Zona

Zona : Définition

Le zona se manifeste par l’apparition de petites vésicules sur la peau le long d’un nerf ou d’un ganglion nerveux. Ces éruptions cutanées sont provoquées par le réveil du virus de la varicelle, plusieurs années après la première infection.

Publicité
Une fois contracté, le virus de la varicelle reste en sommeil dans certaines cellules du système nerveux central jusqu’à un possible réveil. Comme il ne peut pas passer par le sang, à cause de la présence d’anticorps, il se répand par voie nerveuse.

Le zona s’observe plus fréquemment sur le thorax, dans le dos, les fesses, les bras, les jambes, et parfois le visage et le cuir chevelu ou la zone d’un oeil. Il s’accompagne de fortes douleurs névralgiques (douleurs causées par un nerf) avec des démangeaisons, des sensations de brûlures qui peuvent soit précéder, soit accompagner l’éruption, et persister longtemps après la guérison. Bien que le zona puisse survenir à tout âge, son incidence augmente considérablement avec l’âge. Ainsi, dans deux tiers des cas, il survient chez des personnes de plus de 50 ans.

En France, 235 000 nouveaux cas sont déclarés tous les ans, dont 7% de zonas ophtalmiques.
La maladie peut être contagieuse. Les patients qui développent un zona sont susceptibles de transmettre le virus à des personnes non immunisées, avec la survenue d’une varicelle.

Zona : Causes

Le virus du zona est le même que celui de la varicelle.

Lors de la varicelle, le virus pénètre et se multiplie dans les voies aériennes supérieures, avant de passer dans le sang et atteindre la peau. Sur la peau, une éruption de vésicules (boutons en forme de petites gouttelettes) s’observe sur l’ensemble du corps. Une fois la varicelle guérie, le virus reste en sommeil dans certaines cellules du système nerveux central jusqu’à un possible réveil. Une baisse des défenses immunitaires (stress, choc émotionnel, infections, personnes immuno-déprimées par une maladie comme le cancer, le VIH ou prenant des médicaments à base de corticoïdes ou des immunodépresseurs…) peut permettre au virus de se réactiver.

Une réaction affecte alors le nerf et les ganglions qu’il occupait, et entraîne l’apparition de vésicules disposées en grappes sur la peau.

Zona : Symptomes

La personne éprouve dans un premier temps une sensation de brûlure, de picotements, des douleurs (des élancements aigus parfois si forts qu’ils peuvent être confondus avec une sciatique) à différents endroits (dans le dos, au visage, au niveau des yeux, sur le thorax, les fesses, les bras ou les jambes, le cuir chevelu), accompagnés parfois d’une fièvre modérée, de maux de tête et le gonflement de ganglions.

Quelques heures plus tard apparaissent de petites cloques sur la peau, qui entraînent des démangeaisons. Elles sont disposées suivant le trajet de certains nerfs. Elles s’assèchent en deux à trois jours. Puis, des croûtes apparaissent qui disparaîtront en moins de trois semaines.

D’intenses douleurs (douleurs post-zostériennes) comme des brûlures intenses permanentes, des élancements intermittents peuvent être observées, et persister au-delà de la cicatrisation des cloques. Elles seraient dues à l’endommagement des fibres nerveuses par le virus.

La chaleur, le froid, le simple frottement d’un vêtement sur la peau peuvent devenir insupportable. La douleur peut durer des semaines, des mois, voire des années.

Zona : Prévention

Le meilleur moyen de prévenir le zona est de renforcer son système immunitaire pour empêcher le virus de se réveiller. Adoptez une alimentation saine et variée riche en vitamines. Pratiquez une activité physique régulièrement et dormez suffisamment.

Depuis 2006, un vaccin contre le zona (Zostavax®) est proposé. Il a reçu son autorisation de mise sur le marché mais aucune campagne de vaccination n'est encore envisagée. Le Conseil supérieur d'hygiène publique de France attend des données plus complètes pour délivrer sa recommandation.

Zona : Examens

Le diagnostic se fonde sur l’observation des symptômes qui est très typique, et une analyse sanguine. La présence d’anticorps dirigés contre le virus dans le sang confirme le zona.

Zona : Traitements

Consultez un médecin dès l’apparition des premiers symptômes. Si les premiers signes de zona sont décelés suffisamment tôt (moins de 72h) et un traitement antiviral (aciclovir, vidarabine…) mis en place rapidement, les douleurs névralgiques peuvent être évitées.

Pour les petites vésicules, un désinfectant est proposé pour prévenir une surinfection bactérienne.

Le médecin peut prescrire des antidouleurs comme de l’aspirine, du paracétamol. Si cela ne suffit pas pour supprimer les douleurs, des médicaments pour traiter l’épilepsie (Rivotril®…), des anesthésiques locaux ou de la morphine peuvent être particulièrement efficaces contre les élancements.

Une consultation ophtalmologique est nécessaire pour toute douleur et démangeaisons aux yeux.

Zona : Evolution

Si les premiers signes de zona sont décelés suffisamment tôt (moins de 72h) et un traitement antiviral (aciclovir, vidarabine…) mis en place rapidement, les douleurs névralgiques peuvent être évitées. En l’absence de traitement, les lésions du zona durent en moyenne trois semaines. La plupart du temps, une seule crise de zona survient. Mais chez 1% des personnes atteintes, des récidives peuvent être constatées.

L’évolution est en général bénigne. Des complications peuvent tout de même survenir, comme des problèmes oculaires (voire la cécité) lorsque le zona touche l’œil, une paralysie du visage, une encéphalite (inflammation du cerveau).

Autre complication: plus la personne est âgée au moment du zona, plus les douleurs post-zostériennes peuvent être fortes et récurrentes, se poursuivant quelquefois des mois après la disparition des lésions cutanées.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité