Lithiase urinaire

Lithiase urinaire : Définition

La lithiase urinaire se caractérise par la présence d'un ou de plusieurs calculs (concrétions solides ressemblant à des cailloux) dans les voies urinaires. Ils peuvent se former à divers endroits : dans le rein, l’uretère (le canal reliant le rein à la vessie), la vessie ou l’urètre. Les calculs sont dus à la concrétion de minéraux contenus dans l'urine.

Publicité
Si la plupart s'éliminent d'eux-mêmes (90% des calculs sont aussi petits qu'un grain de sable) par les voies urinaires avec l'urine, les plus gros peuvent se coincer et provoquer notamment des coliques néphrétiques (l'urine a des difficultés à s'évacuer. Cela entraîne de fortes douleurs au bas du dos et de l'abdomen).

C'est une maladie fréquente puisque 2 à 3% de la population française est concernée, son début se situant généralement entre 30 et 50 ans. L'homme serait deux fois plus touché que la femme.

Lithiase urinaire : Causes

Les calculs rénaux se forment lorsque de petits fragments de minéraux présents dans l'urine se déposent dans les voies urinaires, le rein, l'uretère, la vessie ou l'urètre.

Les minéraux (principalement de l'oxalate de calcium et parfois de l'acide urique, un déchet de la décomposition des protéines dans l'organisme, ou du phosphate de calcium) adhèrent entre eux et finissent par former des calculs. Ils sont plus susceptibles de se créer dans les climats chauds, pendant l'été ou lors d'un effort intense et prolongé, lorsque les personnes se déshydratent ou consomment trop peu de liquides. La concentration des minéraux dans leur urine augmente, à l’origine de la formation de petits cailloux.

La stagnation des urines provoquée par un obstacle (un adénome de la prostate par exemple) peut faciliter, au long cours, la formation de calculs.

Certaines personnes seraient également héréditairement prédisposées.

Des maladies métaboliques (causes d'élévation du calcium dans le sang ou dans les urines, d'élévation de l'acide urique) sont aussi une des causes (rarement cependant).

On retrouve aussi les infections urinaires chroniques ou à répétition d'origine bactérienne, et l'hypertension, qui favoriseraient leur formation.

D'autres facteurs de risque comme une alimentation trop riche en sels et en protéines sont évoqués.

Lithiase urinaire : Symptômes

La lithiase urinaire peut n'occasionner aucune gêne pendant des années et être découverte au cours d'un examen radiologique pour une autre pathologie. C'est lorsque les calculs se coincent dans les voies urinaires, qu'ils entraînent des symptômes. On retrouve alors la classique colique néphrétique, qui se caractérise par une douleur brutale, forte dans le dos, qui s'étend vers les organes génitaux et le bas du ventre.

Les calculs peuvent aussi entraîner des douleurs au niveau du flanc, des testicules, des brûlures pendant les mictions, du sang dans les urines.

La lithiase urinaire accroît également le risque d'infections urinaires (avec des brûlures lors de la miction, des mictions plus fréquentes, une urine plus ou moins trouble, de la fièvre).

Lithiase urinaire : Prévention

La meilleure des préventions pour les éviter : boire régulièrement et abondamment (jusqu'à 2 l. d'eau ou de liquides par jour). Et cela même quand on n'a pas soif, notamment pendant les voyages en voiture et en avion (qui déshydratent beaucoup), et davantage en période estivale.

Si vous en avez déjà eu, il est nécessaire de consommer avec modération une nourriture riche en sels, en protéines, en calcium comme les viandes, la charcuterie, les produits laitiers mais aussi certains aliments comme l'oseille, les épinards, les betteraves, le chocolat, les arachides qui contiennent beaucoup d'oxalates et favorisent la formation des calculs rénaux. Vous pouvez en revanche consommer des aliments riches en vitamine A comme les abricots, le brocoli... qui aident au bon fonctionnement du système urinaire et préviennent la formation de calculs.

La reprise d'une activité physique est également importante car la sédentarité provoque une perte graduelle de la masse osseuse et la libération de calcium dans le sang.

La prise prolongée de fortes doses de suppléments en vitamine D peut causer des calculs rénaux. Il est conseillé de consulter un médecin avant d'y avoir recours.

Lithiase urinaire : Examens

Souvent, la lithiase rénale évolue silencieusement, sans aucun symptôme. C'est au cours d'une échographie ou d'une radiographie de l'abdomen pour une autre raison qu'ils sont découverts.

A ce moment là, une analyse d'urine et un bilan sanguin peuvent être proposés. Une échographie urinaire peut également être demandée, qui permet d'affirmer la présence d'une lithiase, de préciser le nombre et la localisation des calculs, de juger de leur retentissement sur le rein et la voie urinaire et d'orienter les traitements.

En cas de doute, un scanner abdominal avec ou sans injection de produit de contraste peut être prescrit.

Lithiase urinaire : Traitements

En dehors des situations d'urgence (colique néphrétique...), plusieurs traitements médicaux et chirurgicaux peuvent être proposés. Ils dépendent du nombre, de la taille, de leur localisation et de la nature des calculs.

Le traitement inclut certaines mesures diététiques, comme un régime alimentaire pauvre en calcium, en protéines, en aliments riches en oxalate de calcium. Il est conseillé aussi de boire abondamment (en dehors des épisodes de colique néphrétique).

S'il s'agit de calculs uriques (après analyse biologique), ils peuvent être dissous soit par l'ingestion de bicarbonates en préparation pharmaceutique, soit en buvant une bouteille par jour de Vichy St Yorre®. Un calcul de 1 cm peut se dissoudre en un mois environ.

En fonction de leur localisation, le médecin proposera la fragmentation du ou des calculs. Une lithotritie extra-corporelle (LEC) par des ondes piézoélectriques peut alors être proposée. Le patient est placé dans une sorte de “baignoire“ qui délivre des ondes de choc à travers la peau pour dissoudre le calcul.

Un drainage chirurgical en urgence soit par les voies naturelles, soit au travers de la peau par une incision, peut être indiqué si le rein s'infecte ou si sa fonction s'altère.

Certains calculs peuvent aussi être retirés ou détruits par endoscopie ou fibroscopie en remontant le long des voies naturelles.

Lithiase urinaire : Evolution

Une personne sur deux qui a déjà eu un calcul en aura de nouveau dans les dix ans qui suivent. La prévention est donc une nécessité.

Un calcul peut être à l'origine d'un blocage complet de la voie urinaire. Il peut alors y avoir surinfection des urines dans le rein (pyélonéphrite) et, à un stade plus avancé, une septicémie par passage de bactéries dans la circulation sanguine. Le risque le plus important d'une lithiase urinaire est l'insuffisance rénale définitive, nécessitant une dialyse ou la greffe d'un rein.

Lithiase urinaire : Sources

Faculté de médecine de Strasbourg, vulgaris-medical

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité