Lumbago

Lumbago : Définition

Le lumbago est un blocage douloureux aigu du dos, au niveau 'des reins' pour le commun des mortels, et du rachis lombaire pour les médecins. C’est une lombalgie aiguë.

Publicité
Lumbago : Causes

Le blocage des vertèbres lombaires est dû à un faux mouvement des vertèbres (entorse) qui entraîne une contracture musculaire durant quelques jours. Le lumbago commun est favorisé par l’absence de gymnastique adaptée, les mouvements risqués et/ou en force (bricolage, manutention) et le surpoids. L’anxiété, la fatigue et le stress entraînent aussi des faux mouvements. Il y a d’autres causes plus graves et plus rares qu’on doit éliminer avant de conclure à un lumbago commun: les arthrites inflammatoires en crise, les infections vertébrales (lorsqu’il y a de la fièvre et une porte d’entrée à un microbe). Il peut s’agir d’une tumeur locale ou d’une métastase de cancer. Les calculs rénaux qui migrent (colique néphrétique) peuvent s’exprimer parfois de cette manière trompeuse...

Lumbago : Symptomes

Un lumbago se manifeste par des douleurs vives de la région lombaire qui s’étend de la côte la plus basse au bas du fessier. Les douleurs peuvent parfois irradier jusque dans le fessier, dans la partie arrière de la cuisse jusqu’au mollet et/ou la région de l’aine. Les muscles sont tendus et le dos raide. En cas de douleurs aigües, le dos s’incline souvent vers l’avant ou vers le côté. Les douleurs lombaires sont parfois aussi accompagnées d’une sensation de pincement vif, de pointe enfoncée ou de picotements dans le dos ou le fessier. Si les douleurs apparaissent soudainement et sans cause apparente, il s’agit d’un lumbago. Si les douleurs persistent pour plus de trois mois, il s’agit d’une lombalgie chronique.

Lumbago : Prévention

Consulter le médecin pour être sûr du diagnostic. Ensuite, le lumbago commun est affaire d’hygiène de vie et du mouvement. Eviter la récidive passe parfois par le règlement de conflits personnels. Voire la reconversion professionnelle pour les métiers à haut risque pour le dos.

Lumbago : Examens

Un lumbago commun ne nécessite qu’un bon examen clinique. Pour éliminer une cause grave ou une autre pathologie qui simule un lumbago, on pratique d’abord des radiographies. Si les signes l’évoquent au médecin, il peut demander une échographie du bas ventre (organes génito-urinaires) ou du foie, des reins... Le scanner des vertèbres ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) est parfois nécessaire lorsqu’on pense à une intervention particulière (écrasement des nerfs ou de la moelle épinière). Actuellement, on les pratique trop souvent pour seulement conforter un diagnostic évident et éviter les procès.

Lumbago : Traitements

Le repos mais le moins possible au lit. Reprendre une activité en se fiant à sa douleur pour arrêter les gestes au bon moment. On évite l’interruption de l’activité professionnelle au-delà de 7 jours pour ne pas mettre la personne en situation de blocage douloureux: la lombalgie chronique 'mi-déprime, mi-esquive des soucis'. Les médicaments antalgiques, et les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS comme l’ibuprofène) en complément se prescrivent quelques jours pour redonner de la souplesse aux vertèbres. Les manipulations vertébrales par un ostéopathe médecin chevronné sont souhaitables chez les personnes ayant des positions vicieuses du dos et des dérangements vertébraux permanents. Les résultats peuvent être spectaculaires en une ou deux séances.

Lumbago : Evolution

En général, la situation se normalise d’elle-même en quelques jours et les médicaments sont arrêtés dans la semaine. Si ce n’est pas le cas, un bilan plus approfondi se justifie.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité