Dictionnaire des maladies
Publicité

Fibrillation atriale - Arythmie

Réagissez !
Publicité

Fibrillation atriale - Arythmie : Définition

La fibrillation atriale (souvent appelée "arythmie") est un trouble du rythme cardiaque lié à la perte de synchronisation de la contraction des cellules de l’oreillette gauche. Le rythme cardiaque devient alors totalement anarchique et irrégulier.Il s’agit de la maladie du coeur la plus fréquente surtout après 60 ans.

La fibrillation expose au risque de formation d’un caillot dans le cœur, caillot qui peut migrer (embole), n’importe où dans l’organisme mais surtout dans le cerveau, entraînant un accident vasculaire cérébral.

 

Fibrillation atriale - Arythmie : Causes

Les causes d’apparition de l’arythmie peuvent être d’origine cardiaque ou extracardiaque.

Les causes cardiaques : les maladies coronaires comme l’infarctus du myocarde les maladies des valves du cœur l’insuffisance cardiaque, les maladies cardiaques congénitales...

Les causes extra-cardiaques : un dysfonctionnement de la thyroïde, l’obésité, une BPCO (broncho pneumopathie chronique obstructive), une infection chez un sujet ayant un cœur fragile. Parfois on ne retrouve pas la cause qui l’a déclenché.

 

Fibrillation atriale - Arythmie : Symptomes

L’arythmie se manifeste par un pouls irrégulier et souvent plus rapide que le rythme normal avec une fréquence possible de 30 pulsations par minute (bradycardie extrême) à  200 pulsations par minute. Le patient se plaint de palpitations. Il peut ressentir un essoufflement, fatigue, une oppression dans la poitrine, une angoisse. Plus rarement, le passage en arythmie peut-être moins bien supporté, se compliquant d’un malaise ou d’un essoufflement qui nécessite l’hospitalisation. Cela survient surtout lorsque l’arythmie est très rapide sur un cœur fatigué. Souvent le diagnostic est porté par le médecin au cours d’un examen systématique. Il existe d’autres troubles du rythme des oreillettes, comme le flutter, qui sont plus rares mais se manifestent de la même façon que l’arythmie.

Fibrillation atriale - Arythmie : Prévention

Évitez les excitants que sont le tabac, le café ou le thé à fortes doses, les alcools forts et les vins mousseux. Ils peuvent favoriser les rechutes, de même que le surmenage ou le stress. Pratiquez une activité physique régulière. En cas d’arythmie mal tolérée (sensation de malaise ou douleur d’angine de poitrine) faites le 15 (SAMU). Il est recommandé de voir un cardiologue tous les 6 à 12 mois afin de faire un électrocardiogramme. Contrôlez votre fréquence cardiaque en prenant votre pouls.

 

Fibrillation atriale - Arythmie : Examens

Le diagnostic est confirmé par l’électrocardiogramme (ECG) lors des crises d’arythmie. La plupart des patients sont en FA permanente.

Si le médecin a une forte suspicion d’arythmie il faut faire un enregistrement de l’ECG pendant 24 heures, appelé holter ECG des 24h. Systématiquement, on réalise une échographie cardiaque pour déceler une maladie cardiaque sous-jacente ainsi qu’une prise de sang pour doser les hormones thyroïdiennes. Parfois, il est nécessaire d’effectuer une échographie cardiaque pour s’assurer qu’il n’y a pas de caillot dans les oreillettes. Cet examen est fait à l’hôpital. On analyse le cœur en passant une sonde dans l’œsophage.

Fibrillation atriale - Arythmie : Traitements

On peut tenter de restituer le rythme normal par des médicaments ou par un choc électrique externe. Celui-ci s’effectue sous une brève anesthésie générale chez un patient bien anticoagulé depuis plus d’un mois.

Avec des médicaments (bêta-bloquants par exemple), on peut ralentir la fréquence cardiaque. Si elle résiste, on peut « brûler » la voie de conduction responsable en envoyant des ondes « par radio fréquence ».

Pour diminuer le risque d'embolie, on prescrit des anticoagulants (antivitamines K) ou, beaucoup plus rarement, de l’aspirine à faibles doses.

Récemment sont arrivés les « nouveaux anticoagulants oraux » qui ont l’avantage par rapport aux antivitamines K de ne pas nécessiter de surveillance par prise de sang. Ils sont aussi efficaces et bien voire mieux tolérés. Ils ont comme inconvénients de ne pas avoir d’antidote et de ne pas avoir de moyen de surveillance.

 

Fibrillation atriale - Arythmie : Evolution

L’arythmie est une maladie bien supportée mais capricieuse, survenant par épisodes, imprévisibles, pouvant durer quelques minutes comme plusieurs semaines. De très nombreux patients sont aussi d'emblée en FA permanente.

Au fur et à mesure des années, les crises se font de plus en plus fréquentes et prolongées, deviennent résistantes aux traitement jusqu’à être définitivement permanentes. Certaines crises peuvent être moins bien tolérées avec apparition d’un essoufflement et nécessiter une courte hospitalisation. Une autre complication relativement rare mais grave est l’accident vasculaire cérébrale (« attaque cérébrale »). Le sang stagne dans le cœur et peut ainsi former un caillot. Celui-ci part dans la circulation sanguine et peut aller boucher une artère du cerveau ou d’une jambe.

 

Toutes les fiches maladies

Je souscris à la newsletter medisite À la Une

Voir un exemple
Publicité

Ailleurs sur le web

Publiez votre commentaire

Publicité