Ulcères gastriques et duodenaux

Ulcères gastriques et duodenaux : Définition

L’estomac est une poche en forme de “ J ” située dans la partie supérieure de l’abdomen entre l’œsophage et le duodénum (début de l’intestin grêle).

Publicité
L’ulcère est une perte de substance de la muqueuse pouvant être plus ou moins importante.

C’est une maladie fréquente qui atteint jusqu’à 7% de la population au cours de la vie.

Ulcères gastriques et duodenaux : Causes

A l’état normal il existe un équilibre entre les facteurs d’agression et les facteurs de défense de la muqueuse gastro-duodénale. L’ulcère est secondaire à la rupture localisée de cet équilibre avec agression de la muqueuse.

L’estomac sécrète beaucoup d’acide chlorhydrique. Cette sécrétion est régulée à différents niveaux. La muqueuse se protège de l’acidité par la production de bicarbonates et d’un épais film protecteur (le mucus).

Une bactérie, Helicobacter pylori, est la principale cause de l’ulcère gastro-duodénal. Elle stimule la production d’acide chlorhydrique, produit des substances directement toxiques pour la muqueuse et diminue la synthèse du mucus. Cependant, seule une fraction limitée des malades porteurs de cette bactérie développeront une maladie ulcéreuse. Ceci est du à l’existence de différents types d’Helicobacter pylori et à des facteurs de sensibilité de la muqueuse à cette bactérie propres à chaque individu.

L’autre grande cause d’ulcère est la prise d’aspirine ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (en particulier dans le traitement des maladies articulaires). Ces médicaments dits gastro-toxiques, agissent principalement en diminuant les mécanismes de défense de la muqueuse

Ulcères gastriques et duodenaux : Symptomes

L’ulcère est responsable dans 1/3 des cas de douleurs : siégeant au dessus de l’ombilic et sous la xyphoïdie ; à type de crampes ou de faim douloureuse ; calmées par l’alimentation ou les médicaments anti-acides. Parfois, la douleur est rythmée par l’alimentation ; survenant après un intervalle libre de 2 à 4 heures après les repas.

L’ulcère est révélé par une douleur atypique, évocatrice d’une autre maladie dans 1/3 des cas.

Le diagnostic se fait lors de la fibroscopie oeso-gastro-duodénale qui consiste à mette un tube dans l’estomac avec une caméra pour voir celui-ci dans 1/3 des cas. Il était resté jusque là totalement silencieux.

Maladies dont les symptômes sont proches ?

Les douleurs, mode de présentation le plus typique de l’ulcère sont complètement aspécifiques. Beaucoup d’autres maladies peuvent être évoquées sur les seules données cliniques. La fibroscopie oeso-gastro-duodénale avec biopsies fait le diagnostic.

Ulcères gastriques et duodenaux : Prévention

La prévention des ulcères repose sur la prescription prudente des médicaments gastro-toxiques. En cas de nécessité, il faut associer (chez les patients à risque) à ces médicaments un traitement par des inhibiteurs de la sécrétion acide gastrique (qui contre balanceront les effets nocifs des gastro-toxiques). Eviter l’automédication.Eviter le tabac , la consommation excessive de café, …

Ulcères gastriques et duodenaux : Examens

L’examen clef est la fibroscopie oeso-gastro-duodénale. Elle visualise l’ulcère, précise son siège, permet d’effectuer des prélèvements à la recherche d’Hélicobacter pylori. Dans certaines conditions (hémorragie) la fibroscopie peut être thérapeutique en injectant un produit sclérosant dans l’ulcère permettant l’arrêt du saignement.

Les autres examens complémentaires sont fait pour rechercher une infection par Hélicobacter pylori. Cette bactérie se recherche au microscope sur des biopsies de l’estomac ; ou sur des analyses sanguines.

Parfois en cas de complications comme un saignement par exemple, on peut être amener à faire une prise de sang pour éliminer une anémie.

Ulcères gastriques et duodenaux : Traitements

Le traitement dépend de l’origine de l’ulcère (médicaments gastro-toxiques ou infection par Hélicobacter pylori) ; de son siège ; et de l’existence ou non de complications.

En cas d’ulcère médicamenteux, le traitement est basé sur l’arrêt du gastro-toxique ou si impossible l’ajout d’un médicament luttant contre la sécrétion acide.

En cas d’ulcère du à une infection par Hélicobacter pylori, le traitement est basé sur l’éradication du germe par une antibiothérapie associée à des médicaments luttant contre la sécrétion acide (ex : l' Oméprazole® , générique du Mopral®).

Les complications ont des traitements endoscopiques ou chirurgicaux.

L’hémorragie est traitée par voie endoscopique. Si l’hémorragie est massive ou ne cesse pas ; un traitement chirurgical peut être proposé.

La perforation nécessite pratiquement toujours un traitement chirurgical.

La sténose peut être traitée soit par voie endoscopique (dilatation) ou chirurgicale.

Que devez-vous faire ?

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens et l’aspirine doivent être utilisés avec prudence, surtout chez les patients ayant déjà présenté une pathologie ulcéreuse. Des douleurs abdominales hautes doivent conduire à une consultation ; qui pourra déboucher sur la réalisation d’une fibroscopie oeso-gastro-duodénale.

Aucun régime particulier n’est utile.

Le tabac augmentant la production d’acide gastrique, il est recommandé d’arrêter de fumer.

Un patient ayant eu un ulcère (guéri médicalement ou chirurgicalement) peut mener une vie tout à fait normale.En savoir plus

Ulcères gastriques et duodenaux : Evolution

L’évolution est bénigne dans la très grande majorité des cas. Les complications existent mais sont rares, les traitements actuels étant efficaces.

Les complications sont : l’hémorragie (due à l’érosion d’une artère par l’ulcère) ; la perforation (due à un ulcère très creusant détruisant toute la paroi de l’estomac ou du duodénum) ; la sténose pylorique (qui est la cicatrisation sous un mode anormal de l’ulcère, avec rétrécissement du conduit digestif).

En cas d’ulcère gastrique (mais non duodénal) il est nécessaire de contrôler la cicatrisation de l’ulcère. En effet dans de rares cas l’ulcère gastrique peut être un cancer. La prudence veut que seules les biopsies de l’ulcère et sa cicatrisation permettent d’affirmer définitivement sa nature bénigne.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité