CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé

Ce médicament n'est plus commercialisé.

source: ANSM - Mis à jour le : 23/05/2012

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Chaque comprimé contient 500 mg de clarithromycine.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Comprimé pelliculé.

Comprimé pelliculé jaune clair, ovale, biconvexe, gravé 'D' sur une face et '63' sur l'autre face.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant lutilisation approprié des antibactériens.

CLARITHROMYCINE PFIZER est indiqué chez ladulte et chez lenfant à partir de 12 ans.

CLARITHROMYCINE PFIZER est indiqué dans le traitement des infections suivantes provoquées par des germes sensibles à la clarithromycine (voir rubriques 4.4 et 5.1):

·Angines bactériennes.

·Pneumonies communautaires légères à modérées.

·Sinusites bactériennes aiguës (après diagnostic approprié).

·Exacerbations aiguës de bronchites chroniques.

·Infections de la peau et des tissus mous, de gravité légère à modérée.

·En association à un autre traitement antibactérien, et à un anti-sécrétoire en vue de léradication de Helicobacter pylori chez les adultes présentant une maladie ulcéreuse gastro-duodénale (voir rubrique 4.2).

4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Posologie

Le dosage de clarithromycine dépend du type dinfection et de sa gravité et doit être déterminé au cas par cas par un médecin.

Chez ladulte et ladolescent :

·Posologie usuelle: la dose quotidienne est 250 mg deux fois par jour (une le matin et une le soir).

·Traitement à posologie élevée (infections sévères): la dose usuelle peut être augmentée jusquà 500 mg deux fois par jour pour les infections sévères.

·Eradication de Helicobacter pylori chez les adultes :

oChez les patients ayant un ulcère gastro-duodénal causé par lHelicobacter pylori, 500 mg de CLARITHROMYCINE PFIZER deux fois par jour est recommandée. Le traitement doit être en accord avec les recommandations nationales disponibles concernant léradication de Helicobacter pylori.

Chez lenfant âgé de moins de 12 ans:

Lutilisation de CLARITHROMYCINE PFIZER nest pas recommandée pour lenfant de moins de 12 ans. Utiliser la clarithromycine sous forme de granulés pour suspension buvable.

Chez lenfant âgé de plus de 12 ans : comme pour ladulte.

La durée habituelle du traitement est de 6 à 14 jours.

Durée du traitement

La durée du traitement par la clarithromycine dépend du type dinfection et de sa gravité. La durée du traitement est habituellement de 6 à 14 jours.

Dosage chez linsuffisant rénal

Une adaptation posologique nest habituellement pas nécessaire sauf chez les patients ayant une insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine < 30 ml/min (0.5 ml/s)). Dans ce cas, il peut être recommandé de réduire la posologie de moitié.

La durée du traitement ne doit pas dépasser 14 jours chez ces patients.

Dosage chez linsuffisant hépatique

CLARITHROMYCINE PFIZER doit être utilisé avec précaution chez les patients ayant une insuffisance hépatique (voir rubriques 4.3 et 4.4).

Mode dadministration

Le comprimé doit être avalé avec une quantité suffisante de liquide (par exemple un grand verre deau).

CLARITHROMYCINE PFIZER peut être pris indépendamment des repas.

Publicité
4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

·CLARITHROMYCINE PFIZER est contre-indiqué chez les patients avec une hypersensibilité connue à la clarithromycine, aux macrolides ou à l'un des excipients du médicament.

·CLARITHROMYCINE PFIZER est contre-indiqué chez les patients ayant une insuffisance hépatique sévère.

·L'association de CLARITHROMYCINE PFIZER avec les alcaloïdes de l'ergot de seigle est contre-indiquée (voir rubrique 4.5).

·L'administration concomitante de CLARITHROMYCINE PFIZER avec l'une des substances actives suivantes est contre-indiquée: le cisapride, le pimozide et la terfenadine. La prise concomitante de ces médicaments avec la clarithromycine peut entraîner une élévation des concentrations plasmatiques de cisapride, de pimozide et de terfenadine. Ceci peut majorer le risque d'allongement de l'intervalle QT et de troubles du rythme cardiaque graves, incluant tachycardie ventriculaire, fibrillation ventriculaire, torsades de pointe. Des effets similaires ont été également observés lors de l'administration simultanée d'astemizole avec d'autres macrolides (voir rubrique 4.5).

·L'administration concomitante avec la simvastatine est contre-indiquée.

·CLARITHROMYCINE PFIZER est déconseillé chez les patients présentant une hypokaliémie (risque d'allongement de l'intervalle QT, voir rubrique 4.4).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

·L'usage de la clarithromycine doit être réservé pour des angines documentées à streptocoque A bêta-hémolytique, lorsqu'un traitement par bêta-lactamines ne peut être envisagé.

·La clarithromycine est éliminée essentiellement par le foie. Il faut donc prendre des précautions particulières lors de l'administration de CLARITHROMYCINE PFIZER aux patients présentant une insuffisance hépatique et surtout chez les patients présentant une insuffisance rénale.

·Si la fonction rénale est compromise, le dosage de clarithromycine doit être réduit en accord avec le degré d'insuffisance rénale (voir rubrique 4.2). Chez le sujet âgé, la possibilité d'une insuffisance rénale doit être considérée.

·Le traitement de H. pylori par la clarithromycine peut favoriser la prolifération de micro-organismes résistants.

·Les patients présentant une hypersensibilité à la lincomycine et la clindamycine peuvent également manifester une allergie à la clarithromycine. Pour cette raison, des précautions particulières sont recommandées lors de la prescription de la clarithromycine chez ces patients.

·L'utilisation prolongée ou répétée de clarithromycine peut conduire à la prolifération de germes (bactéries ou champignons) non sensibles. En cas de surinfection, ceci peut exiger l'arrêt d'administration de clarithromycine et l'instauration d'un traitement approprié.

·Il convient de prendre en compte la possibilité de résistance croisée entre la clarithromycine et les autres macrolides ainsi que la lincomycine et la clindamycine.

·Des colites pseudomembraneuses ont été observées avec des antibiotiques à large spectre. Ce diagnostic doit être envisagé chez les patients présentant une diarrhée sévère pendant ou après le traitement par clarithromycine.

·La clarithromycine, comme les autres macrolides, peut entraîner une exacerbation ou une aggravation d'une myasthénie grave. La prise de clarithromycine chez les patients ayant une myasthénie grave doit être faite avec prudence.

·En raison du risque d'allongement de l'intervalle QT, la prudence est nécessaire lorsque la clarithromycine est prescrite à des patients présentant des maladies coronariennes, des antécédents d'arythmie ventriculaire, une insuffisance cardiaque sévère, une hypokaliémie non compensée ou une hypomagnésémie, bradycardie (< 50 battements par minute), ou lors de l'administration avec d'autres traitements responsables d'un allongement de l'intervalle QT. La clarithromycine ne doit pas être utilisée chez les patients ayant un allongement de l'intervalle QT congénital ou acquis documenté (voir rubriques 4.3 et 4.5).

·Une attention particulière doit être portée chez les patients soumis à un traitement avec d'autres médicaments connus pour être un substrat du CYP3A4. En particulier, les patients traités par des substrats du CYP3A4 à marge thérapeutique étroite tel que carbamazepine et/ou majoritairement métabolisés par cet enzyme. Par conséquent, l'utilisation de la clarithromycine, sauf si clairement justifiée, n'est pas recommandée (voir rubrique 4.5).

·La clarithromycine inhibe le métabolisme de certains inhibiteurs de l'HMG-CoA réductase entraînant l'augmentation des concentrations plasmatiques de ces substances (voir rubrique 4.5).

·Des rapports post-commercialisation ont mis en évidence la toxicité de la colchicine lors de l'administration concomitante de clarithromycine et de colchicine, particulièrement chez les sujets âgés, et certains cas survenus chez des patients avec une insuffisance rénale. Des cas de décès ont été rapportés chez certains de ces patients (voir rubrique 4.5).

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

En raison des effets potentiels sévères, les associations suivantes sont strictement contre-indiquées:

+ Cisapride, pimozide, terfenadine et astemizole

La clarithromycine peut entraîner une élévation des concentrations plasmatiques de cisapride, de pimozide, d'astemizole et de terfenadine. Un risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointes peut survenir.

L'administration concomitante de clarithromycine et de ces médicaments est contre-indiquée (voir rubrique 4.3).

+ Ergotamine/dihydroergotamine

Des rapports post-commercialisation de clarithromycine ont mis en évidence que l'administration concomitante de clarithromycine avec de l'ergotamine ou de la dihydroergotamine a été associée à une toxicité d'ergot aiguë. Ces symptômes se caractérisent par des vasospasmes, d'une ischémie des extrémités et d'autres tissus y compris le système nerveux.

L'administration concomitante de clarithromycine et de ces médicaments est contre-indiquée (voir rubrique 4.3).

Effet des autres médicaments sur la clarithromycine

La clarithromycine est métabolisée par l'enzyme CYP3A4, et donc les inhibiteurs puissants de cette enzyme peuvent induire une élévation des concentrations plasmatiques de clarithromycine en inhibant son métabolisme.

L'administration concomitante de clarithromycine et des antimycosiques azolés (fluconazole, itraconazole, ketoconazole) augmente le risqued'une toxicité cardiaque (allongement de l'intervalle QT, torsades de pointes, arrêt cardiaque).

+ Fluconazole:

L'administration concomitante du fluconazole (200 mg par jour) et clarithromycine (500 mg deux fois par jour) chez 21 volontaires sains a conduit à l'augmentation de la concentration minimum de clarithromycine à l'état d'équilibre moyen (Cmin) et de l'aire sous la courbe (ASC) de 33 % et 18 % respectivement. Les concentrations à l'état d'équilibre du métabolite actif 14(R)-hydroxylé-clarithromycine n'ont pas été modifié significativement par l'administration concomitante avec le fluconazole.

+ Ritonavir:

L'administration concomitante du ritonavir (200 mg trois fois par jour) et de la clarithromycine (500 mg deux fois par jour) a entraîné une augmentation de 31 %, 182 % et 77 % respectivement de la Cmax, Cmin et de l'ASC, ainsi le ritonavir inhibe le métabolisme de la clarithromycine. La formation du métabolite actif 14(R)-hydroxylé-clarithromycine a été presque complètement inhibée. En conséquence, une réduction du dosage n'est pas nécessaire chez les patients ayant une fonction rénale normale mais une dose quotidienne de clarithromycine supérieure à 1 g ne doit pas être administrée. Chez les patients insuffisants rénaux, une réduction de la posologie doit être envisagée. La dose de clarithromycine doit être réduite de 50 % si la clairance de la créatinine est comprise entre 30 et 60 ml/min et de 75 % si la clairance de la créatinine est inférieure à 30 ml/min.

Les inducteurs du CYP3A4 (par ex. éfavirenz, névirapine, rifampicine, phénytoïne, carbamazépine, phénobarbital, millepertuis) peuvent contribuer au métabolisme de clarithromycine. Par conséquence, la clarithromycine est susceptible de voir sa concentration thérapeutique diminuer et entraîner une baisse de son efficacité.

L'administration concomitante de rifabutine et de clarithromycine entraîne une augmentation et une réduction respective de leurs concentrations sériques suivie d'une augmentation du risque d'uvéite liée à la rifabutine.

L'efavirenz est un inducteur de CYP3A4. Son administration concomitante avec la clarithromycine entraîne une réduction de l'ASC de clarithromycine de 39 % et une augmentation de l'ASC de son métabolite actif 14(R)-hydroxylé de 34 %.

Effet de la clarithromycine sur d'autres médicaments

La clarithromycine est un inhibiteur de l'enzyme métabolique CYP3A4 et du transporteur protéine glycoprotéine P. L'effet inhibiteur de clarithromycine sur les différents substrats de CYP3A4 n'est pas facile à prévoir. En conséquence, la clarithromycine ne doit pas être utilisée avec d'autres substrats du CYP3A4 sauf si une vigilance particulière est attribuée à leurs concentrations sériques, à leurs effets thérapeutiques et indésirables. Une réduction de dose pourrait être nécessaire.

+ Sildénafil, tadalafil, vardénafil

Chacun de ces inhibiteurs de la phosphodiestérase sont en partie métabolisés par le CYP3A et celui-ci peut être inhibé par la clarithromycine pendant une administration concomitante. L'administration concomitante de la clarithromycine avec sildénafil, tadalafil et vardénafil peut augmenter l'exposition à ces inhibiteurs de phosphodiestérase.

Il faudra envisager une diminution des dosages de sildénafil, tadalafil et vardénafil lors d'une association avec la clarithromycine.

Co-administration de médicaments ayant le potentiel d'allonger l'intervalle QT:

Des cas de torsade de pointes ont été rapportés chez les patients co-traités avec la clarithromycine et la quinidine ou le disopyramide. Il est recommandé d'éviter ces associations ou d'assurer une surveillance étroite de leurs concentrations plasmatiques en cas d'administration concomitante afin d'en ajuster la dose.

Inhibiteurs de la HMG Co-A réductase:

Certains inhibiteurs de la HMG-CoA réductase dont le métabolisme est inhibé par la clarithromycine, sont susceptibles de voir leurs concentrations plasmatiques fortement augmentées. De rare cas d'augmentation des concentrations plasmatiques pouvant provoquer des rhabdomyolyses ont été rapportées chez des patients traités avec la clarithromycine et la simvastatine ou la lovastatine. La clarithromycine pourrait engendrer des interactions similaires avec l'atorvastatine et d'un degré moindre avec la cerivastatine. Il est alors recommandé d'interrompre tout traitement avec les statines pendant la durée du traitement par clarithromycine.

+ Toltérodine

Le métabolisme principal de toltérodine se fait par le biais de l'isoforme de 2D6 du cytochrome P450 (CYP2D6). Une partie de la population est déficiente en CYP2D6 et la voie métabolique décrite pour ces patients est via le CYP3A.

Chez les métaboliseurs lents du CYP2D6, un traitement concomitant par des inhibiteurs du CYP3A tels que la clarithromycine conduit à des concentrations plasmatiques significativement augmentées de toltérodine. Il est donc conseillé de réduire la posologie de toltérodine chez ces patients.

+ Benzodiazépines

L'administration concomitante du midazolam et des comprimés de clarithromycine (250 mg deux fois par jour) augmente de façon significative l'aire sous la courbe (ASC) du midazolam d'un facteur 2.7 par voie intraveineuse et d'un facteur 7 par voie orale. L'association de midazolam et de clarithromycine est donc déconseillée par voie orale. Afin d'ajuster la posologie du midazolam, une surveillance attentive du patient est conseillé si le midazolam par voie intraveineuse est administré en association à la clarithromycine.

La même précaution est conseillée pendant une association à d'autres benzodiazépines surtout ceux métabolisés par l'enzyme CYP3A4 tels que le triazolam et l'aprazolam. Une interaction entre la clarithromycine et les benzodiazépines non-métabolisés (témazépame, nitrazépame, lorazépame) par le CYP3A4 n'est probablement pas à prévoir.

+ Oméprazole

La prise concomitante de l'oméprazole et de la clarithromycine pour l'éradication de H. pylori augmente l'ASC de l'oméprazole de 89 %. Cependant, le passage de la valeur moyenne quotidienne du pH gastrique de 5.2 (oméprazole seul) à 5.7 (oméprazole + clarithromycine) n'est pas considéré comme cliniquement significatif.

Bien que les profils d'interaction de la clarithromycine avec l'aprépitant, l'élétriptan, l'halofantrine et la ziprasidone ne soient pas disponibles chez l'homme (in vivo), les études in vitro indiquent que ces médicaments sont des substrats du CYP3A. Il est alors recommandé de prendre des précautions en cas de co-administration avec la clarithromycine.

L'élétriptan ne devra pas être utilisé en même temps que les inhibiteurs puissants du CYP3A4 tel que la clarithromycine.

Des rapports spontanés ou des publications ont fait part des interactions relatives aux inhibiteurs du CYP3A dont la clarithromycine avec la ciclosprine, le tacrolimus, la methylprednisolone, la vinblastine et le cilostazole.

+ Ciclosporine, tacrolimus et sirolimus

L'utilisation conjointe par voie orale de la clarithromycine avec la ciclosporine et le tacrolimus a entraîné une augmentation des taux de Cmin (au moins de facteur 2). Les mêmes effets sont à prévoir pour le sirolimus. Pour des patients qui débutent un traitement avec la clarithromycine et reçoivent des immunosuppresseurs, une surveillance des concentrations plasmatiques de ciclosporine, tacrolimus ou sirolimus est à envisager ainsi qu'une réduction des doses si nécessaire. Lors de l'arrêt du traitement par la clarithromycine, la même surveillance des taux est recommandée pour juger de l'ajustement posologique, autant que nécessaire.

+ Digoxine et d'autres substances actives transportées par la glycoprotéine P

Les concentrations de la digoxine substrat P-gp peuvent être augmentées lors de la co-administration avec la clarithromycine.

Des adaptations posologiques doivent être envisagées selon la réponse clinique des taux plasmatiques de digoxine en début et à l'arrêt d'une co-administration.

+ Médicaments anti-diabètiques

Des cas d'hypoglycémie ont été observés après une administration conjointe de clarithromycine et d'insuline et d'autres produits anti-diabètiques. Une interaction pharmacocinétique entre la clarithromycine et certains des antidiabétiques oraux a été évoquée, bien que le mécanisme d'action ne soit pas clairement identifié.

Lors d'une administration quotidienne de 250 mg (2 fois par jour) de clarithromycine pendant 2 jours, une augmentation (d'un facteur 1.3) des concentrations plasmatiques de glibenclamide (0.875 mg en dose unique) a été rapportée chez des sujets sains. Ceci pourrait résulter d'une inhibition de la glycoprotéine P dans la paroi intestinale.

Lors d'une étude chez des volontaires sains, l'administration concomitante de clarithromycine (250 mg deux fois par jour, 5 jours) a entraîné une augmentation des taux plasmatiques du répaglinide (0.25 mg, dose unique) de 40 %. Cela résulte d'une probable inhibition des enzymes CYP3A4 par la clarithromycine.

+ Warfarine

Chez des patients recevant un traitement avec la warfarine, une potentialisation des effets anticoagulants peut survenir avec la prise de clarithromycine. Un contrôle fréquent du temps de prothrombine est exigé chez ces patients.

+ Théophylline

Chez des patients recevant un traitement avec la théophylline, l'administration de la clarithromycine pourrait engager une augmentation des concentrations de la théophyllinémie, et entraîner une incidence d'une toxicité potentielle de la théophylline.

+ Zidovudine

Une administration orale et simultanée de la clarithromycine et de la zidovudine chez des patients adultes infectés par le VIH peut entraîner une diminution des concentrations de zidovudine à l'état d'équilibre. Ceci peut être évité en espaçant d'au moins 1-2 heures l'administration de zidovudine et celle de clarithromycine. Aucun effet n'a été rapporté chez les enfants.

+ Colchicine

La colchicine est à la fois un substrat du CYP3A et du transporteur d'efflux de la P-glycoprotéine (Pgp). Etant donné que la clarithromycine et d'autres macrolides sont des inhibiteurs connus du CYP3A et de la Pgp, leurs inhibitions peuvent entraîner une augmentation de l'exposition à la colchicine en cas d'administration concomitante de clarithromycine et de la colchicine. La surveillance clinique des patients doit être renforcée afin de repérer des symptômes toxiques de la colchicinémie (voir rubrique 4.4).

+ Phénytoïne et valproate

Des rapports spontanés ou des publications ont révélé des interactions entre les inhibiteurs du CYP3A (y compris la clarithromycine) avec des médicaments non-connus comme étant métabolisés par le CYP3A (y compris la phénytoïne et le valproate).

Une détermination des taux sériques de ces médicaments est donc recommandée en cas d'administration concomitante de clarithromycine. Une augmentation des concentrations a été rapportée.

Interactions pharmacocinétiques bidirectionnelles

+ Atazanavir

La clarithromycine et l'atazanavir sont à la fois des substrats et des inhibiteurs du CYP3A, avec une mise en évidence d'une interaction médicamenteuse bidirectionnelle. Une co-administration de clarithromycine (500 mg deux fois par jour) et d'atazanavir (400 mg une fois par jour) a doublé l'exposition à la clarithromycine et une diminution de 70 % de l'exposition à la 14(R)-hydroxyl-clarithromycine avec une augmentation de 28 % de l'ASC de l'atazanavir.

Compte tenu de la large marge thérapeutique de la clarithromycine, il n'est pas nécessaire de réduire la posologie chez les patients ayant une fonction rénale normale.

Chez les patients d'insuffisance rénale modérée (clairance de la créatinine comprise entre 30 et 60 ml/min), la dose de clarithromycine doit être réduite de 50 %.

Chez les patients pour lesquels la clairance de la créatinine est inférieure à 30 ml/min, la dose de clarithromycine doit être réduite de 75 %. Dans ces cas une autre présentation de clarithromycine peut être plus adaptée comme les sachets et les suspensions pédiatriques (toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées). Il est déconseillé de co-administrer des doses de plus de 1000 mg de clarithromycine avec des inhibiteurs de protéase.

+ Itraconazole

La Clarithromycine et l'itraconazole sont à la fois des substrats et des inhibiteurs du CYP3A conduisant à une interaction médicamenteuse bidirectionnelle: Clarithromycine peut augmenter les taux plasmatiques de l'itraconazole et d'autre part l'itraconazole peut également augmenter les taux plasmatiques de clarithromycine.

Les patients prenant de l'itraconazole et de la clarithromycine conjointement devront être étroitement surveillé en cas d'apparition de signes ou de symptômes suggérant une augmentation ou une prolongation de l'effet pharmacologique.

+ Saquinavir

La Clarithromycine et le saquinavir sont à la fois des substrats et des inhibiteurs du CYP3A avec une mise en évidence d'une interaction médicamenteuse bidirectionnelle.

Chez douze volontaires sains, une administration concomitante de clarithromycine (500 mg deux fois par jour) et de saquinavir (capsule molle de gélatine, 1200 mg trois fois par jour) a conduit à des valeurs de 177 % et 187 % plus élevées pour l'aire sous la courbe (ASC) à l'état d'équilibre et pour la concentration maximale (Cmax) du saquinavir comparativement au saquinavir seul.

Dans cette association, les valeurs de l'ASC et de la Cmax pour la clarithromycine étaient d'environ 40 % plus élevées comparativement à la clarithromycine seule.

Il n'est pas nécessaire d'ajuster les doses en cas d'administration concomitante pour un temps défini et pour les présentations et dosages déjà étudiés.

Les données pharmacocinétiques constatées dans les études effectuées avec la forme capsule molle de gélatine pour le saquinavir ne pourraient pas être représentatives de celles observées avec les gélules de gélatine.

Les données pharmacocinétiques constatées dans les études effectuées avec le saquinavir « non-boosté » ne pourraient pas être représentatives de celles observées lors d'une bithérapie saquinavir/ritonavir.

Il est nécessaire de tenir compte des effets potentiels du ritonavir sur la clarithromycine pendant une administration concomitante du saquinavir avec le ritonavir (voir section ci-dessus «Effet des autres médicaments sur la clarithromycine»).

4.6. Grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

Les données chez plus de 200 femmes enceintes exposées au cours du premier trimestre de la grossesse ne montrent aucune évidence d'une toxicité tératogènique ou d'effets néfastes sur la santé du nouveau-né. Les données cliniques sur un nombre très limité de femmes exposées au cours du premier trimestre indique un possible risque d'avortement plus élevé. A ce jour, il n'existe aucune autre donnée pertinente de nature épidémiologique.

Les études chez l'animal n'ont pas montré de toxicité relative à la reproduction (voir rubrique 5.3). Le risque potentiel chez l'homme n'est pas connu. Il ne faut utiliser la clarithromycine pendant la grossesse qu'après une évaluation soigneuse du rapport bénéfice/risque.

Allaitement

Clarithromycine et son métabolite actif sont excrétés dans le lait maternel. Par conséquent, une diarrhée et une infection fongique des muqueuses sont possibles chez le nourrisson, ce qui peut exiger l'arrêt de l'allaitement. Par ailleurs, il ne faut pas négliger le risque de sensibilisation.

En conséquence, le bénéfice du traitement par CLARITHROMYCINE PFIZER pour la mère doit être évalué au regard des risques potentiels pour l'enfant.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Les effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n'ont pas été étudiés. La somnolence, les vertiges, les sensations vertigineuses, la confusion et la désorientation étant des effets indésirables connus, ceci doit être pris en compte pour la conduite de véhicules ou l'utilisation de machines.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

Les effets indésirables plus fréquemment rapportés chez les adultes prenant la clarithromycine sont la diarrhée (3 %), la nausée (3 %), le goût anormal (3 %), la dyspepsie (2 %), les douleurs/gênes abdominales (2 %) et les céphalées (2 %).

Les effets indésirables ont été classés en fonction de leur fréquence d'apparition, définie comme suit:

Très fréquent (≥ 1/10); fréquent (≥ 1/100 à < 1/10); peu fréquent (≥ 1/1,000 à < 1/100); rare (≥ 1/10,000 à <1/1,000); très rare (< 1/10,000), fréquence indéterminée (ne peut pas être estimée sur la base des données disponibles)].

Investigations

Fréquent: Elévation des taux de azote uréique sanguin (BUN).

Peu fréquent: Prolongation du temps de prothrombine, élévation de créatininémie, examen de la fonction rénale altérée (augmentation des taux de transaminases).

Très rare: L'hypoglycémie a été rapporté surtout après une administration concomitante avec des médicaments anti-diabètiques et avec l'insuline.

Affections cardiaques:

Très rare: Allongement de l'intervalle QT, tachycardie ventriculaire et torsades de pointe.

Affections hématologiques et du système lymphatique:

Peu fréquent: Diminution de taux de leucocytes.

Très rare: Thrombocytopénie.

Affections du système nerveux

Fréquent: Céphalée, une altération de l'odorat.

Très rare: Sensations vertigineuses, vertiges, paresthésies, convulsions.

Affections de l'oreille et du labyrinthe

Rare: Acouphènes.

Très rare: Perte de l'audition réversible.

Affections gastro-intestinales

Fréquent: Nausée, diarrhée, vomissement, douleur abdominale, dyspepsie, stomatite, glossite, décoloration réversible des dents et de la langue, perversion du goût (par exemple goût amère ou métallique).

Très rare: Pancréatite, de très rares cas de colites pseudomembraneuses ont été rapportés avec la clarithromycine de gravité modérée à fatale.

Affections du rein et des voies urinaires

Très rare: Néphrite interstitielle, insuffisance rénale.

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Très rare: Syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique.

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Peu fréquent: Arthralgie, myalgie.

Infections et infestations

Fréquent: monilia orale.

Comme les autres antibiotiques, une utilisation prolongée peut conduire à la prolifération des micro-organismes non sensibles.

Affections du système immunitaire

Peu fréquent: Réaction allergique se manifestant par des affections allant d'un urticaire et des éruptions cutanées à des réactions anaphylactiques.

Affections hépatobiliaires

Peu fréquent: Dysfonctionnement hépatique habituellement transitoire et réversible, hépatite, cholestase avec ou sans jaunisse.

Très rare: Défaillance hépatique fatale, rapportée notamment chez les patients ayant une maladie hépatique préexistante ou prenant des médicaments hépatotoxiques.

Affections psychiatriques

Peu fréquent: Dépression.

Très rare: Anxiété, insomnie, hallucinations, psychose, désorientation, dépersonnalisation, des mauvais rêves et confusion.

Des rapports post-commercialisation ont mis en évidence la toxicité de la colchicine lors de l'administration concomitante de clarithromycine et de colchicine, particulièrement chez les sujets âgés, et certains cas survenus chez des patients avec une insuffisance rénale. Des cas de décès ont été rapportés chez certains de ces patients (voir rubriques 4.4 et 4.5).

Après la prise de ce médicament, des cas de granulocytopénie ont été rapportés. Ces symptômes ont disparus après l'arrêt du traitement (voir rubrique 4.4).

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Symptômes d'intoxication

Des rapports indiquent qu'une ingestion d'une grande quantité de clarithromycine peut provoquer des symptômes gastro-intestinaux. Les symptômes de surdosage peuvent correspondre en grande partie aux effets indésirables de la clarithromycine. Un patient avec des antécédents de trouble bipolaire a ingéré 8 grammes de clarithromycine, celui-ci a exhibé un changement de son état mental, des comportements paranoïaques, une hypokaliémie et une hypoxémie.

Traitement de l'intoxication

Il n'existe pas d'antidote spécifique à ce surdosage. Les taux sériques de la clarithromycine ne peuvent pas être réduits par l'hémodialyse ou la dialyse péritonéale.

La prise en charge des effets indésirables qui accompagnent un surdosage devrait comprendre un lavage gastrique et un traitement symptomatique. Des réactions allergiques aiguës et sévères, dont le choc anaphylactique, peuvent très rarement se manifester. S'il apparaît des signes d'hypersensibilité après l'administration de clarithromycine, il faut immédiatement arrêter le traitement et mettre en uvre des mesures d'urgence adaptées.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique: Antibactériens à usage systémique (Macrolides), Code ATC: J01FA09.

SPECTRE D'ACTIVITE ANTIBACTERIENNE

Mécanisme daction :

La clarithromycine, un dérivé semi-synthétique de lérythromycine, exerce son activité bactéricide en se liant aux sous-unités 50S ribosomiales des bactéries sensibles qui aboutit à une inhibition de la synthèse protéique. La clarithromycine présente une efficacité importante contre un grand nombre dorganismes aérobies et anaérobies à gram positif et négatif. Les concentrations minimales inhibitrices (CMI) de la clarithromycine sont généralement deux fois moins que celles de lérythromycine.

Le métabolite 14-hydroxylé de la clarithromycine se caractérise également par une activité antimicrobienne. Les CMI de ce métabolite sont égales ou augmentées dun facteur 2 par rapport aux CMI de la molécule mère. Cependant, lactivité du métabolite 14-hydroxylé est deux fois plus importante que celle de la molécule mère vis-à-vis dH.influenzae.

Relation entre la pharmacocinétique et la pharmacodynamie

La clarithromycine diffuse largement dans la plupart des tissus et des liquides organiques. En raison dune importante pénétration tissulaire, les concentrations intracellulaires se trouvent être plus importantes que les concentrations plasmatiques.

Les paramètres pharmacodynamiques les plus importants pour prédire lactivité dun macrolide nont pas été définitivement établis. Le temps pendant lequel la concentration plasmatique est supérieure à la CMI (T/CMI) est le paramètre le mieux corrélé à lefficacité de la clarithromycine. Cependant, les concentrations de clarithromycine trouvées dans les tissus respiratoires et le fluide respiratoire sont plus élevées que dans le sang. Lusage des paramètres basés sur ces concentrations sériques peut alors échouer dans la prédiction exacte de la réponse au traitement des infections de lappareil respiratoire.

Mécanisme de résistance

Les mécanismes de résistance aux antibiotiques de la famille des macrolides comprennent un mécanisme daltération du site cible, ou dune modification et/ou dun efflux actif de lantibiotique.

Le mécanisme de résistance peut être induit par lintermédiaire de chromosomes ou plasmides, ou être constitutif.

Les bactéries résistantes aux macrolides synthétisent des enzymes, permettant la méthylation du résidu adénine de lARN ribosomal et par conséquent linhibition de la liaison de lantibiotique au ribosome. Les organismes résistants aux macrolides présentent en général une résistance croisée aux lincosamides et aux streptogramines de type B par méthylation du site de fixation au ribosome. La clarithromycine est classé parmi ces puissants inducteurs de cette enzyme. De plus, les macrolides se caractérisent par une action bactériostatique en inhibant la peptidyltransférase des ribosomes.

Une résistance croisée totale est connue avec la clarithromycine, lérythromycine et lazithromycine.

Les staphylocoques résistants à la méthicilline et les pneumocoques résistants à la pénicilline sont aussi résistants aux macrolides tels que la clarithromycine.

Concentrations critiques

Les concentrations critiques pour la clarithromycine, qui séparent les souches sensibles des souches résistantes ont été établies par lEuropean Committee on Antimicrobial Susceptibility Testing (EUCAST) 2010-04-27 (v 1.1) :

Sensibilité liée à lespèce (S ≤/R>)

Sensibilité non liée à lespèce A (S ≤/R>)

Enterobacteriaceae

Pseudomonas

Acinebacter

Staphylococcus

Enterococcus

Streptococcus A, B, C, G

S. pneumoniae

Other streptococci

H. influenzae

M. catarrhalis

N. gonorrhoeae

N. meningitidis

Gram négatif anaérobies

Gram positif anaérobies

ClarithromycineB,C

RD

--

--

--

1/2

--

0.25/

0.5

0.25/

0.5

DI

1/32D

0.25/

0.5

--

--

--

--

DI

A. Les concentrations critiques non liées à lespèce ont été déterminées principalement sur les données de PK/PD. Elles sont indépendantes des distributions de CMI des espèces spécifiques. Ces valeurs sont à utiliser seulement pour les espèces non-mentionnées dans ce tableau ou dans les notes en bas de page. Des données pharmacodynamiques nétant pas suffisantes pour calculer les concentrations critiques des macrolides tels que les lincosamines et les streptogramines, une inscription DI (données insuffisantes) a été ajoutée.

B. Détermination de la sensibilité aux macrolides suivants (azithromycine, clarithromycine et roxithromycine) des bactéries citées dans le tableau à partir de la sensibilité à lérythromycine.

C. La clarithromycine est indiquée pour léradication de H. pylori (CMI ≤ 0.25 mg/L pour les souches sauvages isolées).

D. La corrélation entre le CMI des macrolides pour le H. influenzae et les données cliniques est faible. Cest ainsi que H. influenzae (souche sauvage) a été classé comme intermédiaire concernant les seuils de sensibilité pour les macrolides et les antibiotiques associés.

RD : différence de risque

La clarithromycine est indiquée pour léradication de H. pylori lorsque les concentrations minimales inhibitrices (CMI) ≤ 0.25 µg/ml ont été établies comme seuils de sensibilité par le Clinical and Laboratory Standards Institute (CLSI).

Sensibilité :

La prévalence de la résistance acquise peut varier en fonction de la géographie et du temps pour espèces considérées; il est donc utile de disposer dinformations sur la prévalence de la résistance locale, surtout pour le traitement dinfections sévères. Si nécessaire, il est souhaitable dobtenir un avis spécialisé principalement lorsque lintérêt du médicament dans certaines infections peut être mis en cause du fait du niveau de prévalence de la résistance locale.

Espèces habituellement sensibles

Aérobies à Gram Positif

Streptococcus groupe F

Corynebacterium diphtheriae

Aérobies à Gram Négatif

Bordetella pertussis

Moraxella catarrhalis

Pasteurella multocida

Legionella spp.

Anaérobies

Clostridium spp. autre que C. difficile

Autres

Mycoplasma pneumoniae

Chlamydia trachomatis

Clamydophila pneumoniae

Clamydophilapsitacci

Mycobacterium spp.

Espèces inconstamment sensibles

(résistance acquise > 10%)

Aérobies à Gram Positif

Streptococcus groupe A*, C, G

Streptococcus groupe B

Streptococcus viridans

Enterococcus spp+

Staphylococcus aureus, sensibles et résistants à la méthicilline+

Streptococcus pneumoniae*+

Staphylococcus epidermidis+

Aérobies à Gram Négatif

Haemophilus influenzae$

Helicobacter pylori

Anaérobies

Bacteroides spp.

Peptococcus/Peptostreptococcus spp.

Espéces naturellement résistants

Aérobies à Gram Négatif

Pseudomonas aeruginosa

Acinetobacter

Enterobacteriacea

Anaérobies

Fusobacterium spp.

Autres Micro-organismes

Mycobacterium tuberculosis

# La prévalence de résistance est ≥10% dans au moins lun des Etats Membres de lEurope.

* Espèces pour lesquelles une activité a été démontrée dans les essais cliniques (si sensible).

+ Indique les espèces où une haute prévalence de résistance (plus de 50%) a été observée dans un ou plusieurs secteur/pays/région dEurope.

$ Le seuil de sensibilité pour les macrolides et les antibiotiques associés place la souche sauvage H. influenzae comme une espèce à sensibilité intermédiaire.

Autres informations

La sensibilité et la résistance des Streptococcus pneumoniae et des Streptococcus spp à la clarithromycine peut être prévu en évaluant leur sensibilité à lérythromycine.

La plupart des essais cliniques, contrôlés et randomisés, montrent que la combinaison de la clarithromycine 500 mg deux fois par jour pendant 7 jours avec un autre antibiotique tel que lamoxicilline ou le métronidazole et par exemple loméprazole (pour des doses thérapeutiques connues) permet un taux déradication de H. pylori de 80% chez les patients présentant des ulcères gastro-duodénaux.

Comme attendu, un taux déradication plus faible est observé chez les patients présentant un taux minimal disolats dH.pylori résistants au métronidazole. Il est donc prudent de disposer dinformations sur la prévalence de la résistance et les recommandations thérapeutiques locales afin de faire le choix dun traitement combiné et approprié pour une thérapie déradication du H. pylori.

De plus, il est possible de développer une résistance secondaire envers des agents antimicrobiens chez les patients souffrant dune infection persistante (c'est-à-dire chez des patients avec des souches primaires sensibles). Il faut en tenir en compte afin détablir un nouveau schéma de traitement.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Absorption

La clarithromycine est rapidement et bien absorbée par le tractus gastro-intestinal, principalement par le jéjunum. Il subit un important métabolisme de premier passage après administration orale. La biodisponibilité absolue d'un comprimé de 250 mg de clarithromycine est d'environ de 50 %. L'alimentation retarde légèrement l'absorption de la clarithromycine, mais n'affecte pas son degré de biodisponibilité. Il est donc possible de prendre des comprimés de clarithromycine indépendamment des repas.

En raison de sa structure chimique (6-O-méthyl-érythromycine), la clarithromycine est plutôt résistant à la dégradation par l'acide gastrique. Après une administration orale de 250 mg de clarithromycine deux fois par jour, des pics de concentrations plasmatiques de 1 - 2 µg/ml ont été observées. Des concentrations de 2.8 µg/ml sont atteintes après une prise de 500 mg de clarithromycine deux fois par jour.

Après une administration de 250 mg de clarithromycine deux fois par jour, les pics de concentrations plasmatiques de 0.6 µg/ml du métabolite 14-hydroxylé microbiologiquement actif sont atteints. L'état d'équilibre est atteint en 2 jours après la prise.

Distribution

La diffusion de clarithromycine se fait dans plusieurs compartiments de l'organisme avec un volume de distribution estimé à 200 - 400 L. La clarithromycine se concentre dans quelques tissus du corps avec des concentrations plusieurs fois plus élevées que celles de clarithromycine en circulation. Des taux élevés ont été trouvés dans les amygdales et les tissus pulmonaires. La clarithromycine pénètre aussi le mucus gastrique.

Aux concentrations thérapeutiques, le taux de fixation de clarithromycine aux protéines plasmatiques est de 70 % environ.

Biotransformation et élimination

La clarithromycine est rapidement et largement métabolisée dans le foie. Le métabolisme hépatique implique le système du cytochrome P-450. La clarithromycine est biotransformée en 3 métabolites: la N-déméthyl-clarithromycine, la descladinosyl-clarithromycine et le dérivé 14-hydroxylé de la clarithromycine.

La pharmacocinétique de clarithromycine est non-linéaire, provoquée par la saturation du métabolisme hépatique à doses élevées. La demi-vie d'élimination augmente de 2 - 4 heures après une administration de 250 mg de clarithromycine deux fois par jour à 5 heures après une administration de 500 mg de clarithromycine deux fois par jour. La demi-vie du métabolite 14-hydroxylé actif s'étend de 5 à 6 heures après une administration de 250 mg de clarithromycine deux fois par jour.

La clarithromycine est excrétée sous forme inchangée dans les urines à approximativement 20 - 40 %. Cette proportion est augmentée quand la dose est augmentée. 10 % à 15 % supplémentaires sont excrétés dans les urines sous forme du métabolite 14-hydroxylé. Le reste est excrété dans les fèces. Une insuffisance rénale provoque une augmentation de la concentration plasmatique de clarithromycine à moins que la dose soit diminuée.

La clairance plasmatique totale a été évaluée à approximativement 700 ml/min (11.7 ml/s) et une clairance rénale à 170 ml/min (2.8 ml/s).

Population particulières

Insuffisance rénale: Une insuffisance rénale expose au risque d'augmentation des concentrations plasmatiques de clarithromycine et du métabolite actif.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Les études cliniques d'une durée de 4 semaines ont montré que la toxicité de clarithromycine est dépendante de la dose et de la durée de traitement. Les premiers signes de toxicité se sont manifestés principalement dans le foie chez toutes les espèces où des lésions sont apparues chez les chiens et les singes dans les 14 jours.

Les niveaux d'exposition systémique pour laquelle la toxicité est apparue ne sont pas connus en détail. En effet, les doses toxiques (300 mg/kg/jour) sont clairement plus élevées que les doses thérapeutiques recommandées chez l'homme. D'autres tissus affectés incluent l'estomac, le thymus et les tissus lymphoïdes aussi bien que les reins. A des doses thérapeutiques proches, des injections conjonctivales et des larmoiements ont été observés chez le chien.

Chez quelques chiens et singes, des doses de 400 mg/kg/jour ont entraîné une opacité cornéenne et/ou des dèmes.

La clarithromycine ne s'est pas avérée d'une potentialité génotoxique dans la batterie de tests in vitro et in vivo.

Les études de toxicité reproductive comprenant l'administration d'une dose deux fois plus élevée que la dose thérapeutique chez le lapin (i.v.) et dix fois plus que chez le singe (p.o.) ont révélé une augmentation de l'incidence d'avortements spontanés. Ces doses sont associées à la toxicité maternelle.

Des études menées chez le rat n'ont pas démontré d'embryotoxicité ou d'effets tératogènes. Cependant, des malformations cardiovasculaires ont été observées dans deux études chez le rat traité par une dose de 150 mg/kg/jour. Des fissures palatines d'une incidence variable (3-30 %) se sont montrées chez la souris à des doses 70 fois plus élevées que la dose thérapeutique.

La clarithromycine a été trouvé dans le lait des animaux qui allaitent.

Chez des rats et des souris de 3 jours, les valeurs de DL50 étaient d'environ la moitié de celles des animaux adultes. Les animaux jeunes ont montré des profils de toxicité similaires à ceux des animaux adultes bien que dans quelques études une néphrotoxicité augmentée a été rapportée chez les rats nouveaux-nés.

Une légère réduction des taux d'érythrocytes, des plaquettes sanguines et des leucocytes a été observée chez les animaux jeunes.

Aucune étude de carcinogénicité n'a été menée avec la clarithromycine.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Noyau du comprimé

Cellulose microcristalline

Croscarmellose sodique

Silice colloïdale anhydre

Stéarate de magnésium

Povidone (K-30)

Pelliculage

Hypromellose

Propylène glycol

Dioxyde de titane (E 171)

Hydroxypropylcellulose

Vanilline

Acide sorbique

Oxyde de fer jaune (E 172).

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Sans objet.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

3 ans

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

Pas de précautions particulières de conservation.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur  Retour en haut de la page

Plaquette thermoformée en PVC/PVDC/Aluminium:

1, 2, 4, 5, 6, 7, 8, 10, 12, 14, 15, 16, 18, 20, 21, 24, 28, 30, 32, 42, 45, 49, 50, 56, 60, 70, 84, 90, 100, 140, 168, 250, 500 ou 1000 comprimés pelliculés.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

PFIZER HOLDING FRANCE

23-25, AVENUE DU DOCTEUR LANNELONGUE

75014 PARIS

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·216 073-6 ou 34009 216 073 6 9: 5 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).

·216 074-2 ou 34009 216 074 2 0: 7 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).

·216 075-9 ou 34009 216 075 9 8: 10 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).

·216 076-5 ou 34009 216 076 5 9: 14 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).

·216 077-1 ou 34009 216 077 1 0: 30 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).

·580 550-1 ou 34009 580 550 1 0: 90 comprimés pelliculés sous plaquettes thermoformées (PVC/PVDC/Aluminium).

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

[à compléter par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

[à compléter par le titulaire]

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Médicament soumis à prescription médicale.

Liste I.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Ce médicament n'est plus commercialisé.

source: ANSM - Mis à jour le : 23/05/2012

Dénomination du médicament

CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé

Clarithromycine

Encadré

Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant d'utiliser ce médicament.

·Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez toute autre question, si vous avez un doute, demandez plus d'informations à votre médecin ou à votre pharmacien.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez jamais à quelqu'un d'autre, même en cas de symptômes identiques, cela pourrait lui être nocif.

·Si l'un des effets indésirables devient grave ou si vous remarquez un effet indésirable non mentionné dans cette notice, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Sommaire notice

Dans cette notice :

1. QU'EST-CE QUE CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé ?

3. COMMENT PRENDRE CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé ?

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?

5. COMMENT CONSERVER CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé ?

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES

1. QU'EST-CE QUE CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique

La clarithromycine appartient à un groupe dantibiotique de la famille des macrolides. Les antibiotiques arrêtent la croissance des bactéries responsables de linfection.

Indications thérapeutiques

La clarithromycine est utilisée dans le traitement des infections suivantes :

·Infections thoraciques telles que bronchite et pneumonie

·Infections de la gorge et des sinus

·Infections cutanées et des tissus

·Infection à Helicobacter pylori associée à un ulcère duodénal.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé ?   Retour en haut de la page

Liste des informations nécessaires avant la prise du médicament

Sans objet.

Contre-indications

Ne prenez jamais CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé si:

·Vous êtes allergique (hypersensible) à la clarithromycine ou d'autres antibiotiques appartenant à la famille des macrolides (tels que érythromycine ou azithromycine), ou à l'un des autres composants contenus dans CLARITHROMYCINE PFIZER, comprimé pelliculé.

·Vous prenez des médicaments contenant de l'ergotamine ou de la dihydroergotamine ou si vous inhalez des médicaments à base d'ergotamine pour les migraines en association avec CLARITHROMYCINE PFIZER, comprimé pelliculé. Consultez votre médecin pour obtenir un avis sur des traitements alternatifs.

·Vous prenez des médicaments contenant de la terfenadine ou de l'astemizole (administrés en général pour le rhume des foins ou en cas d'allergies), du cisapride (pour les troubles de l'estomac), ou du pimozide (pour les troubles mentaux) en association avec CLARITHROMYCINE PFIZER, comprimé pelliculé, car la combinaison de ces médicaments peut provoquer de sérieux troubles du rythme cardiaque. Consultez votre médecin pour obtenir un avis sur des traitements alternatifs.

·Vous prenez de la simvastatine (utilisé pour diminuer les taux de cholestérol).

·vous avez un taux de potassium sanguin anormalement bas.

·vous avez une maladie grave du foie.

Précautions d'emploi ; mises en garde spéciales

Faites attention avec CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé:

·si vous avez une maladie du foie ou des reins - votre médecin devra ajuster la posologie (voir aussi « Ne prenez jamais CLARITHROMYCINE PFIZER, comprimé pelliculé »),

·si vous avez une infection à Helicobacter pylori - suivez strictement les conseils de votre médecin, car l'utilisation sans précaution de ce médicament peut entraîner une résistance aux antibiotiques des micro-organismes,

·si vous avez ou avez eu une réaction allergique à certains antibiotiques (lincomycine et clindamycine). Un risque de réaction allergique peut survenir lors de la prise de clarithromycine (hypersensibilité croisée)

·si vous avez une maladie du cur (tels que maladie coronarienne, rythme cardiaque faible ou irrégulier, ou une faiblesse du cur), ou si vous prenez d'autres médicaments simultanément pouvant altérer le rythme cardiaque,

·si vous avez des taux faibles de potassium et/ou de magnésium dans le sang. Le rythme du pouls pourrait être perturbé en conséquence,

·si vous souffrez d'une myasthénie grave (maladie touchant les muscles), les symptômes peuvent s'aggraver davantage lors de la prise de clarithromycine,

·si vous prenez de la colchicine (médicament utilisé dans le traitement de la goutte).

Si vous présentez un ou plusieurs de ces symptômes (actuellement ou dans le passé), parlez-en à votre médecin avant de prendre CLARITHROMYCINE PFIZER, comprimé pelliculé.

INFORMATIONS IMPORTANTES à connaître sur ce médicament:

·Contactez immédiatement votre médecin si vous présentez une diarrhée sévère ou prolongée pendant ou après l'utilisation de la clarithromycine. La clarithromycine peut provoquer une inflammation importante du colon (colite pseudomembraneuse) dans de très rares cas.

·Contactez immédiatement votre médecin si vous (ou votre enfant) pensez être atteint d'une nouvelle infection lors de l'utilisation prolongée ou répétée de clarithromycine. Cela pourrait être le résultat d'une surinfection due à la présence de micro-organismes non sensibles à la clarithromycine.

Interactions avec d'autres médicaments

Prise d'autres médicaments

Si vous prenez ou avez pris récemment un autre médicament, y compris un médicament obtenu sans ordonnance, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Ne prenez jamais CLARITHROMYCINE PFIZER, comprimé pelliculé si vous prenez l'un ou les médicaments suivants:

·terfenadine ou astemizole (pour le rhume des foins ou les allergies),

·cisapride (pour les troubles de l'estomac),

·pimozide (pour certains troubles mentaux sévères),

·ergotamine ou dihydroergotamine (pour l'hypotension et les migraines),

·colchicine (généralement utilisé dans le traitement de la goutte).

L'association de la clarithromycine avec ces médicaments peut entraîner de graves troubles du rythme cardiaque (pouls) ou de sérieux effets indésirables.

Si vous prenez de la clarithromycine, les concentrations et par conséquent les effets des médicaments suivants pourraient être augmentés:

·digoxine, quinidine ou disopyramide (médicaments pour le cur),

·warfarine (anticoagulant),

·ergotamine ou dihydroergotamine (utilisés dans la migraine),

·carbamazépine, valproate ou phénytoine (utilisés dans l'épilepsie),

·colchicine (utilisée dans la goutte),

·théophylline (facilite la respiration),

·terfenadine ou astemizole (utilisé dans le rhume des foins ou les allergies),

·triazolam, alprazolam ou midazolam (sédatifs),

·lovastatine ou simvastatine (utilisés pour diminuer le cholestérol),

·cisapride ou oméprazole (utilisés pour les troubles de l'estomac) et

·pimozide (antipsychotique).

La clarithromycine peut interagir avec les médicaments antiviraux (VIH) de la façon suivante:

·Zidovudine: la clarithromycine peut réduire l'absorption de la zidovudine.

·Ritonavir: il peut augmenter la concentration de clarithromycine.

·Atazanavir et saquinavir: la prise concomitante de ces médicaments avec la clarithromycine peut augmenter les concentrations de atazanavir (ou saquinavir) et de la clarithromycine.

·Nevirapine et efavirenz peuvent réduire l'absorption de la clarithromycine.

Les autres interactions incluent:

·La rifabutine (un antibiotique efficace contre certaines infections) peut réduire l'absorption de la clarithromycine.

·L'itraconazole (antifongique), lorsqu'il est administré avec la clarithromycine peut augmenter la concentration simultanée des deux médicaments.

·Le fluconazole, un autre antifongique, peut augmenter les concentrations de clarithromycine.

·Le sildenafil, tadalafil ou vardenafil (utilisés dans les troubles de l'érection). La concentration de ces différents médicaments peut être augmentée lors de l'administration avec la clarithromycine.

·Le tolterodine (pour le traitement des symptômes du syndrome de la vessie hyperactive). Chez certains patients, les concentrations de tolterodine peuvent être augmentées lorsqu'ils sont pris avec la clarithromycine.

·Methylprednisolone (un corticostéroïde anti-inflammatoire).

·Vinblastine (agent de chimiothérapie utilisé dans le traitement des cancers).

·Ziprasidone (et médicaments antipsychotiques).

·Eletriptan (utilisé pour la migraine).

·Halofantrine (utilisé dans le traitement de la malaria).

·Aprepitant (utilisé dans la prévention de nausées induites par une chimiothérapie).

·Cilostazol (utilisé pour améliorer la circulation sanguine au niveau des jambes).

·Rifampicine (antituberculeux).

·Tous les antibiotiques appartenant à la famille des béta-lactamines.

·Tacrolimus ou cyclosporine (pour les transplantations d'organes).

·Millepertuis (produit de phytothérapie pour le traitement de la dépression).

·Phénobarbital (médicament antiépileptique).

Interactions avec les aliments et les boissons

Sans objet.

Interactions avec les produits de phytothérapie ou thérapies alternatives

Sans objet.

Utilisation pendant la grossesse et l'allaitement

Grossesse et allaitement

Demandez conseil à votre médecin ou à votre pharmacien avant de prendre tout médicament.

L'utilisation de ce traitement pendant l'allaitement ou la grossesse est limitée. La femme enceinte ou qui allaite ne devra être traitée uniquement si le bénéfice est plus important que les risques associés.

Sportifs

Sans objet.

Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Vous ne devez pas conduire de véhicule ou utiliser de machines si vous ressentez les effets indésirables suivants: sensations vertigineuses, confusion ou désorientation.

Liste des excipients à effet notoire

Sans objet.

3. COMMENT PRENDRE CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé ?  Retour en haut de la page

Instructions pour un bon usage

Sans objet.

Posologie, Mode et/ou voie(s) d'administration, Fréquence d'administration et Durée du traitement

Posologie

Respectez toujours la posologie indiquée par votre médecin. En cas de doute, consultez votre médecin ou votre pharmacien.

Les posologies habituelles sont données ci-dessous :

Posologie chez ladulte et ladolescent (enfants âgés de plus de 12 ans)

La dose habituelle est de 250 mg deux fois par jour. Votre médecin peut augmenter la dose jusquà 500 mg deux fois par jour lors dinfections graves. Le traitement peut durer de 6 à 14 jours et doit être poursuivi au moins 2 jours après que les symptômes se sont atténués.

Prise lors dinfections à H.pylori

Chez les adultes présentant un ulcère gastroduodénal dû à une infection par H.pylori, la clarithromycine est utilisée comme « première ligne de traitement » et est administrée à la posologie de 500 mg deux fois par jour.

Posologie chez linsuffisant rénal

Si vous souffrez dune insuffisance rénale sévère, votre médecin devra diminuer la dose de moitié, cest-à-dire une seule administration quotidienne, et limiter le traitement à 14 jours maximum.

Enfants âgés de moins de 12 ans

La clarithromycine, sous forme de comprimé nest pas approprié pour les enfants de moins de 12 ans et dont le poids est inférieur à 30 kg. Votre médecin vous prescrira un traitement plus approprié pour votre enfant.

Si vous pensez que leffet de la clarithromycine est trop fort ou trop faible, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien.

Mode dadministration

La clarithromycine peut être prise avec ou sans nourriture.

Symptômes et instructions en cas de surdosage

Si vous avez pris plus de CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé que vous nauriez dû :

Si vous (ou quelquun dautre) avalez un trop grand nombre de comprimés, contactez immédiatement le service durgence de lhôpital le plus proche ou votre médecin. Prenez avant de vous rendre à lhôpital ou chez votre médecin la notice de ce médicament, les comprimés restants ainsi que la boite, afin quils identifient la quantité de comprimés pris.

Un surdosage peut entrainer des vomissements et des douleurs à lestomac.

Instructions en cas d'omission d'une ou de plusieurs doses

Si vous oubliez de prendre CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé :

Prenez la dose oubliée, sauf si lheure de la prise suivante est proche.

Ne prenez pas de dose double pour compenser la dose que vous avez oublié de prendre.

Prenez les doses oubliées au bon moment.

Risque de syndrome de sevrage

Si vous arrêtez de prendre CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé :

Narrêtez pas de prendre votre médicament car vous vous sentez mieux. Si vous arrêtez le traitement trop tôt, il est possible que toutes les bactéries ne soient pas tuées et vous pourriez être réinfecté.

Si vous avez dautres questions sur lutilisation de ce médicament, demandez plus dinformations à votre médecin ou à votre pharmacien.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Description des effets indésirables

Comme tous les médicaments, CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé est susceptible d'avoir des effets indésirables, bien que tout le monde n'y soit pas sujet.

Contactez votre médecin immédiatement si vous ou votre enfant remarquez:

·Des réactions allergiques caractérisées par de légères éruptions cutanées qui vous démangent ou un choc (chute de la pression artérielle, nervosité, pouls rapide filant, peau moite, diminution de la conscience). Ces réactions allergiques surviennent rarement.

·Diarrhées sévères prolongées. Cela peut mettre en évidence une rare inflammation du colon (colite pseudomembraneuse).

·Une réaction sévère d'hypersensibilité au niveau des muqueuses, avec une température (élevée), petits boutons rouges associés à une douleur et/ou inflammation des yeux (syndrome de Stevens-Johnson) ou si vous ou votre enfant présentez une réaction d'hypersensibilité sévère brutale avec de la fièvre et des cloques cutanées/ désintégration cutanée (nécrolyse épidermique toxique). Ces effets indésirables graves peuvent rarement survenir.

Autres effets indésirables possibles:

Effets indésirables fréquents (survenant chez plus de 1 patient sur 100, mais moins de 1 patient sur 10):

·Troubles de l'estomac tels que: nausées, vomissements, indigestion, douleurs de l'estomac ou diarrhée.

·Modifications du gout et de l'odorat.

·Inflammation de la bouche ou de la langue, décoloration de la langue, muguet sur la langue (provoquant une douleur de la bouche parfois accompagnée par des boutons blancs).

·Décoloration des dents (pouvant être corrigée par un nettoyage dentaire).

·Maux de tête.

·Modifications des examens sanguins.

Effets indésirables peu fréquents (survenant chez plus de 1 patient sur 1 000, mais moins de 1 patient sur 100):

·Dépression.

·Douleur des articulations et des muscles.

·Diminution du nombre de cellules sanguines (leucocytes), pouvant favoriser la survenue d'infections.

·Réactions allergiques pouvant être de type rougeur cutanée, gonflement et démangeaison cutanée, et éruption cutanée jusqu'à des difficultés à respirer et sensations vertigineuses.

·Maladie du foie ou de la vésicule biliaire, jaunissement de la peau ou des yeux (jaunisse).

Effets indésirables rares (survenant chez plus de 1 patient sur 10 000, mais moins de 1 patient sur 1 000):

·Bourdonnement d'oreilles (acouphène).

Effets indésirables très rares (survenant chez moins de 1 patient sur 10000):

·Difficulté à dormir, mauvais rêves, hallucinations, désorientation.

·Confusion, dépersonnalisation, modification du sens de la réalité et sensation de panique.

·Sensations vertigineuses, vertiges, engourdissement ou fourmillement, convulsions.

·Modification du rythme cardiaque/ pouls.

·Perte d'audition (en général réversible à l'arrêt du traitement).

·Diminution du taux de sucre dans le sang ou hypoglycémie chez le patient diabétique.

·Maladie des reins.

·Maladie du foie.

·Nausées, vomissements, douleur abdominale et douleur dans le dos (pancréatite).

·Diminution des cellules sanguines (thrombocytopénie), avec des hématomes et une tendance à saigner.

·Etat aggravé avec (forte) fièvre, boutons rouges sur la peau, douleurs articulaires et/ou infection de l'il (syndrome de Stevens-Johnson).

La clarithromycine peut aggraver des symptômes de myasthénie grave (une situation dans laquelle les muscles deviennent faibles et facilement fatigables) chez des patients ayant déjà présenté ces symptômes.

Si vous remarquez des effets indésirables non mentionnés dans cette notice, ou si certains effets indésirables deviennent graves, veuillez en informer votre médecin ou votre pharmacien.

5. COMMENT CONSERVER CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé ?  Retour en haut de la page

Tenir hors de la portée et de la vue des enfants.

Date de péremption

Ne pas utiliser CLARITHROMYCINE PFIZER après la date de péremption mentionnée sur la boîte et la plaquette. La date d'expiration fait référence au dernier jour du mois.

Conditions de conservation

Pas de précautions particulières de conservation.

Si nécessaire, mises en garde contre certains signes visibles de détérioration

Les médicaments ne doivent pas être jetés au tout-à-l'égout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien ce qu'il faut faire des médicaments inutilisés. Ces mesures permettront de protéger l'environnement.

6. INFORMATIONS SUPPLEMENTAIRES  Retour en haut de la page

Liste complète des substances actives et des excipients

Que contient CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé ?

La substance active est

Clarithromycine ........ 500 mg

Pour un comprimé pelliculé.

Les autres composants sont

Cellulose microcristalline, croscarmellose sodique, silice colloïdale anhydre, stéarate de magnésium, povidone, hypromellose, propylène glycol, dioxyde de titane (E 171), hydroxypropylcellulose, vanilline, acide sorbique et oxyde de fer jaune (E 172).

Forme pharmaceutique et contenu

Qu'est-ce que CLARITHROMYCINE PFIZER 500 mg, comprimé pelliculé et contenu de l'emballage extérieur ?

Comprimé pelliculé.

Comprimé pelliculé jaune clair, ovale, biconvexe, gravé 'D' sur une face et '63' sur l'autre face.

Les comprimés pelliculés se présentent sous plaquettes thermoformées:

1, 2, 4, 5, 6, 7, 8, 10, 12, 14, 15, 16, 18, 20, 21, 24, 28, 30, 32, 42, 45, 49, 50, 56, 60, 70, 84, 90, 100, 140, 168, 250, 500 or 1000 comprimés pelliculés.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Nom et adresse du titulaire de l'autorisation de mise sur le marché et du titulaire de l'autorisation de fabrication responsable de la libération des lots, si différent

Titulaire

PFIZER HOLDING FRANCE

23-25, AVENUE DU DOCTEUR LANNELONGUE

75014 PARIS

Exploitant

PFIZER

23-25, AVENUE DU DOCTEUR LANNELONGUE

75014 PARIS

Fabricant

PFIZER SERVICES COMPANY BVBA

HOGE WEI 10

1930 ZAVENTEM

BELGIQUE

ou

PFIZER PGM

ZONE INDUSTRIELLE

29 ROUTE DES INDUSTRIES

37530 POCE-SUR-CISSE

FRANCE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen

Ce médicament est autorisé dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen sous les noms suivants:

Conformément à la réglementation en vigueur.

Date dapprobation de la notice

La dernière date à laquelle cette notice a été approuvée est le {date}.

AMM sous circonstances exceptionnelles

Sans objet.

Informations Internet

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lAfssaps (France).

Informations réservées aux professionnels de santé

Sans objet.

Autres

Conseils/éducation sanitaire

Les antibiotiques sont utilisés pour traiter les infections dues à des bactéries. Ils ne sont pas efficaces contre les infections dues aux virus.

Parfois, l'antibiotique est inactif sur une infection due à une bactérie. Une des raisons les plus fréquentes est que la bactérie responsable de l'infection est résistante à l'antibiotique qui est en train d'être pris. Cela signifie que les bactéries peuvent survivre et même se reproduire malgré l'action de l'antibiotique.

Les bactéries peuvent devenir résistantes aux antibiotiques pour plusieurs raisons. Utiliser des antibiotiques prudemment, peut aider à diminuer l'opportunité de la bactérie à devenir résistante à ceux-ci.

Lorsque votre médecin prescrit un traitement antibiotique, il est destiné à traiter uniquement votre maladie actuelle. Suivre les conseils suivants, aidera à prévenir l'apparition de bactéries résistantes qui peuvent rendre un antibiotique inactif.

1. Il est très important que vous preniez l'antibiotique à la dose prescrite, aux moments adéquats et pendant le nombre de jours exacts. Lire les instructions sur la notice et si vous ne comprenez pas, demandez à votre médecin ou votre pharmacien de vous expliquer.

2. Vous ne devez prendre un antibiotique que s'il vous a été spécifiquement prescrit, et vous devez l'utiliser uniquement pour traiter l'infection pour laquelle il vous a été prescrit.

3. Vous ne devez pas prendre des antibiotiques qui ont été prescrits à d'autres personnes, même s'ils avaient une infection similaire à la vôtre.

4. Vous ne devez pas donner d'antibiotiques qui vous ont été prescrits à d'autres personnes.

5. S'il vous reste des antibiotiques non utilisés quand vous avez terminé le traitement prescrit par votre médecin, vous devez les ramener à la pharmacie pour une destruction appropriée.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité