ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé

source: ANSM - Mis à jour le : 15/05/2017

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT  Retour en haut de la page

ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE  Retour en haut de la page

Acide alendronique........ 10 mg

(Equivalant à 11,6 mg dalendronate sodique monohydraté)

Pour un comprimé.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE  Retour en haut de la page

Comprimé.

Comprimé blanc à blanc cassé, rond et biconvexe, avec les gravures « T » sur une face et « 10 » sur lautre face.

4. DONNEES CLINIQUES  Retour en haut de la page

4.1. Indications thérapeutiques  Retour en haut de la page

ALENDRONATE TEVA est indiqué dans le traitement de l'ostéoporose post-ménopausique.

Lalendronate réduit le risque de fractures vertébrales et de la hanche.

Publicité
4.2. Posologie et mode d'administration  Retour en haut de la page

La posologie recommandée est de 10 mg en une prise quotidienne.

La durée de traitement de lostéoporose par bisphosphonate optimale na pas été établie. La nécessité de continuer le traitement doit être ré-évaluée périodiquement en se basant sur les bénéfices et risques potentiels de lacide alendronique sur chaque patient, particulièrement après 5 ans ou plus dutilisation.

Pour que lalendronate soit correctement absorbé :

L'alendronate doit être pris au moins 30 minutes avant la première prise daliment, de boisson, ou dautres médicaments, uniquement avec de leau plate. Les autres boissons (y compris leau minérale), les aliments et certains médicaments peuvent diminuer labsorption dalendronate (voir rubrique 4.5).

Afin de favoriser labsorption au niveau gastrique et pour diminuer les risques d'irritation sophagienne et locale/les risques deffets indésirables (voir rubrique 4.4) :

·L'alendronate doit être pris uniquement le matin au réveil avec un grand verre d'eau (au moins 200 ml ou 7 fl. oz.).

·Les patientes doivent avaler le comprimé dalendronate en entier. Elles ne doivent ni écraser, ni croquer, ni permettre au comprimé de se dissoudre dans la bouche, à cause du risque dulcération oro-sophagienne.

·Les patientes ne doivent pas s'allonger (elles doivent rester debout ou assises) jusqu'après la première prise daliment de la journée qui interviendra au moins 30 minutes après la prise du comprimé.

·Les patientes ne doivent pas sallonger pendant au moins 30 minutes après la prise dalendronate.

·L'alendronate ne doit pas être pris au coucher ni avant le lever matinal.

Une supplémentation calcique et en vitamine D est recommandée si leurs apports alimentaires sont insuffisants (voir rubrique 4.4).

Personnes âgées

Les études cliniques de lalendronate nont montré aucune différence liée à lâge dans les profils defficacité ou dinnocuité. Il nest donc pas nécessaire de modifier la posologie chez les patientes âgées.

Insuffisance rénale

Il nest pas nécessaire de modifier la posologie chez les personnes présentant un DFG supérieur à 35 mL/min. Lutilisation dalendronate nest pas indiquée chez les personnes présentant un DFG inférieur à 35 mL/min en raison de linsuffisance dexpérience dutilisation.

Population pédiatrique

Lalendronate sodique nest pas recommandé chez les patients de moins de 18 ans à cause dun manque de données sur la sécurité et lefficacité en cas de pathologies associées à lostéoporose pédiatrique (voir aussi rubrique 5.1).

L'alendronate dosé à 10 mg na pas été étudié dans le traitement de lostéoporose induite par glucocorticoïdes.

4.3. Contre-indications  Retour en haut de la page

·Hypersensibilité à la substance active, à dautres bisphosphonates, ou à lun des excipientsmentionnés à la rubrique 6.1.

·Maladies de l'sophage et autres facteurs qui retardent le transit sophagien comme une sténose ou une achalasie.

·Incapacité de se tenir debout ou en position assise pendant au moins 30 minutes.

·Hypocalcémie.

·Voir aussi rubrique 4.4.

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi  Retour en haut de la page

Lalendronate peut entraîner une irritation locale de la muqueuse au niveau de la sphère digestive haute. Dans la mesure où il existe un risque daggravation de la maladie sous-jacente, la prudence est de rigueur lorsque lalendronate est donné chez des patientes présentant une maladie gastro-intestinale haute évolutive telle qu'une dysphagie, une maladie sophagienne, une gastrite, une duodénite, un ulcère, ou des antécédents récents (survenus au cours de lannée précédente) dune maladie gastro-intestinale majeure telle quun ulcère gastro-duodénal, une hémorragie gastro-intestinale active ou une intervention chirurgicale sur la partie haute du tractus gastro-intestinal autre quune pyloroplastie (voir rubrique 4.3). Pour les patientes atteintes dun sophage de Barrett, les prescripteurs doivent tenir compte des bénéfices et des risques potentiels de ladministration dalendronate au cas par cas.

Des réactions sophagiennes (présentant parfois un caractère de gravité imposant l'hospitalisation) telles que des sophagites, des ulcérations et des érosions sophagiennes, rarement suivies dune sténose de lsophage, ont été signalées chez des patientes recevant de l'alendronate. Par conséquent, les praticiens doivent être particulièrement attentifs à tout signe ou symptôme indiquant une possible réaction sophagienne, et lon prescrira à la patiente d'arrêter l'alendronate et de consulter si elle présente des symptômes dune irritation sophagienne tels quune dysphagie, une douleur en avalant, des douleurs rétrosternales ou l'apparition ou l'aggravation dun pyrosis.

Le risque de survenue de réactions sophagiennes sévères semble être plus élevé chez les patientes qui ne prennent pas l'alendronate correctement et/ou qui continuent à prendre leur traitement par alendronate après avoir développé des symptômes suggérant une irritation sophagienne. Il est très important de fournir toutes les informations concernant l'administration du traitement à la patiente et de sassurer quelle les assimile (voir rubrique 4.2). Il convient d'informer les patientes que la non observance de ces instructions est susceptible daugmenter leur risque de présenter des troubles sophagiens.

En dépit de l'absence d'augmentation du risque dans les études cliniques à grande échelle, de rares cas (après la mise sur le marché) d'ulcérations gastrique et duodénale ont été observés, dont certains ont présenté un caractère de gravité s'accompagnant de complications.

Une ostéonécrose de la mâchoire, généralement associée à lextraction dune dent et/ou à une infection locale (y compris lostéomyélite) a été rapportée chez des patientes atteintes dun cancer recevant des traitements incluant des bisphosphonates principalement par voie intraveineuse. Un grand nombre de ces patientes recevaient également une chimiothérapie et des corticoïdes. Lostéonécrose de la mâchoire a également été rapportée chez des patientes présentant une ostéoporose et recevant des bisphosphonates par voie orale.

Les facteurs de risque suivants doivent être pris en compte lors de lévaluation individuelle du risque de développement dune ostéonécrose de la mâchoire :

·puissance du bisphosphonate (le plus puissant est lacide zolédronique), voie dadministration (voir plus haut) et dose cumulée ;

·cancer, chimiothérapie, radiothérapie, corticoïdes, patients qui fument ;

·antécédents de pathologie dentaire, mauvaise hygiène buccodentaire, maladie parodontale, procédures dentaires invasives et prothèses dentaires mal ajustées.

Il convient denvisager de pratiquer un examen dentaire et de prendre les mesures préventives qui simposent avant un traitement par bisphosphonates chez les patientes dont létat buccodentaire est mauvais.

Si possible, ces patientes doivent éviter toute intervention dentaire invasive pendant le traitement. Une intervention de chirurgie dentaire risque dexacerber lostéonécrose de la mâchoire développée chez les patientes sous traitement par bisphosphonates. Pour les patientes nécessitant des interventions dentaires, on ne dispose daucune donnée suggérant que larrêt du traitement par bisphosphonates réduit le risque dostéonécrose de la mâchoire. Le médecin traitant se fondera sur son jugement clinique pour orienter la prise en charge de chaque patiente en fonction de lévaluation individuelle du rapport risque/bénéfice.

L'ostéonécrose du conduit auditif externe a été rapportée avec les bisphosphonates, surtout en association avec une thérapie à long terme. Les facteurs de risque éventuels d'ostéonécrose du conduit auditif externe comprennent l'utilisation de stéroïdes et la chimiothérapie et/ou les facteurs de risque locaux tels qu'une infection ou un traumatisme. La possibilité d'ostéonécrose du conduit auditif externe doit être envisagée chez les patients recevant des bisphosphonates qui présentent des symptômes auditifs, notamment des infections chroniques de loreille.

Au cours du traitement par bisphosphonates, les patientes doivent être encouragées à entretenir une bonne hygiène buccodentaire, à passer des examens dentaires de routine, et à rapporter tout symptôme buccodentaire tel quune mobilité dentaire, une douleur ou un gonflement.

Des douleurs osseuses, articulaires et/ou musculaires ont été rapportées chez les patients traités par bisphosphonates. Dans les études post-commercialisation, ces symptômes ont rarement été sévères et/ou incapacitants (voir rubrique 4.8). Le temps entre le début du traitement et lapparition des symptômes oscillait entre un jour et plusieurs mois. La plupart des patients ont connu une amélioration des symptômes après arrêt du traitement. Un sous-groupe a présenté une récurrence des symptômes après traitement avec le même médicament ou un autre bisphosphonate.

Des fractures du fémur sub-trochantériennes et diaphysaires atypiques ont été rapportées sous thérapie par bisphosphonate, surtout chez les patients sous traitement au long cours pour lostéoporose. Ces fractures transversales ou petites fractures obliques peuvent se produire nimporte où sur le fémur depuis juste en dessous du petit trochanter jusquà juste au-dessus de la tubérosité supracondylienne. Les fractures sont survenues après un traumatisme minime ou nul et certains patients ont des douleurs aux cuisses, souvent associées à des caractéristiques d'imagerie des fractures de stress, des semaines ou des mois avant de présenter une fracture du fémur. Les fractures ont été souvent bilatérales ; donc le fémur controlatéral doit être examiné chez des patients traités par les bisphosphonates - qui ont subi une fracture de la diaphyse fémorale. La mauvaise cicatrisation de ces fractures a également été signalée. L'arrêt du traitement par des bisphosphonates chez les patients suspectés de fracture atypique du fémur est recommandé en attendant l'évaluation du patient, basée sur une évaluation du rapport bénéfices/risques individuel.

Pendant le traitement par bisphosphonate les patients doivent être informés quils doivent rapporter toute douleur dans la cuisse ou laine et tous les patients présentant ces symptômes doivent être évalués pour une fracture incomplète du fémur.

Au cours des études post-marketing, de rares cas de réactions cutanées sévères ont été rapportés, dont des syndromes de Stevens-Johnson et des nécrolyses épidermiques toxiques.

Il faut indiquer aux patientes quen cas doubli de prise dalendronate, elles doivent prendre un comprimé dans la matinée après sen être souvenu. Elles ne doivent pas prendre deux comprimés dans la même journée, mais doivent continuer à prendre un comprimé par jour comme prévu initialement.

Lalendronate nest pas recommandé chez les patientes présentant une insuffisance rénale dans laquelle le débit de filtration glomérulaire (DFG) est inférieur à 35 mL/min (voir rubrique 4.2).

Il convient denvisager dautres origines à lostéoporose que la carence strogénique et le vieillissement.

Toute hypocalcémie doit être corrigée avant la mise en route du traitement par alendronate (voir rubrique 4.3). Les autres troubles touchant le métabolisme minéral (tels quune carence en vitamine D et une hypoparathyroïdie) doivent également être corrigés de façon adéquate. Chez les patientes atteintes de ces affections, une surveillance de la calcémie et des symptômes suggérant une hypocalcémie doit être mise en uvre au cours du traitement par alendronate.

En raison de lincidence favorable de lalendronate sur laugmentation de la densité minérale osseuse, des diminutions de la calcémie et de la phosphatémie peuvent sobserver, en particulier chez les patients sous glucocorticoïdes qui peuvent présenter une diminution de labsorption du calcium. Ces diminutions sont généralement de faible ampleur et asymptomatiques. Cependant, on a signalé de rares cas dhypocalcémie symptomatique, en certaines occasions sévères et apparaissant souvent chez les patientes présentant des conditions prédisposantes (par exemple, hypoparathyroïdie, carence en vitamine D et malabsorption du calcium).

Chez les patientes sous corticoïdes, il est particulièrement important de sassurer dun apport adéquat en calcium et en vitamine D.

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions  Retour en haut de la page

La prise simultanée dalendronate et de nourriture ou de boisson (y compris deau minérale), de suppléments calciques, dantiacides et de certains médicaments par voie orale peut interférer avec labsorption de lalendronate. Les patientes doivent donc attendre au moins 30 minutes entre la prise dalendronate et la prise dautres médicaments par voie orale (voir rubriques 4.2 et 5.2).

Aucune autre interaction avec dautres médicaments ne devrait apparaître. Lors des études cliniques, de nombreuses patientes ont reçu des strogènes (par voie vaginale, cutanée ou orale) pendant la prise dalendronate. Aucun effet indésirable lié à leur utilisation concomitante n'a été observé.

La prise dAINS étant associée à des irritations gastro-intestinales, il convient de prendre les précautions nécessaires en cas dutilisation concomitante dalendronate.

Les études dinteractions spécifiques nont pas été réalisées. Cependant, lors des études cliniques, lalendronate a été utilisé de manière concomitante avec une large gamme de médicaments fréquemment prescrits. Aucun effet indésirable clinique na été mis en évidence.

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement  Retour en haut de la page

Grossesse

Lalendronate ne doit pas être utilisé pendant la grossesse. Les informations relatives à lutilisation de lalendronate chez la femme enceinte sont insuffisantes. Les études sur lanimal nont fait ressortir aucun effet néfaste direct sur la gestation ou le développement embryonnaire, ftal ou postnatal. Administré au cours de la gestation chez les rats, lalendronate a provoqué une dystocie en relation avec lhypocalcémie (voir rubrique 5.3).

Allaitement

On ne sait pas si lalendronate est excrété dans le lait maternel humain. Lalendronate ne doit pas être utilisé par les femmes qui allaitent.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines  Retour en haut de la page

Aucune étude sur laptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines na été réalisée. Cependant, certains effets indésirables qui ont été rapportés avec lutilisation dalendronate peuvent affecter laptitude de la patiente à conduire des véhicules ou à utiliser des machines. Les réponses individuelles à lalendronate peuvent être variables (voir rubrique 4.8).

4.8. Effets indésirables  Retour en haut de la page

Au cours dune étude sur un an réalisée chez les femmes ménopausées atteintes dostéoporose, les profils dinnocuité généraux de lalendronate 70 mg une fois par semaine (n = 519) et de lalendronate 10 mg/jour (n = 370) ont été similaires.

Au cours de deux études sur trois ans présentant des modalités quasi-identiques, chez la femme ménopausée (10 mg dalendronate : n = 196, placebo : n = 397) les profils dinnocuité généraux de lalendronate 10 mg/jour et du placebo ont été similaires.

Les effets indésirables présentés par les investigateurs comme étant en relation possible ou probable avec le médicament ou incontestablement liés à celui-ci sont présentés ci-dessous sils sont apparus chez ≥ 1 % des patients dans lun des groupes de traitement de létude sur un an, ou chez ≥ 1 % des patients traités par alendronate 10 mg/jour et à une plus grande fréquence que chez les patients recevant le placebo dans les études sur trois ans :

Etude sur un an

Etudes sur trois ans

Alendronate 70 mg une fois par semaine

(n = 519)

Alendronate 10 mg/jour

(n = 370)

Alendronate 10 mg/jour

(n = 196)

Placebo

(n = 397)

Effets gastro-intestinaux

Douleurs abdominales

3,7

3,0

6,6

4,8

Dyspepsie

2,7

2,2

3,6

3,5

Régurgitation acide

1,9

2,4

2,0

4,3

Nausées

1,9

2,4

3,6

4,0

Ballonnement abdominal

1,0

1,4

1,0

0,8

Constipation

0,8

1,6

3,1

1,8

Diarrhée

0,6

0,5

3,1

1,8

Dysphagie

0,4

0,5

1,0

0,0

Flatulences

0,4

1,6

2,6

0,5

Gastrite

0,2

1,1

0,5

1,3

Ulcère gastrique

0,0

1,1

0,0

0,0

Ulcération sophagienne

0,0

0,0

1,5

0,0

Effets musculo-squelettiques

Douleurs musculo-squelettiques (douleurs osseuses, musculaires ou articulaires)

2,9

3,2

4,1

2,5

Crampes musculaires

0,2

1,1

0,0

1,0

Effets neurologiques

Céphalées

0,4

0,3

2,6

1,5

Tableau récapitulatif des effets indésirables

Les évènements indésirables suivants ont aussi été signalés au cours des études cliniques et/ou après la commercialisation de l'alendronate :

Les fréquences des événements indésirables sont classées selon les critères suivants : très fréquent (≥ 1/10), fréquent (≥ 1/100, < 1/10), peu fréquent (≥ 1/1 000, < 1/100), rare (≥ 1/10 000, < 1/1 000), très rare (< 1/10 000, y compris les cas isolés).

Affections du système immunitaire

Rare

Réactions dhypersensibilité, dont lurticaire et ldème de Quincke

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Rare

Hypocalcémie symptomatique, en général sur un terrain prédisposé§

Affections du système nerveux

Fréquent

Céphalées, sensations vertigineuses

Peu fréquent

Dysgueusie

Affections oculaires

Peu fréquent

Inflammation oculaire (uvéite, sclérite, épisclérite)

Affections de loreille et du labyrinthe

Fréquent

Vertiges

Affections gastro-intestinales

Fréquent

Douleurs abdominales, dyspepsie, constipation, diarrhée, flatulences, ulcération sophagienne*, dysphagie*, distension abdominale, régurgitation acide

Peu fréquent

Nausées, vomissements, gastrite, sophagite*, érosions sophagiennes*, méléna

Rare

Sténose sophagienne*, ulcérations oropharyngées*, PUS (perforations, ulcères, saignement) § de la partie haute du tractus gastro-intestinal

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Fréquent

Alopécie, prurit

Peu fréquent

Rash, érythème

Rare

Rash avec photosensibilité, réactions cutanées sévères dont syndrome de Stevens-Johnson et nécrolyse épidermique toxique

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Très fréquent

Douleurs musculo-squelettiques (douleurs osseuses, musculaires ou articulaires) parfois sévères§

Fréquent

Gonflements des articulations

Rare

Ostéonécrose de la mâchoire§, fractures du fémur sub-trochantériennes et diaphysaires atypiques (effet indésirable de la classe des bisphosphonates)

Très rare

Ostéonécrose du conduit auditif externe (effets indésirables de la classe des bisphosphonates)

Troubles généraux et anomalies au site dadministration

Fréquent

Asthénie, dème périphérique

Peu fréquent

Symptômes transitoires de type réactions aiguës (myalgie, malaise et, rarement, fièvre), généralement observés en début de traitement.

§ voir rubrique 4.4.

fréquence similaire dans le groupe du médicament et le groupe du placébo lors des études cliniques.

* voir rubriques 4.2 et 4.4.

cet effet indésirable a été identifié lors des études post-commercialisation. Lestimation de la fréquence comme étant rare est basée sur les études cliniques pertinentes.

identifié lors des études post-commercialisation.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet :www.ansm.sante.fr.

4.9. Surdosage  Retour en haut de la page

Une hypocalcémie, une hypophosphatémie et des événements indésirables au niveau de la sphère gastro-intestinale haute tels que des troubles gastriques, un pyrosis, une sophagite, une gastrite ou un ulcère peuvent être entrainés par un surdosage par voie orale.

Aucune information spécifique nest disponible sur la conduite à tenir pour le traitement dun surdosage par alendronate. Dans ces situations, il convient d'administrer du lait ou des antiacides afin de fixer l'alendronate. En raison du risque dirritation sophagienne, il faut éviter d'induire des vomissements et le patient doit rester en position verticale.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES  Retour en haut de la page

5.1. Propriétés pharmacodynamiques  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Médicaments pour le traitement des désordres osseux, bisphosphonates, code ATC : M05BA04.

L'alendronate est un amino-bisphosphonate. Dans les études chez l'animal, l'alendronate se fixe préférentiellement au niveau des sites de résorption osseuse à proximité des ostéoclastes. Il inhibe la résorption osseuse sans exercer d'incidence directe sur la formation osseuse. La résorption et la formation osseuse étant couplées, le traitement induit également une inhibition de la formation osseuse mais celle-ci est inférieure à l'inhibition de la résorption de sorte qu'il permet d'obtenir une majoration progressive de la masse osseuse qui se caractérise par une structure normale. L'alendronate est séquestré dans la matrice osseuse où il est pharmacologiquement inerte.

Chez le rat, la dose la plus faible exerçant une incidence sur la minéralisation osseuse (entraînant une ostéomalacie) a été 6 000 fois plus importante que la dose permettant d'obtenir une inhibition de la résorption osseuse. Cette observation indique que les doses thérapeutiques d'alendronate ne sont pas susceptibles d'induire une ostéomalacie.

Ostéoporose postménopausique

Chez les femmes ménopausées, le traitement par alendronate entraîne des modifications biochimiques en faveur d'une inhibition dose dépendante de la résorption osseuse.

Dans les études sur 5 ans, l'administration d'alendronate à raison de 10 mg/jour pendant 3-6 mois a entraîné une diminution de 50 à 70 % des taux des marqueurs biochimiques de la résorption osseuse pour atteindre des niveaux comparables à ceux observés chez des femmes non ménopausées en bonne santé. Parallèlement, les marqueurs de la formation osseuse ont diminué de 25-50 % au bout de 6-12 mois. Le nouveau plateau du remodelage osseux s'est maintenu pendant le reste de la période d'administration d'alendronate.

Effet sur la densité minérale osseuse

Dans le cadre des études cliniques, l'administration d'alendronate à raison de 10 mg en une prise quotidienne pendant 3 ans a permis d'obtenir une majoration de la densité minérale osseuse (DMO) chez les femmes ménopausées présentant une ostéoporose. Par rapport au groupe sous placebo, après trois ans de traitement par alendronate à 10 mg en une prise quotidienne, la DMO a augmenté de 8,8 % au niveau du rachis lombaire, de 5,9 % au niveau du col fémoral, de 7,8 % au niveau du trochanter, de 2,2 % au niveau de l'avant-bras et de 2,5 % sur l'ensemble du squelette. Au cours des phases d'extension de 2 ans de ces études, le traitement par l'alendronate à raison de 10 mg/jour en une prise quotidienne a entraîné une poursuite de la majoration de la DMO au niveau du rachis et du trochanter (variation absolue de l'augmentation de la DMO entre les années 3 et 5 : 0,94 % au niveau du rachis et 0,88 % au niveau du trochanter). La DMO du col fémoral, de l'avant-bras et de l'ensemble du squelette est restée stable pendant cette phase d'extension.

L'activité pharmacologique de l'alendronate a été indépendante de l'âge, de la race, de la valeur initiale des taux de remodelage osseux, de la fonction rénale et de l'association avec un large spectre d'autres médicaments.

Après l'arrêt du traitement par alendronate au bout de 1-2 ans, aucune augmentation de la masse osseuse ni d'accélération de la résorption osseuse n'a été observée. Les données indiquent que le traitement quotidien par alendronate doit être poursuivi afin d'obtenir une majoration progressive de la masse osseuse.

Effet du traitement sur le taux d'incidence des fractures

Le traitement par alendronate a permis d'obtenir la même réduction des taux d'incidence des fractures vertébrales et non vertébrales indépendamment des antécédents de fracture vertébrale ou non vertébrale.

Après le regroupement des données recueillies sur 3 ans, l'analyse des résultats dans les deux effectifs les plus importants de patientes traitées qui ont reçu différentes doses d'alendronate après la ménopause a permis d'aboutir aux constatations suivantes : une réduction de 48 % du nombre de patientes qui ont présenté une ou plusieurs fractures vertébrales (3,2 % sous alendronate contre 6,2 % sous placebo). Chez les patientes qui ont présenté une fracture vertébrale, la diminution de la taille a été moins importante chez les patientes sous alendronate (5,9 mm vs 23,3 mm). Après le regroupement des données de cinq études de 2-3 ans, celles-ci ont permis de conclure à une réduction de 29 % du nombre de fractures non vertébrales (9,0 % sous alendronate contre 12,6 % sous placebo).

Le traitement par alendronate pendant 3 ans (5 mg/jour pendant les 2 premières années et 10 mg/jour pendant la 3ème année) chez des femmes ménopausées ostéoporotiques (qui présentaient au moins un tassement vertébral) a permis d'obtenir une réduction du taux d'incidence des fractures se répartissant de la manière suivante : pourcentages de patientes qui ont présenté au moins une nouvelle fracture vertébrale (8,0 % sous alendronate contre 15,0 % sous placebo, soit une réduction de 47 %) ; pourcentages de patientes qui ont présenté au moins deux nouvelles fractures vertébrales (0,5 % vs 4,9 % ; réduction de 90 %) ; toute fracture clinique (douloureuse) (13,7 % vs 18,3 % ; réduction de 28 %) ; fracture de hanche (1,1 % vs 2,2 % ; réduction de 51 %) ; et fracture du poignet (avant-bras) (2,2 % vs 4,1 % ; réduction de 48 %).

Histologie osseuse

Les données de l'histologie osseuse chez 270 femmes ménopausées présentant une ostéoporose et traitées par alendronate à raison de 1-20 mg/jour pendant 1-3 ans ont montré une minéralisation et une structure osseuses normales ainsi qu'un ralentissement prévisible du remodelage osseux par rapport au groupe sous placebo.

Population pédiatrique

Lalendronate sodique a été étudié chez un nombre restreint de patients âgés de moins de 18 ans atteints dostéogenèse imparfaite. Les résultats sont insuffisants pour soutenir son utilisation chez les patients pédiatriques atteints dostéogenèse imparfaite.

5.2. Propriétés pharmacocinétiques  Retour en haut de la page

Absorption

La biodisponibilité par voie orale de l'alendronate chez la femme est de 0,7 % sous des doses allant de 5 à 40 mg lorsque le traitement est administré après une période de jeûne d'une nuit et 2 heures avant un petit-déjeuner standard. La biodisponibilité par voie orale chez l'homme (0,6 %) est proche de celle observée chez la femme. La biodisponibilité diminue de 40 % environ lorsque l'alendronate est administré une demi-heure à une heure avant un petit-déjeuner standard. La biodisponibilité atteint des taux négligeables lorsque l'alendronate est pris au cours d'un petit-déjeuner standard ou deux heures après celui-ci. Le café et le jus d'orange entraînent une diminution de 60 % environ de la biodisponibilité (voir rubrique 4.2.).

Chez les sujets en bonne santé, l'administration de prednisolone par voie orale (20 mg 3 fois par jour pendant 5 jours) n'a pas entraîné de modification significative de la biodisponibilité par voie orale de l'alendronate (augmentation moyenne de 20 à 44 %).

Distribution

Le taux de liaison aux protéines plasmatiques est de 78 % environ. Les résultats des études précliniques montrent que l'alendronate se distribue initialement dans les parties molles avant de se lier rapidement au tissu osseux ou faire lobjet dune élimination urinaire. Le volume de distribution à l'état d'équilibre dans les parties molles est au moins de 28 litres (22-35 litres). Les taux plasmatiques du principe actif après l'administration d'une dose thérapeutique par voie orale sont inférieurs à la limite de détection (< 5 ng/mL).

Biotransformation

Il n'existe pas de métabolite connu de l'alendronate.

Elimination

Après administration dalendronate marqué au 14C, environ 50 % de la dose sont éliminés dans les urines dans un délai de 72 heures. Le taux de radioactivité retrouvée dans les selles est très faible ou nul. Le reste du produit radiomarqué est retrouvé dans les tissus osseux au sein duquel il est pharmacologiquement inerte. La clairance rénale est de 71 mL/min après administration unique d'une dose de 10 mg par voie intraveineuse. En administration intraveineuse, le taux plasmatique d'alendronate diminue de plus de 95 % dans un délai de 6 heures. Cette phase est suivie d'une libération lente de lalendronate à partir du tissu osseux. Il a été estimé que la demi-vie est supérieure à 10 ans.

Groupes à risque

Les données précliniques indiquent que le principe actif qui ne se dépose pas au niveau du tissu osseux est rapidement éliminé dans les urines. A la suite de l'administration réitérée d'alendronate par voie intraveineuse jusqu'à concurrence de 35 mg/kg chez l'animal, aucune saturation de la captation osseuse n'a été observée. Dans les études chez l'animal, l'élimination rénale de l'alendronate a diminué en cas d'insuffisance rénale. On ne dispose pas de données en faveur de cette constatation chez l'homme mais il est permis d'avancer que la séquestration osseuse d'alendronate est plus élevée en cas d'insuffisance rénale (voir rubrique 4.2).

5.3. Données de sécurité préclinique  Retour en haut de la page

Les données non cliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, toxicologie en administration répétée, génotoxicité et cancérogénèse nont pas révélé de risque particulier pour lHomme. Les études chez les rats ont fait ressortir une association entre un traitement par alendronate au cours de la gestation et une dystocie chez la mère au cours de la parturition, qui était en rapport avec une hypocalcémie. Dans certaines études, les rats ayant reçu des doses élevées dalendronate ont révélé une incidence accrue dossification ftale incomplète. La pertinence de ces observations pour les humains nest pas connue.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

6.1. Liste des excipients  Retour en haut de la page

Hydroxypropylcellulose faiblement substituée, hydroxypropylcellulose, précipité de dioxyde de silicone, fumarate de stéaryle sodique.

6.2. Incompatibilités  Retour en haut de la page

Sans objet.

6.3. Durée de conservation  Retour en haut de la page

3 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation  Retour en haut de la page

Pas de précautions particulières de conservation.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur   Retour en haut de la page

Plaquettes en PVC/PVDC/Aluminium contenant 14, 28, 30, 50, 56, 84, 90, 98, 112 ou 140 comprimés, 28 comprimés en plaquette-calendrier, 50 x 1 (plaquettes individuelles).

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières délimination et de manipulation  Retour en haut de la page

Pas d'exigences particulières.

7. TITULAIRE DE LAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

TEVA SANTE

100-110, Esplanade du Général de Gaulle

92931 PARIS La Défense Cedex

8. NUMERO(S) DAUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE  Retour en haut de la page

·34009 366 501 3 8 : 14 comprimés sous plaquettes (PVC/PVDC/Aluminium)

·34009 366 503 6 7 : 28 comprimés sous plaquettes (PVC/PVDC/Aluminium)

·34009 372 864 7 3 : 30 comprimés sous plaquettes (PVC/PVDC/Aluminium)

·34009 565 992 7 1 : 50 comprimés sous plaquettes (PVC/PVDC/Aluminium)

·34009 372 862 4 4 : 84 comprimés sous plaquettes (PVC/PVDC/Aluminium)

·34009 372 863 0 5 : 90 comprimés sous plaquettes (PVC/PVDC/Aluminium)

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE LAUTORISATION  Retour en haut de la page

à compléter ultérieurement par le titulaire

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE  Retour en haut de la page

à compléter ultérieurement par le titulaire

11. DOSIMETRIE  Retour en haut de la page

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACEUTIQUES  Retour en haut de la page

Sans objet.

Médicament soumis à prescription médicale.

Liste I.

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

source: ANSM - Mis à jour le : 15/05/2017

Dénomination du médicament

ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé

Encadré

Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament car elle contient des informations importantes pour vous.

·Gardez cette notice, vous pourriez avoir besoin de la relire.

·Si vous avez dautres questions, interrogez votre médecin ou votre pharmacien.

·Ce médicament vous a été personnellement prescrit. Ne le donnez pas à dautres personnes. Il pourrait leur être nocif, même si les signes de leur maladie sont identiques aux vôtres.

·Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin, ou votre pharmacien. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Voir rubrique 4.

Que contient cette notice ?

1. Qu'est-ce que ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé et dans quels cas est-il utilisé ?

2. Quelles sont les informations à connaître avant de prendre ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé ?

3. Comment prendre ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé ?

4. Quels sont les effets indésirables éventuels ?

5. Comment conserver ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé ?

6. Contenu de lemballage et autres informations.

1. QUEST-CE QUE ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISE ?  Retour en haut de la page

Classe pharmacothérapeutique : Médicaments pour le traitement des désordres maladies osseuses x, bisphosphonates - Code ATC : M05BA04.

ALENDRONATE TEVA appartient à une classe de médicaments non-hormonaux appelés bisphosphonates, qui sont utilisés dans le traitement des maladies osseuses. ALENDRONATE TEVA agit directement sur los pour réduire le risque de fractures (os cassés).

ALENDRONATE TEVA est utilisé pour le traitement de lostéoporose (une maladie où les os se fragilisent et sont plus enclins aux fractures) chez la femme ménopausée pour réduire le risque de fracture des vertèbres et de la hanche.

2. QUELLES SONT LES INFORMATIONS A CONNAITRE AVANT DE PRENDRE ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé ?  Retour en haut de la page

Ne prenez jamais ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé :

·Si vous êtes allergique (hypersensible) à lacide alendronique ou à lun des autres composants contenus dans ce médicament, mentionnés dans la rubrique 6.

·Si vous êtes allergique à dautres médicaments appartenant au même groupe que lacide alendronique (les bisphosphonates comme : les acides risédronique, étidronique ou ibandronique).

·Si vous souffrez de certains troubles de lsophage (le tube qui relie la bouche à lestomac).

·Si votre médecin vous a informée que vous souffriez dhypocalcémie (diminution du calcium dans le sang).

·Si vous ne pouvez pas rester debout ou assise pendant au moins 30 minutes.

Avertissements et précautions

Adressez-vous à votre médecin ou pharmacien avant de prendre ALENDRONATE TEVA :

·si vous avez des difficultés à avaler,

·si votre médecin vous a dit que vous aviez un sophage de Barrett (une maladie associée à une modification des cellules qui recouvrent la partie inférieure de lsophage),

·si vous avez une inflammation de la muqueuse de lestomac ou du duodénum (début de lintestin grêle),

·si vous avez subi une intervention chirurgicale de lestomac ou de lsophage (à lexception dune pyloroplastie, qui consiste à élargir lorifice de sortie de lestomac) au cours de lannée précédente,

·si vous avez un ulcère de lestomac ou dautres troubles digestifs,

·si vous avez des problèmes rénaux.

Si vous êtes dans lune de ces situations, vous devez consulter votre médecin avant de commencer un traitement par ALENDRONATE TEVA.

Un examen dentaire doit être envisagé avant un traitement par ALENDRONATE TEVA si vous êtes dans lune des situations suivantes :

·si vous avez un cancer,

·si vous êtes traitée par chimiothérapie ou radiothérapie,

·si vous prenez des corticoïdes,

·si vous nêtes pas suivie par un dentiste pour des contrôles ou soins dentaires de routine,

·si vous avez une maladie de la gencive,

·si vous fumez.

Un traitement dentaire préventif selon les recommandations du dentiste doit être suivi.

Si vous développez une douleur ou difficulté à avaler, une douleur rétrosternale (au milieu de la poitrine), des brûlures destomac, ou une aggravation de brûlures destomac existantes, arrêtez de prendre vos comprimés et prenez contact avec votre médecin.

Autres médicaments et ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé

Ne prenez pas dautres médicaments par voie orale en même temps quALENDRONATE TEVA. Si vous prenez dautres comprimés, vous devez attendre au moins 30 minutes entre la prise dALENDRONATE TEVA et celle de vos autres médicaments.

Adressez-vous à votre médecin avant de prendre des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pendant votre traitement par ALENDRONATE TEVA.

Informez votre médecin ou pharmacien si vous prenez, avez récemment pris ou pourriez prendre tout autre médicament, y compris des médicaments obtenus sans ordonnance.

ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé avec des aliments et boissons.

Ces comprimés doivent être pris lestomac vide car les aliments et les boissons réduisent considérablement lefficacité du médicament. Prenez les comprimés au moins 30 minutes avant le premier repas de la journée.

Grossesse et allaitement

Si vous êtes enceinte ou que vous allaitez, si vous pensez être enceinte ou planifiez une grossesse, demandez conseil à votre médecin ou pharmacien avant de prendre ce médicament.

Sportifs

Sans objet.

Conduite de véhicules et utilisation de machines

Certains effets indésirables constatés suite à la prise dALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé peuvent affecter votre aptitude à conduire des véhicules ou à utiliser des machines. NE PAS conduire de véhicules ni utiliser de machines si vous êtes concernée.

ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé contient

Sans objet.

3. COMMENT PRENDRE ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé ?  Retour en haut de la page

Veillez à toujours prendre ce médicament en suivant exactement les indications de votre médecin ou pharmacien. Vérifiez auprès de votre médecin ou pharmacien en cas de doute.

La dose recommandée est dun comprimé par jour.

Les instructions qui suivent sont particulièrement importantes pour garantir lefficacité de votre médicament et pour réduire le risque que ce médicament irrite votre sophage :

Vous devez prendre ALENDRONATE TEVA à jeun, immédiatement après le lever. Prenez-le avec un grand verre deau du robinet (et non du thé, du café, de leau minérale ou du jus de fruits) une demi-heure avant de prendre tout autre aliment ou boisson, ou un autre médicament.

Le comprimé doit être avalé entier. Il ne doit être ni croqué ni sucé.

Ne vous allongez pas après avoir avalé votre comprimé. Vous devez rester en position bien droite (assise, debout ou en marchant) jusquà votre premier repas de la journée, au moins une demi-heure après la prise de votre comprimé.

Ne prenez pas votre comprimé au moment du coucher ou avant de vous lever le matin.

Si vous ressentez une douleur ou une difficulté à avaler, une douleur dans la poitrine, des brûlures destomac ou une aggravation de brûlures destomac existantes, arrêtez de prendre Alendronate Teva et consultez votre médecin.

Utilisation chez les enfants et les adolescents

Alendronate Teva ne doit pas être administré aux enfants et aux adolescents.

Si vous avez pris plus de ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé que vous nauriez dû :

Si vous (ou quelquun dautre) avalez un grand nombre de comprimés en une fois, ou si vous pensez quun enfant a avalé des comprimés, appelez immédiatement le service des urgences de lhôpital de plus proche ou votre médecin ou votre pharmacien. Buvez un grand verre de lait et ne vous allongez pas. Un surdosage peut entraîner des spasmes musculaires douloureux, une fatigue, une faiblesse et un épuisement, voire des convulsions. Il peut également être à lorigine de nausées, dune indigestion et dune inflammation douloureuse de la partie haute du système digestif.

Si vous oubliez de prendre ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé :

Si vous oubliez de prendre un comprimé, prenez votre comprimé le lendemain matin du jour où vous vous en apercevez. Ne prenez pas de dose double pour compenser le comprimé que vous avez oublié de prendre.

Si vous arrêtez de prendre ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé :

Sans objet.

Si vous avez dautres questions sur lutilisation de ce médicament, demandez plus dinformations à votre médecin ou à votre pharmacien.

4. QUELS SONT LES EFFETS INDESIRABLES EVENTUELS ?  Retour en haut de la page

Comme tous les médicaments, ce médicament peut provoquer des effets indésirables, mais ils ne surviennent pas systématiquement chez tout le monde.

Comme cest le cas pour tout médicament, quelques personnes sont susceptibles de développer une réaction allergique. Si vous ressentez les symptômes suivants, informez-en immédiatement votre médecin ou rendez-vous au service des urgences de lhôpital le plus proche :

·difficultés respiratoires,

·gonflement des lèvres, du visage et du cou.

Les effets indésirables suivants ont été signalés, avec les fréquences mentionnées :

Très fréquent (pouvant affecter plus de 1 personne sur 10)

·Douleurs osseuses, musculaires ou articulaires pouvant être sévères.

Fréquent (pouvant affecter jusquà une personne sur 10) :

·douleurs abdominales, indigestion ou brûlures destomac, constipation, diarrhée, flatulences,

·ulcération de lsophage, difficultés à avaler, ballonnement ou sensation destomac plein, régurgitations acides,

·gonflement des articulations, gonflement des mains ou des jambes (dème),

·maux de tête, étourdissements, sensation de vertige,

·démangeaisons, chute de cheveux,

·fatigue, faiblesse, perte de force (asthénie).

Peu fréquent (pouvant affecter jusquà 1 personne sur 100) :

·éruptions et rougeurs cutanées,

·nausées, vomissements, inflammation et/ou érosion de lsophage, inflammation de la paroi de lestomac, selles noires,

·altération du sens du goût,

·inflammation de lil (généralement douloureuse),

·symptômes transitoires (douleur musculaire, sensation de malaise et rarement fièvre) au début du traitement.

Rare (pouvant affecter jusquà 1 personne sur 1 000) :

·réactions allergiques, y compris urticaire et gonflement rapide de la peau et des muqueuses (dème de Quincke),

·urticaire accompagné de sensibilité à la lumière, autres réactions allergiques (hypersensibilité) (par exemple syndrome de Stevens-Johnson potentiellement fatal ou nécrolyse épidermique toxique),

·faible taux de calcium sanguin,

·ulcères gastriques et autres ulcères digestifs, rétrécissement de lsophage (gosier),

·ulcères de la bouche, de la gorge si les comprimés ont été mâchés ou sucés,

·problèmes au niveau de la mâchoire (en général suite à lextraction dune dent et/ou à une infection locale),

·fracture inhabituelle du fémur.

Très rare (pouvant affecter jusquà 1 personne sur 10 000)

·Consultez votre médecin si vous présentez des douleurs de loreille, des écoulements de loreille et/ou une infection de loreille. Il pourrait s'agir de signes de lésion osseuse de l'oreille.

ALENDRONATE TEVA peut modifier les taux sanguins de calcium et de phosphate.

Une fracture inhabituelle de los de la cuisse peut survenir rarement, particulièrement chez les patients traités au long cours pour lostéoporose. Contactez votre médecin si vous ressentez une douleur, une faiblesse ou une gêne au niveau de la cuisse, de la hanche ou de laine car cela peut être le signe annonciateur dune fracture possible du fémur.

Une ostéonécrose de la mâchoire (affection de la mâchoire, survenant généralement après une extraction dentaire et/ou une infection locale) a été décrite chez des patients traités par des bisphosphonates, y compris lacide alendronique. Le plus souvent, lostéonécrose de la mâchoire a été observée chez des patients traités pour un cancer, mais certains cas ont également été décrits chez des patients traités pour ostéoporose.

Déclaration des effets secondaires

Si vous ressentez un quelconque effet indésirable, parlez-en à votre médecin ou à votre pharmacien. Ceci sapplique aussi à tout effet indésirable qui ne serait pas mentionné dans cette notice. Vous pouvez également déclarer les effets indésirables directement via le système national de déclaration : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et réseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance - Site internet : www.ansm.sante.fr. En signalant les effets indésirables, vous contribuez à fournir davantage dinformations sur la sécurité du médicament.

5. COMMENT CONSERVER ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé ?  Retour en haut de la page

Tenir ce médicament hors de la vue et de la portée des enfants.

Nutilisez pas ce médicament après la date de péremption indiquée sur lemballage après « EXP ». La date de péremption fait référence au dernier jour de ce mois.

Pas de précautions particulières de conservation.

Ne jetez aucun médicament au tout-à-légout ou avec les ordures ménagères. Demandez à votre pharmacien déliminer les médicaments que vous nutilisez plus. Ces mesures contribueront à protéger lenvironnement.

6. CONTENU DE LEMBALLAGE ET AUTRES INFORMATIONS  Retour en haut de la page

Ce que contient ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé  Retour en haut de la page

·La substance active est :

Acide alendronique........ 10 mg

(Equivalant à 11,6 mg dalendronate sodique monohydraté)

Pour un comprimé.

·Les autres composants sont : hydroxypropylcellulose faiblement substituée, hydroxypropylcellulose (E463), précipité de dioxyde de silicone, fumarate de stéaryle sodique.

Quest-ce que ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé et contenu de lemballage extérieur  Retour en haut de la page

Les comprimés dALENDRONATE TEVA 10 mg sont des comprimés blancs à blanc cassé, ronds et biconvexes, avec les gravures « T » sur une face et « 10 » sur lautre face.

ALENDRONATE TEVA 10 mg, comprimé est disponible en boîte de 14, 28, 30, 50, 56, 84, 90, 98, 112 ou 140 comprimés, 28 comprimés en plaquette-calendrier, 50 x 1 (plaquettes individuelles).

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

Titulaire de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

TEVA SANTE

100-110, Esplanade du Général de Gaulle

92931 PARIS La Défense Cedex

Exploitant de lautorisation de mise sur le marché  Retour en haut de la page

TEVA SANTE

100-110, Esplanade du Général de Gaulle

92931 PARIS La Défense Cedex

Fabricant  Retour en haut de la page

TEVA UK LIMITED

BRAMPTON ROAD, HAMPDEN PARK,

EASTBOURNE, EAST SUSSEX

BN22 9AG

ROYAUME UNI

ou

PHARMACHEMIE BV

SWENSWEG 5,

2031 GA HAARLEM

PAYS-BAS

ou

MERCKLE GMBH

LUDWIG-MERCKLE-STRASSE 3

89143 BLAUBEUREN

ALLEMAGNE

Noms du médicament dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen  Retour en haut de la page

Ce médicament est autorisé dans les Etats membres de l'Espace Economique Européen sous les noms suivants : Conformément à la réglementation en vigueur.

Allemagne : Tevanate® 10 mg Tabletten

Danemark : Alendronat Teva

France : Alendronate Teva 10 mg comprimé

Suède : Alendronat Teva 10 mg tabletter

La dernière date à laquelle cette notice a été révisée est :  Retour en haut de la page

à compléter ultérieurement par le titulaire

Autres  Retour en haut de la page

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site Internet de lANSM (France) : www.ansm.sante.fr

Retour en haut de la page Retour en haut de la page

Source : ANSM

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité