Sciatique

Sciatique : Définition

Une sciatique, ou sciatalgie est une douleur qui irradie le long du trajet du nerf sciatique, le nerf le plus épais et le plus long du corps. Ce nerf innerve le membre inférieur depuis la colonne vertébrale jusqu’au pied en passant, grosso modo par la fesse, l’arrière de la cuisse et du mollet. Il peut être inflammé sur l’ensemble de son trajet ou juste sur une de ses portions. La plupart du temps, elle est correspond à une compression du nerf sciatique à sa racine (hernie discale).

Publicité
La sciatique est une pathologie relativement fréquente puisqu’elle concerne 2 % des personnes qui vivent dans les pays industrialisés, 400 000 nouveaux cas étant recensés chaque année. À elle seule, elle représente près de 10 % des consultations pour des douleurs dorsales. La population la plus fréquemment concernée est celle des 35 – 60 ans.

Sciatique : Causes

L’âge, le stress et les efforts intenses impliquant un travail dorsal sont des facteurs de risque pour cette pathologie particulièrement handicapante.

Sciatique : Symptomes

La douleur caractéristique qu’entraîne la sciatique est de type inflammatoire et irradie dans une fesse et/ou l’arrière de la cuisse, du genou et dans le pied (gros orteil ou partie latérale). Le plus souvent, la douleur se cantonne à la fesse et à la cuisse du même côté, on parle alors de sciatique tronquée.
La douleur est souvent rapprochée de celle d’une brûlure ou alors d’une sensation de courant électrique avec des fourmillements. Cette douleur, habituellement aiguë, peut devenir lancinante lorsqu’elle persiste. Elle s’accompagne d’une faiblesse de la jambe sur laquelle il devient difficile de prendre appui et parfois d’un lumbago (douleurs au niveau de la colonne). La sensibilité est augmentée à certains efforts tels que la toux, les éternuements ou le rire.

Sciatique : Traitements

En allopathie, on traite les sciatiques à l’aide de médicaments anti-inflammatoires et d’antalgiques qui servent à faire diminuer la douleur. Néanmoins, ces traitements ne sont pas toujours efficaces et, dans tous les cas, ne corrigent pas le problème à sa source (généralement un blocage au niveau des vertèbres ou du sacrum). S’ils sont inefficaces, le médecin peut opter pour une infiltration, c'est-à-dire une injection de corticoïdes.
Des solutions alternatives, le plus souvent très efficaces, existent toutefois. C’est notamment le cas de l’ostéopathie qui permet de corriger l’origine de la sciatique et donc de la soigner durablement.
Dans les cas les plus graves, notamment en cas de hernie discale entraînant des troubles sphinctériens ou un déficit moteur, il faut recourir à la chirurgie.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité