CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion

source: ANSM - Mis à jour le : 13/04/2017

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

1 ml de solution à diluer pour perfusion contient 10 mg de carboplatine.

Chaque flacon de 5 ml contient 50 mg de carboplatine

Chaque flacon de 15 ml contient 150 mg de carboplatine

Chaque flacon de 45 ml contient 450 mg de carboplatine

Chaque flacon de 60 ml contient 600 mg de carboplatine

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Solution à diluer pour perfusion

Solution limpide et incolore dépourvue de particules visibles.

pH : 5,0 à 7,0

Osmolalité : 200 à 300 mOsm/kg.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

Le carboplatine est indiqué dans le traitement :

·du carcinome avancé de lovaire dorigine épithéliale :

oen traitement de première ligne

oen traitement de seconde ligne, après léchec dautres traitements

·du cancer du poumon à petites cellules

Publicité
4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

Posologie et administration :

Le carboplatine doit être uniquement administré par voie intraveineuse. La posologie recommandée du carboplatine chez un patient adulte précédemment non traité à fonction rénale normale (clairance de la créatinine > 60 ml/min) est de 400 mg/m² par perfusion intraveineuse unique brève de 15 à 60 minutes. La formule de Calvert ci-dessous peut également être utilisée pour déterminer la dose :

Dose (mg) = AUC cible (mg/ml x min) x [DFG ml/min + 25]

AUC cible

Chimiothérapie prévue

Statut du patient vis-à-vis du traitement

5-7 mg/ml.min

Carboplatine en monothérapie

Précédemment non traité

4-6 mg/ml.min

Carboplatine en monothérapie

Précédemment traité

4-6 mg/ml.min

Carboplatine plus cyclophosphamide

Précédemment non traité

Note : Avec la formule de Calvert, la dose totale est calculée en mg, et non en mg/m².

La formule de Calvert ne doit pas être utilisée pour les patients ayant été lourdement pré-traités**.

** Les patients sont considérés comme ayant été lourdement pré-traités sils ont reçu lun des traitements suivants :

·Mitomycine C

·Nitroso-urée

·Association doxorubicine/cyclophosphamide/cisplatine

·Polythérapie incluant cinq agents ou plus

·Radiothérapie ≥ 4 500 rad, centrée sur un champ de 20 x 20 cm ou sur plus d'un champ.

Le traitement par le carboplatine doit être arrêté en cas de non-réponse de la tumeur, de progression de la maladie et/ou de survenue deffets indésirables non tolérables.

Le traitement ne doit pas être répété moins de quatre semaines entre chaque administration de carboplatine et/ou jusquau retour de la numération des neutrophiles à au moins 2 000 cellules/mm3 et de la numération plaquettaire à au moins 100 000 cellules/mm3.

Une réduction de 20 à 25% de la dose initiale est recommandée chez les patients exposés à des facteurs de risques tels un traitement précédent myélosuppresseur et un faible indice de performance (ECOG-Zubrod 2-4 ou Karnofsky inférieur à 80).

Une détermination du nadir hématologique par une numération de la formule sanguine hebdomadaire durant les cycles initiaux de traitement par le carboplatine est recommandée afin de permettre une future adaptation posologique.

Les aiguilles et les kits de perfusion contenant des éléments en aluminium entrant en contact avec le carboplatine ne doivent pas être utilisés durant la préparation ou l'administration du carboplatine. Laluminium interagit avec le carboplatine, ce qui peut provoquer la formation dun précipité et/ou une perte defficacité du carboplatine.

Les mesures de sécurité ayant trait à la manipulation des substances dangereuses doivent être respectées pour la préparation et ladministration. La préparation doit être réalisée par un personnel formé aux mesures de sécurité et portant des gants de protection, un masque facial et des vêtements de protection.

Insuffisance rénale :

Les patients ayant une clairance de la créatinine inférieure à 60 ml/min sont exposés à un risque plus élevé de myélosuppression.

La fréquence de leucopénie, de neutropénie, ou de thrombocytopénie sévère a été maintenue à environ 25% avec les posologies suivantes :

Clairance de la créatinine

Dose initiale (jour 1)

41-59 ml/min

250 mg/m2 IV

16-40 ml/min

200 mg/m2 IV

Les données sur lutilisation du carboplatine injectable chez les patients dont la clairance de la créatinine est inférieure ou égale à 15 ml/min, sont insuffisantes pour recommander ce traitement.

Les recommandations posologiques ci-dessus sappliquent au traitement initial. Les posologies suivantes doivent être ajustées selon la tolérance du patient et le degré de myélosuppression.

Traitement en association :

L'utilisation optimale du carboplatine associé à dautres agents myélosuppresseurs requiert des ajustements posologiques en fonction du protocole thérapeutique et du calendrier adoptés.

Personnes âgées :

Chez les patients âgés de plus de 65 ans, il est nécessaire dadapter la dose de carboplatine selon létat général du patient et de sa fonction rénale, durant le premier cycle de traitement et les cycles suivants.

Population pédiatrique

Les données disponibles chez lenfant sont insuffisantes pour pouvoir recommander une posologie dans cette population.

Mode dadministration

Le carboplatine doit être administré uniquement par voie intraveineuse.

Ce médicament doit être dilué avant la perfusion. Pour les instructions concernant la dilution du médicament avant administration, voir la rubrique 6.6.

Les règles de sécurité relatives aux substances dangereuses doivent être respectées pendant la préparation et ladministration. La préparation doit être réalisée par un personnel qualifié avec port de gants de protection, dun masque facial et de vêtements de protection.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

Le carboplatine est contre-indiqué dans les cas suivants :

·hypersensibilité à la substance active ou à un autre composé contenant du platine

·myélosuppression sévère

·tumeur hémorragique

·insuffisance rénale sévère préexistante (clairance de la créatinine < 30 ml/min), sauf si le médecin et le patient jugent que les bénéfices éventuels sont supérieurs aux risques

·administration concomitante dun vaccin contre la fièvre jaune (voir rubrique 4.5)

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Mises en garde :

Ladministration du carboplatine doit être supervisée par un médecin qualifié et expérimenté en matière de mise en uvre des traitements anticancéreux. Des numérations de la formule sanguine ainsi quun contrôle des fonctions rénales et hépatiques sont recommandés de façon régulière. Le médicament doit être arrêté si une myélosuppression anormale ou une altération anormale de la fonction rénale ou hépatique est observée.

Des moyens diagnostiques et thérapeutiques doivent être facilement disponibles pour la prise en charge du traitement et de ses complications éventuelles.

Toxicité hématologique

De façon générale, les cycles de perfusion de carboplatine ne doivent pas être répétés à des intervalles inférieurs à un mois.

Les leucopénies, neutropénies et thrombocytopénies sont dose-dépendantes et sont des facteurs limitant la posologie. La numération sanguine doit être contrôlée fréquemment au cours du traitement par CARBOPLATINE KABI et, en cas de toxicité hématologique, jusquà retour à la normale de la numération sanguine.

En moyenne, le nadir se situe au 21ème jour chez les patients recevant CARBOPLATINE KABI en monothérapie et au 15ème chez les patients recevant CABOPLATINE KABI en association avec une autre chimiothérapie.

En règle générale, les cures uniques dadministrations intermittentes de carboplatine par voie intraveineuse ne doivent pas être répétées avant le retour à la normale de la numération des leucocytes, des neutrophiles et des plaquettes. Le traitement ne doit pas être répété moins de quatre semaines entre chaque administration de carboplatine et/ou jusquau retour de la numération des neutrophiles à au moins 2 000 cellules/mm3 et de la numération plaquettaire à au moins 100 000 cellules/mm3.

Lanémie est fréquente et cumulative et nécessite, dans de très rares cas, une transfusion.

La sévérité de la myélosuppression est aggravée chez les patients déjà traités (notamment avec du cisplatine) et/ou en cas dinsuffisance rénale.

Chez ces patients, les posologies initiales de CARBOPLATINE KABI doivent être réduites de manière appropriée (voir rubrique 4.2), et les effets thérapeutiques seront à surveiller par des contrôles sanguins fréquents entre les cycles.

Lassociation du carboplatine avec dautres molécules myélosuppressives doit être envisagée avec prudence en respectant les doses et intervalles afin de réduire leffet cumulatif des molécules. Des transfusions peuvent être nécessaires chez les patients souffrant de myélosuppression sévère.

Lanémie hémolytique, avec la présence danticorps induits par des médicaments sérologiques, a été rapportée chez des patients traités par le carboplatine. Cet évènement peut être fatal.

Des cas de leucémie promyélocytaire aiguë et de syndrome myélodysplasique (SMD)/leucémie myéloïde aiguë (LMA) ont été rapportés des années après le traitement par le carboplatine et autres traitements antinéoplasiques.

Insuffisance hépatique et/ou rénale

Le carboplatine peut entraîner une altération de la fonction hépatique et rénale. Des doses très élevées de carboplatine (≥ 5 fois la dose recommandée en monothérapie) ont induit des anomalies sévères de la fonction hépatique et/ou rénale. Il nest pas clairement déterminé si un programme dhydratation approprié permet de contrer les effets sur la fonction rénale. Une réduction de la dose ou un arrêt du traitement est nécessaire en cas daltération modérée à sévère des paramètres fonctionnels rénaux ou hépatiques (voir rubrique 4.8).

Chez les patients dont la fonction rénale est altérée, les effets du carboplatine sur le système hématopoïetique sont plus importants et durent plus longtemps que chez les patients dont la fonction rénale est normale. Dans ce groupe à risque, le traitement par carboplatine doit être envisagé avec une prudence particulière (voir rubrique 4.2). Même sil ny a aucune preuve clinique dune éventuelle néphrotoxicité cumulée, il est recommandé de ne pas associer le carboplatine avec des aminosides ou dautres produits néphrotoxiques (voir rubrique 4.5).

Une altération de la fonction rénale survient plus fréquemment chez les patients ayant déjà souffert de néphrotoxicité suite à un traitement par du cisplatine.

Maladie veino-occlusive hépatique

Des cas de maladie veino-occlusive hépatique (syndrome dobstruction sinusoïdale) ont été rapportés, dont certains étaient mortels. Les patients doivent être surveillés pour des signes et des symptômes de fonction hépatique anormale ou dhypertension portale ne résultant pas de manière évidente de métastases hépatiques.

Réactions allergiques

Comme avec les autres dérivés du platine, des réactions allergiques peuvent apparaître, le plus souvent durant la perfusion, et nécessiter larrêt de celle-ci et un traitement symptomatique approprié. Des réactions allergiques peu fréquentes au carboplatine ont été décrites, comme par exemple, une éruption cutanée érythémateuse, une fièvre sans cause apparente ou un prurit. Des cas rares danaphylaxie, angio-dème et réactions anaphylactoïdes, y compris un bronchospasme, une urticaire et un dème du visage ont été observés. Des réactions croisées parfois mortelles ont été rapportées avec tous les dérivés du platine (voir rubrique 4.3 et rubrique 4.8).

Les patients doivent être étroitement surveillés à la recherche déventuelles réactions allergiques et doivent recevoir, le cas échéant, un traitement de soutien approprié, incluant des antihistaminiques, de ladrénaline et/ou des corticoïdes.

La fréquence et la sévérité des manifestations de la toxicité seront probablement plus élevées chez les patients ayant reçu un traitement précédent intensif pour leur maladie, présentant un indice de performance médiocre et âgés. Les paramètres de la fonction rénale doivent être évalués avant, pendant et après le traitement par carboplatine.

Neurotoxicité

Bien que généralement fréquente et dintensité modérée, limitée à des paresthésies ou à une diminution des réflexes ostéo-tendineux, la toxicité neurologique périphérique est plus fréquente chez les patients de plus de 65 ans et/ou chez les patients déjà traités par cisplatine. Une surveillance et un suivi neurologique réguliers sont recommandés.

Des troubles visuels et notamment une perte de la vue ont été rapportés chez des patients ayant une altération de la fonction rénale, après injection de carboplatine à des doses supérieures à celles recommandées. Ces troubles semblent se résoudre totalement ou de façon significative dans les semaines suivant larrêt de ces fortes doses.

Ototoxicité

Des déficits auditifs ont été rapportés au cours de traitements par carboplatine.

Ototoxicité chez lenfant

Lototoxicité peut être plus sévère chez lenfant. Des cas de perte daudition de survenue retardée ont été rapportés chez des patients pédiatriques. Un suivi audiométrique à long terme est recommandé dans cette population.

Syndrome de lyse tumorale (SLT)

Dans lexpérience de post-mise sur le marché, le syndrome de lyse tumorale (SLT) a été rapporté chez les patients suite à lutilisation de carboplatine seul ou en association avec dautres agents chimiothérapeutiques. Les patients à risque élevé de SLT, comme les patients présentant un taux prolifératif élevé, une charge tumorale élevée et une haute sensibilité aux agents cytotoxiques, doivent être étroitement surveillés et des précautions appropriées doivent être prises.

Population âgée

Dans des études où le carboplatine et le cyclophosphamide étaient administrés en association, les patients âgés traités par du carboplatine étaient plus susceptibles de présenter des thrombocytopénies sévères que les patients plus jeunes. La fonction rénale étant souvent altérée chez les patients âgés, elle doit être évaluée pour déterminer la posologie (voir rubrique 4.2).

Vaccins

Ladministration de vaccins vivants ou vivants atténués à des patients immuno-déprimés par des agents chimiothérapeutiques, dont le carboplatine, peut entraîner des infections graves ou mortelles. L'administration dun vaccin vivant doit être évitée chez les patients recevant le carboplatine. Des vaccins tués ou inactivés peuvent être administrés, mais la réponse à ces vaccins peut être plus faible.

Autre

Le potentiel carcinogène du carboplatine na pas été étudié mais des produits ayant des mécanismes daction et une mutagénicité similaires ont été décrits comme carcinogènes (voir rubrique 5.3).

La tolérance et l'efficacité de l'administration de carboplatine ne sont pas prouvées chez l'enfant.

Le carboplatine peut provoquer des nausées et des vomissements. Ladministration dune prémédication par antiémétiques est utile pour diminuer lincidence et lintensité de ces effets.

Aucun équipement contenant de laluminium ne doit être utilisé durant la préparation et l'administration du carboplatine (voir rubrique 6.2). Laluminium et le carboplatine peuvent interagir, et être à lorigine de la formation dun précipité et/ou dune perte defficacité du carboplatine.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

Lassociation du carboplatine à dautres composés immunosuppresseurs ou à la radiothérapie peut accroître leffet myélosuppresseur du carboplatine et/ou de ces autres composés.

Les patients traités simultanément par du carboplatine et dautres agents néphrotoxiques sont exposés à une myélotoxicité plus sévère et plus prolongée, dû à une diminution de la clairance du carboplatine.

Association contre-indiquée

·Vaccin contre la fièvre jaune : risque de maladie vaccinale mortelle (voir rubrique 4.3)

Associations déconseillées

·Vaccins vivants atténués (sauf fièvre jaune) : risque de maladie vaccinale généralisée, éventuellement mortelle. Ce risque est majoré chez les sujets déjà immunodéprimés par leur maladie sous-jacente.

Utiliser un vaccin inactivé sil existe (poliomyélite).

·Phénytoïne, fosphénytoïne : risque dexacerbation des convulsions par diminution de labsorption digestive de la phénytoïne par le cytotoxique ou risque de majoration de la toxicité ou de perte defficacité du cytotoxique par augmentation de son métabolisme hépatique par la phénytoïne.

Associations à prendre en compte

·Agents chélateurs diminuant leffet du carboplatine.

·Ciclosporine (et par extrapolation tacrolimus et sirolimus) : immunosuppression excessive avec risque de lymphoprolifération.

·Aminosides : lassociation du carboplatine avec des antibotiques de la classe des aminosides doit être prise en compte, en raison de la nephrotoxicité et de lototoxicité cumulées, en particulier chez les patients en insuffisance rénale sévère.

·Diurétiques de lanse : lutilisation simultanée de carboplatine avec un diurétique de lanse doit être prise en compte en raison de la nephrotoxicité et ototoxicité cumulées.

·En cas de pathologies tumorales, linstauration dun traitement par anticoagulants est fréquente en raison du risque thrombotique accru. La forte variabilité intra-individuelle de la coagulation au cours de ces maladies et la possible interaction entre les anticoagulants et la chimiothérapie nécessitent (si le patient est placé sous AVK), daugmenter la fréquence des dosages dINR. Il est recommandé dêtre prudent et de contrôler plus fréquemment lINR lorsque la warfarine et le carboplatine sont associés car il a été observé une augmentation de lINR.

Le carboplatine peut interagir avec laluminium et créer un précipité noir. Les aiguilles, seringues, cathéters ou kits dadministration IV contenant des parties en aluminium pouvant entrer en contact avec le carboplatine ne doivent pas être utilisés pour la préparation ou ladministration de ce médicament.

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

Le carboplatine peut être nocif pour le ftus lorsquil est administré pendant la grossesse. Le carboplatine sest révélé embryotoxique et tératogène chez le rat recevant la molécule pendant lorganogénèse. Aucune étude contrôlée na été menée chez la femme enceinte.

En cas dutilisation de ce médicament pendant la grossesse ou si la patiente devient enceinte pendant quelle est sous traitement par ce médicament, elle doit être avertie des risques potentiels pour le ftus. Il doit être conseillé aux femmes en âge de procréer déviter toute grossesse.

Allaitement

Le passage du carboplatine dans le lait maternel nest pas connu.

Si le traitement est vraiment nécessaire pendant lallaitement, celui-ci doit être arrêté.

Fertilité

Une inhibition des gonades entraînant une aménorrhée ou une azoospermie peut survenir lors dun traitement antinéoplasique. Ces effets semblent être liés à la dose et à la durée du traitement et peuvent être irréversibles. La prévision du degré daltération de la fonction testiculaire ou ovarienne est compliquée par ladministration fréquente de lassociation de plusieurs antinéoplasiques, ce qui rend difficile lévaluation des effets des agents individuels.

Il est recommandé aux hommes en âge de procréer traités par le carboplatine de ne pas procréer durant le traitement et jusquà six mois après son arrêt et de demander des conseils relatifs à la conservation du sperme avant l'instauration du traitement en raison de la possibilité dune infertilité irréversible due au carboplatine.

Femmes en âge de procréer

Les femmes en âge de procréer doivent être conseillées sur les moyens disponibles pour éviter une grossesse.

CARBOPLATINE KABI ne doit pas être administré aux femmes enceintes ou aux femmes en âge de procréer susceptibles dêtre enceintes sauf si le bénéfice attendu pour la mère est plus important que le risque possible pour le ftus. Si ce médicament est utilisé pendant la grossesse ou si la patiente devient enceinte alors quelle est sous traitement par ce médicament, la patiente doit être informée du risque possible pour le ftus.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Aucune étude na été menée sur les effets sur laptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Le carboplatine peut cependant entraîner des nausées, des vomissements, des troubles de la vision et une ototoxicité, et les patients doivent donc être avertis de leffet potentiel de ces troubles sur laptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

La fréquence des effets indésirables rapportés ci-dessous a été établie à partir de données obtenues chez 1893 malades ayant reçu du carboplatine en monothérapie aux doses recommandées et à partir des données post-commercialisation.

La liste est établie par classe de système dorganes et selon la terminologie MedDRA (termes préférentiels), et les fréquences présentées correspondent aux catégories ci-dessous :

Très fréquent (≥ 1/10)

Fréquent (≥ 1/100 à < 1/10)

Peu fréquent (≥ 1/1 000 à < 1/100)

Rare (≥ 1/10 000 à ≤1/1 000)

Très rare (< 1/10 000) ;

Fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

Classe de système d'organes

Fréquence

Terme MedDRA

Infections et infestations

Fréquents

Infections*

Tumeurs bénignes,

malignes et non précisées (incluant kystes et polypes)

kystes

et polypes)

Peu fréquents

Tumeur maligne secondaire liée au traitement

Affections du sang et du système lymphatique

Très

fréquents

Thrombopénie, neutropénie, leucopénie,

anémie

Fréquents

Hémorragies*

Rares

Neutropénie fébrile,

Fréquence indéterminée

syndrome hémolytique et urémique, insuffisance médullaire

Affections du système immunitaire

Fréquents

Hypersensibilité, réaction de type anaphylactoïde

Rares

Anaphylaxie, choc anaphylactique, angio-dème

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Très

fréquents

Hyperuricémie

Rares

Hyponatrémie, anorexie

Fréquence indéterminée

Déshydratation, syndrome de lyse tumorale

Affections du système nerveux

Fréquents

Neuropathie périphérique, paresthésies, diminution des réflexes ostéo-tendineux, troubles sensitifs, dysgueusie

Très rares

Accident vasculaire cérébral*

Affections oculaires

Fréquents

Troubles visuels, Rares cas de perte visuelle

Rares

Névrite optique

Affections de l'oreille & du

labyrinthe

Très

fréquents

Diminution infraclinique de l'acuité auditive, avec perte auditive dans les hautes fréquences (4 000-8 000 Hz)

Fréquents

Acouphènes, ototoxicité

Affections cardiaques

Fréquents

Trouble cardiovasculaire*

Très rares

Insuffisance cardiaque*

Affections vasculaires

Très rares

Embolie*, hypertension artérielle, hypotension artérielle

Affections respiratoires, thoraciques

et médiastinales

Fréquents

Trouble respiratoire, pneumopathie interstitielle, bronchospasme

Affections gastro-intestinales

Très

fréquents

Vomissements, nausées, douleur abdominale

Fréquents

Diarrhée, constipation, pathologie de la muqueuse

Fréquence indéterminée

Stomatite

Affections

hépatobiliaires

Rares

Dysfonctionnement hépatique sévère

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquents

Alopécie, affection cutanée, urticaire, éruption érythémateuse, prurit

Affections musculo-squelettiques

et systémiques

Fréquents

Troubles musculo-squelettiques

Affections du rein

et des voies urinaires

Fréquents

Troubles urogénitaux

Troubles généraux et anomalies au site dadministration

Très fréquents

Asthénie

Fréquents

Syndrome de type grippal

Peu fréquents

Fièvre et frissons sans signe d'infection, nécrose au site d'injection, réaction au site d'injection, extravasation au site d'injection, érythème au site d'injection, malaise

Investigations

Très

Fréquents

Clairance de la créatinine diminuée, urée sanguine augmentée, phosphatases alcalines sanguines augmentées, aspartate aminotransférase augmentée,

explorations fonctionnelles hépatiques anormales, Natrémie diminuée,

Kaliémie diminuée, Calcémie diminuée, Magnésémie diminuée

Fréquents

Bilirubine sanguine augmentée, créatinine sanguine augmentée, acide urique sanguin augmenté

* Mortel dans < 1% des cas, événements cardiovasculaires mortels dans < 1% incluant insuffisance cardiaque, embolie et accidents vasculaires cérébraux combinés.

Tumeurs bénignes, malignes et non précisées (incl. kystes et polypes)

Des affections malignes secondaires (dont une leucémie promyélocytaire survenue six ans après un traitement par le carboplatine en monothérapie et avant une radiothérapie) ont été rapportées à la suite de ladministration de carboplatine en monothérapie ou en association (relation de causalité non établie).

Hématologie

La myélosuppression est la toxicité dose-limitante du carboplatine. Chez les patients ayant des valeurs initiales normales, il a été observé une thrombocytopénie avec des plaquettes inférieures à 50 000/mm3 chez 25% des patients, une neutropénie avec des neutrophiles inférieurs à 1 000/mm3 chez 18% des patients, et une leucopénie avec leucocytes inférieurs à 2 000/mm3 chez 14% des patients. Le nadir apparait généralement au 21ème jour.

La myélosuppression peut être aggravée par lassociation du carboplatine à dautres molécules myélosuppressives ou à dautres formes de traitements.

La myélotoxicité est plus sévère chez les patients déjà traités, en particulier chez les patients traités par du cisplatine et chez les patients insuffisants rénaux. Les patients ayant un faible indice de performance ont également présenté une leucopénie et une thrombocytopénie plus importantes. Ces effets, bien que généralement réversibles, ont provoqué des complications infectieuses et hémorragiques chez respectivement 4% et 5% des patients sous carboplatine. Ces complications ont été mortelles chez moins de 1% des patients.

Une anémie caractérisée par une hémoglobinémie inférieure à 8 g/dl a été observée chez 15% des patients ayant des valeurs initiales normales. Lincidence de lanémie augmente avec lexposition au carboplatine.

Affections du système immunitaire

Réactions allergiques :

Des réactions anaphylactiques, parfois mortelles, peuvent survenir le plus souvent dans les minutes suivant linjection du produit : dème facial, dyspnée, tachycardie, diminution de la pression artérielle, urticaire, choc anaphylactique, bronchospasme (voir rubrique 4.4).

Ces réactions sont similaires à celles observées après ladministration dautres dérivés du platine et doivent être prises en charge par un traitement de soutien approprié.

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Électrolytes :

Des diminutions des taux sériques de sodium, potassium, calcium et magnésium apparaissent chez respectivement 29%, 20%, 22% et 29% des patients. En particulier, des cas dhyponatrémie précoce, ont été rapportés. Les pertes électrolytiques sont mineures et la plupart évoluent sans symptômes cliniques.

Troubles neurologiques :

Une neuropathie périphérique (principalement paresthésies et diminution des réflexes ostéo-tendineux) est apparue chez 4% des patients ayant reçu du carboplatine. Les patients âgés de plus de 65 ans et les patients déjà traités par du cisplatine ainsi que ceux recevant un traitement prolongé par du carboplatine sont plus susceptibles de présenter des troubles neurologiques.

Des troubles sensoriels cliniquement significatifs (troubles visuels et modifications du goût) ont été décrits chez 1% des patients.

La fréquence globale des effets indésirables neurologiques semble être augmentée chez les patients recevant du carboplatine en association. Cet effet peut aussi être dû à une exposition cumulée plus longue.

Affections de loreille et du labyrinthe

Ototoxicité : les examens audiométriques ont mis en évidence des déficits auditifs sur le langage chez 15% des malades, avec des anomalies situées au niveau des hautes fréquences (4 000-8 000 Hz). De très rares cas d'hypoacousie ont été rapportés.

Chez les patients ayant des lésions antérieures de lappareil auditif dues au cisplatine, une aggravation du déficit auditif se produit parfois pendant le traitement par carboplatine.

Affections gastro-intestinales

Des vomissements se produisent chez 65% des patients et sont sévères chez un tiers de ces patients. Des nausées apparaissent chez 15% de ces patients. Le risque de vomissements est supérieur chez les patients déjà traités antérieurement (en particulier les patients ayant déjà reçu du cisplatine).

Les nausées et vomissements sont généralement retardés et apparaissent 6 à 12 heures après ladministration du carboplatine.

Ces effets disparaissent habituellement dans les 24 heures suivant le traitement et sont généralement traités ou évités par un antiémétique. Les vomissements sont plus courants lorsque CARBOPLATINE KABI est administré en association à dautres molécules émétisantes.

Les autres effets indésirables gastro-intestinaux correspondent à des douleurs chez 8% des patients, des diarrhées et une constipation chez 6% des patients.

Affections hépatobiliaires

Chez les patients ayant des valeurs initiales normales, une modification de la fonction hépatique a été observée, avec une augmentation de la bilirubine totale chez 5% des patients, une augmentation des ASAT chez 15% des patients, et des phosphatases alcalines chez 24% des patients. Ces modifications sont généralement légères et réversibles chez environ la moitié des patients.

Dans un petit groupe de patients recevant de très fortes doses de carboplatine et ayant subi une greffe de moelle osseuse autologue, il a été observé une élévation importante des tests hépatiques.

Rare : Des cas de nécroses cellulaires hépatiques fulminantes sont survenus après ladministration de carboplatine à forte dose.

Affections du rein et des voies urinaires

À des posologies habituelles, lapparition danomalies de la fonction rénale est peu fréquente même si le carboplatine est administré sans hyperhydratation et/ou diurèse forcée. Une augmentation de la créatinine sérique est observée chez 6% des patients, une augmentation de lazote uréique sanguin chez 14% des patients, et de lacide urique chez 5% des patients. Ces augmentations sont généralement faibles et réversibles chez environ la moitié des patients. La clairance de la créatinine est la mesure la plus sensible de la fonction rénale chez les patients recevant du carboplatine. 27% des patients ayant une valeur initiale supérieure ou égale à 60 ml/min présentent une diminution de la clairance de la créatinine pendant le traitement avec du carboplatine.

Lincidence et la sévérité de la néphrotoxicité peut augmenter chez les patients présentant des troubles de la fonction rénale avant linstauration du traitement par carboplatine. Il nest pas clairement défini si un programme dhydratation approprié permet de contrecarrer les effets sur la fonction rénale mais une diminution de la posologie ou un arrêt du traitement est nécessaire en présence dune altération modérée de la fonction rénale (clairance de la créatinine : 41-59 ml/min) ou dune insuffisance rénale sévère (clairance de la créatinine : 21-40 ml/min). Le carboplatine est contre-indiqué chez les patients ayant une clairance de la créatinine inférieure ou égale à 20 ml/min.

Autres effets indésirables :

Des cancers secondaires aigus ont été décrits après des traitements dassociation cytostatiques contenant du carboplatine.

Des cas dalopécie, de fièvre et frissons, de mucite, dasthénie, de malaise et de dysgueusie ont été parfois observés.

Des cas isolés de syndrome hémolytique-urémique ont été rapportés.

Des cas isolés daccidents cardiovasculaires (insuffisance cardiaque, embolie) et daccidents vasculaires cérébraux ont été rapportés.

Des cas dhypertension ont été rapportés.

Réactions locales :

Des réactions au site dinjection (brûlure, douleur, érythème, dème, urticaire, nécrose en relation avec une extravasation) ont été rapportées.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet :www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Manifestations de surdosage

Le carboplatine a été administré en intraveineuse à des doses allant jusquà 1 600 mg/m² par cure lors détudes de phase I. À ces doses, des effets indésirables hématologiques engageant le pronostic vital, avec granulopénie, thrombopénie et anémie, ont été observés. Le nadir de la numération des granulocytes, des plaquettes et de lhémoglobinémie a été observé des jours 9 à 25 (médiane : jours 12 à 17). La numération des granulocytes a atteint une valeur ≥ 500/μl au bout de 8 à 14 jours (médiane : 11) et celle des plaquettes une valeur ≥ 25 000/μl au bout de 3 à 8 jours (médiane : 7).

Les effets indésirables non hématologiques suivants sont également apparus : troubles de la fonction rénale avec diminution de 50% du débit de filtration glomérulaire, neuropathie, ototoxicité, perte de vision, hyperbilirubinémie, mucite, diarrhée, nausées et vomissements avec céphalées, érythème et infection sévère. Les troubles de laudition ont été transitoires et réversibles dans la majorité des cas.

Traitement dun surdosage

Il nexiste aucun antidote connu du carboplatine en cas de surdosage. Les complications anticipées dun surdosage pourraient être liées à une myélosuppression ainsi quà une altération des fonctions hépatique, rénale et auditive. Une transplantation médullaire et des transfusions (plaquettes, sang) peuvent être des mesures efficaces pour la prise en charge deffets indésirables hématologiques. Lutilisation de doses de carboplatine supérieures à celles recommandées ont été associées à des pertes de vision (voir rubrique 4.4).

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Agents antinéoplasiques, dérivés du platine, code ATC : L01XA02

Le carboplatine est un agent antinéoplasique. Son activité a été démontrée sur plusieurs lignées murines et humaines.

Lactivité du carboplatine a été similaire à celle du cisplatine sur des tumeurs très diverses indépendamment du site de leur implantation.

Mécanisme daction

Des techniques délution alcaline et des études de liaison de lADN ont démontré les modes daction qualitativement similaires du carboplatine et du cisplatine. Le carboplatine, comme le cisplatine, induit des modifications de la conformation superhélicoïdale de lADN, ce qui est compatible avec un « effet de raccourcissement de lADN ».

Population pédiatrique

Patients pédiatriques : La tolérance et lefficacité nont pas été testées chez lenfant (voir rubriques 4.2, 4.4 et 5.2).

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Distribution

Des administrations réitérées pendant quatre jours consécutifs nont pas induit d'accumulation de platine dans le plasma.

Biotransformation

À la suite de ladministration de carboplatine, les valeurs rapportées pour les demi-vies terminales délimination du platine libre ultrafiltrable et du carboplatine ont été respectivement denviron 6 heures et 1,5 heure. Durant la phase initiale, la majorité du platine libre ultrafiltrable est présent sous forme de carboplatine. La demi-vie terminale du platine plasmatique total est de 24 heures. Environ 87% du platine plasmatique est lié aux protéines dans les 24 heures suivant ladministration.

Elimination

Le carboplatine est principalement éliminé dans lurine, avec une récupération du platine administré denviron 70% en 24 heures. La plus grande partie du médicament est excrétée durant les six premières heures. Les clairances corporelles totales et rénales du platine libre ultrafiltrable sont corrélées au débit de filtration glomérulaire, mais non à la sécrétion tubulaire.

Des variations de trois à quatre fois de la clairance du carboplatine ont été rapportées chez des patients pédiatriques (voir rubriques 4.2 et 4.4). Comme pour les patients adultes, des données de la littérature suggèrent que la fonction rénale peut contribuer aux variations de la clairance du carboplatine.

Linéarité/non-linéarité

A la suite de ladministration de carboplatine chez lhomme, il est observé une relation linéaire entre la dose et les concentrations plasmatiques de platine total et libre ultrafiltrable. La surface sous la courbe des concentrations plasmatiques en fonction du temps pour le platine total présente également une relation linéaire avec la dose quand la clairance de la créatinine est ≥ 60 ml/min.

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Le carboplatine sest révélé embryotoxique et tératogène chez le rat. Il est mutagène in vivo et in vitro et bien que le potentiel carcinogène du carboplatine nait pas été étudié, la carcinogénicité de composés dont le mécanisme daction et de potentiel mutagène sont similaires a été rapportée.

Des études toxicologiques ont montré que l'extravasation du carboplatine lors de son injection provoque une nécrose tissulaire.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Eau pour préparations injectables.

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Ce médicament ne doit pas être mélangé avec dautres médicaments à lexception de ceux mentionnés dans la rubrique 6.6.

Le carboplatine peut interagir avec laluminium et former un précipité noir. Les aiguilles, seringues, cathéters ou kits pour administration IV contenant des parties en aluminium pouvant entrer en contact avec le carboplatine ne doivent pas être utilisés pour la préparation ou ladministration de ce médicament. Une précipitation peut entraîner une réduction de lactivité antinéoplasique.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

Avant ouverture :

2 ans

Après dilution :

La stabilité physico-chimique de la solution diluée dans une solution de glucose à 5% a été démontrée pendant 96 heures entre 2°C et 8°C et entre 20°C et 25 °C.

La stabilité physico-chimique dans une solution de chlorure de sodium à 0,9% a été démontrée pendant 24 heures entre 2°C et 8°C et pendant 8 heures entre 20°C et 25 °C.

Toutefois, dun point de vue microbiologique, la solution pour perfusion doit être utilisée immédiatement. En cas dutilisation non immédiate, les durées et conditions de conservation après dilution et avant utilisation relèvent de la seule responsabilité de lutilisateur et ne devraient pas dépasser 24 heures à une température comprise entre 2°C et 8°C sauf en cas de dilution réalisée dans des conditions dasepsie dûment contrôlées et validées.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

Avant ouverture : Conserver le flacon à une température inférieure à 25°C, dans lemballage dorigine à labri de la lumière.

Après dilution : Pour les conditions de conservation du médicament après dilution, voir rubrique 6.3.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

5 ml, 15 ml, 45 ml ou 60 ml en flacon (verre incolore de type 1), fermé par un bouchon en caoutchouc (Flurotec) serti d'une capsule (aluminium) flip-off vert (5 ml), bleu (15 ml), rouge (45 ml) ou jaune (60 ml).

Chaque flacon peut être suremballé sous film rétractable et peut être/ne pas être conditionné dans un récipient en plastique.

Boite de 1 flacon.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Ce médicament est destiné à un usage unique. Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé.

Instruction pour la dilution

Le produit doit être dilué avant perfusion, soit dans une solution de glucose pour perfusion à 5%, soit dans une solution de chlorure de sodium à 0,9% afin dobtenir de faibles concentrations de lordre de 0,5 mg/ml (500 microgrammes/ml).

La solution doit faire lobjet dune inspection visuelle avant administration afin de sassurer de labsence de particules ou dun changement de coloration. La solution ne doit être administrée que si elle est limpide et dépourvue de particules.

Instructions pour la manipulation sûre des agents antinéoplasiques :

1 Le carboplatine ne doit être préparé pour administration que par des professionnels expérimentés à lutilisation sécurisée des agents chimiothérapeutiques.

2 Cette préparation doit être réalisée dans une zone dédiée.

3 Des gants de protection, un masque facial et des vêtements de protection doivent être portés.

4 Des précautions doivent être prises afin déviter un contact accidentel du produit avec les yeux. En cas de contact avec les yeux, laver à l'eau et/ou au sérum physiologique.

5 La préparation cytotoxique ne doit pas être manipulée par une femme enceinte.

6 Des soins et précautions adéquats doivent être pris pour lélimination du matériel (seringues, aiguilles, etc.) utilisé pour la reconstitution de médicaments cytotoxiques. Le matériel supplémentaire et les déchets organiques doivent être éliminés en les plaçant dans des doubles poches scellées en polyéthylène et incinérés à une température de 1 000 °C.

7 La surface de travail doit être recouverte de papier absorbant jetable à revers plastifié.

8 Utiliser des adaptateurs Luer-Lock sur la totalité des seringues et kits. Des aiguilles de gros calibre sont recommandées afin de minimiser la pression et la formation éventuelle dun aérosol. La formation dun aérosol peut également être réduite par lemploi dune aiguille ventilée.

Contamination

En cas de contact du carboplatine avec les yeux ou la peau, laver abondamment la zone touchée avec de leau ou du sérum physiologique. Une crème douce peut être utilisée pour soulager les picotements transitoires de la peau. En cas de contact oculaire, il convient de demander un avis médical.

Élimination

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la règlementation en vigueur.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

Fresenius Kabi Oncology Plc.

Lion Court, Farnham Road, Bordon,

Hampshire, GU350NF

Royaume-Uni

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·583 860-1 ou 34009 583 860 1 5 : 5 ml en flacon (verre). Boite de 1 flacon.

·583 861-8 ou 34009 583 861 8 3 : 15 ml en flacon (verre). Boite de 1 flacon.

·583 862-4 ou 34009 583 862 4 4 : 45 ml en flacon (verre). Boite de 1 flacon.

·583 863-0 ou 34009 583 863 0 5 : 60 ml en flacon (verre). Boite de 1 flacon.

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

à compléter ultérieurement par le titulaire

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

à compléter ultérieurement par le titulaire

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Liste I.

Médicament soumis à prescription hospitalière. Prescription réservée aux spécialistes en oncologie ou en hématologie ou aux médecins compétents en cancérologie. Médicament nécessitant une surveillance particulière pendant le traitement.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 13/04/2017

Dénomination du médicament

CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion

Carboplatine

Encadré

Le nom de ce médicament est CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion, mais dans la suite de la notice, il sera désigné par CARBOPLATINE KABI.

Veuillez lire attentivement cette notice avant dutiliser ce médicament car elle contient des informations importantes pour vous.

·Gardez cette notice. Vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez dautres questions, interrogez votre médecin ou votre infirmier/ère.

·Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, ou votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Voir rubrique 4.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant d'utiliser CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion ?

3. Comment utiliser CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion ?

6. Contenu de lemballage et autres informations.

1. QUEST-CE QUE CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Agents antinéoplasiques, dérivés du platine, code ATC : L01XA02.

Quest-ce que CARBOPLATINE KABI ?

Il contient du carboplatine, qui appartient à un groupe de médicaments nommés « composés de coordination du platine » et qui sont utilisés pour le traitement de certains cancers.

Dans quel(s) cas est utilisé CARBOPLATINE KABI ?

Ce médicament est utilisé pour le traitement du cancer de lovaire à un stade avancé et du cancer du poumon à petites cellules.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DUTILISER CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion?  Retour en haut de la page

Nutilisez jamais CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion :

·si vous êtes allergique (hypersensible) au carboplatine ou à lun des autres composants contenus dans ce médicament, mentionnés dans la rubrique 6.

·si vous avez des troubles rénaux sévères (clairance de la créatinine inférieure ou égale à 30 ml/min)

·si vous avez un déséquilibre de vos cellules sanguines (hypoplasie médullaire sévère)

·si vous avez une tumeur qui saigne

·si vous vous faites vacciner contre la fièvre jaune pendant votre traitement.

Si vous êtes dans lun de ces cas et si nen avez pas déjà discuté avec votre médecin ou votre infirmière, il est recommandé de le faire dès que possible et avant de recevoir une perfusion de ce médicament.

Le carboplatine est habituellement administré à lhôpital. Vous navez pas à manipuler ce médicament. Votre docteur ou votre infirmière administrera le médicament et vous surveillera attentivement et fréquemment pendant et après le traitement. Vous aurez habituellement des analyses de sang avant chaque administration.

Avertissements et précautions

Adressez-vous à votre médecin ou votre infirmier/ère avant dutiliser CARBOPLATINE KABI :

·si vous êtes enceinte ou prévoyez de lêtre

·si vous allaitez

·si vous allez consommer de lalcool lors de ce traitement

Si vos reins ne fonctionnent pas correctement, les effets du carboplatine sur le sang (système hématopoïétique) sont plus importants et plus prolongés que chez les patients dont la fonction rénale est normale. Votre médecin souhaitera vous examiner plus souvent si vos reins ne fonctionnent pas correctement.

Lors du traitement par le carboplatine, vous recevrez des médicaments qui aideront à réduire une complication potentiellement mortelle connue sous le nom de syndrome de lyse tumorale. Cette complication est causée par des perturbations chimiques dans le sang dues à une décomposition des cellules cancéreuses mortes qui libèrent leur contenu dans la circulation sanguine.

Si vous êtes dans lun de ces cas et si vous ne vous en êtes pas déjà entretenu avec votre médecin ou votre infirmière, il est recommandé de les informer dès que possible et avant de recevoir ce médicament.

Ce médicament peut être dilué au moyen dune autre solution avant son administration. Vous devez discuter de ce point avec votre médecin et vérifier que cela est adéquat dans votre cas.

Enfants et adolescents

Sans objet.

Autres médicaments et CARBOPLATINE KABI

Informez votre médecin ou votre infirmière si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament.

Si vous prenez lun des médicaments suivants, vous devez le dire à votre médecin en raison dune possibilité dinteraction avec le carboplatine.

·autre médicament connu comme étant toxique pour les reins (par exemple les aminosides)

·autre médicament connu comme pouvant diminuer laudition et perturber léquilibre de loreille (par exemple aminosides, furosémide, utilisé pour le traitement de linsuffisance cardiaque et de ldème)

·autre médicament qui diminue lactivité du système immunitaire (par exemple : ciclosporine, tacrolimus, sirolimus et autres médicaments anti-cancéreux)

·vaccin contre la fièvre jaune ou un autre vaccin vivant

·médicament anticoagulant, par exemple la warfarine

·phénytoïne et fosphénytoïne (utilisé pour le traitement de divers types de convulsions et de crises dépilepsie)

·agents chélateurs (substances se liant au carboplatine et diminuant ses effets)

·diurétiques de lanse (utilisés pour le traitement de lhypertension et de ldème)

CARBOPLATINE KABI avec des aliments, des boissons et de lalcool

Il nexiste aucune interaction connue entre le carboplatine et lalcool. Vous devez cependant en parler avec votre médecin, car le carboplatine peut affecter laptitude du foie à éliminer lalcool.

Grossesse, allaitement et fertilité

Si vous êtes enceinte, ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez conseil à votre médecin avant de recevoir votre médicament.

Si vous êtes dans lun de ces cas et si vous nen avez pas encore parlé avec votre médecin ou votre infirmière, il est recommandé de le faire dès que possible et avant de recevoir la perfusion.

Grossesse

Vous ne devez pas recevoir de traitement par carboplatine pendant la grossesse sauf si votre médecin le mentionne clairement. Les études chez lanimal ont montré un risque possible danomalies chez les ftus en développement. Si vous avez été traitée par carboplatine pendant que vous étiez enceinte, vous devez discuter avec votre médecin du risque possible deffets chez votre enfant à naître. Les femmes en âge de procréer doivent utiliser un moyen de contraception efficace avant et pendant le traitement par carboplatine. En cas de grossesse pendant le traitement par carboplatine, une consultation de conseil génétique est recommandée car le carboplatine peut provoquer des dommages génétiques. Ce type de consultation est également recommandé si une grossesse est souhaitée après un traitement par carboplatine.

Allaitement

Lexcrétion du carboplatine dans le lait maternel nest pas documentée. Par conséquent, pendant un traitement par CARBOPLATINE KABI, il convient darrêter le traitement.

Fertilité

Le carboplatine peut provoquer des dommages génétiques. Les femmes en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace avant et pendant le traitement afin déviter une grossesse. Les femmes enceintes ou débutant une grossesse durant le traitement doivent bénéficier dun conseil génétique.

Il est conseillé aux hommes traités par le carboplatine de ne pas procréer durant le traitement et au cours des six mois suivant son arrêt. Des conseils sur la conservation du sperme doivent être demandés avant le traitement en raison de la possibilité dune infertilité irréversible.

Demandez conseil à votre médecin ou à votre infirmière avant de prendre tout médicament.

Sportifs

Sans objet.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Le carboplatine naffecte pas votre aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines. Vous devez cependant prendre des précautions supplémentaires après avoir reçu le carboplatine pour la première fois, surtout si vous ressentez des étourdissements ou ne vous sentez pas totalement sûr de vous.

CARBOPLATINE KABI contient de leau pour préparations injectables.

3. COMMENT UTILISER CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion ?  Retour en haut de la page

Ce médicament sera toujours administré par une infirmière ou un médecin. Il est habituellement administré au goutte à goutte par injection lente dans une veine, généralement durant 15 à 60 minutes. Si vous avez besoin dinformations supplémentaires, demandez à votre médecin ou votre infirmière qui vous administre ou vous a administré ce médicament. La dose qui vous sera administrée dépendra de votre taille et de votre poids, de la fonction de votre système de production des cellules sanguines (système hématopoïétique) et de votre fonction rénale. Votre médecin choisira la dose la mieux adaptée dans votre cas. Ce médicament sera habituellement dilué avant son administration.

Adulte

La dose usuelle est de 400 mg/m² de votre surface corporelle (calculée à partir de votre taille et de votre poids).

Personnes âgées

La dose usuelle de ladulte peut être utilisée, mais le médecin pourra décider dutiliser une autre dose.

Troubles rénaux

La quantité de carboplatine administrée pourra varier selon létat du fonctionnement de vos reins. Si vous souffrez de troubles rénaux, votre médecin pourra réduire la dose, vous prescrire des analyses de sang fréquentes et surveiller votre fonction rénale. Ce médicament sera administré par un médecin expérimenté dans le domaine du traitement du cancer.

Utilisation chez les enfants et les adolescents

Lexpérience de ladministration du carboplatine chez des enfants nest pas suffisante pour permettre de recommander une dose spécifique.

Vous pourrez ressentir des nausées durant votre traitement par le carboplatine. Votre médecin pourra vous prescrire un autre médicament pour réduire ces effets avant ladministration du carboplatine.

Les administrations de chaque dose de carboplatine seront habituellement espacées de quatre semaines. Votre médecin vous prescrira des analyses de sang à effectuer dans la semaine suivant chaque administration de ce médicament. Il pourra ainsi déterminer la dose correcte pour la prochaine administration.

Si vous avez utilisé plus de CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion que vous nauriez dû :

Il est improbable que vous receviez une dose trop élevée de carboplatine. Cependant, si cela se produit, vous pourriez éprouver des troubles rénaux, des troubles du foie, de la vue et de laudition ou avoir un taux de globules blancs bas. Si vous craignez davoir reçu une dose trop élevée ou si vous souhaitez poser des questions sur la dose administrée, veuillez vous adresser au médecin qui administre votre médicament.

Si vous oubliez dutiliser CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion :

Il est très peu probable que vous manquiez une dose de ce médicament, car votre médecin décide des moments pour vous administrer ce médicament. Si vous pensez avoir manqué votre dose, parlez-en à votre médecin ou votre infirmier/ère.

Si vous avez dautres questions sur lutilisation de ce médicament, demandez plus dinformations à votre médecin ou à votre infirmier/ère.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Si vous ressentez lun des effets indésirables suivants, prévenez immédiatement votre médecin :

·Ecchymose ou saignement anormal ou signes dinfection tels que des maux de gorge et température corporelle élevée

·Démangeaisons sévères de la peau (avec des boutons saillants) ou gonflement du visage, des lèvres, de la langue et/ou de la gorge, ce qui peut entraîner des difficultés à avaler ou à respirer (dème de Quincke) ; ce qui peut vous provoquer une sensation de malaise.

·Stomatite/mucite (par exemple lèvres douloureuses ou ulcères dans la bouche).

Très fréquents (peuvent affecter plus de 1 personne sur 10)

·Myélosuppression, caractérisée par une diminution sévère du nombre de globules blancs, ce qui augmente le risque d'infections (leucopénie, neutropénie)

·Diminution du nombre de plaquettes sanguines, ce qui augmente le risque decchymose (« bleu ») et de saignement (thrombopénie)

·Anémie (diminution du nombre des globules rouges ce qui entraîne une fatigue).

·Altération du fonctionnement des reins (augmentation du taux de créatinine et durée dans le sang). Votre médecin surveillera cette situation

·Légère perte daudition (perte daudition dans les fréquences élevées)

·Anomalie du taux denzymes hépatiques et dosages biologiques hépatiques anormaux. Votre médecin surveillera cette situation

·Augmentation du taux dacide urique dans le sang, ce qui peut entraîner une goutte (hyperuricémie)

·Nausées ou vomissements

·Douleurs et crampes abdominales

·Sensation inhabituelle de lassitude ou de faiblesse

·Diminution du taux de sels dans votre sang (sodium, potassium, calcium, magnésium). Votre médecin surveillera cette situation

Fréquents (peuvent affecter jusquà 1 personne sur 10)

·Ecchymoses ou saignements inhabituels (complications hémorragiques)

·Diarrhée, constipation, lèvres douloureuses ou ulcères dans la bouche (mucite)

·Réactions allergiques, dont éruption, urticaire, rougissement de la peau, démangeaisons, température élevée

·Tintements dans les oreilles (acouphènes), troubles de laudition et perte daudition

·Picotements (neuropathie périphérique), faiblesse, fourmillements ou engourdissements

·Perte de cheveux

·Malaise général

·Syndrome grippal

·Perte ou manque de force musculaire

·Troubles pulmonaires, épaississement cicatriciel pulmonaire à lorigine de difficultés respiratoires, parfois fatales (pneumopathie interstitielle), difficultés respiratoires

·Diminution des réflexes ostéo-tendineux

·Infections

·Troubles sensitifs

·Modification du goût

·Troubles visuels, y compris cécité temporaire

·Troubles cardiovasculaires

·Troubles cutanés

·Éruption cutanée associée à des démangeaisons (urticaire)

·Prurit (« peau qui gratte »)

·Éruption cutanée érythémateuse (« éruption cutanée rouge »)

·Troubles musculo-squelettiques

·Affections uro-génitales (touchant l'appareil urinaire et les organes génitaux)

·Augmentation du taux sanguin de créatinine, de bilirubine et dacide urique. Il est possible que votre médecin instaure une surveillance de ces paramètres.

Peu fréquents (peuvent affecter jusquà 1 personne sur 100)

·Cancer dû à la chimiothérapie ou aux radiations (affections malignes secondaires)

·Fièvre et frissons sans autre signe dinfection

·Rougeur, gonflement et douleur ou peau morte autour du site dinjection (réaction au site de linjection)

Rares (peuvent affecter jusquà 1 personne sur 1 000)

·Sensation de malaise avec température élevée due à un faible nombre de globules blancs (neutropénie fébrile)

·Manque dappétit (anorexie)

·Altération sévère de la fonction hépatique, lésions ou mort des cellules du foie. Votre médecin surveillera cette situation

·Inflammation du nerf optique pouvant entraîner une perte totale ou partielle de la vision (névrite optique)

·Réactions allergiques sévères (anaphylaxie/réactions anaphylactiques)

·Les symptômes dune réaction allergique sévère incluent la survenue subite des troubles suivants : respiration sifflante soudaine ou une oppression dans la poitrine, gonflement des paupières, du visage ou de la langue, bouffées de chaleur, hypotension, tachycardie, urticaire, dyspnée, étourdissements et choc anaphylactique.

·Taux sanguins de sodium bas (hyponatrémie)

Très rares (peuvent affecter jusquà 1 personne sur 10000)

·Insuffisance cardiaque

·Saignement dans le cerveau, ce qui peut entraîner une attaque cérébrale ou une perte de connaissance

·Obstruction soudaine dune artère (embolie), pression artérielle élevée, pression artérielle basse.

Effets indésirables à la fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles)

·Syndrome hémolytique-urémique (maladie se caractérisant par une insuffisance rénale aiguë/une diminution ou une absence de mictions, une diminution du nombre de globules rouges associée à une fatigue extrême et une diminution du nombre de plaquettes)

·Formation anormale decchymoses (« bleus ») et signes dinfection

·Déshydratation

·Plaies et ulcérations au niveau des lèvres et de la bouche (stomatite)

·Crampe musculaire, faiblesse musculaire, confusion, perturbations visuelles ou perte de vision, rythme cardiaque irrégulier, insuffisance rénale ou résultats des tests sanguins anormaux (symptômes du syndrome de lyse tumorale pouvant être causé par la décomposition rapide des cellules cancéreuses) (voir section 2).

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou à votre infirmier/ère. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet:www.ansm.sante.fr

En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion ?  Retour en haut de la page

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Nutilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur létiquette et sur la boîte et le flacon, après EXP. La date de péremption fait référence au dernier jour du mois.

Avant ouverture : conserver le flacon à une température inférieure à 25°C, dans lemballage dorigine afin de le protéger de la lumière.

Après dilution : La stabilité physico-chimique de la solution diluée dans une solution de glucose à 5% a été démontrée pendant 96 heures entre 2°C et 8°C et entre 20°C et 25 °C.

La stabilité physico-chimique dans une solution de chlorure de sodium à 0,9% a été démontrée pendant 24 heures entre 2°C et 8°C et pendant 8 heures entre 20°C et 25 °C.

Toutefois, dun point de vue microbiologique, la solution pour perfusion doit être utilisée immédiatement. En cas dutilisation non immédiate, les durées et conditions de conservation après dilution et avant utilisation relèvent de la seule responsabilité de lutilisateur et ne devraient pas dépasser 24 heures à une température comprise entre 2°C et 8°C sauf en cas de dilution réalisée dans des conditions dasepsie dûment contrôlées et validées.

Nutilisez pas ce médicament si vous remarquez des signes de détérioration.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-légout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien déliminer les médicaments que vous nutilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger lenvironnement.

6. CONTENU DE LEMBALLAGE ET AUTRES INFORMATIONS  Retour en haut de la page

Ce que contient CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion  Retour en haut de la page

·La substance active est le carboplatine. 1 ml de solution à diluer pour perfusion contient 10 mg de carboplatine.

Chaque flacon de 5 ml contient 50 mg de carboplatine

Chaque flacon de 15 ml contient 150 mg de carboplatine

Chaque flacon de 45 ml contient 450 mg de carboplatine

Chaque flacon de 60 ml contient 600 mg de carboplatine

·Lautre composant est leau pour préparations injectables.

Quest-ce que CARBOPLATINE KABI 10 mg/ml, solution à diluer pour perfusion et contenu de lemballage extérieur ?  Retour en haut de la page

CARBOPLATINE KABIest unesolution à diluer pour perfusion, claire, incolore, exempte de particules visibles. Chaque mL de solution à diluer contient 10 milligrammes (mg) de carboplatine.

Ce médicament est présenté en flacon verre transparent (type I) fermé par un bouchon Flurotec avec une capsule de type flip-off en aluminium vert (pour 6 ml), bleu (pour 20 ml), rouge (pour 50 ml) ou jaune (pour 100 ml).

Flacon de 50 mg/5 ml (10mg/ml).

Flacon de 150 mg/15 ml (10mg/ml).

Flacon de 450 mg/45 ml (10mg/ml).

Flacon de 600 mg/60 ml (10mg/ml).

Boite de flacon unitaire de 5 ml, 15 ml, 45 ml ou 60 ml.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Titulaire de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

Fresenius Kabi Oncology Plc.

Lion Court, Farnham Road, Bordon,

Hampshire, GU350NF

Royaume-Uni

Exploitant de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

fresenius kabi france

5 place du marivel

92316 sevres cedex

france

Fabricant  Retour en haut de la page

Fresenius Kabi Oncology Plc.

Lion Court, Farnham Road, Bordon,

Hampshire, GU350NF

Royaume-Uni

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen  Retour en haut de la page

Ce médicament est autorisé dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen sous les noms suivants :

Allemagne

Carboplatin Kabi 10 mg/ml Konzentrat zur Herstellung einer Infusionslösung

Belgique

Carboplatine Fresenius Kabi 10 mg/ml concentraat voor oplossing voor infusie

Danemark

Carboplatin Fresenius Kabi

Espagne

Carboplatino Kabi 10 mg/ml concentrado para solución para perfusión EFG

Estonie

Carboplatin Kabi 10 mg/ml

France

Carboplatine Kabi 10 mg/ml solution à diluer pour perfusion

Hongrie

Carboplatin Kabi 10 mg/ml koncentrátum oldatos infúzióhoz

Irlande

Carboplatin 10 mg/ml concentrate for solution for infusion

Islande

Carboplatin Fresenius Kabi 10 mg/ml innrennslisþykkni, lausn

Lettonie

Carboplatin Kabi 10 mg/ml koncentrāts infūziju ķīduma pagatavoanai

Lituanie

Carboplatin Kabi 10 mg/ml koncentratas infuziniam tirpalui

Luxembourg

Carboplatin Kabi 10 mg/ml Konzentrat zur Herstellung einer Infusionslösung

Malte

Carboplatin 10 mg/ml concentrate for solution for infusion

Norvège

Carboplatin Fresenius Kabi 10 mg/ml konsentrat til infusjonsvæske, oppløsning

Pays-Bas

Carboplatine Fresenius Kabi 10 mg/ml concentraat voor oplossing voor infusie

Pologne

Carboplatin Kabi

Portugal

Carboplatina Kabi

République slovaque

Carboplatin Kabi 10 mg/ml, infúzny koncentrát

République tchèque

Carboplatin Kabi 10 mg/ml koncentrát pro infuzní roztok

Roumanie

Carboplatin Kabi 10 mg/ml concentrat pentru soluţie perfuzabilă

Royaume-Uni

Carboplatin 10 mg/ml concentrate for solution for infusion

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est :  Retour en haut de la page

à compléter ultérieurement par le titulaire

Autres  Retour en haut de la page

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lANSM (France).

Les informations suivantes sont destinées exclusivement aux professionnels de santé :

Ce médicament est strictement à usage unique. Tout produit non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la règlementation en vigueur.

Instructions pour la dilution

Le carboplatine peut interagir avec laluminium et créer un précipité noir et/ou entraîner une perte defficacité. Les aiguilles, les seringues, cathéters ou kits pour administration intraveineuse contenant des parties en aluminium pouvant entrer en contact avec le carboplatine ne doivent pas être utilisés pour la préparation ou ladministration de ce médicament.

Ce produit doit être dilué avant perfusion, soit dans une solution de glucose pour perfusion à 5%, soit dans une solution de chlorure de sodium à 0,9% afin dobtenir une concentration de lordre de 0,5 mg/ml (500 microgrammes/ml).

La stabilité physico-chimique après dilution dans une solution de glucose à 5% a été démontrée pendant 96 heures entre +2°C et +8°C et entre +20°C et +25 °C.

La stabilité physico-chimique après dilution dans une solution de chlorure de sodium à 0,9% a été démontrée pendant 24 heures entre +2°C et +8°C et pendant 8 heures entre +20°C et +25 °C.

Dun point de vue microbiologique, la solution pour perfusion doit être utilisée immédiatement. En cas dutilisation non immédiate, les durées et conditions de conservation avant utilisation relèvent de la seule responsabilité de lutilisateur et ne devraient pas dépasser 24 heures à une température comprise entre +2°C et +8°C, sauf si la dilution a été effectuée dans des conditions aseptiques contrôlées et validées.

La solution doit faire lobjet dune inspection visuelle avant administration afin de sassurer de labsence de particules ou dun changement de coloration. La solution ne doit être administrée que si elle est limpide et dépourvue de particules.

Instructions pour la manipulation sûre des agents antinéoplasiques :

1 Le carboplatine ne doit être préparé pour administration que par des professionnels expérimentés à lutilisation sécurisée des agents chimiothérapeutiques.

2 Cette préparation doit être réalisée dans une zone dédiée.

3 Des gants de protection, un masque facial et des vêtements de protection doivent être portés.

4 Des précautions doivent être prises afin déviter un contact accidentel du produit avec les yeux. En cas de contact avec les yeux, laver à l'eau et/ou au sérum physiologique.

5 La préparation cytotoxique ne doit pas être manipulée par une femme enceinte.

6 Des soins et précautions adéquats doivent être pris pour lélimination du matériel (seringues, aiguilles, etc.) utilisé pour la reconstitution de médicaments cytotoxiques. Le matériel supplémentaire et les déchets organiques doivent être éliminés en les plaçant dans des doubles poches scellées en polyéthylène et incinérés à une température de 1 000 °C.

7 La surface de travail doit être recouverte de papier absorbant jetable à revers plastifié.

8 Utiliser des adaptateurs Luer-Lock sur la totalité des seringues et kits. Des aiguilles de gros calibre sont recommandées afin de minimiser la pression et la formation éventuelle dun aérosol. La formation dun aérosol peut également être réduite par lemploi dune aiguille ventilée.

Élimination

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la règlementation en vigueur.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité