Escarre

Escarre : Définition

Une escarre est une croûte noirâtre et dure qui résulte de la nécrose de la peau ou des muqueuses. Les sujets âgés contraints à un alitement prolongé sont particulièrement exposés car leur peau est plus fine et plus fragile.

Publicité
Escarre : Causes

L’escarre survient à la suite d’une brûlure, d’un traumatisme ou spontanément aux points de compression, lorsque des causes locales s’ajoutent à une altération de l’état général. C’est le cas de l’escarre de décubitus, qui apparaît quand un malade reste allongé longtemps sans pouvoir bouger.

Escarre : Symptomes

L’escarre commence par une rougeur, qui devient peu à peu plus marquée, puis vire au blanc lorsque la peau se dévascularise. Elle peut passer par une étape d’ampoule. Ensuite, elle prend une couleur plus foncée, allant du bleu au noir, pour faire place à une escarre constituée en l’absence de traitement. Chez un patient allongé sur le dos, les points d’appui les plus fragiles sont la région fessière et les talons, et parfois l’arrière du crâne. Chez un patient couché sur le côté, l’escarre peut survenir au niveau des hanches.

Escarre : Prévention

Devant toute lésion cutanée provoquée par une compression (rougeur, ampoule, abrasion, nécrose, ulcération…), on doit supprimer l’appui sur la zone menacée. La prévention est systématique en ce qui concerne les escarres de décubitus. On prévient, dans la mesure du possible, les circonstances qui favorisent leur survenue (alitement, fièvre, dépression, mauvais état général) et on prend les mesures suivantes en amont:

- Massages des zones de pression plusieurs fois par jour

- Soins du siège (garder la peau propre et sèche)

- Toilette générale soignée

- Prévention de la macération

- Supports (siège, matelas) souples

- Mobilisation régulière avec changements fréquents de position et utilisation d’un matelas alternant (matelas mobile qui permet de modifier régulièrement les points d’appui) ou d’un matelas fluidifié (à eau ou à courant d’air)

- Lever précoce après l’opération, ou au moins mise dans un fauteuil (facteur essentiel de la prévention)

Escarre : Examens

L’escarre nécessite uniquement un examen clinique (observation du médecin).

Escarre : Traitements

Le traitement de l’escarre est d’abord local et général, puis chirurgical si besoin.

Le traitement local comprend 3 phases:

- La phase de désinfection: bains antiseptiques, colorants (à l’action désinfectante et asséchante).

- La phase de détersion (nettoyage en profondeur), souvent nécessaire lorsqu’il existe une croûte noirâtre en surface qui gêne l’action des antiseptiques: pansement de sérum salé hypertonique, enzymes protéolytiques (élase, trypsine, papaïne…), produits permettant une détersion mécanique par absorption (débrisan…) et, dans de rares hôpitaux, larvothérapie (asticots vivants).

- La phase de cicatrisation: le praticien applique tous les deux jours une pommade cicatrisante sur la plaie propre et bourgeonnante (qui commence à se régénérer). Les pansements spécialisés récents apportent un progrès appréciable. Leur simplicité d’emploi et leur efficacité en font un traitement de choix (Comfeel®, Biofilm®…).

À noter: en cas d’ampoule, il faut la désinfecter, la ponctionner si nécessaire, puis la recouvrir d’un pansement stérile fermé sur le pourtour.

- Le traitement général repose sur la lutte contre la dénutrition grâce à une diététique de soutien, en particulier un régime hyperprotidique proposant des aliments aux qualités organoleptiques élevées (aspect, goût et odeur appétissants). En cas d’infection, il peut être nécessaire d’administrer un ou des antibiotiques par voie orale.

- Le traitement chirurgical, appelé débridement, est souvent nécessaire. Il peut aller jusqu’aux lambeaux de rotation (glissement de la peau avoisinante) et la greffe de peau. Il ne peut être entrepris que sur un patient à l’état général relativement conservé, et avec une peau suffisamment élastique et tonique pour donner un espoir de cicatrisation.

- Le traitement antalgique est indispensable dans tous les cas, l’escarre étant une maladie douloureuse. Il sera renforcé une heure avant les soins, qui peuvent être particulièrement pénibles.

Escarre : Evolution

Les escarres sont très sensibles à l’infection et mettent beaucoup de temps à cicatriser. Le pronostic des escarres des personnes âgées est sombre car le traitement est long et difficile. Les complications extrêmes sont l’ostéite (atteinte des os) de voisinage, la septicémie (infection généralisée) et la cachéxie (maigreur extrême).

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité