Diabète de l’enfant

Diabète de l’enfant : Définition

Le diabète de l’enfant est une maladie qui provoque une accumulation anormale et permanente du sucre dans le sang. On l’appelle aussi diabète de type I, diabète insulinodépendant (DID), diabète juvénile ou diabète maigre.

Publicité
Diabète de l’enfant : Causes

Le diabète de l’enfant est la conséquence d’un manque d’insuline, hormone normalement fabriquée par le pancréas. L’organisme s’attaque au pancréas comme s’il s’agissait d’un organe qu’il ne reconnaît pas. C’est une maladie auto-immune. Quand plus de 85% des cellules qui fabriquent l’insuline sont détruites, le diabète s’installe. Il n’y a plus de production d’insuline et le sucre s’accumule dans le sang : c’est l’hyperglycémie. Il existe une prédisposition génétique. Pourtant dans plus de 85% des cas, on ne retrouve aucun autre cas familial. Certaines infections virales peuvent en être la cause ou la déclencher. Cependant, le risque est accru lorsque : un parent est atteint (Père : 6%, Mère : 2%) une soeur est atteinte : 5% un jumeau est atteint : 34 %

Diabète de l’enfant : Symptomes

Dans 90% des cas, le diabète se révèle par l’association d’une soif intense et d’une élimination d’énormes quantités d’urine. Cela s’appelle le syndrome polyuro-polydipsique. Plus rarement, c’est un tableau de douleurs abdominales avec nausées, vomissements ou un amaigrissement qui peut révéler le diabète. Exceptionnellement, c’est un coma dit acidocétosique (l’haleine peut avoir une odeur de pomme. Le diabète de type I touche environ 7 enfants sur 100 000 par an. D’autres existent, le diabète du nouveau-né, exceptionnel et transitoire dans 50% des cas. Le MODY (Maturity Onset Diabetes of the Young) un diabète non insulinodépendant qui peut survenir avant l’âge de 2 ans, rare et héréditaire. Le diabète dû à d’autres maladies comme la mucoviscidose par exemple.

Diabète de l’enfant : Prévention

Dans l’état actuel de nos connaissances, il est impossible de prévenir son apparition.

Diabète de l’enfant : Examens

Le dosage du taux de sucre dans le sang (2 glycémies à jeun > 1.26 g/l) suffit à faire le diagnostic. On trouvera également dans les urines du sucre (glycosurie) et parfois des substances dérivées de l’acétone (cétonurie). D’autres examens seront demandés pour la surveillance du traitement notamment l’hémoglobine glycosylée, dont le taux donne une idée de la glycémie moyenne des semaines précédentes. Plus le taux hémoglobine glycosylée est important, plus la quantité de sucre dans le sang était élevée les 6 à 8 semaines avant. Une diététicienne aidera à composer les repas qui devront apporter une quantité contrôlée de sucres.

Diabète de l’enfant : Traitements

Le but du traitement est de maintenir des taux acceptables de sucre dans le sang pour empêcher au maximum l’apparition des lésions de microangiopathie. Seule l’administration d’insuline par piqûres sous cutanées permet de réduire le taux de sucre. A contrôler au moins deux fois par jour avec un lecteur automatique (Communément nommé Dextro). Tous les sucres d’absorption rapide (sucre, bonbon, gâteau, boisson sucrées, etc.) sont à proscrire. Mais une collation vers 10 h est indispensable (évite l’hypoglycémie de 12h). Le traitement du diabète devient de plus en plus simple grâce à des stylos à insuline, grâce aussi à des insulines à longue durée d’action.

Diabète de l’enfant : Evolution

Le diabète est une maladie qui dure toute la vie. Il n’y a pas encore de traitement curatif. Par contre, l’accumulation de sucre dans le sang entraîne des lésions des petits vaisseaux. Il convient donc de bien traiter le diabète pour éviter une atteinte de la vue ou des reins par exemple. Les infections (urinaires, de la peau) sont fréquentes chez le diabétique, car les microbes apprécient le sucre...

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité