Méningite

Méningite : Définition

Le terme "méningite" désigne l’inflammation des méninges qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière. Elle fait suite à une infection du liquide, appelé liquide céphalorachidien (LCR), entourant ces membranes. Le temps d’invasion des bactéries dans le LCR est rapide, de quelques heures à 24-48 heures. La méningite bactérienne est une maladie "foudroyante", particulièrement chez les personnes fragiles (nourrissons, petits enfants, personnes âgées, malades graves). Elle se transmet par la toux, les éternuements et les baisers.

Publicité
Méningite : Causes

Il y a de nombreuses causes de la méningite. Les causes les plus courantes de la méningite bactérienne sont le méningocoque (Neisseria meningitidis), le pneumocoque (Streptococcus pneumoniae), le streptocoque du groupe B (Streptococcus agalactiae) et le colibacille ou E. coli (Eschericia coli). On observe aussi des causes plus rares comme des champignons, mais souvent seulement chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli. Certaines des causes plus exotiques de la méningite, comme celles qui sont attribuables à des parasites, sont limitées aux pays tropicaux.

Méningite : Symptomes

Les signes cliniques sont : maux de tête tenaces, vomissements ou nausées, fièvre, et raideur dans la nuque (impossibilité de rentrer son menton jusqu’à toucher son cou). Il y a aussi des signes neurologiques : convulsions, crise d’épilepsie, coma. Enfin, les signes cutanés : petites tâches rouges sang cramoisi (qu’on appelle le purpura car il ne s’efface pas à la vitropression et c’est un signe pathognomonique).

Méningite : Prévention

Il existe des vaccins contre les méningocoques A et C qui sont malheureusement les moins fréquents des méningocoques en France. Les vaccins contre le pneumocoque sont surtout proposés aux personnes les plus à risque (personnes âgées, nourrissons affaiblis, malades chroniques). Enfin, il y a les vaccins contre l’Hæmophilus.
Il faut consulter en urgence quand un mal de tête fébrile (température supérieure ou égale à 38°C) persiste en s’aggravant plus de 6 heures ou s’il apparaît des taches rouges cramoisies sur la peau. Et consulter aussi immédiatement en cas de raideur de la nuque et/ou de somnolence incoercible.

Méningite : Examens

Le plus délicat pour le médecin est de reconnaître tôt l’atteinte des méninges. S’il y a une forte présomption de méningite, le plus sûr est de traiter par injection d’antibiotiques (type céphalosporines de troisième génération comme la Ceftriaxone) avant tout examen. Ensuite, le médecin pratique immédiatement une ponction lombaire pour confirmer ce diagnostic grave. Cet examen consiste à introduire une aiguille entre deux vertèbres lombaires (la 4e et la 5e en général), après anesthésie locale. Le but est de traverser les méninges et recueillir du liquide céphalorachidien. L’examen donne des renseignements immédiats.

Méningite : Traitements

L'infection qui a provoqué la méningite est traitée à l'aide d'antibiotiques. Les antibiotiques peuvent parfois être pris jusqu'à trois semaines. Dans le cas des personnes qui ont été en contact avec quelqu'un présentant une infection par méningocoque ou H. influenzae, le médecin prescrira aussi des antibiotiques. Sans traitement, la mort survient rapidement dans la moitié des cas.

Méningite : Evolution

L’évolution et le degré de gravité de la maladie dépendent de l’agent pathogène. Les méningites provoquées par des bactéries présentent une évolution grave et souvent mortelle à n’importe quel âge si le traitement n’est pas administré dans les quelques heures. Les virus, eux, déclenchent des inflammations non purulentes et, même si les symptômes sont similaires, ces inflammations auront moins de séquelles (en dehors de la méningo-encéphalite herpétique qui peut laisser de graves séquelles neurologiques). Une infection des méninges due aux champignons accompagne souvent des maladies plus graves, qui exigent une chimiothérapie de longue durée ou une immuno-suppression.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité