Insuffisance respiratoire

On parle d’insuffisance respiratoire quand les échanges gazeux au niveau des poumons sont insuffisants. Causes, symptômes, prévention, traitements. Détails

Insuffisance respiratoire : Définition

On parle d’insuffisance respiratoire lorsque les poumons ne sont plus capables d’assurer les échanges gazeux.

Publicité
L’insuffisance respiratoire peut être aiguë, lorsque la défaillance se manifeste brutalement, ou évoluer sur un mode chronique. Elle est toujours secondaire à une maladie.

Insuffisance respiratoire : Causes

Les causes les plus fréquentes d’insuffisance respiratoire aiguë sont représentées par le blocage d’un thrombus dans les artères pulmonaires (embolie pulmonaire), certaines infections respiratoires, une décompensation cardiaque, une atteinte neurologique entraînant un coma.

Quant aux motifs les plus habituels d’insuffisance respiratoire chronique, ils sont constitués par les bronchites chroniques évoluées favorisées par le tabagisme, l’asthme, l’emphysème, les interventions chirurgicales pour cancer du poumon, certaines maladies neurologiques ou musculaires (poliomyélites, myopathies), une déformation thoracique, ou encore une forte obésité avec syndrome d’apnée du sommeil.

Insuffisance respiratoire : Symptomes

L’insuffisance respiratoire, notamment aiguë, se traduit par une respiration difficile. Le thorax est distendu. Le malade tire à l’inspiration, est fatigué. A un stade évolué, le patient peut même devenir bleu et des troubles neurologiques ou une irritabilité peuvent apparaître.

Des signes liés au retentissement cardiaque de l’insuffisance respiratoire peuvent aussi être observés (accélération du rythme cardiaque, augmentation du volume du foie, œdèmes des jambes).

Mais, bien souvent, les sujets porteurs de maladie respiratoire chronique ne s’aperçoivent pas qu’ils sont essoufflés, car ils sont habitués à leur gêne. Des maux de tête le matin, une somnolence pourront faire soupçonner l’éventualité d’une insuffisance respiratoire chronique.

Comment la reconnaître ?

Le diagnostic repose sur la mesure des gaz du sang, un test biologique à pratiquer dès que l’on redoute une insuffisance respiratoire.

Une pression d’oxygène dans le sang artériel constamment inférieure à 70 mm Hg (normale comprise entre 80 et 100 mmHg) définit la présence d’une insuffisance respiratoire chronique.

Le taux de pH sanguin peut être également altéré et le taux de gaz carbonique dans les artères peut s’élever, témoignant de l’incapacité des poumons à éliminer ce gaz.

Insuffisance respiratoire : Examens

Hors la mesure des gaz du sang artériel (oxygène et gaz carbonique), il peut être utile de pratiquer des épreuves fonctionnelles respiratoires pour apprécier le niveau d’altération des échanges gazeux.

Dans certains cas, les gaz du sang pourront être mesurés après un effort pour sensibiliser le test. La numération formule sanguine peut mettre en évidence un excès de globules rouges dans le sang (polyglobulie), qui est un mécanisme d’adaptation pour compenser la baisse des échanges gazeux (un peu comme en altitude).

Les autres examens : radiographie, scanner, exploration cardiaque seront fonction de la cause suspectée.

Insuffisance respiratoire : Traitements

Le principal traitement consiste à administrer de l’oxygène en continu, souvent au domicile du patient. Dans les cas graves, le malade pourra être mis sous ventilateur avec un masque nasal ou après une intubation dans la trachée pour l’aider à respirer.

Bien sûr, l’arrêt du tabac s’impose chez ces patients fragiles. Les autres traitements : antibiotiques, anticoagulants, chirurgie, bronchodilatateurs, rééducation dépendent de la maladie à l’origine de l’insuffisance respiratoire.

Que devez-vous faire ?

Le mieux est d’éviter l’apparition d’une insuffisance respiratoire en veillant à la bonne santé de ses poumons, notamment en ne fumant pas.

Les personnes atteintes de maladie pulmonaire chronique devront aussi bien prendre leurs traitements, suivre la kinésithérapie qui a pu leur être proposée, pour éviter ce risque.

Par ailleurs, certains médicaments risquant d’induire une somnolence (somnifères, tranquillisants) doivent être évités chez les insuffisants respiratoires.

Insuffisance respiratoire : Evolution

L’insuffisance respiratoire chronique peut se décompenser en insuffisance respiratoire aiguë, en particulier à l’occasion d’une infection, et imposer une hospitalisation en urgence, voire un séjour en réanimation. D’où l’importance de la prévenir.

Insuffisance respiratoire : Sources

Article sur l’insuffisance respiratoire chronique dans un site de pneumologie.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité