Dictionnaire des maladies
Publicité

Phlébite

Réagissez !
Publicité

Phlébite : Définition

 

La phlébite correspond à l’obstruction partielle ou complète, par un caillot, d’une veine profonde située dans les  jambes ou dans les cuisses, d’ou le nom de « thrombose veineuse profonde ». A l’opposé, on parle de phlébite superficielle lorsqu’il s’agit d’une veine superficielle, c’est à dire située juste sous la peau et parfois siège de varicositées. 
 

 

 

Phlébite : Causes

 

Les mécanismes favorisant la survenue d’une phlébite sont la stase sanguine dans les veines, comme lors d’une compression par un plâtre ou consécutif à une immobilisation prolongée (long voyage en avion, alitement pour maladie...) ou au cours d’une grossesse ou en cas d’insuffisance veineuse. La coagulation du sang due à un excès de plaquettes, de globule, ou sous l’effet de l’action conjuguée du tabac et d’une pilule oestro-progestative. L’inflammation de la paroi des veines par une infection ou un traumatisme. Ceux-ci peuvent se conjuguer suite à une intervention chirurgicale des jambes, du petit bassin et de l’abdomen. Plus rarement, il peut s’agir d’une anomalie génétique de la coagulation.
 

 

 

Phlébite : Symptomes

Les phlébites superficielles se manifestent par l’apparition d’un cordon dur, douloureux, tuméfié, rouge et chaud sur le trajet d’une veine superficielle. Les phlébites profondes provoquent une tension douloureuse dans un mollet ou une cuisse, gênant la marche. La jambe ou la cuisse peuvent être enflées de façon nettement asymétrique. Il existe souvent une fièvre et une tachycardie (accélération de la fréquence cardiaque). La douleur de jambe provoquée par la phlébite peut parfois être confondue avec une tendinite, un claquage musculaire ou un hématome. Quand la jambe est rouge et enflée, l’autre diagnostic essentiel à éliminer est celui d’un érysipèle, c’est-à-dire une infection bactérienne.
 

Phlébite : Prévention

 

Dans les situations à faible risque de phlébite, telle une intervention chirurgicale brève on conseille d’éviter un alitement prolongé, de se lever et de marcher autant que possible dès le lendemain de l’opération. Le port de bas ou de collants de contention est recommandé. De même pour les longs voyages, où l’on conseille d’en  porter aussi et de se dégourdir les jambes toutes les deux heures. Dans les situations à haut risque de phlébite, telle après une intervention chirurgicale lourde ou lorsqu’on porte un plâtre pendant plusieurs semaines, il est nécessaire de prendre des anticoagulants. En revanche, ils ne sont pas nécessaires pour un plâtre au bras.
 

 

 

Phlébite : Examens

 

La phlébite superficielle est un diagnostic clinique le plus souvent ; néanmoins, il faut quand même réaliser une échographie doppler des veines afin d’éliminer une phlébite profonde associée mais qui permet de vérifier également si la veine occluse est saine ou variqueuse. S'il s'agit d'une varice qui s'est occluse, la cause est l'insuffisance veineuse superficielle qui évolue et dont il faudra envisager un traitement spécifique pour éviter la récidive. S'il s'agit par contre d'une veine saine, la phlébite superficielle doit être prise en charge de la même manière qu'une phlébite profonde avec recherche d'une cause ayant favorisée la survenue de cette phlébite. En effet, le diagnostic de phlébite profonde ou d’embolie pulmonaire, justifie un traitement anticoagulant prolongé à mettre en route en urgence. Pour confirmer l’existence d’une phlébite profonde, on utilise essentiellement l’écho doppler veineux des membres inférieurs. Très rarement, on a recours à une phlébographie : radiographie qui nécessite de perfuser de l’iode (produit opaque aux rayons X.
 

 

 

Phlébite : Traitements

 

Pour une phlébite superficielle, votre médecin fera la distinction entre phlébite superficielle sur veine saine ou sur veine variqueuse. En cas de phlébite sur veine variqueuse, il suffit d’un traitement antalgique en pommade ou en comprimés associé au port d’une contention élastique. En cas de phlébite superficielle sur veine saine, un traitement anti-coagulant est prescrit avec recherche d'une cause indispensable. Pour une phlébite profonde on recommande un traitement anticoagulant. Celui-ci est assuré les premiers jours par de l’héparine, en piqûres sous-cutanées ou en perfusion, ensuite relayées par un traitement anticoagulant en comprimé, de la famille des anti-vitamine K. Ces anticoagulants seront poursuivis 3 à 6 mois, parfois plus longtemps s’il s’agit d’un phénomène récidivant. Phlébite : évolution. Une phlébite profonde peut se compliquer, outre d’une embolie pulmonaire d’une maladie post-phlébitique. Il s’agit de l’apparition de varices sur les veines superficielles raccordées à la veine profonde occluse par le caillot. Ces varices peuvent à leur tour donner une insuffisance veineuse, (avec sensation de douleurs et/ou de jambes lourdes) exposant à de nouvelles phlébites ou à l’apparition d’ulcères cutanés aux chevilles notamment. Cependant, la prise en charge précoce d’une phlébite avec port d’une contention veineuse permet d’éviter ces complications.
 
 

 

 

Phlébite : Evolution

Une phlébite superficielle guérit sans complications en quelques jours. En revanche une phlébite profonde peut se compliquer, outre d’une embolie pulmonaire d’une maladie post-phlébitique. Il s’agit de l’apparition de varices sur les veines superficielles raccordées à la veine profonde occluse par le caillot. Ces varices peuvent à leur tour donner une insuffisance veineuse, (avec sensation de douleurs et/ou de jambes lourdes) exposant à de nouvelles phlébites ou à l’apparition d’ulcères cutanés aux chevilles notamment. Cependant, la prise en charge précoce d’une phlébite avec port d’une contention veineuse permet d’éviter ces complications.

 

Toutes les fiches maladies

Je souscris à la newsletter medisite À la Une

Voir un exemple
Publicité

Ailleurs sur le web

Publiez votre commentaire

Publicité