Migraine

Migraine : Définition

La migraine est une forme de céphalée. Elle se caractérise par la survenue récurrente de crises (généralement plus d’une par mois), dont la sévérité peut nécessiter l’alitement. Ces crises, durant de quelques heures à quelques mois, peuvent être ou non précédées de manifestations neurologiques nommées 'auras'.

Publicité
Migraine : Causes

Les mécanismes physiologiques qui conduisent à la migraine sont encore mal connus. Une vasodilation des vaisseaux du cerveau est observée lors de la crise. La recherche actuelle s’attache à mieux comprendre le rôle des différentes protéines, neuropeptides (sérotonine, etc.) et acides aminés, qui jouent un rôle prépondérant dans le déclenchement et le déroulement des crises. La contraception orale chez la femme peut augmenter la fréquence ou la sévérité des crises. La ménopause a le plus souvent un effet favorable sur son évolution. Les études génétiques ont incriminés trois gènes ont été à ce jour. Comme pour la migraine hémiplégique familiale, rare dont la douleur entraîne une légère paralysie affectant un côté du corps a été à la base de ces recherches.

Migraine : Symptomes

Ce sont le plus souvent des troubles visuels, mais aussi parfois sensitifs, des troubles du langage ou, très rarement, des troubles moteurs. Elle se manifeste par une douleur unilatérale, des signes digestifs, une photophobie (difficulté à supporter la lumière) et une phonophobie (le bruit). L’apparition de nombreux signes cliniques peuvent accompagner une crise migraineuse: vomissements, nausées, pseudo-vertiges, troubles de la mémoire, pâleur, intolérance à la lumière et au bruit, irritabilité et troubles de l’humeur, troubles de l’acuité visuelle ...

Migraine : Prévention

Les facteurs déclenchant de la crise diffèrent d’un patient à l’autre, et peuvent varier d’une crise à l’autre chez un même patient. Un tiers à la moitié des migraineux parviennent à identifier les facteurs déclenchant de la survenue de leur crise: anxiété, stress, fatigue, règles, alcool et aliments divers (chocolat, aliments gras et frits...), facteurs climatiques. Il est donc parfois possible de supprimer certains de ces facteurs (aliments à risque, grasse matinée...) pour prévenir la survenue des crises.

Migraine : Examens

Aucune technique d’imagerie médicale, aucune prise de sang ne permet de la reconnaître. Des examens complémentaires, des dents, des sinus et surtout de la vue pour éliminer une autre cause. Une mauvaise vue (myopie, hypermétropie, astigmatisme) peut provoquer de violents maux de tête qui disparaîtront grâce à des lunettes adaptées. Le diagnostic de migraine reste fondé sur un interrogatoire patient et minutieux du malade, assorti d’un simple examen clinique. Il nécessite cependant une première consultation longue.

Migraine : Traitements

Quelques gestes simples: presser la tempe du côté douloureux, placer sur la tête des compresses chaudes ou glacées, porter des verres teintés, boire du café fort, se coucher loin du bruit et de la lumière. Les antalgiques comme le paracétamol, les anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l’ibuprofène traitent la crise. Les triptans, en cas de migraine invalidante ou résistante mais sont contre indiqués en cas d’insuffisance coronaire (angine de poitrine) et cardiaque. Les dérivés de l’ergot de seigle (tartrate d’ergotamine Migwell®, dihydroergotamine Diergo-spray®) sont aussi prescrits. En traitement de fond, en cas de crises fréquentes des béta-bloquants ou des antidépresseurs. L’acupuncture, la relaxation, et le biofeedback peuvent donner des résultats.

Migraine : Evolution

L'infarctus migraineux est une complication rarissime, lors d'un accident vasculaire cérébral ischémique en cas de crise migraineuse avec aura. L'accident vasculaire se produit dans le territoire cérébral correspondant au territoire responsable des auras habituelles. Le bilan étiologique est négatif (aucune autre cause ne peut expliquer l'infarctus cérébral).

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité