponse tensionnelle et l'état clinique.

Personnes âgées présentant une insuffisance cardiaque chronique : La dose de départ recommandée de 0,5 mg de Justor doit être strictement suivie.

Enfants : L'innocuité et l'efficacité chez les enfants n'ont pas été établies. Par conséquent, il n'y a pas de recommandation pour l'administration du cilazapril chez les enfants.

Publicité
4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

·Hypersensibilité au cilazapril ou à lun des excipients du produit, ou à d'autres inhibiteurs de l'ECA.

·Antécédent d'dème de Quincke associé à un traitement antérieur par inhibiteurs de l'ECA.

·dème de Quincke héréditaire ou idiopathique.

·2ème et 3ème trimestres de la grossesse (voir rubriques 4.4 et 4.6).

·Lassociation de JUSTOR à des médicaments contenant de laliskiren est contre-indiquée chez les patients présentant un diabète ou une insuffisance rénale (DFG [débit de filtration glomérulaire] < 60 ml/min/1,73 m2) (voir rubriques 4.5 et 5.1).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Grossesse

Les IEC ne doivent pas être débutés au cours de la grossesse. A moins que le traitement par IEC ne soit considéré comme essentiel, il est recommandé aux patientes qui envisagent une grossesse de modifier leur traitement antihypertenseur pour un médicament ayant un profil de sécurité bien établi pendant la grossesse. En cas de diagnostic de grossesse, le traitement par IEC doit être arrêté immédiatement et si nécessaire un traitement alternatif sera débuté (voir rubriques 4.3 et 4.6).

Double blocage du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA)

Il est établi que lassociation dinhibiteurs de lenzyme de conversion (IEC), dantagonistes des récepteurs de langiotensine II (ARA II) ou daliskiren augmente le risque dhypotension, dhyperkaliémie et daltération de la fonction rénale (incluant le risque dinsuffisance rénale aiguë). En conséquence, le double blocage du SRAA par lassociation dIEC, ARA II ou daliskiren nest pas recommandé (voir rubriques 4.5 et 5.1).

Néanmoins, si une telle association est considérée comme absolument nécessaire, elle ne pourra se faire que sous la surveillance dun spécialiste et avec un contrôle étroit et fréquent de la fonction rénale, de lionogramme sanguin et de la pression artérielle. Les IEC et les ARA II ne doivent pas être associés chez les patients atteints dune néphropathie diabétique.

Hypotension

Les IEC peuvent provoquer une hypotension sévère, surtout en début de traitement. Cette hypotension est plus susceptible de se produire chez les patients dont le système rénine-angiotensine-aldostérone est activé, comme dans l'hypertension rénale ou d'autres causes d'hypoperfusion rénale, une hyponatrémie ou une hypovolémie, ou un traitement antérieur par d'autres vasodilatateurs. Ces conditions peuvent coexister, particulièrement dans l'insuffisance cardiaque sévère.

L'hypotension sera traitée en plaçant le patient en décubitus dorsal et en le perfusant pour augmenter la volémie. Le traitement par le cilazapril peut être continué une fois que la volémie du patient est rétablie, mais sera donné à une plus faible dose ou arrêté si l'hypotension persiste.

Les patients à risque doivent démarrer le traitement par le cilazapril sous surveillance médicale, avec une faible dose initiale et une augmentation posologique prudente. Si possible, le traitement diurétique sera stoppé temporairement.

La même prudence est nécessaire pour les patients souffrant d'angine de poitrine ou de maladie cérébrovasculaire, chez lesquels l'hypotension peut provoquer une ischémie myocardique ou cérébrale.

Insuffisance rénale

Chez les patients souffrant d'insuffisance rénale, la dose de cilazapril sera ajustée selon la clairance de la créatinine (voir rubrique 4.2). Un contrôle systématique du potassium et de la créatinine fait partie de la pratique médicale normale pour ces patients.

Les IEC ont des effets rénoprotecteurs établis, mais peuvent provoquer une altération réversible de la fonction rénale dans le cadre d'une perfusion rénale réduite, qu'elle soit due à une sténose bilatérale de l'artère rénale, une insuffisance cardiaque sévère, une hypovolémie, une hyponatrémie ou des diurétiques à fortes doses, et chez les patients recevant un traitement par AINS.

Les mesures préventives incluent larrêt définitif ou temporaire des diurétiques, le démarrage du traitement par de très faibles doses dIEC, et une augmentation prudente de la dose.

Chez les patients présentant une sténose de l'artère rénale, l'activation du système rénine-angiotensine-aldostérone aide à maintenir la perfusion rénale en provoquant une constriction de l'artériole efférente. Par conséquent, le blocage de la formation d'angiotensine II, et peut-être également une augmentation de la formation de bradykinine, provoque une vasodilatation artériolaire efférente ayant pour résultat une réduction de la pression de filtration glomérulaire. L'hypotension contribue en outre à une réduction de la perfusion rénale (voir rubrique 4.4 "Hypotension").

Comme avec d'autres agents agissant sur le système rénine-angiotensine, le risque d'insuffisance rénale, y compris l'insuffisance rénale aiguë, est augmenté chez les patients présentant une sténose de l'artère rénale traités par le cilazapril. Par conséquent, une prudence particulière est nécessaire chez ces patients. Si une insuffisance rénale se produit, le traitement doit être arrêté.

Hypersensibilité/ Angio-oedème

Des angio-oedèmes ont été associés aux IEC, avec une incidence rapportée de 0,1-0,5%. Langio-oedème du aux IEC peut se présenter sous forme d'épisodes récurrents de gonflement du visage, qui se résolvent à l'arrêt du traitement, ou sous forme d'oedème bucco-pharyngé aigu et d'obstruction des voies aériennes, qui nécessitent un traitement d'urgence, et peut être à risque vital. Une variante est langio-oedème intestinal, qui tend à se produire dans les premières 2448 heures du traitement. Le risque d'oedème de Quincke semble être plus élevé chez les patients noirs que chez les autres patients. Les patients présentant un antécédent dangio-oedème non lié à la prise dIEC peuvent être à risque plus élevé.

Anaphylaxie

Hémodialyse : Des réactions anaphylactoïdes ont été rapportées chez les patients dialysés avec des membranes de haute perméabilité, (par ex. AN 69) recevant des IEC. Il conviendra dutiliser un autre type de membrane de dialyse ou un agent antihypertenseur de classe différente chez ces patients.

Aphérèse des lipoprotéines de faible densité (LDL) : Des réactions anaphylactoïdes menaçant la vie du patient ont été observées chez des patients traités par IEC pendant une aphérèse des lipoprotéines de basse densité avec adsorption sur du sulfate de dextran. Ces réactions peuvent être évitées en interrompant transitoirement le traitement par lIEC avant chaque aphérèse.

Désensibilisation : Des réactions anaphylactiques peuvent se produire chez les patients suivant un traitement de désensibilisation avec du venin dabeille ou de guêpe et traités par un IEC. Le cilazapril doit être arrêté avant de commencer la désensibilisation, et ne doit pas être remplacé par un β- bloquant.

Troubles hépatiques

Des cas isolés de troubles de la fonction hépatiques, tels qu'une augmentation des valeurs des tests de la fonction hépatique (transaminases, bilirubine, phosphatase alcaline, gamma GT) et une hépatite cholestatique avec ou sans nécrose, ont été rapportés. Les patients recevant du cilazapril qui développent une jaunisse ou des élévations marquées des enzymes hépatiques doivent arrêter le traitement par le cilazapril et recevoir un suivi médical approprié. Chez les patients présentant une cirrhose hépatique (mais sans ascite) qui nécessitent un traitement contre l'hypertension, le cilazapril sera initié à une plus faible dose et avec grande prudence, en raison du risque de survenue dune hypotension significative (voir rubrique 4.2). Chez les patients ayant une ascite, l'administration du cilazapril est déconseillée.

Neutropénie

Rarement, une neutropénie et une agranulocytose ont été associées aux IEC, surtout chez les patients présentant une insuffisance rénale ou une maladie du collagène vasculaire, et ceux recevant un traitement immunosuppresseur. Une surveillance régulière de la numération leucocytaire est recommandée chez de tels patients.

Potassium sérique

Les IEC peuvent provoquer une hyperkaliémie parce qu'ils inhibent la libération d'aldostérone. L'effet est habituellement non significatif chez les patients présentant une fonction rénale normale.

Cependant, chez les patients atteints d'insuffisance rénale et/ou chez les patients prenant des suppléments de potassium (y compris des sels de substitution) ou des diurétiques d'épargne potassique, et particulièrement des antagonistes de l'aldostérone, une hyperkaliémie peut se produire. Les diurétiques d'épargne potassique doivent être utilisés avec prudence chez les patients recevant des IEC et du potassium sérique, et une surveillance de la fonction rénale est nécessaire.

Diabète

L'administration dIEC aux patients souffrant de diabète peut potentialiser l'effet hypoglycémiant des hypoglycémiants oraux ou de l'insuline, surtout chez les patients atteints d'insuffisance rénale. Chez de tels patients, la glycémie doit être étroitement surveillée pendant l'initiation du traitement par IEC.

Intervention chirurgicale/Anesthésie

Les agents anesthésiques avec des effets hypotenseurs peuvent provoquer une hypotension chez les patients recevant des IEC. Dans ce cadre, l'hypotension peut être corrigée par une augmentation de la volémie.

Sténose aortique/cardiomyopathie hypertrophique

Les IEC doivent être utilisés avec prudence chez les patients atteints de troubles cardiaques obstructifs (par ex. sténose mitrale, sténose aortique, cardiomyopathie hypertrophique), car le débit cardiaque ne peut pas augmenter pour compenser la vasodilatation systémique, et il y a un risque d'hypotension sévère.

Intolérance au lactose

Ce médicament contient du lactose. Son utilisation est déconseillée chez les patients présentant une intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou un syndrome de malabsorption du glucose ou du galactose (maladies héréditaires rares).

Particularité ethnique

Les IEC sont moins efficaces en temps quantihypertenseurs chez les patients noirs que chez les patients non-noirs. Ces patients présentent également un risque plus élevé dangio-oedème.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

IEC, ARAII, aliskiren

Les données issues des essais cliniques ont montré que le double blocage du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA) par lutilisation concomitante dinhibiteurs de lenzyme de conversion, dantagonistes des récepteurs de langiotensine II ou daliskiren est associé à une fréquence plus élevée dévénements indésirables tels que lhypotension, lhyperkaliémie et laltération de la fonction rénale (incluant linsuffisance rénale aiguë) en comparaison à lutilisation dun seul médicament agissant sur le SRAA (voir rubriques 4.3, 4.4 et 5.1).

Lithium

Des augmentations réversibles des concentrations sériques de lithium et de sa toxicité ont été rapportées pendant l'administration concomitante de lithium avec des IEC. L'utilisation concomitante de diurétiques thiazidiques peut augmenter le risque de toxicité du lithium et augmenter le risque déjà accru de toxicité du lithium avec les IEC.

L'utilisation de cilazapril avec du lithium est déconseillée, mais si cette association s'avère nécessaire, une surveillance étroite de la lithémie doit être effectuée.

Autres agents antihypertenseurs

Un effet additif peut être observé lorsque le cilazapril est administré en association avec d'autres agents antihypertenseurs.

Diurétiques d'épargne potassique, suppléments de potassium ou substituts de sels contenant du potassium

Bien que la kaliémie reste habituellement dans les limites de la normale, une hyperkaliémie peut survenir chez certains patients traités par cilazapril. Les diurétiques d'épargne potassique (par ex., spironolactone, triamtérène ou amiloride), les suppléments de potassium ou les substituts de sels contenant du potassium peuvent entrainer une augmentation significative de la kaliémie.

Par conséquent, l'association du cilazapril avec les médicaments mentionnés ci-dessus est déconseillée (voir rubrique 4.4).

Si l'utilisation concomitante est indiquée en raison dune hypokaliémie, ils devront être utilisés avec prudence et avec un contrôle fréquent de la kaliémie.

Diurétiques (thiazides ou diurétiques de l'anse)

Un traitement préalable par des doses élevées de diurétiques peut résulter en une hypovolémie et un risque d'hypotension lors de l'initiation du traitement par le cilazapril (voir rubrique 4.4). L'effet hypotenseur peut être réduit en interrompant le traitement diurétique, en augmentant la volémie ou par une prise de sel, ou en initiant le traitement avec une faible dose de cilazapril.

Antidépresseurs tricycliques/antipsychotiques/anesthésiques/narcotiques

L'usage concomitant de certains médicaments anesthésiques, d'antidépresseurs tricycliques et d'antipsychotiques avec les IEC peut résulter en une réduction additionnelle de la pression artérielle (voir rubrique 4.4).

Médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) y compris aspirine ≥ 3 g/jour

Lorsque les IEC sont administrés simultanément avec des médicaments anti-inflammatoires non-stéroïdiens (i.e. acide acétylsalicylique à doses anti-inflammatoires, inhibiteurs COX-2 et AINS non sélectifs), une atténuation de l'effet antihypertenseur peut se produire. L'utilisation concomitante dIEC et d'AINS peut entrainer un risque accru daltération de la fonction rénale, y compris une éventuelle insuffisance rénale aiguë, et une augmentation de la kaliémie, surtout chez les patients présentant une altération de la fonction rénale préexistante. L'association sera administrée avec prudence, surtout chez les personnes âgées. Les patients doivent être correctement hydratés et la fonction rénale doit être surveillée lors de l'initiation du traitement concomitant, et périodiquement ensuite.

Sympathomimétiques

Les sympathomimétiques peuvent réduire l'effet antihypertenseur des IEC.

Antidiabétiques

Des études épidémiologiques ont suggéré que l'administration concomitante dIEC et dantidiabétiques (insuline, hypoglycémiants oraux) peut provoquer une augmentation de l'effet hypoglycémiant avec un risque d'hypoglycémie. Ce phénomène est plus susceptible d'apparaître pendant les premières semaines de traitement concomitant et chez les patients présentant une insuffisance rénale.

Or

Des réactions nitritoïdes (symptômes comprenant bouffées vasomotrices du visage, nausées, vomissements et hypotension) ont été rarement rapportées chez les patients traités de façon concomitante par des injections dor (aurothiomalate de sodium) et des IEC.

Autres

Aucune interaction cliniquement significative n'a été observée lorsque le cilazapril a été administré de façon concomitante avec la digoxine, des dérivés nitrés, des anticoagulants coumariniques et des antagonistes des récepteurs H2.

4.6. Grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

Lutilisation des IEC est déconseillée pendant le 1er trimestre de la grossesse (voir rubrique 4.4). Lutilisation des IEC est contre-indiquée aux 2ème et 3ème trimestres de la grossesse (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Les données épidémiologiques disponibles concernant le risque de malformation après exposition aux IEC au 1er trimestre de la grossesse ne permettent pas de conclure. Cependant une petite augmentation du risque de malformations congénitales ne peut être exclue. A moins que le traitement par IEC ne soit considéré comme essentiel, il est recommandé aux patientes qui envisagent une grossesse de modifier leur traitement antihypertenseur pour un médicament ayant un profil de sécurité bien établi pendant la grossesse. En cas de diagnostic de grossesse, le traitement par IEC doit être arrêté immédiatement et si nécessaire un traitement alternatif sera débuté.

Lexposition aux IEC au cours des 2ème et 3ème trimestres de la grossesse est connue pour entraîner une ftotoxicité (diminution de la fonction rénale, oligohydramnios, retard dossification des os du crâne) et une toxicité chez le nouveau-né (insuffisance rénale, hypotension, hyperkaliémie) (voir rubrique 5.3).

En cas dexposition à un IEC à partir du 2ème trimestre de la grossesse, il est recommandé deffectuer une échographie ftale afin de vérifier la fonction rénale et les os de la voute du crâne. Les nouveau-nés de mère traitée par IEC doivent être surveillés sur le plan tensionnel (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Allaitement

En raison de l'absence dinformation disponible sur lutilisation du cilazapril au cours de lallaitement, le cilazapril est déconseillé. Il est préférable dutiliser dautres traitements ayant un profil de sécurité bien établi pendant lallaitement, particulièrement chez le nouveau-né ou le prématuré.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Lors de la conduite et de l'utilisation de machines, il sera noté qu'occasionnellement, des vertiges et une fatigue peuvent se produire, surtout en début de traitement (voir rubriques 4.4 et 4.8).

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

(a) Résumé du profil de sécurité

Les effets indésirables les plus fréquents attribuables au médicament, observés chez les patients prenant des IEC, sont la toux, l'éruption cutanée et le dysfonctionnement rénal. La toux est plus fréquente chez les femmes et les non-fumeurs. Lorsque le patient peut tolérer la toux, le traitement peut être raisonnablement continué. Dans certains cas, réduire la dose peut aider.

Les effets indésirables liés au traitement, suffisamment graves pour stopper ce dernier, se produisent chez moins de 5% des patients recevant des inhibiteurs de l'ECA.

(b) Liste classifiée des effets indésirables

La liste suivante d'effets indésirables provient des essais cliniques et des données post-marketing concernant le cilazapril et/ou à d'autres IEC. Les estimations de fréquence sont basées sur le pourcentage de patients signalant des effets indésirables pendant les essais cliniques portant sur le cilazapril, essais cliniques qui ont inclus une population totale de 7171 patients. Les effets indésirables qui n'ont pas été observés pendant les essais cliniques mais ont été rapportés avec d'autres IEC ou provenant des données post-marketing sont classifiés comme rares.

Les catégories de fréquence sont comme suit :

Très fréquent ³ 1/10

Fréquent ³ 1/100 et < 1/10

Peu fréquent ³ 1/1000 et < 1/100

Rare £ 1/1000

Affections hématologiques et du système lymphatique

Rare

Neutropénie, agranulocytose, thrombopénie, anémie.

Affections du système immunitaire

Angio-dème (pouvant toucher le visage, les lèvres, la langue, le larynx ou le tractus gastro-intestinal) (voir rubrique 4.4).

Rare

Anaphylaxie (voir rubrique 4.4).

Syndrome de type lupique (les symptômes peuvent inclure vascularite, myalgie, arthralgie/arthrite, anticorps antinucléaires positifs, augmentation de la vitesse de sédimentation, éosinophilie, leucocytose).

Affections du système nerveux

Fréquent

Céphalée.

Peu fréquent

Dysgueusie.

Rare

Ischémie cérébrale, accident vasculaire cérébral ischémique transitoire ou constitué.

Neuropathie périphérique.

Affections cardiaques

Peu fréquent

Ischémie du myocarde, angine de poitrine, tachycardie, palpitations.

Rare

Infarctus du myocarde, arythmies.

Affections vasculaires

Fréquent

Vertiges.

Peu fréquent

Hypotension, hypotension orthostatique (voir rubrique 4.4). Les symptômes de l'hypotension peuvent inclure syncope, faiblesse, étourdissements et troubles visuels.

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Fréquent

Toux.

Peu fréquent

Dyspnée, bronchospasme, rhinite.

Rare

Maladie pulmonaire interstitielle, bronchite, sinusite.

Affections gastro-intestinales

Fréquent

Nausées.

Peu fréquent

Sécheresse de la bouche, stomatite aphteuse, diminution de l'appétit, diarrhée, vomissements.

Rare

Glossite, pancréatite.

Affections hépatobiliaires

Rare

Test anormal de la fonction hépatique (y compris transaminases, bilirubine, phosphatase alcaline, gamma GT).

Hépatite cholestatique avec ou sans nécrose.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent

Rash, rash maculopapulaire.

Rare

Dermatite psoriasiforme, psoriasis (exacerbation), lichen plan, dermatite exfoliative, urticaire, érythème polymorphe, syndrome de Stevens-Johnson, syndrome de Lyell, pemphigoïde bulleuse, pemphigus, sarcome de Karposi, vascularite/purpura, réactions de photosensibilité, alopécie, onycholyse.

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Peu fréquent

Crampes musculaires, myalgie, arthralgie.

Affections du rein et des voies urinaires

Rare

Insuffisance rénale, insuffisance rénale aiguë (voir rubrique 4.4), augmentation de la créatininémie, augmentation de l'urémie.

Hyperkaliémie, hyponatrémie, protéinurie, syndrome néphrotique, néphrite.

Affections des organes de reproduction et du sein

Peu fréquent

Impuissance.

Rare

Gynécomastie.

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Fréquent

Fatigue.

Peu fréquent

Excès de sueurs, bouffée de chaleur, asthénie, troubles du sommeil.

(c) Description d'effets indésirables choisis

Une hypotension et une hypotension orthostatique peuvent se produire au début du traitement ou lors de l'augmentation de la posologie, surtout chez les patients à risque (voir rubrique 4.4).

Altération de la fonction rénale et insuffisance rénale aiguë sont plus probables chez les patients atteints d'insuffisance cardiaque sévère, de sténose de l'artère rénale, de troubles rénaux préexistants ou d'hypovolémie (voir rubrique 4.4).

Une hyperkaliémie est plus susceptible de se produire chez les patients présentant une insuffisance rénale et chez ceux prenant des diurétiques d'épargne potassique, des suppléments de potassium.

Les événements d'ischémie cérébrale, daccident ischémique cérébral transitoire ou constitué rapportés rarement avec des IEC peuvent être liés à la survenue dune hypotension chez les patients atteints d'une maladie vasculaire cérébrale sous-jacente. De même, une ischémie du myocarde peut être liée à la survenue dune hypotension chez les patients atteints d'une maladie ischémique cardiaque sous-jacente.

La céphalée est un effet indésirable fréquemment rapporté, bien que l'incidence des céphalées soit plus grande chez les patients recevant le placebo que chez ceux recevant des IEC.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Peu de données sont disponibles en cas de surdosage chez lhomme. Les symptômes associés à un surdosage par IEC peuvent inclure hypotension, choc circulatoire, troubles électrolytiques, insuffisance rénale, hyperventilation, tachycardie, palpitations, bradycardie, vertiges, anxiété et toux.

Le traitement recommandé d'un surdosage est la perfusion intraveineuse d'une solution de chlorure de sodium à 9 mg/ml (0,9%). Si une hypotension se produit, le patient sera placé en position de choc. Si disponible, un traitement par perfusion d'angiotensine II et/ou catécholamines intraveineuses peut aussi être envisagé.

Un traitement par stimulateur cardiaque est indiqué en cas de bradycardie résistant au traitement. Les signes vitaux, les électrolytes sériques et la créatininémie doivent être surveillés en continu.

Si indiqué, le cilazaprilate, forme active du cilazapril peut être éliminé de la circulation générale par hémodialyse (voir rubrique 4.4).

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine, code ATC: C09AA08

Mécanisme daction

Justor, inhibiteur spécifique, à longue durée d'action, de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (ECA), entraîne une inhibition du système rénine-angiotensine-aldostérone et de ce fait, la suppression de la conversion dangiotensine I inactive en angiotensine II, puissant vasoconstricteur. Chez les hypertendus et chez les patients présentant une insuffisance cardiaque chronique, aux doses recommandées, l'effet antihypertenseur du cilazapril se maintient pendant une période allant jusqu'à 24 heures.

Etudes clinique / efficacité

Hypertension

Justor induit une réduction de la pression systolique et diastolique tant en position couchée que debout, généralement sans hypotension orthostatique. Il est efficace pour tous les stades d'hypertension artérielle essentielle ainsi qu'en cas d'hypertension rénale. L'effet antihypertenseur de Justor se manifeste généralement dès la première heure suivant l'administration; l'effet maximal est obtenu 3 à 7 heures après l'administration. En général, le rythme cardiaque n'est pas modifié. Le produit n'entraîne pas de tachycardie compensatoire, bien que de petites altérations du rythme cardiaque, sans importance sur le plan clinique, puissent survenir. Chez certains patients, la réduction de la pression artérielle peut être moindre juste avant la prise suivante.

L'effet antihypertenseur de Justor se maintient lors de traitements à long terme. Après arrêt brutal de Justor, il n'a pas été observé d'augmentation rapide de la pression artérielle.

Chez les patients hypertendus présentant une insuffisance rénale modérée à sévère, le taux de filtration glomérulaire et le flux sanguin rénal demeurent en général inchangés sous Justor, en dépit de la diminution cliniquement significative de la tension artérielle.

Comme avec d'autres IEC, l'effet antihypertenseur de Justor peut être moins marqué chez les patients noirs que chez les autres patients. Toutefois, ces différences de réponse en fonction des particularités ethniques n'apparaissent plus lorsque Justor est administré en association à l'hydrochlorothiazide.

Association IEC/ARAII

Lutilisation de lassociation dun inhibiteur de lenzyme de conversion (IEC) avec un antagoniste des récepteurs de langiotensine II (ARA II) a été analysée au cours de deux larges essais randomisés et contrôlés (ONTARGET (ONgoing Telmisartan Alone and in combination with Ramipril Global Endpoint Trial) et VA NEPHRON-D (The Veterans Affairs Nephropathy in Diabetes)).

Létude ONTARGET a été réalisée chez des patients ayant des antécédents de maladie cardiovasculaire ou de maladie vasculaire cérébrale, ou atteints dun diabète de type 2 avec atteinte des organes cibles. Létude VA NEPHRON-D a été réalisée chez des patients diabétiques de type 2 et atteints de néphropathie diabétique.

En comparaison à une monothérapie, ces études nont pas mis en évidence deffet bénéfique significatif sur lévolution des atteintes rénales et/ou cardiovasculaires et sur la mortalité, alors quil a été observé une augmentation du risque dhyperkaliémie, dinsuffisance rénale aiguë et/ou dhypotension.

Ces résultats sont également applicables aux autres IEC et ARA II, compte tenu de la similarité de leurs propriétés pharmacodynamiques.

Les IEC et les ARA II ne doivent donc pas être associés chez les patients atteints de néphropathie diabétique.

Létude ALTITUDE (Aliskiren Trial in Type 2 Diabetes Using Cardiovascular and Renal Disease Endpoints) a été réalisée dans le but dévaluer le bénéfice de lajout daliskiren à un traitement standard par IEC ou un ARA II chez des patients atteints dun diabète de type 2 et dune insuffisance rénale chronique, avec ou sans troubles cardiovasculaires. Cette étude a été arrêtée prématurément en raison dune augmentation du risque dévénements indésirables. Les décès dorigine cardiovasculaire et les accidents vasculaires cérébraux ont été plus fréquents dans le groupe aliskiren que dans le groupe placebo; de même les événements indésirables et certains événements indésirables graves tels que lhyperkaliémie, lhypotension et linsuffisance rénale ont été rapportés plus fréquemment dans le groupe aliskiren que dans le groupe placebo.

Insuffisance cardiaque chronique

Aucun des essais cliniques qui ont été menés n'a démontré un effet du cilazapril sur la morbidité et la mortalité dans l'insuffisance cardiaque.

Chez les patients souffrant dinsuffisance cardiaque chronique, les systèmes rénine-angiotensine-aldostérone et nerveux sympathique sont généralement activés, ce qui conduit à une vasoconstriction systémique accrue et favorise la rétention de sodium et deau. En inhibant le système rénine-angiotensine-aldostérone, Justor améliore les conditions de charge du cur défaillant en réduisant la résistance vasculaire systémique (post-charge) et la pression capillaire pulmonaire (précharge) chez les patients sous diurétiques et/ou digitaliques. De plus, la tolérance à lexercice de ces patients augmente significativement. Les effets hémodynamiques et cliniques surviennent rapidement et persistent.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Absorption

Le cilazapril est efficacement absorbé et rapidement transformé en sa forme active, le cilazaprilate. L'ingestion d'aliments immédiatement avant l'administration de Justor retarde et réduit légèrement labsorption, sans que cela soit toutefois cliniquement relevant. Après administration orale du cilazapril, la biodisponibilité du cilazaprilate est estimée à 60 % sur base des quantités retrouvées dans les urines. Les concentrations plasmatiques maximales du cilazaprilate sont atteintes dans les 2 heures suivant l'administration et sont directement liées à la dose.

Elimination

Le cilazaprilate est éliminé sous forme inchangée par voie rénale. Sa demi-vie effective est de 9 heures après administration de Justor une fois par jour.

Pharmacocinétique dans les populations particulières

Insuffisance rénale : Chez les patients présentant une insuffisance rénale, les concentrations plasmatiques de cilazaprilate sont plus élevées que chez les patients ayant une fonction rénale normale, car la clairance du produit est réduite lorsque la clairance de la créatinine est diminuée. Il n'y a pas d'élimination chez les patients présentant une insuffisance rénale au stade terminal, mais l'hémodialyse réduit la concentration tant du cilazapril que du cilazaprilate dans une proportion limitée.

Patients âgés : Chez les patients âgés, présentant une fonction rénale normale pour leur âge, les concentrations plasmatiques de cilazaprilate peuvent être jusqu'à 40 % supérieures et la clairance de 20 % inférieure à celles constatées chez les patients plus jeunes.

Insuffisance hépatique : Chez les patients souffrant d'une cirrhose du foie, une augmentation des concentrations plasmatiques et une diminution de la clairance plasmatique et rénale ont été observées, avec un effet plus important sur le cilazapril que sur son métabolite actif, le cilazaprilate.

Insuffisance cardiaque chronique : Chez les patients souffrant dinsuffisance cardiaque chronique, la clairance du cilazaprilate est corrélée à celle de la créatinine. Des ajustements de la dose au-delà de ceux recommandés pour les patients présentant une insuffisance rénale (voir rubrique 4.2) ne devraient donc pas être nécessaires.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Les données précliniques ne révèlent aucun danger spécial pour l'homme sur la base des études conventionnelles de pharmacologie générale, de toxicité à des doses répétées, de génotoxicité et de potentiel carcinogène.

On a montré que les IEC, en tant que classe médicamenteuse, induisaient des effets indésirables sur la fin du développement ftal, avec pour résultat la mort du ftus et des effets congénitaux, affectant particulièrement le crâne. Une ftotoxicité, un retard de croissance intra-utérine et une persistance du canal artériel ont été aussi rapportés. On pense que ces anomalies du développement sont dues partiellement à une action directe des IEC sur le système rénine-angiotensine-aldostérone ftal et partiellement à l'ischémie résultant de l'hypotension maternelle et à la diminution du flux sanguin ftus-placenta et de la délivrance d'oxygène et de nutriments au ftus.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Lactose monohydraté, amidon de maïs, hypromellose, talc, fumarate de stéaryle sodique.

Pelliculage: hypromellose, talc, dioxyde de titane (E171), oxyde de fer jaune (E172).

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Sans objet.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

3 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

A conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur  Retour en haut de la page

28 comprimés sous plaquettes (Polyamide-Aluminium-PVC/Aluminium).

30 comprimés sous plaquettes (Polyamide-Aluminium-PVC/Aluminium).

84 comprimés sous plaquettes (Polyamide-Aluminium-PVC/Aluminium).

90 comprimés sous plaquettes (Polyamide-Aluminium-PVC/Aluminium).

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Sans objet.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

CHIESI SA

11 avenue Dubonnet

92400 COURBEVOIE

FRANCE

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·335 202-4 ou 34009 335 202 4 3 : 28 comprimés sous plaquettes (Polyamide-Aluminium-PVC/Aluminium).

·333 156-5 ou 34009 333 156 5 8 : 30 comprimés sous plaquettes (Polyamide-Aluminium-PVC/Aluminium).

·373 671-8 ou 34009 373 671 8 9 : 84 comprimés sous plaquettes (Polyamide-Aluminium-PVC/Aluminium).

·373 672-4 ou 34009 373 672 4 0 : 90 comprimés sous plaquettes (Polyamide-Aluminium-PVC/Aluminium).

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste I.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Ce médicament n'est plus commercialisé.

source: ANSM - Mis à jour le : 02/07/2015

Dénomination du médicament

JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable

Cilazapril

Encadré

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament.

·Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez toute autre question, si vous avez un doute, demandez plus dinformations à votre médecin ou à votre pharmacien.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez jamais à quelquun dautre, même en cas de symptômes identiques, cela pourrait lui être nocif.

·Si lun des effets indésirables devient grave ou si vous remarquez un effet indésirable non mentionné dans cette notice, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Sommaire notice

Dans cette notice :

1. Qu'est-ce que JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant de prendre JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable ?

3. Comment prendre JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable ?

6. Informations supplémentaires.

1. QUEST-CE QUE JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique

JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable contient un médicament appelé cilazapril. Celui-ci appartient au groupe de médicaments appelés IEC (Inhibiteurs de l'Enzyme de Conversion de l'Angiotensine ou ECA).

Indications thérapeutiques

JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable est utilisé pour traiter les problèmes suivants :

·Tension artérielle élevée (hypertension).

·Insuffisance cardiaque chronique (à long terme).

Il fonctionne en relaxant et élargissant vos vaisseaux sanguins. Ceci aide à abaisser votre tension artérielle. Si vous avez une insuffisance cardiaque chronique, il permet également à votre cur de pomper plus facilement le sang dans votre corps.

Votre médecin peut vous donner d'autres médicaments en association à Justor pour traiter votre état.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable ?   Retour en haut de la page

Liste des informations nécessaires avant la prise du médicament

Si votre médecin vous a informé(e) d'une intolérance à certains sucres, contactez-le avant de prendre ce médicament.

Contre-indications

Ne prenez jamais JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable dans les cas suivants :

·si vous êtes allergique (hypersensible) au cilazapril ou à lun des autres composants contenus dans Justor (listés dans la rubrique 6 : Informations supplémentaires).

·si vous êtes allergique (hypersensible) à d'autres inhibiteurs de l'ECA (dont le captopril, l'énalapril, le lisinopril et le ramipril).

·si vous avez du diabète ou une insuffisance rénale et que vous êtes traité(e) par un médicament contenant de laliskiren pour diminuer votre pression artérielle.

·si vous avez eu un effet indésirable grave appelé dème de Quincke après avoir pris d'autres inhibiteurs de l'ECA, dème de Quincke héréditaire ou dème de Quincke de cause inconnue. Les signes incluent gonflement du visage, des lèvres, de la bouche ou de la langue.

·si vous êtes enceinte depuis plus de 3 mois (Il est aussi préférable d'éviter de prendre Justor en début de grossesse - voir la rubrique "Grossesse et allaitement").

Ne prenez pas Justor si un des cas ci-dessus s'applique à vous. En cas de doute, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre Justor.

Précautions d'emploi ; mises en garde spéciales

Mises en garde et précautions demploi

Faites attention avec JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable :

Adressez-vous à votre médecin ou votre pharmacien avant de prendre JUSTOR :

·si vous avez un problème au cur. Justor ne convient pas aux personnes avec certains types de problème au cur.

·si vous avez eu un accident vasculaire cérébral ou avez des problèmes d'approvisionnement en sang de votre cerveau.

·si vous avez des problèmes graves au foie ou si vous développez une jaunisse.

·si vous avez des problèmes aux reins ou avez un problème d'approvisionnement en sang de vos reins appelé sténose de l'artère rénale.

·si vous êtes sous dialyse rénale.

·si vous avez récemment vomi ou avez eu une diarrhée.

·si vous suivez un régime pour contrôler la quantité de sel (sodium) que vous prenez.

·si vous prenez lun des médicaments suivants pour traiter une hypertension :

oun « antagoniste des récepteurs de langiotensine II » (ARA II) (aussi connu sous le nom de sartans par exemple valsartan, telmisartan, irbésartan), en particulier si vous avez des problèmes rénaux dus à un diabète.

oaliskiren.

Votre médecin pourra être amené à surveiller régulièrement le fonctionnement de vos reins, votre pression artérielle et le taux des électrolytes (par ex. du potassium) dans votre sang.

Voir aussi les informations dans la rubrique « Ne prenez jamais JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable dans les cas suivants ».

·si vous planifiez un traitement pour réduire votre allergie aux piqûres d'abeilles et de guêpes (désensibilisation).

·si vous planifiez une opération (y compris une chirurgie dentaire). Ceci, parce que certains anesthésiques peuvent abaisser votre tension artérielle, qui pourrait devenir trop basse.

·si vous avez une accumulation de liquide dans votre abdomen (ascite).

·si vous avez un diabète.

·si vous présentez une maladie du collagène.

·si vous subissez une aphérèse des lipoprotéines de basse densité (LDL) avec du sulfate de dextran.

Si un des cas ci-dessus s'applique à vous, si vous avez un doute, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre Justor.

Vous devez informer votre médecin si vous pensez être (ou susceptible de devenir) enceinte.

·JUSTOR est déconseillé en début de grossesse, et ne doit pas être pris si vous êtes enceinte de plus de 3 mois, car cela pourrait nuire gravement à votre enfant en cas dutilisation à partir de ce stade de la grossesse (voir rubrique « Grossesse et allaitement »).

JUSTOR est déconseillé chez l'enfant.

Interactions avec d'autres médicaments

Autres médicaments et JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable :

Informez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament. Ceci, parce que Justor peut affecter la façon dont certains médicaments agissent, et certains autres médicaments peuvent affecter la façon dont Justor agit.

En particulier, prévenez votre médecin ou votre pharmacien si vous prenez les médicaments suivants :

·Un antagoniste des récepteurs de langiotensine II (ARA II) ou de laliskiren (voir aussi les informations dans les rubriques « Ne prenez jamais Justor dans les cas suivants » et « Mises en garde et précautions demploi ») : Votre médecin pourrait avoir besoin de modifier la dose de vos médicaments et/ou prendre dautres précautions.

·Diurétiques (médicaments qui favorisent la production d'urine) voir "Tension artérielle élevée (hypertension)" dans la rubrique 3 ʺ Comment prendre JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable ʺ.

·Tout médicament utilisé pour traiter une tension artérielle élevée.

·Médicaments appelés "anti-inflammatoires non stéroïdiens" (AINS). Ceci inclut l'aspirine, l'indométacine et l'ibuprofène.

·Insuline ou autres médicaments utilisés pour traiter le diabète.

·Lithium (utilisé pour traiter la dépression).

·Stéroïdes (tels que hydrocortisone, prednisolone et dexaméthasone) ou d'autres médicaments qui suppriment le système immunitaire.

·Suppléments de potassium (y compris les substituts de sels) ou diurétiques d'épargne potassique.

·Antagonistes de l'aldostérone.

·Sympathicomimétiques.

·Anesthésiques, narcotiques.

·Antidépresseurs tricycliques, antipsychotiques.

·Sels d'or (utilisés pour traiter la polyarthrite rhumatoïde).

Interactions avec les aliments et les boissons

Aliments et boissons

Si vous prenez des suppléments alimentaires qui contiennent du potassium, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Interactions avec les produits de phytothérapie ou thérapies alternatives

Sans objet.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Grossesse

Vous devez informer votre médecin si vous pensez être (ou susceptible de devenir) enceinte. Votre médecin vous recommandera normalement darrêter de Justor avant dêtre enceinte ou dès que vous apprenez que vous êtes enceinte. Il vous recommandera de prendre un autre médicament à la place de Justor. Justor est déconseillé en début de grossesse et ne doit pas être pris si vous êtes enceinte de plus de 3 mois, car cela pourrait nuire gravement à votre enfant.

Allaitement

Informez votre médecin si vous allaitez ou êtes sur le point de commencer à allaiter. Justor est déconseillé aux femmes qui allaitent et votre médecin pourrait choisir un autre traitement si vous souhaitez allaiter, surtout si votre enfant est un nouveau-né ou un prématuré.

Sportifs

Sans objet.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines

Conduite de véhicules et utilisation de machines :

Vous pouvez ressentir des vertiges lorsque vous prenez Justor. Ceci est plus susceptible de se produire lorsque vous démarrez votre traitement en premier. Si vous ressentez des vertiges, ne conduisez pas et n'utilisez pas d'outils ou de machines.

Liste des excipients à effet notoire

Informations importantes concernant certains composants de JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable :

Ce médicament contient du lactose.

3. COMMENT PRENDRE JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable ?  Retour en haut de la page

Instructions pour un bon usage

Respectez toujours la posologie indiquée par votre médecin. En cas de doute, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Posologie, Mode et/ou voie(s) d'administration, Fréquence d'administration et Durée du traitement

Prendre ce médicament

·Prenez Justor chaque jour.

·Avalez les comprimés avec un verre d'eau.

·L'heure à laquelle vous prenez JUSTOR n'a pas d'importance. Cependant, prenez-le toujours à peu près à la même heure.

·JUSTOR peut être pris avant ou après un repas.

Tension artérielle élevée (hypertension)

·La dose de départ habituelle chez l'adulte est de 1 mg par jour.

·Votre médecin augmentera ensuite votre dose jusqu'à ce que votre tension artérielle soit sous contrôle - la dose dentretien usuelle est comprise entre 2,5 et 5 mg par jour.

·Si vous avez des problèmes avec vos reins, ou si vous êtes âgés, votre médecin peut vous donner une dose plus faible.

·Si vous prenez toujours un diurétique (médicaments qui favorisent la production d'urine), votre médecin peut vous dire d'arrêter de le prendre à peu près 3 jours avant de commencer à prendre Justor. La dose usuelle initiale est alors de 0,5 mg par jour. Votre médecin augmentera ensuite votre dose jusqu'à ce que votre tension artérielle soit sous contrôle.

Insuffisance cardiaque chronique

·La dose de départ habituelle est de 0,5 mg par jour.

·Votre médecin augmentera alors la dose la dose de dentretien usuelle est comprise entre 1 et 2,5 mg par jour.

·Si vous avez un problème aux reins, ou si vous êtes âgé, votre médecin peut vous donner une dose plus faible.

·Si vous souffrez d'une cirrhose du foie sans ascite, votre médecin vous donnera une dose de plus de 0,5 mg par jour et surveillera étroitement votre tension artérielle.

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Si vous avez pris plus de JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable que vous nauriez dû :

Si vous avez pris plus de Justor que vous nauriez dû, ou si quelqu'un d'autre a pris des comprimés de Justor, contactez votre médecin immédiatement ou allez à l'hôpital. Prenez la boîte du médicament avec vous. Les effets suivants peuvent se produire: vertiges ou étourdissements, respiration superficielle, peau froide et moite, incapacité à bouger ou à parler et ralentissement du rythme des battements du cur.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Si vous oubliez de prendre JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable :

·Si vous oubliez de prendre une dose, sautez la dose oubliée. Ensuite, prenez la dose suivante au moment prévu.

·Ne prenez pas de dose double (2 doses en même temps) pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre.

Si vous avez dautres questions sur lutilisation de ce médicament, demandez plus dinformations à votre médecin ou à votre pharmacien.

Risque de syndrome de sevrage

Sans objet.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Réactions graves :

Si vous avez une réaction grave appelée angio-oedème (ou dème de Quincke), arrêtez de prendre Justor et consultez un médecin immédiatement. Les signes peuvent inclure :

·Gonflement subit du visage, de la gorge, des lèvres ou de la bouche. Ceci peut entrainer des difficultés à respirer ou à avaler.

Les problèmes sanguins rapportés avec les IEC incluent :

·Diminution du nombre de globules rouges (anémie). Les signes comprennent: fatigue, peau pâle, battements du cur rapides ou irréguliers (palpitations) et essoufflement.

·Diminution du nombre de tous les types de globules blancs. Les signes comprennent: augmentation du nombre d'infections, par exemple au niveau de la bouche, des gencives, de la gorge et des poumons.

·Diminution du nombre de plaquettes sanguines. Les signes comprennent: ecchymoses (bleus) se produisant facilement et saignements de nez.

Autres effets indésirables :

Fréquents (qui affectent moins de 1 patient sur 10)

·Sensation de vertiges.

·Toux.

·Nausées.

·Sensation de fatigue.

·Maux de tête.

Peu fréquents (qui affectent moins de 1 patient sur 100)

·Tension artérielle faible. Ceci peut entraîner chez vous une sensation de fatigue, des vertiges ou des étourdissements, une vision floue et des évanouissements. Une diminution excessive de la tension artérielle peut augmenter le risque d'attaque cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral chez certains patients.

·Augmentation du rythme cardiaque.

·Sensation de faiblesse.

·Douleurs dans la poitrine.

·Problèmes respiratoires, y compris essoufflement et sensation d'oppression dans la poitrine.

·Nez qui coule ou nez bouché et éternuements (rhinite).

·Bouche sèche ou gonflée.

·Manque d'appétit.

·Changement de la façon dont vous goutez les choses (altération du goût).

·Diarrhée et vomissements.

·Eruption cutanée (qui peut être sévère).

·Crampes musculaires ou douleurs musculaires ou articulaires.

·Impuissance.

·Transpiration plus importante que d'habitude.

·Bouffées de chaleur.

·Troubles du sommeil.

Rares (qui affectent moins de 1 patient sur 1000)

·Analyses de sang montrant une diminution du nombre de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes (anémie, neutropénie, agranulocytose et thrombopénie).

·Un type de réaction allergique grave (anaphylaxie).

·Ischémie cérébrale, accident ischémique transitoire, accident vasculaire cérébral ischémique (peut se produire si la tension artérielle est trop faible).

·Infarctus du myocarde (peut se produire si la tension artérielle est trop faible).

·Rythme cardiaque irrégulier.

·Maladie pulmonaire interstitielle.

·Trouble ressemblant à un lupus érythémateux disséminé.

·Picotements et engourdissements des mains ou des pieds.

·Respiration sifflante.

·Sensation de ballonnement et douleur lancinante derrière le nez, les joues et les yeux (sinusite).

·Langue douloureuse.

·Pancréatite (inflammation du pancréas). Les signes comprennent: douleur sévère au niveau de l'estomac qui se propage au dos.

·Changement de la façon dont votre foie ou vos reins travaillent (montré dans les analyses sanguines).

·Problèmes au niveau du foie tels qu'une hépatite (inflammation du foie) ou des dommages au foie.

·Réactions graves au niveau de la peau, y compris des cloques et une desquamation de la peau.

·Augmentation de la sensibilité à la lumière.

·Perte de cheveux (qui peut être temporaire).

·Relâchement ou séparation d'un ongle de son emplacement.

·Elargissement de la poitrine chez l'homme.

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou votre pharmacien. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet: www.ansm.sante.fr.

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable ?  Retour en haut de la page

Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Date de péremption

Nutilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur la boîte. La date de péremption fait référence au dernier jour du mois.

Conditions de conservation

A conserver à une température ne dépassant pas 25°C.

Si nécessaire, mises en garde contre certains signes visibles de détérioration

Ne jetez aucun médicament au tout-à-l'égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien déliminer les médicaments que vous nutilisez plus. Ces mesures contribuent à protéger l'environnement.

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES  Retour en haut de la page

Liste complète des substances actives et des excipients

La substance active est:

Cilazapril monohydraté .......... 1,044 mg

Quantité correspondant à cilazapril anhydre ............. 1,0 mg

Pour un comprimé pelliculé sécable.

Les autres composants sont:

Lactose monohydraté, amidon de maïs, hypromellose, talc, fumarate de stéaryle de sodique.

Pelliculage: hypromellose, talc, dioxyde de titane (E171), oxyde de fer jaune (E172).

Forme pharmaceutique et contenu

Qu'est-ce que JUSTOR 1 mg, comprimé pelliculé sécable et contenu de l'emballage extérieur ?

Ce médicament se présente sous forme de comprimé pelliculé sécable.

Boîte de 28, 30, 84 ou 90 comprimés.

Nom et adresse du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché et du titulaire de l'autorisation de fabrication responsable de la libération des lots, si différent

Titulaire

CHIESI SA

11 avenue Dubonnet

92400 COURBEVOIE

FRANCE

Exploitant

CHIESI S.A.

11, avenue Dubonnet

92400 COURBEVOIE

FRANCE

Fabricant

CENEXI

52, rue Marcel et Jacques Gaucher

94120 FONTENAY-SOUS-BOIS CEDEX

FRANCE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen

Sans objet.

Date dapprobation de la notice

La dernière date à laquelle cette notice a été approuvée est le {date}.

AMM sous circonstances exceptionnelles

Sans objet.

Informations Internet

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lAnsm (France).

Informations réservées aux professionnels de santé

Sans objet.

Autres

Sans objet.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité