Dictionnaire des maladies

Rhinites chroniques

Réagissez ! - 1 commentaire
Publicité

Rhinites chroniques : Définition

C’est une maladie inflammatoire de la muqueuse des fosses nasales. Les sinusites aigues ou chroniques (pendant plusieurs semaines ou mois) peuvent accompagner ou compliquer les rhinites. La rhino-pharyngite survient en générale dans le cadre d’une infection virale avec fièvre et écoulement nasal plus ou moins purulent. La durée n'excède pas en général une semaine.

Rhinites chroniques : Causes

Les rhinites chroniques sont d’origines allergiques dans 40% des cas et non allergiques dans 60% des cas. La rhinite chronique allergique est due à un allergène (substance qui déclenche des manifestations allergiques) auquel la personne est sensibilisée. Parmi les rhinites chroniques non allergiques, il existe la rhinite vasomotrice (75%), parfois due à des prises de médicaments, ou hormonales (femmes enceintes). La rhinite chronique non allergique à éosinophiles (25%), (les globules blancs responsables de la réaction allergique) qui sont en nombre élevé dans les sécrétions nasales, sans réaction allergique.

Rhinites chroniques : Symptomes

La rhinite chronique se manifeste par l’obstruction nasale (nez bouché), un écoulement nasal clair (rhinorrhée), une congestion du nez, les troubles de l’odorat et les éternuements. Pour la rhinite allergique, il faut rechercher des antécédents d’allergie ou d’autres manifestations  (conjonctivite, asthme, eczéma, urticaire), des démangeaisons du nez et des larmoiements.

Elle peut être rythmée par les saisons (février à avril : pollens d'arbre, mai à juillet : pollens de graminées, juin à septembre : pollens d'herbacés), ou persistante, liée à l'exposition aux acariens de la poussière ou aux animaux.

Les symptômes débutent en général après 30 ans, favorisés par des facteurs climatiques (le froid sec et la chaleur humide, les odeurs fortes de parfums ou de détergents, la fumée, parfois le simple fait de manger ou boire une boisson chaude. Il faut se méfier des rhinites chroniques unilatérales qui peuvent être dues à un obstacle mécanique comme par exemple des polypes.

Rhinites chroniques : Prévention

A part l’éviction de l’allergène et un traitement précoce, la rhinite chronique ne peut être prévenue. Quelque soit le traitement, une meilleure hygiène de vie est souhaitable : arrêt du tabac et pratique d’un sport. En cas de rhinite allergique, il faut essayer d’éviter l’allergène. Assainissez votre intérieur, éliminez les acariens, évitez le tissu mural, les tentures, la moquette, les animaux domestiques, les sprays ménagers, les parfums d'ambiance.

 

Rhinites chroniques : Examens

La recherche de l’allergie tient compte des antécédents personnels ou familiaux, des circonstances d’apparition, des symptômes associés (asthme). Le diagnostic d’allergie est fait par un allergologue, qui pratique des tests cutanés dont la lecture se fait en 15 minutes. Ces tests peuvent être réalisés même chez les très jeunes enfants, si nécessaire, ces tests sont complétés par des dosages sanguins des anticorps responsables de l'allergie : les lge. Un scanner des sinus est parfois nécessaire afin d'éliminer une pathologie des sinus.

Rhinites chroniques : Traitements

Le principal traitement est médicamenteux. Les anti-histaminiques H1 sont efficaces sur la rhinorrhée et les éternuements (ex : la desloratadine, générique du médicament Aerius®). Attention, certains peuvent êtres sédatifs (somnolence) mais les plus récents sont bien tolérés. La corticothérapie en pulvérisation nasale est efficace sur tous les symptômes et souvent nécessaire pour soulager l'obstruction. Les anticholinergiques en pulvérisation nasale sont efficaces sur la rhinorrhée mais peuvent assécher également la bouche. Deux traitements peuvent être proposés si la rhinite est invalidante : La désensibilisation qui se pratique maintenant presque toujours sous forme de gouttes à mettre sous la langue a une efficacité prouvée en particulier pour les allergies aux acariens et aux pollens. La chirurgie en cas d’obstruction nasale chronique importante : cautérisation des cornets inférieurs en consultation sous anesthésie locale ou ablation sous anesthésie générale. Les cures thermales peuvent être d’un bon apport.

 

Rhinites chroniques : Evolution

Des surinfections nasales peuvent survenir, l’infection doit être traitée par des antibiotiques, parfois associés à des corticoides. Si ces infections sont trop fréquentes, il faut en trouver la cause pour proposer un traitement de fond. Si l’allergène est retrouvé, son éviction peut permettre la guérison, ou une désensibilisation peut améliorer considérablement et durablement les symptômes. Dans le cas contraire, les traitements actuels ne sont pas toujours efficaces pour guérir le patient mais soulagent grandement les symptômes.

La réaction allergique :
Il s’agit d’une réaction de défense  du système immunitaire, qui fabrique des anticorps (les IgE) dirigés contre des substances en général inoffensives : les allergènes . Ces anticorps reconnaissent ensuite l’allergène à chaque contact, ce qui provoque les réactions. A chaque rencontre, l’association anticorps + allergène déclenche la libération de substances inflammatoires contenues dans des cellules du sang et des tissus, ces substances sont à l’origine des symptômes. Parmi ces substances, l’histamine joue un rôle majeur, c’est pourquoi les antihistaminiques, en bloquant son action, sont efficaces sur les symptômes de l’allergie.

Toutes les fiches maladies

Je souscris à la newsletter medisite À la Une

Voir un exemple
Publicité

Ailleurs sur le web

Pour commenter cet article, veuillez vous inscrire ou vous connecter avec votre compte Medisite

1 commentaire

parler pour ne rien dire...

Portrait de debby69

parler pour ne rien dire... tergiverser, épiloguer.... juste pour parler....  mais rien de consistant qui ferait avancer le schmilblick.  rien ne guérit un véritable rhinite vasomotrice, ce n est pas allergique, d'où son nom...  aucune avancée médicale dans ce domaine... l'évolution de cette maladie rend la vie invivable. fatigue, épuisement, insomnie.... il n y a plus de vie...   et je crois que le corps médical s'en fiche éperduement!      je suis totalement désabusée.

Votez pour ce commentaire: