Coup de chaleur

Coup de chaleur

Coup de chaleur : Définition

Le coup de chaleur, ou hyperthermie, résulte d'une exposition prolongée à la chaleur. Il survient brusquement lorsque le corps ne parvient plus à se refroidir suffisamment. La température corporelle, normalement de 37°C, ne cesse d'augmenter pour atteindre plus de 40°C. Cet état peut entraîner un malaise, des convulsions, voire un coma.

Publicité

On distingue le coup de chaleur classique du coup de chaleur d'exercice. Le premier survient en dehors de tout effort, lors de vagues de chaleur estivale ou lorsque la personne se trouve suffisamment longtemps dans des ambiances anormalement chaudes (voiture laissée en plein soleil par exemple). Le second survient au cours d'un effort musculaire intense et/ou prolongé. Le coup de chaleur est une urgence médicale qui peut entraîner des séquelles neurologiques et le décès. Il menace principalement les enfants et les personnes âgées moins résistants face à une forte chaleur, et les sportifs qui ne compensent pas les pertes d'eau dues à leur transpiration.

Coup de chaleur : Causes

Le coup de chaleur est souvent provoqué par une chaleur étouffante accompagnée d'une humidité atmosphérique élevée et des vents faibles. Il a été constaté que la sueur s'évapore plus rapidement par temps sec, rafraîchissant l'organisme de façon plus efficace que par temps humide.

La pratique d'un sport par temps chaud sans se désaltérer suffisamment et le port de vêtements trop épais peuvent également participer au déclenchement d'un coup de chaleur.

Les autres causes, moins fréquentes, sont l'abus d'alcool, l'obésité, la prise de certains médicaments (diurétiques notamment), la déshydratation.

Coup de chaleur : Symptomes

Une personne subissant un coup de chaleur ne transpire plus, à la suite de la défaillance de son système de contrôle de la chaleur. Les signes qui peuvent alerter sont une température interne extrêmement élevée (plus de 40°C), une peau sèche, rouge et chaude, un pouls rapide, une somnolence ou au contraire une irritabilité inhabituelle, une respiration rapide et superficielle, des maux de tête et de ventre, une confusion mentale, une perte d'équilibre, des convulsions. Des vomissements, des diarrhées, des crampes et la sensation d'une soif intense sont également possibles. Le coup de chaleur peut entraîner une perte de conscience et un coma profond.

Chez les bébés et les enfants en bas âge, les premiers signes du coup de chaleur consistent en une fièvre, une pâleur, une somnolence ou à l’inverse une agitation inhabituelle, une soif intense avec une perte de poids. Si l’on ne fait rien, des troubles de la conscience, un refus ou une impossibilité de boire, une couleur anormale de la peau (avec un pli cutané prolongé lorsqu'on pince la peau.) et/ou une fièvre supérieure à 40° .

Coup de chaleur : Prévention

Pour éviter le coup de chaleur, il faut se désaltérer en grande quantité pendant les vagues de chaleur. Plus encore, si on prévoit de travailler ou de faire du sport en plein air. Dans des milieux très chauds, il est important de se forcer à boire toutes les heures de l'eau juste fraîche.

Pendant l'été, évitez les activités de plein air trop intenses aux heures les plus chaudes de la journée (12h-16h). Portez des vêtements amples, aux couleurs claires qui réfléchissent mieux la lumière du soleil et un chapeau. Evitez le café et les boissons alcoolisées qui aggravent les pertes d'eau et de sel par les urines.

Ne laissez jamais un enfant dans une voiture immobilisée en plein soleil. Ne le couvrez pas et ne restez pas trop longtemps dans des endroits surchauffés. Au contraire, abritez-vous, à l'ombre, dans des lieux bien ventilés. Aérez les pièces de la maison la nuit et occultez les fenêtres exposées au soleil durant la journée.

En cas de prise de médicaments (diurétiques notamment), vérifiez qu’ils ne sont pas susceptibles de favoriser la survenue d'un coup de chaleur.

Coup de chaleur : Examens

Le diagnostic du coup de chaleur est réalisé suite à l'observation des symptômes (notamment une fièvre très élevée) et en établissant un récapitulatif des activités récentes de la personne (exposition à une atmosphère chaude et souvent humide, ce qui perturbe l'évaporation sudorale).

Coup de chaleur : Traitements

Le coup de chaleur est une urgence médicale. La personne qui en est victime doit consulter un médecin dans les plus brefs délais. La première étape consiste à reprendre le contrôle de la température interne, en mettant la personne à l'abri du soleil et en lui faisant boire de l'eau par petites gorgées toutes les deux ou trois minutes. Vous pouvez aussi lui ôter ses vêtements, l'humecter, l'éventer. Immergez-la dans de l'eau pas trop froide pour faire baisser sa température corporelle ou appliquez sur la tête, la nuque et les bras des serviettes mouillées, en les renouvelant régulièrement. Si la personne est inconsciente, mettez-la en position latérale de sécurité.

Dans le même temps, conduisez-la aux urgences ou appelez le SAMU en composant le 15.

Le traitement de fond se passe en milieu hospitalier, voire en service de réanimation, et se base sur le refroidissement rapide associé à l'équilibre hémodynamique et ionique.

Coup de chaleur : Evolution

L'évolution est le plus souvent favorable, mais le coup de chaleur peut néanmoins entraîner des séquelles, notamment au niveau du cerveau, des reins et du foie. Une température interne élevée peut en effet endommager les organes internes. Sans traitement ou si le traitement est trop tardif, il peut entraîner la mort.

Coup de chaleur : Sources

Croix-rouge

Vulgaris-medical

Adrenaline112

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité