Glioblastome

Glioblastome : Définition

Un glioblastome est une tumeur cérébrale de mauvais pronostic. Il s’agit de la forme de cancer cérébral la plus fréquente et la plus agressive qui touche les personnes âgées de 45 à 70 ans. Les cellules cancéreuses du glioblastome n’étant pas toujours stables, il est très difficile de proposer un traitement efficace pour le combattre.

Publicité
Le glioblastome se développe généralement au niveau des hémisphères cérébraux mais peut survenir ailleurs sur le système nerveux central. La taille du glioblastome augmente rapidement, devenant une grosse tumeur au bout de deux ou trois mois. Il existe deux types de glioblastome : le glioblastome primaire et le glioblastome secondaire. Ce dernier se dit d’une tumeur bénigne s’étant convertie en tumeur maligne.

Glioblastome : Symptomes

L’inflammation du tissu cérébral due à la tumeur engendre la formation d’un œdème. C’est cet œdème qui est responsable des premiers symptômes, lesquels varient en fonction de l’endroit où est localisée la tumeur. Le sujet est victime de nausées et de vomissements, il ressent des maux de tête (céphalées). Certaines personnes ont des troubles de la vision et du comportement, elles perdent parfois la mémoire. Des crises convulsives peuvent survenir (épilepsie).

Glioblastome : Examens

Un scanner et une IRM cérébraux (éventuellement une biopsie) permettront de confirmer la présence d’un glioblastome.

Glioblastome : Traitements

Le traitement à suivre s’effectuera en trois phases : l’ablation de la tumeur, la radiothérapie et la chimiothérapie. L’exérèse du glioblastome s’effectue par voie chirurgicale. Cependant, sa localisation empêche dans la plupart des cas de le retirer dans sa totalité. S’ensuivent une radiothérapie et plusieurs sessions de chimiothérapie. La prise d’anticonvulsivants ou de corticostéroïdes peut accompagner ces traitements. Malheureusement, ils ne garantissent pas la guérison du patient et le risque de récidive reste élevé.

Glioblastome : Evolution

Le glioblastome est une tumeur de mauvais pronostic dans la mesure où l’espérance de vie est estimée à un, voire deux ans.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité