Syndrome de Guillain-Barré

Syndrome de Guillain-Barré

Syndrome de Guillain-Barré : Définition

Le syndrome de Guillain-Barré (aussi désigné "SGB" ou "polyradiculopathie démiélynisante idiopathique aiguë") est une maladie qui affecte la myéline, une substance responsable de la transmission des messages nerveux.
La myéline a la même fonction qu’un câble électrique : elle permet de véhiculer les signaux électriques entre le cerveau et la moelle épinière, les muscles et les organes. Lorsque la myéline est détruite, on parle de démyélinisation.

Publicité

Syndrome de Guillain-Barré : Causes

Bien que ce phénomène demeure en partie mystérieux, son origine est auto-immune. Les défenses immunitaires, dont le rôle est de lutter contre les corps étrangers, se confondent et s’attaquent aux nerfs. Il s’avère que les personnes touchées par ce syndrome ont été victimes d’une infection virale ou bactérienne quelques jours ou quelques semaines auparavant.

Syndrome de Guillain-Barré : Symptomes

Les premiers signes du SGB se traduisent par des fourmillements et des picotements aux extrémités, normalement de manière symétrique. Certains ressentent des décharges électriques ou de vives douleurs au dos, aux cuisses et aux fesses. La paralysie s’empare peu à peu du sujet : elle commence au niveau des pieds pour gagner progressivement les muscles de la respiration, le cou et la tête. Selon les nerfs touchés, le sujet ne parvient plus à bouger les yeux ou à avaler normalement, il peut même s’étouffer.

Syndrome de Guillain-Barré : Traitements

En cas de Guillain-Barré, le patient doit être hospitalisé d’urgence pour limiter les dommages nerveux. Il existe deux traitements tout aussi efficaces : la plasmaphérèse et l’injection d’immunoglobulines intraveineuses (IgIV). Le premier consiste à laver le sang du malade en substituant le plasma afin d’éliminer les auto-anticorps responsables de la démyélinisation. L’IgIV permet d’introduire dans le sang du sujet des anticorps d’autres donneurs qui vont lutter contre les auto-anticorps responsables. Ce deuxième traitement est plus simple à réaliser que le premier et n’entraîne pas d’effets secondaires. Dans la majorité des cas, aucune séquelle n'est à déplorer, les rechutes sont rares.

Syndrome de Guillain-Barré : Evolution

Mais cette altération de la circulation des messages nerveux peut conduire à la paralysie, voire au décès dans 10 à 20 % des cas.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité